Quand l’interview de Navin Ramgoolam fait sauter le fusible de LaKwizinn

Avec le soutien de

Les Mauriciens abonnés de MyT ont été surpris de voir la disparition de la chaine de la BBC du bouquet de cette compagnie et son remplacement par une chaine chinoise, la CGTN.

Remplacer une chaine mondialement connue depuis un siècle pour son professionnalisme par une entité médiatique d’un pays à régime de parti unique a été un exploit que seuls des décideurs mauriciens puissent réaliser, estimait-on.

La BBC est revenue par la suite dans le bouquet de MyT.

On devait apprendre dans la soirée que c’est une interview de l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam par la BBC qui avait poussé les décideurs à faire disparaitre la BBC  du paysage audiovisuel pendant quelques moments. On ne sait encore si la décision fut exécutée par la MBC ou la Mauritius Telecom.

Voici l’interview de Navin Ramgoolam par la BBC diffusée dans la soirée du jeudi 13 août.

Publicité
Publicité

Le 26 juillet, les habitants de Pointe d’Esny se réveillent avec une triste image: l’épave du MV Wakashio drossée sur les récifs. Le navire japonais battant pavillon panaméen s’est échoué la nuit précédente. 12 jours après, il déverse son contenu dans nos lagons, causant une marée noire. Sans perdre de temps, les Mauriciens, main dans la main, s’activent pour limiter les dégâts. Retour sur la pire catastrophe écologique du pays…

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x