Ajay, «marsan biyo»: son pain quotidien c’est le bois

Avec le soutien de

Il ne sait ni lire ni écrire mais Ajay Mittoo est débrouillard. Il avait 16 ans lorsqu’il a appris le métier de bûcheron. Un jour en revenant de la scierie avec des rondelles de bois entre les mains sa vie a changé. «Sa biyo-la komié ?» a lancé un premier passant, puis un autre et encore un autre... C’est à ce moment précis que lui est venu l’idée de vendre des billots. Voilà 20 ans qu’Ajay est sur la route principale d’Arsenal à vendre des rondelles de bois, tantôt servant de billot, tantôt d’objets décoratifs. Rencontre.

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires