18 ans de prison pour viol: «Sé enn zanimo, li ti bisin gagn lapenn maximal»

Avec le soutien de
Kevin John, lors de sa comparution en cour intermédiaire, hier. © Kiranchand Sookrah

Kevin John, lors de sa comparution en cour intermédiaire, hier. © Kiranchand Sookrah

«Ce qu’il a fait est impardonnable.» Les réactions fusent après que le couperet est tombé pour Kevin John, 23 ans. Lundi 23 juillet, en cour intermédiaire, ce sans domicile fixe (SDF) connu comme Labonne, a été condamné à 18 ans de prison pour le viol d’une femme de 57 ans, à Flic-en-Flac. Si les magistrats ont retenu quelques éléments qui ont joué en sa faveur, les proches de la victime, eux, ne cachent pas leur indignation. «Sé enn zanimo… Li ti bisin gagn peine maximale. C’est un monstre», estime l’un d’eux.

En infligeant cette sentence, les magistrats Sachin Boodhoo et Naddiyya Dauhoo ont tenu compte du fait que Labonne a battu et violé la quinquagénaire avant de l’abandonner. Mais ils ont aussi noté que l’accusé a plaidé coupable. «La cour a également pris en considération le fait que vous êtes orphelin», ont-ils ajouté.

Sollicitée, une proche de la victime estime que la cour aurait dû lui imposer une peine plus sévère. «Cette femme aurait pu être sa mère !» tempête une proche de la victime. Selon elle, la quinquagénaire vivra toujours avec ces souvenirs alors que le coupable «restera en prison serein, en ayant de quoi se nourrir».

La victime a aujourd’hui 59 ans. Elle ne travaille plus. Elle dit avoir peur à chaque fois qu’elle doit se déplacer. «Quand elle voit quelqu’un de la même corpulence que cet homme, elle est saisie de frayeur.» Pour elle, cette sentence, est minime et permettra au coupable de récidiver à sa sortie. Présent à chaque séance du procès, un autre membre de la famille se dit satisfait de la sentence.

Cette affaire remonte au 3 février 2016. La victime travaillait dans un appartement à Flic-en-Flac comme bonne. L’accusé a raconté avoir attaqué la quinquagénaire avec un bloc de béton qu’il avait ramassé. Ce SDF, a par la suite, traîné la femme, blessée, jusqu’à la salle de bains où il l’a ligotée avec du fil de téléphone. Puis il l’a violée.

Aspergée de javel

Ses pulsions assouvies, Kevin John s’est changé en prenant des vêtements qui se trouvaient dans l’appartement. Il a par la suite ligoté sa victime une fois de plus avec un morceau de drap. Il en a profité pour faire main basse sur plusieurs articles, dont un ipod, des bagues en or, un appareil GPS et une somme d’argent.

Il a aspergé la femme de javel pour tenter d’effacer les traces de son forfait. Puis il a quitté les lieux pour se rendre à Port-Louis dans le but de vendre les articles volés.

Kevin John a ainsi écopé d’une peine d’emprisonnement de cinq ans pour vol avec blessures, en plus des 18 ans de prison. Il doit également payer une amende de Rs 5 000 pour avoir consommé de la drogue synthétique avant le viol.

C’est lors d’un exercice de reconstitution que la victime l’a identifié. Soit, grâce à sa voix.

L’accusé avait retenu les services de Me Taij Dabycharun.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires