Chien brûlé vif: Dodo reprend du poil de la bête

Avec le soutien de

Son histoire en a touché plus d’un. Depuis quelques semaines, nombreux sont les Mauriciens – et les étrangers – qui souhaitent venir en aide à Dodo. Ce chien avait été brulé vif à Le cornu, Ste.- Croix, le 26 décembre dernier. Le coupable – qui aurait été identifié – est activement recherché après une plainte formelle faite à la police par l’ONG Second Chance Animal Rescue (SCAR).

Dodo, lui, a trouvé un nouveau toit, une nouvelle maîtresse. Il a été adopté par Noémie Barragan, une Française qui a quitté Paris il y a trois ans pour venir s’installer sous nos cieux. Choyé, aimé, Dodo essaye tout doucement de se remettre de ses blessures physiques et émotionnelles.

«Il a commencé à manger et reprend des forces. Mais il souffre toujours. Et Dodo court toujours le risque de perdre l’autre oeil», explique Sameer Golam, président de SCAR. Les séquelles de cette agression barbare sont toujours présentes, les plaies toujours à vif.

Dodo a déjà perdu un oeil et une oreille, il n'entend plus et ne voit presque plus. La peau de son visage et de son cou sont en lambeaux. Son mental est brisé. Sa nouvelle maîtresse l’emmène une fois chaque quinzaine, pour ses traitements, chez le vétérinaire. Et, pour lui rendre justice, un véritable élan de solidarité s’est formé sur les réseaux sociaux.

Ainsi donc, plusieurs personnes sont allées jusqu’à modifier leur profil Facebook pour le remplacer par «Je suis Dodo». Et c’est le slogan qu’a choisi Noémie Barragan pour rendre justice au toutou. Mais, c’est aussi et surtout aussi une façon de sensibiliser les Mauriciens sur la maltraitance animale. Il s’agit d’un cas de trop et il faut dire stop à ce fléau, clame la jeune femme.

21 000 Signatures Déjà Atteintes

En sus de cela, SCAR et Noémie Barragan ont lancé une pétition afin qu’une enquête soit ouverte à ce sujet. À vendredi, plus de 21 000 personnes l’avaient déjà signée. Une fois les 25 000 signatures atteintes, elle sera envoyée au Premier ministre. «Nous, citoyens mauriciens et du monde entier, nous demandons qu’une enquête soit ouverte dans le cas de l’agression de Dodo, que la plainte contre son bourreau Clency C. soit prise en compte sérieusement, que celui-ci soit arrêté, jugé et puni de la peine maximale prévue par la loi pour acte de cruauté envers un animal», stipule ladite pétition.

Pour rappel, l’article 3 de l’Animal Welfare Act de 2013 prévoit une amende maximale de Rs 15 000 et une peine de prison ferme n’excédant pas six mois pour «toute personne qui torture ou traite un animal de telle façon à ce que celui-ci soit sujet à la détresse, la douleur ou la souffrance [...]».

Le bourreau recherché

 Selon des témoins de la scène, l’acte de barbarie a été perpétré par un dénommé Clency C. Cet habitant de Ste.-Croix, selon plusieurs personnes de la région, aurait déjà brûlé un chat et agressé quelques-uns de ses congénères… L’homme serait déséquilibré et dangereux. Une plainte pour acte de cruauté a été faite par l'ONG SCAR au poste d’Abercrombie contre l’individu en question.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires