Ramgoolam sur Jhuboo: «Des choses à ne pas dire en public»

Avec le soutien de
Navin Ramgoolam, leader du PTr, s’adressant à la presse à l’issue du Bureau politique de son parti, vendredi 10 février.

  Navin Ramgoolam, leader du PTr, s’adressant à la presse à l’issue du Bureau politique de son parti, vendredi 10 février.  

C’était sans doute la plus longue réunion du bureau politique (BP) du Parti travailliste (PTr) qui a eu lieu, vendredi 10 février. Du moins depuis que Navin Ramgoolam est le leader du parti. Cette rencontre a débuté à 16h35, pour prendre fin à 20h55. À l’extérieur, l’on y allait de son commentaire, pensant qu’Ezra Jhuboo, dont l’interview avait paru dans l’express-dimanche de la semaine dernière, subissait un «lavage de cerveau»... Mais il n’en a, semble-t-il, rien été.

Répondant aux journalistes à l’issue de ce BP, Navin Ramgoolam a indiqué que le cas de Jhuboo a effectivement été discuté. Et il a soutenu que dès la parution de l’interview, il avait parlé au député et l’avait informé qu’il n’avait pas apprécié deux ou trois points. Mais «le PTr n’est pas comme le MMM ou le MSM et chacun a le droit de dire ce qu’il pense. Chacun a son opinion mais il y a des choses à ne pas dire en public. Il ne faut pas laver son linge sale sur la place publique»

Évoquant d’autres sujets d’actualité, Navin Ramgoolam a indiqué que le PTr permettra à plus de jeunes de s’exprimer au sein du parti. «Il y aura une commission Éducation et la semaine prochaine on discutera en détail à ce sujet.»

Quant à la politique, il dira que «sir Anerood Jugnauth, ‘le sauveur’, s’est sauvé. Il n’y aura pas de miracle économique car Vishnu Lutchmeenaraidoo, faiseur de miracle, s’est lui aussi enfui. Il y a un, Pravind Jugnauth, qui est passé par l’imposte pour devenir Premier ministre. C’est un gouvernement de la famille Jugnauth. Il y a l’affaire des biscuits. Le PMSD a été hors du gouvernement. Le Prosecution Commission Bill n’a pas été voté et le Golden Boy des Jugnauth, Roshi Bhadain, a parlé d’une mafia qui gravite autour du gouvernement», résumera-t-il.

Se prononçant sur la passation de pouvoir, il soutient que ce gouvernement «anti-constitutionnel» a mis la Présidence dans une situation difficile. «Au PTr, nous étudions encore s’il nous faut challenge la passation de pouvoir.»

Démissions au sein du PTr

Et quid des menaces de démissions au sein du parti ? Navin Ramgoolam a cité la démission du PTr du président du conseil de Savanne. «Mais on lui a fait comprendre qu’il n’y aura aucun développement dans le Sud. D’un côté, il y a le bâton et de l’autre la carotte…»

Et de faire référence à ceux qui ne sont pas devenus ministres mais qui sont «heureux» malgré tout. «Al get komié zot finn gagné…» Avant de parler d’un cas de corruption concernant un hôtel...

Au chapitre des événements prévus pour le parti, le leader du PTr a annoncé que le congrès de l’exécutif se tiendra bientôt et que, dès la semaine prochaine, une date sera fixée. Auparavant, il y aura aussi la célébration de l’anniversaire du parti, le 23 février. Et le 5 mars, le parti célébrera la Journée de la Femme.

 Ezra Jhuboo : «Cela s’est très bien passé»

Interrogé vendredi soir, à l’issue du BP des rouges, Ezra Jhuboo dit ne pas vouloir faire de commentaire après ce qu’a dit Navin Ramgoolam. «Je peux dire toutefois que cela s’est bien passé et que le BP se rencontrera de nouveau la semaine prochaine», a-t-il cependant confié. Pour discuter de son cas ? À cette question, il dira simplement: «We are looking forward.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires