À 16 ans, il terrorise des enfants de Cité la Cure

Avec le soutien de

Deux plaintes ont été déposées contre un adolescent de 16 ans, habitant Cité La Cure. On l’accuse notamment d’avoir suspendu un enfant par les pieds et de l’avoir blessé. Sa mère, elle, croit en son innocence.

«Nou zanfan népli an sékirité isi.» C’est ce qu’affirment des habitants du quartier Marjelin, à Cité La Cure. Ils pointent du doigt un adolescent de 16 ans qui est sorti d’un Rehabilitation Youth Centre il y a quatre mois. Depuis, il malmènerait des enfants et aurait même fait des attouchements sur des filles de la localité. Deux plaintes ont été déposées au poste de police d’Abercrombie. Mais la mère de ce jeune nie les faits.

Dans le quartier Marjelin, les langues se délient. Jeanne D’Arc Prosper raconte que l’adolescent s’en est pris à son fils de 9 ans dans un jardin d’enfants de la localité en le suspendant par les pieds. L’enfant a ainsi été blessé à la tête. «Il a dû être transporté à l’hôpital Jeetoo, confie-t-elle désem- parée. Cela commence à devenir du harcèlement moral.»

Jeanne D’Arc Prosper avance avoir approché la mère de l’adolescent. Mais cette dernière l’aurait insultée. «J’ai parlé au garçon aussi mais il a dit à sa mère que je l’ai injurié.» Elle a donc décidé de faire une déposition à la police le 29 novembre pour coups et blessures sur son fils. Ce, dans l’espoir «ki zot kapav koz ar li. Li fek sorti dan sant, li pann gaign so leson…»

«Accusé de vol»

 Lorina Emilien, la tante d’une autre «victime» s’est aussi confiée à l’express. Selon elle, dimanche, sa nièce de 11 ans jouait dans la rue quand l’adolescent l’aurait pris à partie, en disant qu’elle l’avait accusé de vol. Il l’aurait frappée au visage. «Elle a aujourd’hui des ecchymoses au visage. Cette situation commence à devenir pesante, il faut l’arrêter», soutient-elle. Lundi, elle a fait appel à la Child Development Unit et a rapporté le cas au poste de police d’Abercrombie. La mère de l’adolescent, elle, rejette les allégations faites contre son fils. «Il n’a jamais commis ses bêtises. Zamé mo zanfan inn fer atanta à la pudeur lor tifi.» D’accuser à son tour ceux qui ont porté plainte d’avoir malmené son enfant.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires