Singh

Avec le soutien de

C’est une affaire gravissime.

Ecoutant Sherry Singh sur les ondes de Radio Plus, le mot qui s’impose est en effet : tsunami. C’est une véritable lame de fond.

De toutes les fautes que les Mauriciens reprochent au Premier ministre, aucune n’apparaît aussi condamnable que l’accusation de l’ancien CEO de Mauritius Telecoms : une tentative, révèle-t-il, d’espionnage de ce qui se disent les citoyens sur l’internet. Singh donne comme principale raison de sa démission une proposition du Premier ministre d’installer au sein de Mauritius Telecoms un système de surveillance des échanges internet des Mauriciens, dit sniffing au profit d’une instance non identifiée. Un système illégal, immoral, illégitime. J’ai du mal à imaginer que Singh serait devenu mythomane.

Le reste des révélations de Singh est la confirmation de ce que les Mauriciens dénoncent depuis des mois : le clientélisme, le favoritisme, le noubanisme.

L’action de Singh mérite d’être saluée. On peut compter sur les doigts d’une seule main les Mauriciens disposés à démissionner d’un poste aussi prestigieux et aussi bien rénuméré sur une question de principe de cette nature. Sauf que Singh a trop dit pour ne pas tout dire. Pour mesurer la gravité de sa dénonciation, il est indispensable de connaitre l’identité de ce « third party » espion.

C’est Singh lui-même qui s’est placé au pied du mur.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x