Les sinistrés hébergés en attendant leur «home sweet home»

Avec le soutien de

La famille Pasnin a retrouvé le sourire. Après deux semaines passées dans le froid du jardin de la Compagnie, elle retrouve le conforme d’une maison. Depuis ce mercredi après-midi, 1er août, elle loge dans la maison d’accueil entretenue par Caritas, le Relais d’Espérance, à Pointe-aux-Piments.

Pour Stéphanie Hall, fille de la famille Pasnin, c’est un soulagement. «Fini le stress. Nous ne savions pas trop dans quelle direction nous allions. Maintenant, nous savons que jusqu’à la mi-octobre, nous avons un toit où séjourner.»

Stéphanie Hall a été émue par l’accueil reçu à leur arrivée dans leur demeure temporaire. «Les personnes de Caritas nous ont accueillis les bras ouverts. Cette maison contient tout le matériel requis pour vivre agréablement.»

Les deux autres familles qui dormaient au jardin de la Compagnie ont, elles, trouvé une place à l’abri de nuit de St-Antoine. Marie Noëlle Roussety, qui est éligible à obtenir un logement de la National Housing Development Co. Ltd (NHDC), attend toujours d’obtenir les clés d’une maison à Poste-de Flacq.

Et la situation dans laquelle se trouve Désiré Tharcimus pourrait également bientôt se décanter. «Une famille devrait se porter garante pour lui afin qu’il puisse obtenir une maison de la NHDC», confie Stéphanie Hall.

Expulsées du centre communautaire de St-Malo, à Baie-du-Tombeau, huit familles avaient trouvé refuge au jardin de la Compagnie. Quatre d’entre elles ont obtenu une maison de la NHDC à Quatre-Cocos.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires