À Sébastopol: «Je suis toujours fort», dit Navin Ramgoolam

Avec le soutien de
Même les affiches placardées contre lui n’ont pu entamé le sourire de l’ancien-Premier ministre hier, dimanche 30 août.

Même les affiches placardées contre lui n’ont pu entamer le sourire de l’ancien-Premier ministre hier, dimanche 30 août.

Pour son retour sur la scène politique, Navin Ramgoolam a reçu un accueil chaleureux dans la circonscription n°10 hier, dimanche 30 août. Il s’était rendu à Sébastopol pour la pose de la première pierre du Kashi Vishwanath Mandi entouré d’environ 300 personnes, visiblement heureuses de voir l’ex-Premier ministre. Même les affiches placardées hier matin contre le leader du Parti travailliste (PTr) n’ont pas entaché sa journée.

Cette apparition publique signifie-t-elle que le lion est de nouveau prêt à rugir ? En tout cas, Navin Ramgoolam est arrivé sur les lieux en arborant un large sourire, l’air revigoré. Bien différent de l’homme qui s’est souvent rendu aux Casernes centrales ces derniers mois.

Il était entouré de sa légion rouge. L’accompagnaient Arvin Boolell, Anil Bachoo, Vishnu Bundhun, Jim Seetaram, Rajesh Jeetah, Yatin Varma, Suren Dayal, Tassarajen Pillay Chellumbrum, Lormus Bundhoo, Ezra Jhuboo, Osman Mohamed, Devanand Rittoo, Balkissoon Hookoom, Ritish Ramful et Dhiraj Kamajeet.

Et l’accueil reçu n’a pas été en reste. Navin Ramgoolam a été traité comme un Premier ministre en exercice... sans les motards et les caméras de la MBC. Sinon, tout y était : bain de foule, guirlande et embrassades des personnes âgées. La garde rapprochée du leader travailliste n’était constituée que d’un seul homme qui faisait à la fois office de chauffeur et de garde du corps.

Toutefois, les adversaires de l’ancien chef du gouvernement ont sauté sur l’occasion pour mener campagne contre lui, placardant des affiches dans la localité, hier matin. Cependant, cela ne semble avoir eu aucun effet sur Navin Ramgoolam, qui balaie cet acte d’un revers de la main. «Je suis toujours fort», a-t-il martelé, estimant que ce type de réaction est un bon signe: «Bann-la pé mett lafis mé mo dir ki sé enn bon sign ki nou ankor for.» D’ailleurs, il n’hésite pas à affirmer que ces affiches ont été placardées par «enn dimounn kondané par lakour».

L’ex-Premier ministre a ensuite livré un discours politique mêlé de religion, tout en prêchant les valeurs morales: «Kan ou fouy trou pou ou kamouad, ou mem tom ladan. Tou dimounn éna enn mision lor later, nou péna pou per

Dans la foule qui l’écoute, certains n’hésitent pas à lui demander de poser ses bagages au n° 10. Des activistes s’exclament: «Vinn isi, vinn poz kot nou, nou fer twa éli.» Mais le principal concerné n’a rien confirmé ni infirmé. Il a simplement laissé planer le doute et enflammé son auditoire à la fin de son discours, en lançant que le village a une grande importance pour lui et que «mo pou révinn isi».

Les Rouges affûtent leurs armes

Entre-temps, les parlementaires travaillistes se préparent pour la rentrée. Hier, Osman Mohamed s’est rendu dans la circonscription n°14 pour prendre note des doléances. Il a aussi rencontré son collègue Ezra Jhuboo.

Pour sa part, Ritish Ramful affirme que les questions parlementaires sont en préparation avec l’aide des autres députés rouges. «Nous allons aborder plusieurs thèmes, mais nous nous concentrons sur l’éducation.» L’exécutif rouge se rencontre régulièrement pour préparer la rentrée parlementaire ainsi que le grand rassemblement du 20 septembre.

Un test sur le terrain

En effet, le PTr prépare un grand rassemblement à Kewal Nagar. Les activistes travaillistes du pays convergeront vers le village, le 20 septembre pour célébrer les 115 ans de la naissance de sir Seewoosagur Ramgoolam. Selon des dirigeants rouges, cette fête sera aussi un test pour évaluer la force actuelle du PTr sur le terrain.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires