Nominés politiques : Les contrats des éléments du MSM résiliés avec effet immédiat

Avec le soutien de

Le mot d’ordre a été donné à l’Hôtel du gouvernement. Les nominés du parti de Pravind Jugnauth doivent s’en aller. Les premiers affectés sont les&nbsp ambassadeurs et les présidents les directeurs des organismes d’Etat. .

Navin Ramgoolam a été intraitable sur la question. Tous les nominés du Mouvement socialiste militant (MSM), sans exception, doivent plier bagages. À peine le leader du parti soleil, Pravind Jugnauth, a-t-il officialisé la cassure avec l’Alliance de l’Avenir, le dimanche 7 août, que l’ordre a été donné pour que les contrats des ambassadeurs nommés ou pressentis et autres conseillers soient résiliés avec effet immédiat.

Les premières lettres informant ces nominés de la décision gouvernementale sont censées être adressées à Prem Koojoo, Usha Jeetah, Djamil Fakim et Prakash Maunthrooa. Koonjoo est ambassadeur à Kuala-Lumpur.&nbsp Usha Jeetah devrait être en poste à New-Delhi, et Fakim au Caire.&nbsp Maunthrooa est directeur au Board of Investment (BOI).

Sont aussi ciblés les autres proches de Pravind Jugnauth, voire les membres du MSM, qui ont été récompensés par un poste de conseiller à l’issue des législatives de mai 2010. Ils seront aussi priés d’aller voir ailleurs. Parmi, figurent l’ex député Sunil Dowarkasing et le proche collaborateur du leader du MSM, Dev Beekharry.

Les nominés parachutés dans les corps para-étatiques et autres organismes de l’Etat avaient déjà reçu le message de Pravind Jugnauth dimanche. « Ils doivent savoir ce qu’ils doivent faire », avait-il lancé en annonçant le divorce avec l’Alliance de l’Avenir. Ainsi ce lundi 8 août, les premiers à avoir démissionné sont Yogida Sawmynaden, directeur de la Mauritius Duty Free Paradise depuis trois semaines ainsi que Khoosal Mussai, président de la Development Bank of Mauritius (DBM).

Les autres démissionnaires sont Atish Boyjonauth qui étaient à la présidence de&nbsp l’Employees Welfare Fund et Vinod Goburdhun de la Mauritius Post and Cooperative Bank. Pour eux, le fait de soumettre leur démission était une question d’honneur, le MSM ne faisant plus partie du gouvernement.

« Tous les conseillers, qu’ils soient techniques ou politiques doivent plier bagages. Ils ne pourront s’accrocher à leurs fauteuils. Il en est de même pour&nbsp les attachés de presse. C’est un des impératifs de la cassure », explique-t-on à l’Hôtel du gouvernement.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires