Politique : les députés indépendants se serrent les coudes

Avec le soutien de
 Cinq élus indépendants siégeront dans l’opposition au Parlement. 

 Cinq élus indépendants siégeront dans l’opposition au Parlement. 

Situation inédite. Depuis l’indépendance, il n’y a jamais eu autant de députés indépendants au Parlement… Les cinq élus siégeront tous dans l’opposition mais déjà, la plupart souhaite qu’il y ait des concertations pour des actions communes lors des prochains travaux parlementaires.

D’emblée, l’ancien membre du Mouvement militant mauricien (MMM), Zouberr Joomaye, lance un appel à tous ceux qui sont dans la même situation que lui. «Il n’y a pas encore eu une prise de contact entre nous, mais je pense qu’il faudra coordonner nos actions pour créer une synergie. C’est important que tout le monde travaille ensemble.»

Même son de cloche du côté de Raffick Sorefan qui s’est retiré du Mouvement patriotique (MP). Il souhaite également travailler en équipe. Cependant, des proches du MMM affirment que le courant ne passait pas vraiment entre lui et Zouberr Joomaye quand les deux hommes étaient chez les Mauves. «C’est faux. Nous avons déjà travaillé ensemble dans le passé sur des dossiers de santé», rétorque dans la foulée Raffick Sorefan

Joe Lesjongard, qui a également démissionné du MP, appelle à un ralliement des indépendants. «Je ne parle pas de la création d’un parti politique, mais plutôt d’une concertation», précise-t-il. La condition étant que les députés indépendants n’intègrent pas d’autres partis. Alors que Kavi Ramano, lui, n’a pas caché son intérêt pour un retour au MMM, la rumeur veut depuis quelque temps que Joe Lesjongard rejoigne le MSM. «J’ai tout le temps donné un coup de main pour l’avancement du pays. Je suis un patriote et quand il faut travailler ensemble, je le fais. Cela ne veut pas dire que je vais intégrer le MSM», insiste ce dernier.

Pour sa part, Raffick Sorefan affirme qu’il ne souhaite pas particulièrement rejoindre un parti. Toutefois, «si on vient frapper à ma porte, je veux bien y songer…»

Toujours est-il qu’avec tous ces bouleversements sur l’échiquier politique, le MP d’Alan Ganoo et de Jean-Claude Barbier se retrouve en minorité au sein de l’opposition. Qu’ont-ils l’intention de faire ? «Nous conservons notre indépendance. Quand il faut travailler avec l’opposition officielle pour des actions communes, nous le ferons. Mais sommes ancrés toujours dans l’opposition», martèle Alan Ganoo.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires