Palmar: le désarroi des Bangladais

Avec le soutien de

Ils ont appris du jour au lendemain qu’ils sont sans emploi. Ces ouvriers bangladais de l’usine Palmar ne savent plus vers qui se tourner. Du coup, ils en appellent au ministère du Travail. «Nous sommes sans électricité et avons de la nourriture que jusqu’à dimanche», indiquent-ils. 

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires