Hommage à Mamade Elahee : Monsieur Football n’est plus

Avec le soutien de

A 81 ans et après une soixantaine d’année consacrée au football local, Mamade Elahee est décédé hier matin. Souffrant d’un problème respiratoire, celui que tout le monde appelait affectueusement « Bhai Mamade » a disputé son dernier match après trois semaines d’hospitalisation.

Le football mauricien perd, ainsi, l’une des ses plus grandes figures, qui a été joueur, entraîneur, conseiller et tout dernièrement ambassadeur du football. Les obsèques de Mamade Elahee ont eu lieu hier après-midi. La grosse foule s’était déplacée à son domicile, à Cité Martial. Personnalités du pays, ministres, députés, familles, proches, anciens footballeurs, joueurs actuels, amis et même des inconnus lui ont rendu un dernier vibrant hommage, avant son inhumation au cimetière de Riche-Terre.

Le ballon rond mauricien est définitivement en deuil. Il est même frappé en plein coeur. Avec la disparition de Mamade Elahee, c’est une page de l’histoire de notre football qui se tourne. Quand on parle des moments forts de cette discipline, son nom revient toujours, à commencer par les instants inoubliables de 1974.

La qualifi cation historique de notre sélection à la IXe Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 1974 en Egypte porte sa griffe. Il est alors entraîneur national. « Ça demeure mon plus grand accomplissement et celui du football local », nous avouait-il, l’année dernière, lors de la commémoration des 35 ans de cet événement.

Comment ne pas se rappeler, aussi, de la belle médaille d’or décrochée en 1985 aux JIOI. La sélection était menée par Helmut Kosmehl, secondée par Mamade Elahee. La carrière d’entraîneur de « Bhai Mamade » a été riche, débutant avec les Muslim Scouts en 1960 pour finir avec le Scouts Club en 1993, en passant par le Sunrise en 1989.

Si, en tant qu’entraîneur, il a accompli de belles choses, comme le titre de champion en 1976, Mamade Elahee a aussi chaussé les crampons. Il a été un défenseur rugueux. Le jeune Mamade débute en 1945 sous les couleurs des Royal Muslims. Du haut de ses 15 ans, on voit en lui une étoile montante. C’est le début d’une grande carrière…

Il est transféré en 1947 au First Mauritius Muslim Scouts, qui deviendra, sept ans plus tard, les Muslim Scouts. Un club où il a passé la plus grande partie de sa carrière, avant de raccrocher les crampons sous les couleurs des Sharks en 1963. Entretemps, Mamade Elahee s’est fait une notoriété en équipe nationale avec des matches internationaux triangulaires contre la Réunion et Madagascar.

C’est une vilaine blessure au ménisque qui l’a contraint à arrêter sa carrière, en 1963, à l’âge de 33 ans. C’est alors que « Bhai Mamade » s’intéresse au métier d’entraîneur. Il suit des formations à l’étranger, notamment en France, en Allemagne et en Angleterre. Ses belles réalisations lui ont valu des distinctions personnelles, comme un titre de MBE en 1970, une décoration de la Fifa en 1976 ou encore la citoyenneté d’honneur de la ville de Port-Louis en 1987.

Bref, Mamade Elahee a consacré plus d’un demi-siècle de sa vie au football. Cet homme frêle, dont les déclarations comme « Boule rond, la plaine carré » resteront à jamais gravées dans les mémoires, a apporté une contribution indéniable au développement de cette discipline.

« Bhai Mamade » manquera au football mauricien. La légende vivante qu’il est ne mourra jamais !

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires