Firemount Textile Ltd: des employés contestent leur transfert

Avec le soutien de

«Kifer pa finn donn nou enn notice ki lizinn la pe fermé Goodlands?» Des employés de Firemount Textile Ltd, à Goodlands, disent avoir trouvé porte close en se rendant au travail, le lundi 5 septembre. L’usine a, en fait, été délocalisée à La-Tour-Koenig.

Ces employés soutiennent que la date exacte à laquelle la délocalisation serait effective ne leur a pas été communiquée. «Fode nou vinn travay gramatin pou nou konn sa? Kifer inn tret nou koumsa?» lancent-ils. Une déposition a été faite au poste de police de la localité.

«Nous avons des enfants qui reviennent de l’école à une heure fixe. Ce sera compliqué pour nous de travailler à La-Tour-Koenig qui n’est pas la porte d’à côté», explique Vassookee Curthasamy, une employée. D’autres femmes acquiescent. «Nous sommes nombreuses à suivre des traitements à l’hôpital et au dispensaire de la localité. Certaines doivent s’y rendre toutes les semaines», font-elles valoir. Les employés précisent qu’ils ont, à maintes reprises, fait part de leur mécontentement face à cette délocalisation.

Selon Beejaye Somai, secrétaire de la Textile Garments and General Workers Union, une circulaire, dans laquelle la direction de Firemount Ltd évoque une restructuration, a été émise le 16 juin dernier. Mais, affirme-t-il, la décision de délocaliser l’usine a été prise sans en informer le syndicat. «Lors de la dernière réunion avec la direction de l’usine, le sujet a été abordé. Toutefois, elle est allée de l’avant avec la délocalisation sans nous en parler.» Housmah Devi Aukhojee-Seesungkur, la présidente de ce syndicat, est aussi très remontée. «C’est une honte. Nous ne pouvons pas cautionner un tel acte, un tel manque de respect. Cela concerne les ministres du Travail, de la Santé et de la Femme.»

Interrogé, Anil Kholi, directeur de Firemount Textiles Ltd, déclare que «ces employés ne sont pas au chômage. Ils ont un travail et doivent s’y rendre. Cela fait trois mois que nous avons annoncé la délocalisation». Il ajoute que «nous avons mis à la disposition des employés un transport pour se rendre à La-Tour-Koenig. Leur contrat de travail stipule que s’il y a une délocalisation, ils doivent bouger. Je ne peux rien y faire».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires