Ramgoolam au nº 5: retour pas si triomphal…

Avec le soutien de
Le retour de Navin Ramgoolam dans son ancien fief hier, mardi 10 novembre n’a pas été aussi triomphal que l’accueil qu’il avait reçu à Kewal Nagar, le 20 septembre. C’était la première fois depuis sa lourde défaite électorale en décembre dernier que l’ex-Premier ministre faisait une sortie publique dans la circonscription    n°5, Pamplemousses-Triolet. C’était à l’occasion d’une fête culturelle organisée par le Gahlot Suryavanshi Rajput Sabha (GSRS).
 
Contrairement à sa dernière sortie à Brisée-Verdière, dimanche, le leader du Parti travailliste a, cette fois, choisi de faire le déplacement en compagnie de son épouse Veena Ramgoolam. Dans l’assistance composée de plus de 300 personnes, l’on comptait des dames âgées et moins âgées. Mais l’on retiendra surtout la présence aux premiers rangs du pandit Sooryadeo Sungkur, de l’ancien président du PMSD Maurice Allet, de l’ex- directeur du Mauritius Examinations Syndicate Lucien Finette, des deux colistiers de Navin Ramgoolam au n°5, Satish Faugoo et Devanand Ritoo, ainsi que d’autres membres du PTr qui sont toujours aux côtés de leur leader à chacune de ses sorties. À savoir, Cader Sayed Hossen, Stéphanie Anquetil et Mahend Gungapersad.
 

Réactions mitigées

 
Mais avant l’arrivée de l’ex-chef du gouvernement, les réactions étaient mitigées dans le village. Certaines personnes interrogées par l’express étaient confiantes que ce rendez-vous allait faire salle comble, non seulement parce que Navin Ramgoolam était de retour, mais aussi en raison de la proximité de l’organisateur avec les habitants de l’endroit. En l’occurrence, Vivekanand Bhoyroo, le président du GSRS.
 
D’autres, par contre, étaient d’un avis contraire. «L’assistance qu’il y aura ce soir ne veut rien dire. On l’a vu en décembre dernier, tout se joue le jour des élections et pas avant. Et puis, on ne juge pas le bilan du gouvernement après un an», fait valoir un courtier maritime.
 
Un commerçant qui tient boutique aux abords de la route principale, à quelques pâtés de bâtiments du lieu où se tient la fête culturelle, abonde dans le même sens. Même les premières secousses au sein du gouvernement, avec la démission de la députée Danielle Selvon du MSM, ne l’ont pas fait changer d’avis. D’ailleurs, il décrit cet épisode dans un langage très imagé : «Sé enn zamalak kinn tonbé dépi sa pié-la.»
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires