La vaine attente des Agaléens pour des besoins de base

Avec le soutien de

Le paradoxe. Agalega se transforme avec l’ouverture d’un vaste chantier pour l’aménagement d’une piste d’atterrissage et d’un port entre autres infrastructures. Entre-temps, les habitants continuent de mener un combat pour des nécessités de base.

À commencer par un logement décent. Depuis le passage du cyclone Alcide qui a frappé l’archipel de plein fouet, le 7 novembre dernier, causant d’importants dégâts, les toitures en tôle d’une trentaine de maisons attendent toujours d’être réparées. C’est du moins ce dont témoigne Arnaud Poulay, un des 350 habitants d’Agalega, qui a pris contact avec l’express, hier, mercredi 10 avril.

«Le toit de ces maisons, la mienne parmi, coule. Rien n’a été fait», fait ressortir Arnaud Poulay, au téléphone de son archipel. «Le ministre Mahen Jhugroo a parlé de la construction de 50 maisons de la National Housing Development Company (NHDC) depuis octobre. Là aussi, toujours rien.» Ce dernier, un artiste employé comme ouvrier (Handy man) par l’Outer Islands Development Corporation, précise que le Mauritius Trochetia n’a, à ce jour, pas transporté le moindre matériau de construction pour les maisons de la NHDC, annoncées par Mahen Jhugroo.

Pourtant, le bateau a effectué au moins trois voyages Maurice-Agalega depuis le début de l’année, avec à son bord des travailleurs d’Afcons.

Deux chambres mortuaires 

Trois familles qui occupent un ancien dispensaire, dont le toit est en piteux état, attendent toujours d’avoir une nouvelle maison «comme leur a promis le ministre Mahen Jhugroo», poursuit Arnaud Poulay.

Il énumère par ailleurs une série d’autres doléances toujours non prises en considération par les autorités, en dépit de la visite de la vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales et des îles éparses, Fazila Jeewa Daureeawoo, en septembre dernier. Dans le secteur de la santé, Arnaud Poulay soutient que des Agaléennes attendent toujours de pouvoir accoucher dans leur archipel et de ne plus avoir à se rendre à Maurice où elles doivent, en plus, trouver un hébergement le temps de leur séjour.

«Ensuite, nous n’avons ni appareil pour l’échographie ni pour les X-Ray», soutient Arnaud Poulay. À la place, poursuit-il, Agalega a reçu, en mars, deux chambres mortuaires abritées dans une caisse en bois qui se connecte à l’électricité. L’une pour l’île du Nord et l’autre pour l’île du Sud. «Chose que nous n’avons pas demandée», indique-t-il.

Concernant l’emploi, ce dernier ainsi qu’Arnaud Henry, un autre habitant, regrettent que des Agaléens ne soient toujours pas partie prenante du développement de l’île du Nord. Un développement financé et exécuté entièrement par l’Inde, au coût de Rs 3 milliards. À ce jour, 300 travailleurs indiens d’Afcons, l’entrepreneur de la Grande péninsule qui a été retenu pour les travaux, sont déjà en poste au village de La Fourche. Ces derniers s’activent en ce moment à déblayer les sites et à construire des logis plus solides que leurs tentes initiales, au cœur du village. Le Mauritius Trochetia a débarqué le dernier contingent d’ouvriers indiens, vendredi.

«Nous le répétons encore une fois, nous accueillons le développement avec joie, sauf que nous sommes dans l’incompréhension. Un aéroport et un port sont en construction et nous nous demandons toujours si des Agaléens, y compris ceux de Maurice, y seront embauchés. Ziska ler Agaléen ankor pé travay dan ti bato pé débarké. Nou tia kontan Agaléen gagn travay dan sa sekter-la», fait valoir Arnaud Poulay.

La maison familiale des Poulay se trouve dans un sale état depuis le passage du cyclone Alcide
La maison familiale des Poulay se trouve dans un sale état depuis le passage du cyclone Alcide
La maison familiale des Poulay se trouve dans un sale état depuis le passage du cyclone Alcide
La maison familiale des Poulay se trouve dans un sale état depuis le passage du cyclone Alcide
Au cœur du village des ouvriers de l'entrepreneur indien Afcons
Au cœur du village des ouvriers de l'entrepreneur indien Afcons
Au cœur du village des ouvriers de l'entrepreneur indien Afcons
Au cœur du village des ouvriers de l'entrepreneur indien Afcons
Au cœur du village des ouvriers de l'entrepreneur indien Afcons
Au cœur du village des ouvriers de l'entrepreneur indien Afcons
Au cœur du village des ouvriers de l'entrepreneur indien Afcons
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires