Au n° 6: SAJ promet l’ouverture d’une enquête sur la disparition d’une montre à Roches-Noires

Avec le soutien de

Ce vol avait fait grand bruit l’année dernière. Et l’ancien président de la République a, lors d’un congrès de l’alliance Lepep hier, à Vale, promis l’ouverture d’une enquête sur la disparition d’une montre, une Rolex, à Roches-Noires. SAJ est aussi revenu sur la IIe République qu’il qualifie de «catastrophe».

Il est revenu, à maintes reprises, sur ce sujet depuis qu’il mène sa campagne électorale. Hier lors d’un congrès de l’alliance Lepep à Vale, Sir Aneerood Jugnauth a promis l’ouverture d’une enquête sur la disparition d’une montre, une Rolex, dans un campement à Roches-Noires. Une disparition qui avait fait grand bruit l’année dernière. L’ancien président de la République est également revenu sur le projet de la IIe République du PTr. Selon SAJ, «il faut un référendum avant de changer tout système de gouvernement.»

Il a poursuivi en disant que la IIe République de l’alliance PTr-MMM est une catastrophe. Et qu’on ne peut décider de l’amorcer après une simple élection, mais qu’il faut d’abord avoir l’avis de la population, et ce, à travers un référendum. Pour l’ancien président de la République, ceux qui voteront pour l’alliance rouge-mauve se disent d’accord pour une IIe République sans référendum.

Le leader de l’alliance Lepep a aussi mis en garde Navin Ramgoolam, leader du Parti travailliste (PTr). «Navin Ramgoolam so plas Melrose», a lancé SAJ. Il a expliqué, notamment, qu’il «lancerait une enquête» sur le Premier ministre sortant. Il a aussi fait ressortir que l’écart entre les riches et les pauvres, comme souligné dans les statistiques de la Banque mondiale, a empiré sous le régime de Navin Ramgoolam ces neuf dernières années.

SAJ s’est également attaqué à Paul Bérenger, disant que ce dernier est contraint de faire du porte-à-porte afi n de «mendier pour des votes». Pour l’ex-président de la République, Paul Bérenger a oublié tous les scandales dans le pays, allant même jusqu’à soutenir la télévision nationale et Nandanee Soornack.

Il a aussi rappelé qu’en 1982, alors que lui et Paul Bérenger avaient formé une alliance qui avait remporté les élections avec une victoire 60-0, Paul Bérenger, ministre des Finances de ce nouveau gouvernement, avait suggéré de faire l’éducation payante et d’enleverles subsides sur la nourriture. Ce à quoi lui, le leader de l’alliance Lepep aujourd’hui, s’était opposé.

Également à l’agenda de SAJ: le droit de vote. «Une fois le Parlement dissout, c’est le peuple qui détient le pouvoir entre ses mains à nouveau. Ceux ki ne votent pas n’ont rien dans la tête, a expliqué SAJ, ils sont des poltrons.»

 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires