Inondations: Rivière-du-Poste et Grand-Bois les plus touchés

Avec le soutien de

Harry Subrun, un habitant de Rivière-du-Poste, raconte qu’une pluie soudaine s’est abattue sur le village dans l’après-midi d’hier, lundi 14 avril. Et lorsqu’elle ne donnait pas l’air de vouloir cessé, les habitants ont été pris de panique. Pour cause, l’eau s’est accumulée dans environ 150 maisons, estime Harry Subrun. La météo avait du reste déjà annoncé un début de semaine pluvieux, mais les habitants étaient loin de se douter que la pluie allait être d’une telle intensité.

Pour Harry Subrun, si le niveau d’eau est soudainement monté, c’est la faute aux «drains bouchés». Des gens ont dû démolir des trottoirs pour que l’eau puisse circuler, explique-t-il.

Un autre habitant affirme que la rivière est en crue. «Elle n’a pas encore quitté son lit mais cela peut arriver si la pluie persiste», s’inquiète-t-il.

Vinay Roopun abonde dans le même sens. Ce résidant de Grand-Bois explique que c’est la même scène de désolation qui prévaut dans ce village du Sud. Camp-Banane est la localité de Grand-Bois la plus touchée, précise-t-il. «Bel debordman partou. Ena bokou drin bouse», constate-t-il.

Pour Vinay Roopun, c’est la première fois «qu’il y a une telle situation dans le village». Rose-Belle n’a pas non plus été épargné. Un habitant indique que les averses n’ont pas cessé de tomber depuis 16 heures, rendant la routeprincipale impraticable, la visibilité réduite et les parkings, cours et maisons inondés.

En trois heures, le village a enregistré une pluviométrie de 86,4 mm. «Dans un morcellement de la région, l’eau arrive jusqu’aux chevilles», affirme-t-il. Idem pour Sakuaduth Jeebaun, autre résidant, qui a noté des accumulations d’eau partout sur les routes.

D’ailleurs, la route de New-Grove en direction de Mare-Chicose a dû être fermée à la circulation.

Du côté des pompiers, les appels ont refoulé sur le 115. Selon un officier, une trentaine d’appels ont nécessité une assistance pour le pompage des eaux. «Heureusement qu’on n’a pas eu à intervenir pour des blessés ou pour des opérations de sauvetage dans les maisons et la rivière», rassure-t-il.

Devant le nombre d’interventions, les pompiers des casernes de Coromandel et de Quatre-Bornes ont prêté main-forte à leurs collègues de Mahébourg, Curepipe et St Aubin, mobilisés en premier.

Réagissant aux propos de certains habitants de Rivière-du-Poste qui déplorent que «pompier inn vini inn ale», notre interlocuteur explique que les pompiers pompent l’eau dès que celle-ci a atteint un certain niveau. «Il faudrait qu’il y ait plus de 6 pouces d’eau dans un lieu pour pouvoir la pomper. S’il y en a moins, la pompe ne va pas fonctionner», confie-t-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires