Faugoo : «Le mini-amendement constitutionnel n’est pas si simple»

Avec le soutien de

Les contestataires qui réclament, au nom des droits humains, que l’Etat abolisse l’obligation de déclarer son appartenance ethnique pour participer aux élections devront encore patienter.  La solution envisagée, en l’occurrence le remplacement du mot «shall» par «may» dans la Constitution, n’est pas une mince affaire.

C’est ce qu’a indiqué l’Attorney General, Satish Faugoo, à l’issue de la quatrième réunion technique du comité qu’il préside, ce mercredi 4 juin. En revanche, le gouvernement et l’opposition sont tombés d’accords sur l’orientation de la réforme électorale.

 
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires