Partielle - Nomination Day: le n° 7 voit rouge

Avec le soutien de

Le collège Simadree Virahsawmy était en effervescence, hier, samedi 17 août. Et ce n’était pas à cause des élèves en Saturday detention. Les candidats en lice pour prendre le siège laissé vacant par Vishnu Lutchmeenaraidoo, suite à sa démission en mars, y ont afflué pour le Nomination Day en vue de l’élection partielle qui se tiendra – enfin peut-être – le 13 novembre. Si les partisans du PTr se sont mobilisés en masse pour faire déferler une vague rouge à Piton-Rivière-du- Rempart, ceux du MSM ont été plus timides, alors que dans les villages de la circonscription, les habitants avaient d’autres préoccupations…

Le rendez-vous des agents travaillistes à la place taxi de Rivière-du-Rempart est donné pour midi. Lors qu’Anil Bachoo et sa garde rapprochée arrivent 45 minutes avant l’heure prévue, la place est déjà noire, ou plutôt rouge, de monde. Petit à petit, les têtes d’affiches du parti – Michael Sik Yuen, Pratibha Bolah, Patrick Assirvaden, entre autres, font leur arrivée. La foule grossit. «Atann, inn donn randévou pou vini. Ena bis pankor vini la», lance un agent à ceux qui veulent démarrer plus tôt.

À 12 h 30, c’est un cortège fort d’un millier de personnes qui quitte la place et marche vers le collège. Un camion, avec des nanis et leurs dholoks, ouvre le bal. Peu avant l’arrivée à l’école, le leader du parti, Navin Ramgoolam, en personne, rejoint le cortège et donne un nouveau souffle au mouvement. Les slogans reprennent de plus belle. La foule est tellement en ébullition que rester hors de l’enceinte de l’école n’est pas une option. Les quelques policiers présents sur place ne parviennent pas à retenir les partisans, qui enfoncent le portail tout en scandant le nom d’Anil Bachoo, pendant que ce dernier effectue les formalités pour son enregistrement comme candidat.

Peu après leur départ, c’est au tour du MSM d’arriver. L’état-major du parti s’est mobilisé pour accompagner le candidat orange, Vikash Nuckcheddy. Malgré la présence de la vice-Première ministre et de ses collègues, la foule, composée d’environ 400 personnes, est nettement plus calme. Les tambours se taisent rapidement lorsque le candidat arrive à l’école pour s’enregistrer. Alors que Vikash Nuckcheddy complète les formalités administratives, les partisans commencent déjà à déserter les lieux.

Les ministres présents n’y voient pas d’inconvénients, leur bonne humeur, au moins, ne les a pas quittés. Est-ce que le leader va les rejoindre ? «Nous parlons d’une élection partielle. Il ne va pas se déplacer pour cela», répond un conseiller de Pravind Jugnauth.

La plupart des villageois non plus n’ont pas montré d’intérêt pour cette partielle. Hors des murs du collège, le mood électoral n’est pas là. «Lontan ki ti ena lanbians. Zordi, a par 4 sipa 5 loto, pena nanié. Get noumem, nou pa pou al dan lekol nanié zordi», lâche Amine Bholah. À 63 ans, des élections, il en a vues quelquesunes pourtant.

Plus loin, à Plaine-des-Roches, Vimal Chaundee, 31 ans, est dans le même état d’esprit. L’ambiance, il attend toujours de la voir. «Personn napa intérésé ek sa aster.» Assis sous une boutique, il parle de tout et de rien avec ses amis, et le Nomination Day ne fait pas partie des dossiers urgents. Quant à Rakesh Reedha, qui habite à Roches- Noires, cette journée n’est pas différente des autres. «Si bann dépité ti desan, kapav ti pou ena plis lanbians. Mé la… Kalm mem», dit-il derrière son étal de légumes.

Oui, l’ambiance était décidément dans les choux.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires