Non-port du masque: la hiérarchie exige au moins cinq contraventions par policier par jour

Avec le soutien de
[Photo d'illustration]

[Photo d'illustration]

Sous la signature d’un haut gradé, une circulaire a été envoyée à tous les postes de police tombant sous le Divisional Commander du Sud. Le supérieur de la police note qu’un précédent ordre exigeant cinq contraventions pour non-port du masque n’est pas respecté. Il demande que les Station Managers s’assurent que chaque agent rapporte quotidiennement cinq contraventions pour ce délit par jour. 

«Nous-mêmes nous ne portons pas le masque toute la journée au poste de police !» nous avoue un constable. «Comment pourrions-nous l’imposer et le sanctionner chez les autres ?» Un autre policier se dit consterné. «Nous avons d’autres choses plus importantes à faire que de dévisager les gens pour voir si le masque est bien porté ou non.» 

Lors d’une visite à un poste, nous avons même entendu un policier raconter à son collègue qu’il a pu satisfaire son quota de contraventions ce jour-là. L’autre lui a répliqué qu’il ne recherche que ceux qui n’ont pas du tout de masque et qu’il ne veut pas sanctionner ceux qui ont cet accessoire sur le menton ou sur la bouche. «Je ne veux pas chercher querelle avec des personnes pour cela et attirer leur malédiction !» 

Renflouer les caisses 

Un policier à Curepipe nous dit comment un de ses collègues s’est attiré les foudres des passants après avoir dressé un procès-verbal à un homme âgé qui avait baissé le masque trempé sous la pluie et qui l’empêchait de respirer. «Il voulait faire du chiffre…» 

Pourquoi des quotas ? «C’est une manière de renflouer la caisse de l’État aux dépens de la population !» commente Ritesh Ramful, député travailliste… «Pour renflouer les caisses de l’État, pardi !» rétorque un agent qui nous rappelle que les finances sont catastrophiques. Un employé d’une magistrature nous fait remarquer que la plupart de personnes accusées pour ce délit plaident coupable ou payent tout de suite lors de la prise en contravention sous le «Fixed Penalty». 

À la différence de Maurice, de nombreux pays, en Europe, comme la France, ainsi que les USA, le Royaume-Uni ou encore la Turquie, par exemple, ont levé l’obligation de porter le masque, ne maintenant que certaines exceptions comme les hôpitaux, les transports en commun.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x