Des Mauriciens pessimistes

Avec le soutien de

De nombreux Mauriciens se disent désabusés. Ils expriment peu d’espoir que leur sort s’améliore avec le budget 2014.

Un exercice de micro-trottoir confirme, à cet effet, un sentiment de déprime chez de nombreux Mauriciens à l’approche de la présentation du Budget 2014. Ils n’attendent pas grand-chose du budget à venir. Ils voient un élargissement du fossé qui sépare les nantis des plus démunis. Ceux-ci, prévoient-ils, auront à faire face à un appauvrissement continu. L’angoisse se précise pour les responsables des familles qui craignent une corbeille ménagère encore plus coûteuse.

Une pression supplémentaire qui pèse donc sur les épaules du ministre des Finances, Xavier-Luc Duval (XLD). Celui-ci se doit de démontrer sa compassion sans verser dans le misérabilisme, éviter le piège du populisme sans créer l’impression de céder du terrain au secteur concurrentiel. Pour son deuxième Grand Oral, et dans la foulée de la démission de l’ancien secrétaire financier Ali Mansoor, XLD a l’obligation de mener la politique budgétaire du gouvernement alors que se profile l’échéance des prochaines législatives.

C’est en cela que le budget 2014 aura une dimension politique un peu plus prononcée que ceux qui l’ont précédé. Reste à savoir quel sera le champ de manœuvre du Grand Argentier, de la liberté dont il jouira pour poursuivre la politique des réformes et surtout des efforts à entreprendre pour réduire les dépenses de l’Etat.

Il sera évalué sur sa capacité à insuffler une nouvelle dynamique à l’économie mauricienne. Mais, dans leur grosse majorité, les Mauriciens, des classes pauvres et moyennes, attendent des signaux qui leur permettront de retrouver de l’espoir.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x