Politique 135

Lors d’une conférence de presse ce mercredi 23 octobre, Pravind Jugnauth a énuméré les 15 mesures phares de son gouvernement. En voici les principale

Match sur le thème du Law and Order, le trafic de drogue et la sécurité nationale.

Publicité

C’est ce mercredi 23 octobre que l’Alliance Morisien a décidé de divulguer les grandes lignes de son manifeste électoral. Après une brève introductio

Après la série d’allégations sur les transferts de fonds de son parti à son compte personnel, le leader des Rouges est la cible d’une autre vidéo, so

Publicité

Le leader de l’Alliance Morisien considère qu’il n’a qu’un seul adversaire : le Parti travailliste (PTr). Pravind Jugnauth l’a affirmé lors d’un cong

Sa colère a été terrible ce mardi 22 octobre lorsqu’un policier l’a interrompu alors qu’il parlait à la presse au n°8. Et elle a décuplé lorsque le p

Publicité

Cet incident au n°8 lors du Nomination Day hier, mardi 22 octobre à l’enregistrement de la candidature du leader du Party Malin, Dhanrajsingh Aubeelu

L’ancien député de la circonscription de Rivière-des Anguilles - Souillac, Bashir Jahangeer rejoindra le PMSD. Dans une brève déclaration à l’express

Publicité

Pravind Jugnauth soutient que le principal duel sera celui opposant l’Alliance Morisien à l’Alliance Nationale. Navin Ramgoolam s’attèle de son côté

Ramgoolam et Jugnauth semblent atteints de la phobie du vote "kupé-transé" et ils ont raison d'avoir peur. Les autres titres du jour:  - Serenity et

Publicité

Nous vous présentons le Zapping du Nomination Day. Au menu : Arianne Navarre-Marie, Harshani Mahadoo, Raj Pentiah ou encore le candidat du Parti mali

N°1 1. ACHARUZ Ravinandun Kumar, also known as Ashiv (100% Citoyens) 2. ADÉLIA Marie Christinne Isabelle (Lalit) 3. ANTHONY Jean François Désiré

Publicité

C’est un Paul Bérenger des grands jours qui a pris la parole en ce mardi soir, à la route Hugnin, lors d’une réunion organisée dans son fief, Stanley

«Ki manyer to kapav gayn statement parti travayis dan to biro ? É dokiman éroné.» C'est ce que s’est demandé Navin Ramgoolam, leader du Parti travail