Célébrations à Kewal Nagar: Navin Ramgoolam demandera des observateurs indépendants aux prochaines élections

Avec le soutien de
Le leader rouge a souligné hier qu’il veut une dose d’anciens et de nouveaux au sein du PTr et qu’il ne sera pas éternellement à son poste.

Le leader rouge a souligné hier qu’il veut une dose d’anciens et de nouveaux au sein du PTr et qu’il ne sera pas éternellement à son poste.

Les célébrations du 122e anniversaire de SSR se sont déroulées à Kewal Nagar, hier. Après avoir affirmé dans son long discours que personne ne pourra effacer la mémoire de son père, le leader du PTr a commenté l’actualité locale et l’inlassable combat qu’il compte mener pour la reconquête du pouvoir.

Le leader du Parti travailliste (PTr), Navin Ramgoolam, souhaite que les prochaines élections générales se déroulent dans la transparence et non comme celles de novembre 2019. Prenant la parole, hier, à la célébration du 122e anniversaire de Sir Seewoosagur Ramgoolam (SSR) à Kewal Nagar, il a souligné que le PTr n’acceptera pas que les urnes soient transportées dans des camions de la CWA et des «kamion salté». Il se demande pourquoi le dé- compte des voix ne peut pas se faire le même jour. «Autrefois, il n’y avait pas d’électricité mais ce n’est plus cas.»

Le PTr, a-t-il annoncé, fera appel à des organisations internationales pour superviser les prochaines élections générales, en précisant que les représentants de ces organisations seront à Maurice bien avant la tenue du scrutin. Pour le leader des Rouges, les dernières élections générales ont été «truquées», citant le déroulement du scrutin dans la circonscription no 19, où il y a eu un manque de bulletins de vote.

Navin Ramgoolam, commentant la conférence de presse de Pravind Jugnauth sur le rapport de la commission d’enquête sur l’ancienne présidente de la République, se demande pourquoi le Premier ministre tente de blanchir Álvaro Sobrinho dans cette affaire. «Il faut connaître l’identité des personnes qui ont bénéficié des largesses et de l’argent de Sobrinho.»

Il a rappelé comment Álvaro Sobrinho avait voulu obtenir une licence bancaire mais que, grâce à l’ancien gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi, il avait essuyé un refus. «Pravind Jugnauth a alors apporté des changements à la loi pour déléguer des pouvoirs à la Financial Services Commission (FSC) et rappelons que quatre membres indépendants de cette commission, dont Dhiren Dabee qu’on connaît pour son indépendance, avaient démissionné.» Pour Navin Ramgoolam, Pravind Jugnauth ment quand il dit qu’il ne sait pas si un conseiller de son bureau a écrit une lettre sur la base de laquelle Ameenah Gurib-Fakim a été forcée de quitter son poste.

Le leader du PTr a en outre fait état des difficultés économiques auxquelles font face les Mauriciens. Il a parlé de la cherté de la vie. Depuis 2014, la roupie mauricienne a été dévaluée au moins quatre fois vis-à-vis du dollar. Le pays est endetté et il a parlé du projet de Côte-d’Or «kot personn pa alé mem laba» ou encore du refus de baisser les prix du carburant. «Pé ankor met tax pou asté vaksin!»

Au début de son intervention, il a félicité le boxeur Richarno Colin pour son sacre à la finale de boxe au Championnat d’Afrique. Il a aussi rappelé l’anniversaire de sir Satcam Boolell, qui aurait eu 102 ans la semaine dernière.

Navin Ramgoolam a consacré une bonne partie de son discours à SSR, affirmant que personne ne pourra effacer la mémoire de ce dernier. Il a relaté la vie du petit Kewal et son parcours d’étudiant en Angleterre jusqu’à son adhésion au PTr. «Il a eu la patience car ce n’était pas facile d’être admis dans un tel parti.»

Dans le même souffle, il a lancé une mise en garde à ceux qui estiment avoir été écartés du parti. «Bizin éna pasians.» Il veut une dose d’anciens et de nouveaux au sein du PTr et a souligné qu’il ne sera pas éternellement à son poste. «Après moi, il y aura un autre leader.»

Son père a été aidé par des hommes de bonne volonté, peu importe leur communauté. Pour cela, «je demande, quand vous allez voter la prochaine fois, de voter pour le PTr et non pour une communauté ou pour une caste». Il dit n’avoir aucun doute que le PTr sera bientôt au pouvoir. «Éna enn bondié pour PTr ek bizin liber sa péi-la.»

Le nouveau secrétaire général du PTr, Ritish Ramful, estime que Navin Ramgoolam saura mener le parti à la victoire. Le processus de rajeunissement du PTr a débuté avec le dynamisme des jeunes et la sagesse des anciens qui le porteront vers l’hôtel du gouvernement, a-t-il souligné, avant d’évoquer le combat de SSR qu’il a comparé aux grands tribuns étrangers, dont le mahatma Gandhi et Nelson Mandela.

Le président du parti, Patrick Assirvaden, a, lui, fait ressortir que le MSM ralentit le combat du PTr, mais tel un rouleau compresseur, le parti se dirige vers la reconquête du pouvoir. Il a rap- pelé comment, quand le PTr était au pouvoir, les Mauriciens vivaient bien.

Shakeel Mohamed : «Ma famille compte plus que tout»

Shakeel Mohamed, rentré au pays mercredi dernier, a brillé par son absence à Kewal Nagar. Interrogé, il a souligné que c’était l’anniversaire de sa mère hier et qu’il a préféré être à côté d’elle. D’autant que c’est la première année qu’elle célèbre son anniversaire sans son époux. «Pour moi, c’est la famille qui compte le plus actuellement.» Interrogé s’il est satisfait du poste de vice-président, il a répondu qu’il n’a pas un regard négatif sur ce poste. Mais il estime que Navin Ramgoolam saura venir avec d’autres nominations prochainement. Il a souligné que le lendemain de son retour au pays, il a rencontré Navin Ramgoolam pendant une heure et demie et que ce dernier savait qu’il ne serait pas présent à Kewal Nagar. Il dit avoir suivi les discours à travers les réseaux sociaux. Par ailleurs, il regrette le départ d’Ezra Jhuboo et espère que ce dernier retournera vite au bercail. «Je ferai le pont entre lui et Navin Ramgoolam pour qu’il réintègre le parti.»

Akil Bissessur: «J’ai toujours été un sympathisant du PTR»

Akil Bissessur et sa campagne, Doomila Moheeputh, étaient présents à Kewal Nagar, hier. Interrogé, Akil Bissessur a souligné qu’il a été et reste un sympathisant du PTr. «Depuis tout petit, je suis un fervent supporteur du parti et j’ai marqué ma présence à la célébration de la naissance de SSR à Belle-Rive. «C’est purement pour des raisons politiques que Pravind Jugnauth m’a fait arrêter.» Il a indiqué qu’il a eu l’occasion de parler à Navin Ramgoolam, hier.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x