Nouvelle-France: Pravind Jugnauth poursuit sa croisade contre ses détracteurs

Avec le soutien de

Affluence à Nouvelle-France, le vendredi 23 septembre, en marge du congrès du MSM. Une foule de sympathisants des circonscriptions 11 et 12 s’est déplacée pour écouter ce qu’avait à dire Pravind Jugnauth. Et tout en faisant le bilan du gouvernement, le leader du MSM en a profité pour régler ses comptes avec ses adversaires.

S’attaquant à Navin Ramgoolam, Pravind Jugnauth a dressé un bilan noir de l’ancien gouvernement en citant les différents scandales qui ont fait la une des journaux. Notamment les dettes de l’ex-MPCB, la DBM, le cas Nandanee Soornack, le projet Terre-Rouge–Verdun, ou encore les Rs 1,5 milliard de dettes de la National Development Unit. Pravind Jugnauth estime que Navin Ramgoolam «inn zwir kas lepep avek arogans» mais que le gouvernement actuel «pé rédres tousala ek nou pé amenn progré an mem tan».

Sur la bataille des foules, le leader orange a clamé que Navin Ramgoolam a eu besoin des 20 circonscriptions du pays pour attirer une foule à Triolet, dimanche dernier. Alors que le MSM peut, lui, compter sur «ses soldats en masse» dans chaque circonscription.

En ce qui concerne le leader du MMM, Pravind Jugnauth a lancé: «Eski Bérenger kapav vinn donn léson moralité?» Il a souligné au passage comment le leader de l’opposition aurait «violé» la démocratie en 2014. «Enn par enn pé kit li pé alé. Inn koumansé par Ivan, Ganoo, Kavi Ramano ek aster Joomaye. Ek la osi li pou dir ou MMM pli for ki zamé.»

Étaient également présents à ce congrès: le vice-Premier ministre et ministre du Logement et des terres Showkutally Soodhun, Stéphane Toussaint ou encore Sandhya Boygah. Mahen Jhugroo a lui demandé à Arvin Boolell de suivre l’exemple de Zouberr Joomaye, déplorant toutefois que les membres du PTr n’ont pas de «guts».

«Nou konstitision kler»

Le leader du MSM a aussi commenté la décision du Premier ministre de lui céder sa place. «Dan enn pei démokratik, li gagn drwa sa. Nou konstitision kler ki kan enn parti éna mazorité li gagn drwa komandé», a dit Pravind Jugnauth. Par ailleurs, il s’est dit reconnaissant envers Xavier-Luc Duval et Ivan Collendavelloo qui ne contestent pas cette décision.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires