Platinum Card saga: demande d’une révision judiciaire d’un rapport «intellectuellement malhonnête»

Avec le soutien de

Elle n’a pas répondu à nos nombreux appels et messages depuis vendredi. L’ex-présidente de la République a choisi de donner la réplique au Premier ministre, Pravind Jugnauth, ailleurs que dans l’express qui avait exposé toute l’affaire Platinum Card, sous le titre Affaire Sobrinho: les folles dépenses de Madame la présidente, le 28 février 2018. Ainsi sur Radio Plus, hier, Ameenah Gurib-Fakim a dit être en consultation avec un panel d’avocats et qu’elle entamera dès demain des démarches pour réclamer une révision judiciaire du rapport Caunhye. Rapport qu’elle qualifie de «choquant et d’intellectuellement malhonnête qui fait l’amalgame entre le rôle de la présidence et le président».

Elle déplore que ce soit elle qui doive porter le chapeau de toutes les tractations et de tout ce qui s’est passé à la présidence alors que c’est l’ex-secrétaire à la présidence, Dass Appadu, qui était responsable de l’administration au Réduit. Par ailleurs, elle ajoute que Pravind Jugnauth a été economical with the truth et que le rapport imputes motive. Pour elle, c’est avec la commission d’enquête sur 15 points qu’elle avait instituée sans l’aval du Conseil des ministres, que la population mauricienne aurait su comment l’ex-banquier angolais Alvaro Sobrinho est arrivé à Maurice et qui sont les bénéficiaires de berlines et d’appartements à Royal Park.

Concernant la carte de crédit dont elle a bénéficié de Planet Earth Institute en tant que trustee et vice-présidente, elle dira que le State Law Office avait été consulté et que l’exécutif était au courant puisque le compte a été ouvert par l’accountant general sous le ministère des Finances. Ameenah Gurib-Fakim maintient avoir remboursé ses dépenses un an avant que ses relevés bancaires ne soient publiés dans l’express. Elle précise ici : «Mo pann servi enn sou larzan piblik kontrerman à Molnupiravir, Pack & Blister, St Louis Gate.» Sur ses discussions avec Pravind Jugnauth après l’éclatement du scandale Platinum Card, elle répond que la seule question que le PM lui a posée le 6 mars 2018, lorsqu’il est venu au Réduit avec Ivan Collendavelloo, c’est la date à laquelle elle démissionnerait. «Mo pann donn okenn dat zamé. Mo ti dir les le 12 mars pasé. Apré kan présidan indien arive li ti fer kas protokol pou ki li pa asiz kot mwa.» Quant à la lettre anonyme brandie par Pravind Jugnauth et qu’il aurait remise à l’ICAC, l’ex-présidente souligne avoir été interrogée par l’ICAC sur l’accès VIP à l’aéroport et jamais sur le contenu de cette lettre.

Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x