Bérenger à Bel-Air: «La IIe République est dans l’intérêt de l’avancement des femmes»

Avec le soutien de

Lors d’un meeting de l’alliance de l’Unité et de la Modernité à Bel-Air, le vendredi 14 novembre, Françoise Labelle et Paul Bérenger ont vanté les mérites d’une IIe République. Selon le leader du MMM, les femmes pourront aspirer à occuper le poste de Premier ministre ou de président de la République avec ce changement de Constitution.

Lors de son allocution, Paul Bérenger a, par ailleurs, laissé entendre qu’Ajay Gunness pourrait remplacer Rajesh Jeetah comme ministre de l’Enseignement supérieur en cas de victoire de l’alliance de l’Unité et de la Modernité. C’est peu après l’arrivée de Navin Ramgoolam au meeting que Paul Bérenger, réagissant à des commentaires de la foule, a donné une indication en ce sens. «Ajay li for dan ledikasyon, ekonomi enn lot kitsoz sa», a-t-il déclaré en référence à l’équipe économique de l’alliance PTr-MMM, avant de préciser qu’Ajay Gunness «pou gayn so full plass pou donn koudmin dan ledikasyon».

Étant donné son statut de Senior Member du MMM, le ministère de l’Éducation et celui de l’Enseignement supérieur semblent être les options. Mais, étant donné que les indications sont que Steeve Obeegadoo pourrait obtenir de nouveau le portefeuille de l’Éducation pour s’attaquer à la réforme du Certificate of Primary Education, l’ancien ministère de Rajesh Jeetah semble être l’option la plus probable pour Ajay Gunness.

Paul Bérenger a également choisi de répondre aux accusations de sir Anerood Jugnauth faites au même endroit mercredi, concernant un présumé accord conclu avec Airbus pour un jet privé pour Navin Ramgoolam. Il ne s’agirait que «de palabres» selon le leader des mauves. (NdlR, Air Mauritius a également démenti les propos de sir Anerood par le biais d’un communiqué.) «Ki kredibilite bolom la enkor ena?» s’est demandé Paul Bérenger.

Les deux leaders se sont également fait de petits croche-pieds sans le réaliser. D’abord, Paul Bérenger en soulignant qu’il était le seul, avec Madan Dulloo, à participer à toutes les élections depuis 76. Un record. «E ankor,zis 76 parski ti renvoy eleksyon!» a-t-il lancé, en oubliant que c’est feu sir Seewoosagur Ramgoolam qui était responsable d’un tel renvoi. Navin Ramgoolam a lui traité, lors d’une anecdote, Prem Nababsing «d’hypocrite». Ce, alors que Paul Bérenger avait déclaré un peu plus tôt que Vidula Nababsing aurait fait «enn mari premye minis» en 1987.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires