Le secteur des services permet de réduire le déficit du compte courant

Avec le soutien de

&nbsp Le déficit du compte courant (achats moins ventes) s''''est réduit durant le deuxième trimestre de 2012.
Il est passé de Rs 9,6 milliards à Rs 8,7 milliards pour la période correspondante en 2011 et 2012, respectivement. Voilà ce qu''indiquent les derniers chiffres publiés par la Banque de Maurice.

Cette relative bonne nouvelle – le déficit demeure quand même – est essentiellement attribuable à de meilleures recettes dans le secteur des services – le tourisme, entre autres.

En effet, une hausse substantielle des revenus du secteur des services qui sont passés de Rs 4,2 milliards a Rs 7,4 milliards. Les recettes du voyage ont atteint Rs 7,1 milliards. Ainsi, le compte des revenus a enregistré un surplus de Rs 1,4 milliard du secteur offshore contre un déficit de Rs 335 millions à la même date l''année dernière. Les portefeuilles d''investissement ont, eux, généré des revenus de Rs 1,4 milliard contre Rs 351 millions au deuxième trimestre de 2011.

Le déficit dans le commerce des marchandises, lui, décolle pour frôler la barre des 25 % de hausse. L''envol des prix du pétrole explique en partie ce phénomène, avec le baril frôlant la barre des 131 dollars US hier. Car, en effet, la note pétrolière pèse lourd dans nos dépenses d''importations.

La croissance des importations a, donc, été de 16,3 % contre 9,7 % pour les périodes correspondantes cette année et l''année dernière, respectivement.

Au final, la balance des paiements a enregistré un surplus de près de Rs 3 milliards contre Rs 2,1 milliards pour la période correspondante l''année dernière.

&nbsp

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x