Metro Express Limited a obtenu des prêts de Rs 1 milliard depuis… 2019

Avec le soutien de
65 000 passagers d’après les prévisions de MEL, à Rs 40 le ticket, rapporteraient Rs 1 Md en 2023.

65 000 passagers d’après les prévisions de MEL, à Rs 40 le ticket, rapporteraient Rs 1 Md en 2023.

Depuis la mise en opération du projet Metro Express en 2019, le tram engloutit des millions. Pour le Budget 2022-23, encore des millions ont été alloués à Metro Express Limited (MEL) pour ses opérations. Lors de l’exercice de dotations budgétaires, Reza Uteem, député du MMM, a voulu connaître le montant total des prêts accordés à cet organisme. Dans sa réponse, le ministre du Transport et du métro léger, Alan Ganoo, a donné une liste de tous ces prêts. En 2019-20, Rs 220 millions ont été déboursées pour les opérations du tram. Ce sera le premier d’une série de prêts alloués à MEL.

Pour rappel, lors du Supplementary Appropriation Bill au Parlement le 23 juin 2020, le ministre Ganoo avait affirmé que l’organisme a été lourdement impacté par le Covid-19.

Cette somme, avait-il fait ressortir, sera utilisée par l’entreprise pour payer les salaires, les formations, les assurances, l’achat de ME Cards, le loyer des locaux de MEL et le coût des feeder buses (NdlR : Ces dessertes pour la ligne Rose-Hil/ Port-Louis ne sont plus opérationnelles). En 2020-21, Rs 380 millions ont été accordées à l’organisme. À l’item décaissement de prêts, Rs 220 millions ont également été décaissées. Pour les travaux annexes, Rs 179,9 millions ont été déboursées contre Rs 44,5 millions en 2019- 20. Les dépenses cumulatives pour la supervision du métro de juin 2019 à juin 2021 s’élèvent à Rs 723,2 millions et Rs 300 millions ont été déboursées en 2021-22.

37 % des couts en personnel

Dans le Budget 2022- 23, Rs 110 millions sont accordées à nouveau à MEL. Selon le ministre Ganoo, 37 % des coûts sont liés aux ressources humaines, 32 % aux opérations et à l’entretien, 8 % aux services, 6 % à l’assurance et le reste aux dépenses de communication et de marketing, entre autres. Au total, en trois ans, MEL a englouti Rs 1 milliard en coûts d’opération. Selon les modalités du remboursement, l’organisme dispose de dix ans, dont une période de grâce de trois ans. En 2020, le ministre Ganoo avait affirmé que le gouvernement accorderait un soutien financier à MEL jusqu’à la fin des travaux de la phase 2 (de Curepipe à Port-Louis) en 2022. Jusqu’à quand ? L’avenir nous le dira.

Lors des débats budgétaires, le député travailliste Osman Mahomed a affirmé : «À un moment où le gouvernement investit massivement dans le projet Metro Express, il n’y a rien dans le Budget qui encourage les gens à laisser leur voiture chez eux et à voyager par le métro qui a fait des pertes de plus de Rs 500 millions, de ce que j’ai compris.»

En mai, le bilan financier de MEL déposé au Registrar affichait des pertes de Rs 500 millions. S’expliquant sur les comptes, le Chief Executive Officer de MEL, Das Mootanah, avait affirmé à l’express dans un entretien : «Premièrement, de ces Rs 500 millions, il faut comprendre que Rs 260 millions sont dues aux fluctuations des taux de change. Notre emprunt est en dollars et avec l’appréciation du dollar face à la roupie (…) Cela est hors de notre contrôle. Puis il y a dépréciation de nos actifs. Juste cette procédure comptable nous coûte Rs 108 millions. Donc, seules Rs 140 millions de pertes étaient sous notre contrôle. À proprement dit, ce ne sont pas des pertes. Nous ne sommes pas arrivés à notre break-even point mais nous avons un positive cash-flow et nous sommes financially sustainable.»

Pour rappel, le tram sur la desserte Rose-Hill/ Ebène et le trajet de Curepipe à Port-Louis sera complètement opérationnel en décembre. Et avec, le début de la rentabilité tant attendue par tous. «Quand nous serons pleinement opérationnels vers fin 2022/ début 2023, nous projetons 65 000 passagers. Notre projection est bien plus précise que celle de Georges Chung à l’époque car une partie de nos projections est basée sur des faits et le ridership actuel. Nous avons analysé des risques comme la pandémie, nous avons des études de cas post-Covid dans le monde ; everything is peaking up et on s’attend à ce que ce soit le cas aussi à Maurice. Donc, 65 000 passagers, qui paieraient en moyenne Rs 40, nous rapporteraient environ Rs 1 milliard en 2023», avait affirmé le CEO de MEL.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x