Aviation: un drone filme le décollage d’un A380 sans autorisation

Avec le soutien de

C’est une affaire prise très au sérieux. Un drone qui survolait la région de Plaisance a filmé la phase de décollage d’un Airbus A380 de la compagnie Emirates Airlines. La vidéo est apparue sur la page Facebook d’un ressortissant étranger cette semaine. Or, il s’avère qu’aucun drone n’est autorisé autour de l’aéroport sauf avec l’autorisation du Department of Civil Aviation, selon un calendrier établi avec les aiguilleurs du ciel.

Celui qui a posté la vidéo se décrit comme un pilote. L’on ignore s’il en est l’auteur et de quand datent les images. La vidéo de deux minutes a d’ailleurs été supprimée depuis. Elle montre en vol stationnaire du drone la phase de décollage de l’A380 d’Emirates, soit de la piste 14 de l’aéroport de Plaisance. On y voit l’avion, non loin du drone, dans sa phase de montée en altitude.

L’express a contacté celui qui a publié la vidéo. Jusqu’ici, il n’a pas accusé réception de notre message. Depuis que la vidéo a été mise en ligne, les sites spécialistes de l’aviation et de drones se sont emparés de l’affaire pour dénoncer et commenter cet «incident». Au niveau de la police, aucune plainte n’a été enregistrée jusqu’ici.

Le site fstoppers.com, un site Web de professionnel de l’image, a publié un article à ce sujet. Il explique que le drone était à environ 200 pieds, soit à une cinquantaine de mètres de l’avion, à son passage le plus proche. Selon le site Web, il s’agirait du vol EK702 à 16 h 35 d’Emirates vers Dubaï, soit le vol retour.

Autre détail mentionné dans l’article est que le drone utilisé serait un appareil Parrot Anafi, vu qu’il y a un zoom qui est ajusté. Ce type de drone est dépourvu de la géolocalisation par satellite (GPS) comme sur les drones DJI, qui ont déjà en mémoire la zone de restriction.

Comment le drone a-t-il pu survoler la zone autour de l’aéroport ? Une des théories avancées sur fstoppers.com, c’est que l’appareil était à distance réglementaire, soit loin de la zone autour de l’aéroport. Mais que le zoom de l’engin démontre une image plus proche que la réalité. Autre théorie : la zone n’est pas assez élargie et des drones peuvent prendre des images à quelques mètres d’un avion de ligne.

L’express a contacté le département de l’aviation civile au sujet de cet «incident». Un préposé explique qu’il faut un permis pour un survol de ce type. «Les drones ne peuvent voler à 400 mètres d’altitude et aussi autour de l’aéroport sans une autorisation. Ce type d’autorisation doit être fait et le vol sera permis en coordination avec les Traffic Controls de l’aéroport, lorsqu’il n’y a pas d’avion selon une tranche horaire. S’il y a violation, c’est le département qui consigne une déposition à la police, qui mène l’enquête.»

Les Civil Aviation (Amendment) Regulations 2016 mentionnent les vols planifiés sur l’aéroport ou dans les zones autour de l’aéroport, dont une no fly zone, durant les opérations. Il est aussi dit que pour utiliser des drones commerciaux ou pour des reportages, il faut une licence d’une durée de trois ans et une autorisation dans des lieux-dits «sensibles». Les Civil Aviation (Amendment) Regulations 2016, prévoient des poursuites et une amende de Rs 10 000 aux contrevenants.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires