Ramgoolam: «Je n’ai pas dit que je suis fort»

Avec le soutien de

L’ancien Premier ministre estime que l’express l’a «mal compris». Navin Ramgoolam affirme qu’il n’a pas dit, dimanche à Sébastopol, qu’il était «fort». Il s’est livré à une courte séance de questions-réponses avec les journalistes au moment de quitter les Casernes centrales, le mercredi 2 septembre.

Ejecté hors du pouvoir, accablé par une série d’affaires criminelles, il ne lui manquait plus que l’amnésie. 72 heures après avoir bel et bien dit à Sebastopol « Mo fort », Navin Ramgoolam affirme que ses propos ont été mal rapportés.

Voici la bande-son de dimanche et jugez-en vous-même.

 
 
 

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires