Campagne électorale: montée de violence entre agents politiques

Avec le soutien de

Il dit avoir été agressé à coups de poing par un groupe de personnes. Aniff Seenath, un activiste de l’alliance PTr-MMM, indique qu’il se trouvait à Vallée-Pitot hier soir, mardi 25 novembre, quand ses assaillants lui sont tombés dessus.

L’activiste raconte qu’il était alors en route pour apporter des oriflammes à des agents qui avaient changé de bord. Blessé, il a été conduit à l’hôpital Jeetoo. Une plainte a été faite à la police.

A Eau-Coulée cette fois, le quartier général de l’alliance Lepep, qui devait être inauguré hier à la rue Laperouse, a été vandalisé. Les partisans de l’alliance Lepep ont découvert le matin que des graffitis peu flatteurs avaient été peints sur les volets du bâtiment. Les banderoles et les oriflammes avaient été arrachées et jetées au sol. Sur les volets, on avait écrit à la peinture rouge: «Nando nou pa le.»

Les partisans de la coalition MSM-PMSD-ML sont furieux. «Nous sommes restés au QG jusqu’à 23 heures lundi soir. C’est sûrement aux petites heures du matin que des voyous ont endommagé notre QG», indique l’un d’eux. Des habitants de la rue Laperouse auraient d’ailleurs fait appel à la police en entendant des bruits après minuit.

Du côté de l’alliance Lepep, l’on indique avoir l’intention de porter plainte. «Nous espérons vivement  que ce sera le dernier incident dans notre circonscription», laissent entendre des activistes. Entre-temps, ils ont repeint le QG et ont remis en place les banderoles et les oriflammes.

Il s’agit du second quartier général de l’alliance Lepep à être vandalisé. Il y a deux semaines, celui de Glen Park a été éclaboussé de peinture noire à plusieurs endroits.

Le jour du Nomination Day, le lundi 24 novembre, des agents du FSM et du PTr-MMM en sont venus aux mains. Il n’a suffi que de quelques mots provocateurs pour que la situation dégénère entre deux agents des deux partis. Plusieurs personnes s’en sont alors mêlées. Coups de poing, de bâton et de casque ont fusé. La police a dû intervenir pour calmer les esprits. Une prise de bec a également eu lieu entre des agents des deux partis à l’école Bon Accueil SSS, lundi.

Autre incident qui s’est déroulé lors d’un rassemblement politique: du gaz lacrymogène avait été lancé lors d’une réunion de l’alliance Lepep à Nouvelle-France, le mercredi 12 novembre. Deux personnes ont dû se rendre à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle pour y recevoir des soins. La bombe a été saisie comme pièce à conviction.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires