Kaviraj Bokhoree: «Il faut être un génie pour avoir la maladie que j’ai»

Avec le soutien de

En liberté conditionnelle depuis mercredi, pour acte de vandalisme survenu la veille au bureau de Me Rama Valayden, l’avoué Kaviraj Bokhoree revient sur cet incident. C’est à son étude, sise dans une petite ruelle de la capitale, qu’il nous a reçus hier après-midi, entre deux rendez-vous en cour. Réagissant à ceux qui le décrivent comme une personne «instable, voire malade», l’ancien boursier de la filière économique du collège Royal de Curepipe a ceci à dire : «La maladie que j’ai, il faut être un génie pour l’avoir.»

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires