PSEA: «Shiv Luchoomun agit comme un agent politique notoire»

Avec le soutien de
Les membres de l’UPSEE étaient face à la presse, ce jeudi 26 juillet.

Les membres de l’UPSEE étaient face à la presse, ce jeudi 26 juillet.

Claques verbales… Entre les syndicats et le directeur de la Private Secondary Education Authority (PSEA), Shiv Luchoomun, le divorce semble bel et bien consommé. Après maints appels lancés à la ministre de l’Éducation de rappeler à l’ordre son époux, voire de le sanctionner, c’est au tour de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE) de réclamer l’intervention du Premier ministre. C’était ce jeudi 26 juillet, lors d’un point de presse.

«Le directeur de la PSEA ne fait que prendre des décisions impopulaires.» Et le président de l’UPSEE, Bhojeparsad Jhugdamby, est catégorique : Shiv Luchoomun accumule gaffe sur gaffe. Raison pour laquelle «nous allons écrire une lettre pour le dénoncer au Premier ministre. Nous citerons toutes les gaffes qu’il a commises».

Et de se demander : «La PSEA est-elle devenue une agence politique ?» L’UPSEE rappelle avoir  alerté l’Independent Commission against Corruption (ICAC) suivant des «maldonnes» dans le processus de recrutement. Le syndicat parle de critères taillés sur mesure pour les postes de Quality Assurance Officers à pourvoir. «Tou Supervisors dan PSEA sorti dépwi kolez privé. Finn met bann kriter tayé sur mesure pou bann séki pross ek pouvwar!»

Plainte officielle à l’ICAC

L’UPSEE a également sollicité l’Equal Opportunities Commission. Malgré cela, fait ressortir Bhojeparsad Jhugdamby, les procédures pour les recrutements à la PSEA sont restées les mêmes. Il allègue qu’au moins quatre recrues seraient issues de la circonscription n°8, Quartier-Militaire–Moka. «Le 19 juin, j’ai porté plainte officiellement à l’ICAC contre le directeur de la PSEA.» Pour lui, Shiv Luchoomun serait devenu «un agent politique notoire».

Par ailleurs, l’UPSEE prévoit une manifestation devant le bureau de la ministre de l’Education. Le syndicat exige qu’elle rende public le rapport du Fact-Finding Committee institué pour enquêter sur le college Royal Halloway. «Bann proféser ankor pé sibir kouma lépok lesklavaz!»

Au dire du président de l’UPSEE, le fait que la ministre de l’Éducation n’a pas rendu public le rapport démontre qu’il y a anguille sous roche. «Nous lui écrirons encore une lettre. Et si elle refuse, nous ferons une manifestation.» À en croire le syndicat, «la rentrée sera turbulente».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires