EN FIL ROUGE | Ukraine: Marioupol est tombée, «feu intense» dans le Donbass

Avec le soutien de
Un médecin de la garde nationale, passe devant une maison incendiée à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, le 20 mai 2022.

Un médecin de la garde nationale, passe devant une maison incendiée à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, le 20 mai 2022.

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Publicité
Publicité

Russie: les députés veulent faciliter l'interdiction de médias étrangers

Les députés russes ont adopté ce mardi en première lecture une proposition de loi qui doit permettre de fermer en Russie, sur simple décision du Parquet, les médias étrangers taxés de diffuser des informations jugées mensongères sur le conflit en Ukraine.

La Russie interdit l'entrée dans le pays à 154 membres de la Chambre des Lords

La Russie a annoncé ce mardi interdire à 154 membres de la Chambre des Lords, chambre haute du Parlement britannique, d'entrer sur son territoire, en représailles aux sanctions visant la quasi-totalité des élus du Conseil de la Fédération.

85 000 Ukrainiens réfugiés en France après trois mois de guerre

Un drapeau ukrainien et un panneau «France» sur un bus pour les réfugiés d'Ukraine, à Przemysl, dans le sud-est de la Pologne, le 20 mars 2022.

Trois mois après le début de la guerre en Ukraine, 85 000 Ukrainiens bénéficient de l'allocation pour demandeurs d'asile (Ada) en France, a indiqué ce mardi à l'AFP le patron de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) Didier Leschi.

«Au 20 mai, 85 000 déplacés Ukrainiens étaient couverts par l'Ada», dont 45 000 cartes de paiement ont été délivrées à ce jour à des familles qui ont quitté le conflit, a précisé le directeur général de l'administration qui verse cette allocation.

Ukraine: l'Otan fait une démonstration de force en Méditerranée

Un avion de combat F/A-18 Hornet atterrit sur le pont du porte-avions américain USS Harry S. Truman pendant des manoeuvres de l'Otan en Méterranée orientale, le 23 mai 2022.

Le théâtre des combats en Ukraine est bien loin mais le message est clairement destiné à la Russie: l'Otan effectue cette semaine une démonstration de force en Méditerranée orientale avec en tête de pont le porte-avions américain USS Harry S. Truman.

Mardi, un ballet incessant d'avions de combats anime l'immense piste d'atterrissage du porte-avions qui croise au nord de la ville libyenne de Benghazi. Plusieurs médias dont l'AFP ont été conviés à bord pour assister au «Bouclier de Neptune 2022», des manœuvres d'entraînement s'étalant du 17 au 31 mai.

Ukraine: 87 morts dans le bombardement russe du 17 mai sur une base ukrainienne (Zelensky)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré lundi que 87 personnes étaient mortes dans une attaque russe le 17 mai contre une base militaire ukrainienne dans le nord du pays.

«Aujourd'hui, sous les décombres à Desna, il y a 87 victimes. 87 cadavres, des victimes qui ont été tuées», a dit M. Zelensky qui intervenait en visioconférence à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) de Davos (Suisse). La frappe a visé ce village qui abrite une base militaire, situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Kiev.

La Nouvelle-Zélande va entraîner des artilleurs ukrainiens

Le gouvernement de Nouvelle-Zélande a annoncé ce lundi qu'il allait envoyer au Royaume-Uni une trentaine d'instructeurs militaires pour y entraîner des artilleurs ukrainiens.

La Russie «doit payer un prix à long terme» pour son invasion de l'Ukraine

Le président américain Joe Biden a déclaré ce lundi à Tokyo que la Russie «doit payer un prix à long terme» pour sa «barbarie en Ukraine» en termes de sanctions imposées par les Etats-Unis et leurs alliés.

«Il ne s'agit pas seulement de l'Ukraine», a dit M. Biden. Car si «les sanctions n'étaient pas maintenues à de nombreux égards, alors quel signal cela enverrait-il à la Chine sur le coût d'une tentative de prise de Taïwan par la force?», s'est-il interrogé. 

Angleterre: Zinchenko, de Manchester City, dédie son trophée aux Ukrainiens

Zinchenko dédie le titre aux Ukrainiens.

Sacré champion d'Angleterre pour la quatrième fois en cinq ans, dimanche le 22 mai, l'arrière latéral ukrainien de Manchester City Oleksander Zinchenko a dédié son titre à ses compatriotes à qui il aimerait «amener un jour ce trophée».

La guerre en Ukraine pèse sur l'Assemblée mondiale de la santé

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, sur un écran géant lors d'une conférence de presse à Genève en décembre 2021.

La guerre en Ukraine et son cortège de faim et de maladie va peser sur les discussions des 194 pays membres de l'OMS cette semaine pour tenter d'échafauder une réforme du système de santé mondial, dont les faiblesses ont été mises à nu par la pire pandémie depuis 100 ans.

L'Ukraine admet souffrir «de plus en plus» dans le Donbass

Dmytro Mosur, 32 ans, qui a perdu sa femme dans un bombardement près de Severodonetsk porte ses jumelles de deux ans, en attendant d'être évacués de Lyssytchank, le 20 mai 2022.

La situation devient «de plus en plus difficile» pour les Ukrainiens dans le Donbass où Moscou bombarde Severodonetsk «24 heures sur 24», alors qu'est attendu ce lundi à Kiev le verdict dans le premier procès pour crimes de guerre contre un soldat russe.

L'Ukraine en invitée vedette pour le retour du forum de Davos

Une employée nettoie le logo du Forum économique mondial (WEF) à l'intérieur du centre des congrès de Davos, en Suisse, le 22 mai 2022.

Trois mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la guerre et les risques qu'elle fait peser sur la reprise de l'économie mondiale seront au coeur d'une réunion des élites de la planète, qui se retrouvent à partir de ce lundi à Davos.

Plus de 100 millions de personnes déracinées dans le monde, selon l'ONU

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a poussé pour la première fois le nombre de personnes déracinées dans le monde au-dessus de la barre des 100 millions, ont averti ce lundi les Nations Unies.

Russie: Gazprom confirme la suspension des livraisons de gaz à la Finlande

Le géant russe de l'énergie Gazprom a annoncé ce samedi avoir suspendu toutes ses livraisons de gaz à la Finlande, conséquence du refus d'Helsinki de le payer en roubles. 

Gazprom n'ayant pas reçu de paiement en roubles de la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum à la date butoir du 20 mai, a «complètement arrêté ses livraisons de gaz», a affirmé le groupe russe dans un communiqué.

 

«Poutine a tout détruit»: ancien prorusse, le maire d'Odessa fustige Moscou

Autrefois considéré comme un politicien aux tendances prorusses, le maire de la ville ukrainienne d'Odessa, Guennadi Troukhanov, prend son temps pour évoquer son ressenti à propos de la Russie et du président Vladimir Poutine, qui a envahi le pays le 24 février.

Tranchées et blocs de béton: Kharkiv prête à supporter un deuxième assaut russe

Nouvelles tranchées autour de la ville, blocs de béton, sacs de sable, nombreux points de contrôle: Kharkiv, qui a déjà repoussé un premier assaut russe en février, ne baisse pas la garde et organise sa défense en vue d'une éventuelle deuxième attaque russe.

Une peluche rose marque l'entrée d'une tranchée, toute fraîche au nord-est de la deuxième ville d'Ukraine. La terre est encore noire et humide et les soldats, en débardeur, se reposent au soleil.

Le gaz russe pour la Finlande a été coupé

L'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu ce samedi, a déclaré la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum, après que le pays nordique a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles.

Cyber: Poutine ordonne de rompre la dépendance technologique envers l'étranger

Le président russe Vladimir Poutine a appelé ce vendredi à rompre avec les technologies étrangères pour renforcer les défenses de la Russie face aux attaques informatiques, tout en assurant que Moscou avait enrayé une grave «cyberagression».

Ukraine: sept blessés dans une frappe sur un centre culturel fraîchement reconstruit

Au moins sept personnes dont un enfant ont été blessés dans une puissante frappe de missile russe sur un centre culturel fraîchement reconstruit à Lozova, dans l'Est du pays, a annoncé ce vendredi le président Volodymyr Zelensky.

Ukraine: l'Italie a proposé à l'ONU un plan de sortie de crise

L'Italie a proposé à l'ONU la constitution d'un «groupe international de facilitation» pour tenter de parvenir «pas à pas» à un cessez-le-feu en Ukraine, a annoncé ce vendredi le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio.

F1: le Grand Prix de Russie, annulé, ne sera pas remplacé

Le Grand Prix de Russie de F1, annulé en février en raison de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, ne sera pas remplacé, a annoncé ce mercredi le promoteur du championnat du monde de F1.

Ukraine: Reporters sans frontières ouvre un 2e centre d'aide aux journalistes

Reporters sans frontières (RSF) a ouvert un deuxième «centre de la liberté de la presse» en Ukraine, à Kiev, deux mois après un premier à Lviv, a annoncé ce mercredi l'ONG, qui a déjà fourni «440 gilets pare-balles» aux journalistes couvrant l'invasion russe.

Ukraine: Bruxelles propose une nouvelle aide allant jusqu'à neuf milliards d'euros

La Commission européenne a proposé ce mercredi une «nouvelle assistance macrofinancière» à l'Ukraine d'un montant «allant jusqu'à 9 milliards d'euros en 2022», sous forme de prêts, pour aider ce pays à faire face aux conséquences de la guerre.

Ukraine: le soldat russe jugé pour crime de guerre a plaidé coupable

Le premier soldat russe jugé pour crime de guerre en Ukraine depuis le début de l'invasion russe a plaidé coupable ce mercredi, reconnaissant l'ensemble des faits qui lui sont reprochés.

Interrogé sur le fait de savoir s'il reconnaissait «sans réserve» l'intégralité de l'acte, comprenant les chefs d'accusation de crime de guerre et de meurtre prémédité, le sous-officier de 21 ans, Vadim Chichimarine, a répondu «oui».

La Russie annonce expulser 24 diplomates italiens et 27 espagnols

La diplomatie russe a annoncé ce mercredi expulser 24 diplomates italiens et 27 espagnols, en représailles à celles de Russes dans la foulée de l'offensive russe contre l'Ukraine.

Quelques minutes plus tôt, Moscou avait annoncé que 34 diplomates français étaient désormais «personae non gratae».

Paris «condamne fermement» l'expulsion par Moscou de 34 diplomates français

Paris a «condamné fermement» ce mercredi l'annonce par la Russie de l'expulsion de 34 diplomates français, estimant que cette décision ne reposait sur «aucun fondement légitime».

«Cette décision est présentée par la partie russe comme une réponse aux décisions de la France» en avril dernier, où «plusieurs dizaines d'agents russes» soupçonnés d'être des espions avaient été expulsés, indique un communiqué du Quai d'Orsay. «Le travail des diplomates et des personnels de notre ambassade en Russie s'inscrit à l'inverse pleinement dans le cadre de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques et consulaires», ajoute-t-il.

Le Festival de Cannes s'ouvre avec Zelensky, qui convoque l'esprit de Chaplin

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dont l'intervention est retransmise lors du 75e festival de Cannes, le 17 mai 2022.

«Il nous faut un nouveau Chaplin qui prouvera que le cinéma n'est pas muet» face à la guerre: le Festival de Cannes a donné d'emblée une tonalité politique à sa 75e édition en offrant une tribune, depuis Kiev, au président ukrainien Volodymyr Zelensky.

La Russie annonce expulser 34 diplomates français

La Russie a annoncé ce mercredi expulser 34 diplomates français, en représailles aux expulsions en avril par la France de 41 Russes, dans la foulée de l'offensive en Ukraine.

Un gymnaste russe suspendu pour son soutien à l'invasion de l'Ukraine

Le gymnaste russe Ivan Kuliak a été suspendu par la Fédération internationale de gymnastique (FIG) pour avoir exprimé de manière ostentatoire son soutien à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a annoncé la fondation éthique de la FIG.

Ukraine: l'Estonie ne veut pas qu'on laisse «une porte de sortie» à Poutine

La Première ministre d'Estonie Kaja Kallas appelle, dans un entretien au quotidien français Le Figaro publié ce mercredi, à ne proposer aucune «porte de sortie» au président russe Vladimir Poutine avec lequel elle juge inutile de continuer à parler.  

Le premier procès pour crime de guerre depuis l'invasion russe s'ouvre à Kiev

La justice ukrainienne entame ce mercredi son premier procès pour crime de guerre depuis l'entrée des troupes de Moscou sur son territoire, celui d'un soldat russe accusé d'avoir abattu un civil non armé.

Le Kremlin accuse l'Ukraine d'«absence totale de volonté» de négocier

Le Kremlin a accusé ce mercredi l'Ukraine d'«absence totale de volonté» de négocier avec la Russie pour mettre fin au conflit en cours sur le sol ukrainien depuis le début de l'offensive russe le 24 février.

Déplacés et réfugiés

L'Ukraine a vu plus de six millions des siens fuir son territoire, dont plus de la moitié - 3,27 millions - vers la Pologne, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) à Genève, qui relève toutefois que ce flot s'est considérablement tari au fil des semaines et s'est même inversé.

Le solde global reste cependant encore largement négatif - avec 5,9 millions de départs pour 1,56 million de retour, selon les garde-frontières.

Dizaines de milliers de morts

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Rien qu'à Marioupol, les autorités ukrainiennes ont parlé il y a plusieurs semaines de 20 000 morts. Et les enquêteurs ukrainiens affirment avoir identifié «plus de 8 000 cas» présumés de crimes de guerre.

Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à 27 700 hommes depuis le début de l'invasion le 24 février. C'est notoirement plus que les sources occidentales. Le Kremlin a, quant à lui, tout juste admis des «pertes importantes».

Le président Volodymyr Zelensky a déclaré qu'environ 2 500 à 3 000 soldats ukrainiens avaient été tués et quelque 10 000 blessés. Aucun chiffre indépendant et fiable n'est disponible.

Ukraine: des centaines de combattants évacuent Azovstal à Marioupol

Une opération de sauvetage des combattants ukrainiens de l'immense aciérie Azovstal - ultime poche de résistance face à l'armée russe dans le port stratégique de Marioupol - était en cours ce mardi selon Kiev, qui considère désormais que ces hommes ont «rempli» leur mission.

Ukraine: la grogne monte dans l'UE contre le blocage des sanctions par la Hongrie

Les ministres européens des Affaires étrangères vont tenter ce lundi à Bruxelles d'avancer vers un déblocage de l'embargo sur le pétrole russe, refusé en l'état par la Hongrie, et discuter de la proposition française, accueillie avec méfiance par Kiev, de créer une «communauté politique européenne» pour les pays en attente d'adhésion.

McDonald's se retire entièrement de Russie

Le géant américain de la restauration rapide McDonald's, qui avait fermé ses enseignes en Russie début mars, a annoncé ce lundi se retirer du pays et vendre toutes ses activités en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine.

Déplacés et réfugiés

L'Ukraine a vu plus de six millions des siens fuir son territoire, dont plus de la moitié - 3,27 millions - vers la Pologne, a souligné le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) à Genève, relevant toutefois que le flot de ces départs s'est considérablement tari au fil des semaines.

La tendance s'est même inversée.

Le solde global reste cependant encore largement négatif - avec 5,9 millions de départs pour 1,56 million de retour, selon les garde-frontières.

Dizaines de milliers de morts

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Rien qu'à Marioupol, les autorités ukrainiennes ont parlé il y a plusieurs semaines de 20 000 morts. Et les enquêteurs ukrainiens affirment avoir identifié «plus de 8 000 cas» présumés de crimes de guerre.

Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 26 000 hommes, 199 avions et près de 1 200 chars depuis le début de l'invasion le 24 février.

Le Kremlin a admis des «pertes importantes». Des sources occidentales évoquent jusqu'à 12 000 soldats russes tués.

Le président Volodymyr Zelensky a déclaré qu'environ 2 500 à 3 000 soldats ukrainiens avaient été tués et quelque 10 000 blessés.

Aucune statistique indépendante n'est disponible.

L'Ukraine gagne l'Eurovision, ou la victoire en chantant

Le groupe ukrainien Kalush Orchestra pose avec le trophée de la victoire à l'Eurovision, à Turin, le 14 mai 2022.

L'Ukraine a remporté samedi le 14 mai, en Italie le concours Eurovision de la chanson, devant le Royaume-Uni et l'Espagne, grâce au vote des téléspectateurs qui ont plébiscité le groupe représentant le pays envahi fin février par les troupes russes.

Le Kalush Orchestra, dont la chanson «Stefania» mêle hip-hop et musique traditionnelle, a recueilli 631 points. Favoris de la compétition, les Ukrainiens devancent le Britannique Sam Ryder et son titre «Space Man» (466 points) et l'Espagnole Chanel avec «Slo Mo» (459 points).

«Notre courage impressionne le monde, notre musique conquiert l'Europe», a réagi le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Facebook.

Lire la suite de l'article: L'Ukraine gagne l'Eurovision, ou la victoire en chantant

Ukraine: 44 corps retrouvés sous les décombres d'un immeuble détruit en mars

Les corps de 44 civils ont été retrouvés ce mardi dans les décombres d'un immeuble détruit en mars à Izioum, une ville sous contrôle russe de la région de Kharkiv dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé les autorités ukrainiennes. 

Les Etats-Unis veulent débloquer 40 milliards de dollars supplémentaires pour l'Ukraine

Le Congrès américain suit Joe Biden dans son soutien indéfectible à Kiev, travaillant à débloquer une nouvelle enveloppe pharamineuse de près de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine, avec un possible premier vote ce mardi. 

Plus de 8 millions de déplacés en Ukraine au 3 mai, selon l'ONU

Plus de 8 millions de personnes étaient déplacées à l'intérieur de l'Ukraine à la date du 3 mai, plus de deux mois après l'invasion du pays par la Russie, a annoncé ce mardi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

L'UE accuse la Russie d'avoir paralysé des satellites pour préparer l'invasion de l'Ukraine

L'Union européenne a accusé ce mardi les autorités russes d'avoir mené une cyberattaque contre un réseau de satellites une heure avant l'invasion de l'Ukraine pour préparer le terrain à son assaut.

Ukraine: Moscou ne participera pas à la réunion spéciale du Conseil des droits de l'homme

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a notamment qualifié cette réunion de «show politique».

La Russie ne va pas participer à la session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur «la détérioration de la situation des droits humains en Ukraine», a annoncé ce mardi la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

Ukraine: visite surprise des chefs de la diplomatie allemande et néerlandaise

Le cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock, et son homologue néerlandais Wopke Hoekstra étaient ce mardi en Ukraine, où les livraisons d'armes américaines devraient s'accélérer après la réactivation par Joe Biden d'un dispositif emblématique datant de la Seconde Guerre mondiale.

Combats dans l'Est, frappes à Odessa

Sur le terrain lundi, «des batailles très intenses se déroulaient autour de Roubijné et de Bilogorivka» dans la région de Lougansk (est), a indiqué le gouverneur Serguiï Gaïdaï.

Et dans le port d'Odessa, le président du Conseil européen Charles Michel a été contraint de se mettre à l'abri pendant une frappe alors qu'il effectuait une visite surprise de soutien, a rapporté lundi un responsable de l'UE.

La ville a été frappée lundi soir par une série de missiles, détruisant des bâtiments, mettant le feu à un centre commercial et tuant une personne, a indiqué son conseil municipal.

Des Ukrainiens envoyés en Russie contre leur gré (Pentagone)

Des Ukrainiens ont été «envoyés contre leur gré en Russie», a déclaré lundi le porte-parole du Pentagone, John Kirby, confirmant des informations des autorités ukrainiennes.

Selon une responsable du gouvernement ukrainien, Lioudmila Denissova, «plus de 1,19 million de nos citoyens, y compris plus de 200 000 enfants, ont été déportés vers la Fédération de Russie».

Réunion spéciale du Conseil des droits de l'homme

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU va organiser jeudi à la demande de Kiev, soutenue par des dizaines de pays, une session extraordinaire sur «la détérioration de la situation des droits humains en Ukraine» envahie par la Russie.

Il s'agit de la première réunion consacrée à ce sujet depuis que l'Assemblée générale de l'ONU a suspendu la Russie début avril, de la plus haute instance de l'organisation internationale en matière des droits de l'homme.

Une loi d'assistance de la Seconde guerre mondiale réactivée

Le président des Etats-Unis Joe Biden a réactivé lundi une loi permettant d'accélérer l'envoi à l'Ukraine d'équipement militaire, le «Ukraine Democracy Defense Lend-Lease Act of 2022», «basé sur un programme de la Seconde guerre mondiale destiné à aider l'Europe à résister à Hitler», selon la Maison Blanche.

Ce dispositif a «été soutenu par presque tous les membres du Congrès» américain, selon la même source.

La Russie «se défend» en Ukraine, dit Poutine

Le président russe a proclamé lundi que son armée combattait en Ukraine pour défendre «la patrie» contre une «menace inacceptable», dans une allocution sur la place Rouge suivie de la traditionnelle parade militaire du 9 mai qui marque la victoire sur les nazis en 1945 et le sacrifice de millions de Soviétiques.

«Une menace absolument inacceptable se constituait, directement à nos frontières», a-t-il affirmé, accusant de nouveau l'Ukraine de néonazisme et qualifiant son offensive de «riposte préventive» et de «seule bonne décision».

«Parler d'une action défensive est une absurdité flagrante, parler d'autre chose que d'une guerre préméditée» est «un affront à la vérité historique», a réagi lundi porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

L'Ukraine ne laissera pas la Russie «s'approprier la victoire» sur le nazisme, dit Zelensky

L'Ukraine ne laissera pas la Russie «s'approprier la victoire sur le nazisme» en 1945, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky ce lundi, jour où la Russie fête en grande pompe la victoire dans la Seconde Guerre mondiale.

L'armée russe défend «la patrie» en Ukraine, affirme Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a proclamé ce lundi 9 mai, que son armée combattait en Ukraine pour défendre «la patrie», face à la «menace inacceptable» que représente son voisin soutenu par l'Occident.

Le G7 prêt, sur le principe, à se sevrer du pétrole russe

Une raffinerie de Gazprom Neft à Moscou, en Russie, le 28 avril 2022.

Les pays du G7, qui ont accusé dimanche le 8 mai, Vladimir Poutine de couvrir la Russie «de honte» avec ses actions en Ukraine, ont pris l'engagement de se sevrer du pétrole russe, mais sans donner de calendrier précis.

La Première dame américaine Jill Biden s'est rendue en Ukraine

La Première dame des Etats-Unis Jill Biden offre des fleurs à son homologue ukrainienne Olena Zelenska devant une école ukrainienne à Uzhhorod proche de la frontière slovaque, le 8 mai 2022.

La Première dame des Etats-Unis Jill Biden s'est rendue en Ukraine dimanche le 8 mai, à l'occasion d'une brève visite surprise, a annoncé son porte-parole, et a rencontré son homologue ukrainienne Olena Zelenska dans une école proche de la frontière slovaque.

Lire la suite de l'article: La Première dame américaine Jill Biden s'est rendue en Ukraine

Fidji: la saisie du superyacht d'un oligarque russe suspendue

Un tribunal des Iles Fidji a suspendu la saisie d'un superyacht soupçonné d'appartenir à l'oligarque russe Souleïman Kerimov, visé par des sanctions américaines liées à la guerre en Ukraine, a indiqué ce lundi le parquet.

La guerre en Ukraine place l'UE à la croisée des chemins

Alors que l'Union européenne célèbre lundi son 72e anniversaire, la guerre en Ukraine la pousse à se transformer radicalement pour devenir un acteur puissant sur la scène mondiale.

Le Pentagone dément toute aide à l'Ukraine pour cibler des généraux russes

Le ministère américain de la Défense a démenti jeudi le 5 mai fournir des renseignements permettant aux forces ukrainiennes de viser des hauts gradés russes près du front, ainsi que l'a affirmé le New York Times.

Le yacht d'un oligarque russe saisi aux îles Fidji à la demande des Etats-Unis

Les autorités des îles Fidji ont saisi, à la demande des Etats-Unis, un superyacht soupçonné d'appartenir à un oligarque russe visé par des sanctions liées à la guerre en Ukraine, a annoncé ce jeudi le ministère américain de la Justice.

Ukraine: la Russie annonce l'expulsion de sept diplomates danois

La Russie a annoncé ce jeudi l'expulsion de sept diplomates danois en représailles à une mesure similaire prise par Copenhague suite à l'offensive militaire de Moscou en Ukraine.

Ukraine: l'UE étudie la possibilité de confisquer les avoirs des Russes sanctionnés

Le président du Conseil européen Charles Michel s'est prononcé ce jeudi pour une confiscation des avoirs russes gelés dans l'UE dans le cadre des sanctions afin de les rendre «disponibles» pour la reconstruction de l'Ukraine.

Zelensky lance une campagne mondiale de financement participatif pour aider l'Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé ce jeudi le lancement d'une plate-forme de financement participatif en ligne conçue pour aider Kiev à gagner la guerre contre la Russie et reconstruire les infrastructures du pays.

Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d'aide supplémentaires

La France va porter son aide globale à l'Ukraine à 2 milliards de dollars contre 1,7 milliard jusqu’à présent, soit 300 millions de dollars supplémentaires, a annoncé Emmanuel Macron ce jeudi dans une vidéo diffusée lors de la conférence internationale des donateurs.

Le président Zelensky invite Olaf Scholz et le président Steinmeier à Kiev

Volodymyr Zelensky a invité à Kiev le chancelier allemand Olaf Scholz ainsi que le président Frank-Walter Steinmeier, trois semaines après avoir snobé ce dernier quand il avait voulu s'y rendre, a-t-on appris ce jeudi auprès de la présidence allemande.

Ukraine: plus de 6 mds d'euros réunis lors d'une conférence des donateurs

Plus de six milliards d'euros destinés à l'Ukraine ont été réunis lors d'une conférence internationale des donateurs à Varsovie, a annoncé ce jeudi le Premier ministre polonais.

Des oeuvres d'art de retour en Russie

Les oeuvres de la collection Morozov appartenant à des musées russes sont de retour en Russie après une exposition exceptionnelle à Paris, ont annoncé jeudi les autorités russes, ces créations étant épargnées par les sanctions liées à l'Ukraine.

L'offensive en Ukraine et la vague de sanctions s'abattant sur la Russie avaient nourri la crainte que le retour des oeuvres puisse être perturbé, notamment du fait des restrictions imposées dans le secteur de la logistique et des transports.

Simulation de tirs de missiles à capacité nucléaire

Moscou a annoncé mercredi soir que son armée avait simulé des tirs de missiles à capacité nucléaire dans l'enclave russe de Kaliningrad située entre la Pologne et la Lituanie, deux pays membres de l'UE. Plus de 100 militaires ont participé à ces exercices.

Les unités de combat se sont également exercées à des «opérations dans des conditions de radiation et de contamination chimique», a indiqué le ministère russe de la Défense.

Des généraux russes ciblés grâce aux renseignements US (NYT)

Les renseignements fournis par les Etats-Unis à l'armée ukrainienne ont permis de tuer plusieurs généraux russes près du front, a affirmé mercredi le New York Times, citant des sources anonymes au sein des services américains.

Citant plusieurs hauts responsables américains, le journal a déclaré que sur la douzaine de généraux russes tués par les forces ukrainiennes, «beaucoup» avaient été ciblés avec l'aide des services de renseignement américains.

Le Conseil de sécurité nationale américain (NSC) a qualifié d'"irresponsable" l'affirmation selon laquelle les États-Unis aidaient l'Ukraine à tuer des généraux russes.

Plus de 300 personnes évacuées mercredi de Marioupol

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé dans son message vidéo quotidien que 344 personnes avaient été évacuées mercredi de Marioupol et de ses environs vers Zaprorijjia, ville sous contrôle ukrainien située à quelque 230 km de là.

«Il y a encore des civils. Des femmes, des enfants», a-t-il affirmé.

Sur le terrain, les combats continuent

L'armée ukrainienne a affirmé que les combats continuaient dans l'aciérie d'Azovstal où la Russie «essaie d'anéantir» les derniers défenseurs du site.

«Les envahisseurs russes concentrent leurs efforts à bloquer et à essayer d'anéantir nos unités dans la zone d'Azovstal. Avec le soutien de l'aviation, l'ennemi a repris l'offensive pour prendre le contrôle de l'usine», a fait savoir l'état-major ukrainien dans son point quotidien vers 04H00 GMT jeudi.

Dans le sud, des explosions ont eu lieu à Mykolaïv, ont annoncé les autorités locales.

«Grâce au succès d'actions des défenseurs ukrainiens, l'ennemi a perdu le contrôle de plusieurs localités près des régions de Mykolaïv et Kherson», a indiqué jeudi matin l'état-major ukrainien.

Trêve à Azovstal

Un cessez-le-feu unilatéral russe de trois jours doit entrer en vigueur jeudi matin autour de l'aciérie de Marioupol, dernier bastion de résistance ukrainienne dans cette ville portuaire stratégique.

«Les forces armées russes vont ouvrir un couloir humanitaire de 08h00 à 18h00 heure de Moscou (de 05h00 à 15h00 GMT) les 5, 6 et 7 mai à partir du site de l'usine métallurgique Azovstal pour évacuer des civils», a indiqué mercredi soir le ministère de la Défense.

«Sur cette période, les forces armées russes et les unités de la République populaire du Donetsk vont cesser le feu et les hostilités unilatéralement», a-t-il poursuivi, assurant que les civils ayant trouvé refuge dans l'usine seraient autorisés à rejoindre la Russie ou les territoires contrôlés par Kiev.

«Violents combats» à Azovstal

De «violents combats» sont en cours sur le site d'Azovstal à Marioupol, a affirmé mercredi le maire Vadim Boïtchenko, quelques instants après que Moscou a assuré ne pas mener d'assaut sur cette immense usine où sont retranchés des combattants ukrainiens.

Selon lui, «l'artillerie lourde, les chars (et) l'aviation» sont à l'oeuvre dans cette offensive russe, ainsi que «des navires qui se sont approchés» des côtes, ajoutant que le contact avait été perdu avec les combattants ukrainiens.

Vadim Boïtchenko a une nouvelle fois assuré qu'il y avait «des civils, des centaines là-bas», mais aussi «des enfants qui attendent d'être secourus». «Il y en a plus de 30», a-t-il affirmé.

Boris Johnson va s'adresser au Parlement ukrainien et annoncer de nouvelles aides

Le Premier ministre britannique Boris Johnson va s'adresser ce mardi par visioconférence au Parlement ukrainien, une première pour un dirigeant occidental depuis le début de l'invasion russe, et annoncer 300 millions de livres d'aides militaires supplémentaires à Kiev.

Ukraine: le Premier ministre indien appelle au dialogue pour stopper la guerre

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a appelé au «dialogue» pour mettre un terme à la guerre en Ukraine tout en évitant de condamner la Russie pour l'invasion de son voisin, ce lundi à Berlin, première étape de sa tournée européenne.

Ukraine: le russe Rosatom perd son contrat pour une centrale nucléaire en Finlande

Un consortium en Finlande a annulé ce lundi son contrat avec le géant russe Rosatom pour construire un réacteur nucléaire dans le nord du pays nordique, invoquant l'impact de la guerre en Ukraine sur la faisabilité du projet.

Pression sur Kharkiv

Les forces russes maintiennent samedi leur pression sur les régions de l'est et du sud de l'Ukraine, particulièrement autour de Kharkiv, la grande ville du nord-est, où elles tentent d'accentuer leur contrôle, en dépit, selon Kiev, de revers sur le terrain.

De violentes explosions ont été entendues dans la nuit de vendredi à samedi à Kharkiv, deuxième ville du pays, pilonnée depuis des semaines par l'artillerie russe. Volodymyr Zelensky a reconnu que la situation dans la région était «difficile», «mais nos militaires obtiennent des succès tactiques», a-t-il ajouté.

Dans la région de Donetsk et Lougansk, 14 attaques lancées par les forces russes ont été repoussées au cours des dernières 24 heures, a affirmé samedi l'état-major des forces ukrainiennes.

Ukraine: de nouveaux corps torturés retrouvés près de Boutcha, l'aéroport d'Odessa bombardé

La police ukrainienne a annoncé samedi la découverte d'une fosse commune avec les corps de trois hommes torturés près de Boutcha, petite ville devenue le symbole des atrocités imputées à la Russie, alors qu'au sud c'est l'aéroport d'Odessa qui a été frappé par des tirs de missile.

«L'ennemi a frappé depuis la Crimée par un système de missile de défense côtière Bastion. La piste de l'aéroport d'Odessa a été détruite», a déclaré le gouverneur Maxim Martchenko dans une vidéo sur son compte Telegram.

Guerre en Ukraine: Angelina Jolie à Lviv pour rencontrer des déplacésLa star hollywoodienne Angelina Jolie, émissaire du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, a effectué samedi une visite surprise à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, où elle s'est e

La star hollywoodienne Angelina Jolie, émissaire du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, a effectué samedi une visite surprise à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, où elle s'est entretenue avec des personnes déplacées et a été aperçue dans un café.

Ukraine: vingt civils sortis du site Azovstal à Marioupol pour être évacués

Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Le Pentagone accuse Poutine de «dépravation» et de «cruauté»

Le Pentagone a accusé vendredi Vladimir Poutine de «dépravation» et de «cruauté» pour la façon dont les forces russes se comportent en Ukraine, où elles sont accusées d'assassinats de civils, y compris d'enfants.

Retard russe dans le Donbass, selon le Pentagone

L'offensive russe dans le Donbass, qui progresse «lentement et de façon inégale» en raison de la résistance opposée par l'armée ukrainienne, a pris du retard sur le calendrier prévu, a affirmé vendredi un haut responsable du Pentagone.

Situation «difficile», admet Zelensky, qui fait état néanmoins de «succès tactiques» ukrainiens

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a reconnu que la situation dans cette région du nord-est, où les forces russes ont recentré leur offensive, était «difficile». «Mais nos militaires obtiennent des succès tactiques», a-t-il affirmé.

Violentes explosions à Kharkiv

De violentes explosions ont été entendues dans la nuit de vendredi à samedi à Kharkiv, deuxième ville du pays, pilonnée depuis des semaines par l'artillerie russe.

Vendredi, ces bombardements ont fait au moins un mort et plusieurs blessés, selon l'administration militaire régionale de Kharkiv.

Paris et Berlin «déterminés» à soutenir la Moldavie face aux «risques de déstabilisation»

Les chefs de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian et allemande Annalena Baerbock se sont dits déterminés vendredi à soutenir la Moldavie, ex-république soviétique voisine de l'Ukraine, face aux "risques de déstabilisation" auxquels elle est confrontée.

Moscou confirme une frappe sur Kiev

La Russie a confirmé vendredi avoir effectué la veille une frappe avec des armes de «haute précision» contre Kiev, en pleine visite du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Un Américain tué, deux Britanniques «capturés»

Un Américain, ancien Marine âgé de 22 ans, a été tué en Ukraine où il était parti mi-mars combattre les forces russes, selon des membres de sa famille, le Pentagone exhortant vendredi les ressortissants américains «à ne pas se rendre» dans ce pays.

Deux volontaires britanniques ont été «capturés» par des soldats russes en Ukraine, a affirmé vendredi une organisation à but non lucratif ayant son siège au Royaume-Uni, Presidium Network.

Evacuation envisagée de civils de Marioupol

Une «opération» d'évacuation des civils terrés dans l'usine d'Azovstal assiégée par les troupes russes à Marioupol (sud-est), est «envisagée» pour vendredi, a annoncé la présidence ukrainienne.

Des centaines de militaires et de civils ukrainiens dont des dizaines d'enfants sont bloqués, selon Kiev, dans cette immense aciérie, avec les derniers combattants ukrainiens de la ville.

Zelensky et Poutine invités au G20

Le président indonésien Joko Widodo a annoncé vendredi avoir invité son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et confirmé avoir invité le président russe au sommet du G20 à Bali en novembre. Vladimir Poutine a indiqué qu'il y participerait.

Poutine invité au G20: Washington refuse de faire «comme si de rien n'était»

Les Etats-Unis ont dit vendredi refuser de traiter avec Vladimir Poutine «comme si de rien n'était» après l'invasion russe de l'Ukraine, commentant l'invitation du président russe au sommet du G20.

Soldats britanniques en Europe de l'Est -

Environ 8.000 soldats britanniques participeront cet été à des exercices en Europe de l'Est aux côtés de soldats de l'Otan, dans une «démonstration de solidarité et de force», selon le ministre britannique de la Défense Ben Wallace.

Sites roumains visés par des cyberattaques

Plusieurs sites internet officiels roumains, dont ceux du gouvernement et du ministère de la Défense, ont été victimes vendredi de cyberattaques revendiquées par un groupe prorusse, ont annoncé les autorités.

Ukraine: Kiev frappée en pleine visite du chef de l'ONU, l'Est et le Sud sous les bombes

La Russie poursuivait vendredi son offensive dans les régions orientales et méridionales de l'Ukraine, au lendemain de tirs de missiles russes sur la capitale Kiev, en pleine visite du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Le bombardement à Kiev, le premier depuis la mi-avril, est intervenu après un déplacement jeudi du patron de l'ONU à Boutcha et d'autres banlieues de Kiev - théâtres d'exactions imputées par les Ukrainiens aux forces russes - où il avait appelé Moscou à «coopérer» avec l'enquête de la Cour pénale internationale sur de possibles crimes de guerre.

«Dans la soirée, l'ennemi a tiré sur Kiev. Deux frappes sur le quartier de Chevchenkovsky», «sur les étages inférieurs d'un immeuble résidentiel», a dit le maire de la capitale, Vitali Klitschko.

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ce sont «cinq missiles» qui se sont abattus sur Kiev. «Cela en dit long sur la véritable attitude de la Russie envers les institutions internationales, sur les efforts des dirigeants russes pour humilier l'ONU et tout ce que l'organisation représente», a commenté M. Zelensky dans une vidéo.

Des journalistes de l'AFP ont vu un étage d'un bâtiment en feu avec de la fumée noire s'échappant des fenêtres brisées, tandis que de nombreux policiers et des secouristes étaient présents. D'après les services de secours, dix personnes ont été blessées dans les attaques de missiles.

M. Guterres est «choqué» mais «en sécurité», a rassuré un porte-parole des Nations unies, Saviano Abreu, déplorant que «cela soit arrivé à proximité de là où nous nous trouvions», bien que ce soit une «zone de guerre».

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba, selon lequel les engins tirés étaient des missiles de croisière, a évoqué à ce sujet un «acte odieux de barbarie» et le chef de l'administration présidentielle, Andriï Iermak, a appelé à priver la Russie de son droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU.

Quelques heures auparavant, Joe Biden avait réitéré le soutien de son pays à l'Ukraine face «aux atrocités et à l'agression» et demandé une rallonge de 33 milliards de dollars au Congrès. Les Etats-Unis «n'attaquent pas» la Russie mais «aident l'Ukraine à se défendre», a assuré le président américain.

Arrivé jeudi en Ukraine, où il se rendait pour la première fois depuis le début du conflit, M. Guterres s'est entretenu avec M. Zelensky, regrettant que le Conseil de sécurité n'ait pas réussi à empêcher et arrêter la guerre déclenchée le 24 février par Moscou.

- Apocalypse -

Lors de ces deux mois d'invasion, «plus de 8.000 cas» présumés de crimes de guerre ont été identifiés par les enquêteurs ukrainiens, a indiqué la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova dans un entretien avec le média allemand Deutsche Welle. «Dix soldats de la 64e brigade de fusiliers motorisés russe, appartenant à la 35e armée russe, ont été mis en examen» pour des crimes de guerre présumés à Boutcha, ont également annoncé ses services.

Le 2 avril, à Boutcha, des journalistes de l'AFP ont découvert une rue jonchée de cadavres, ceux d'hommes portant des vêtements civils. Et les Nations unies ont affirmé avoir documenté le «meurtre, y compris certains par exécution sommaire», de 50 civils, après une mission dans cette ville le 9 avril. La Russie avait démenti début avril toute responsabilité et parlé de corps «mis en scène».

La coordinatrice des Nations unies en Ukraine a annoncé par ailleurs qu'elle partait dans le sud de l'Ukraine préparer une tentative d'évacuation de la ville portuaire assiégée et dévastée de Marioupol, presque entièrement contrôlée par les forces russes.

L'ONU fait «tout son possible» pour évacuer les civils de «l'apocalypse» dans cette cité, a assuré jeudi M. Guterres, selon qui il s'agit d'«une crise dans la crise», ajoutant que "des milliers de civils ont besoin d'une aide vitale".

A Marioupol, le bataillon Azov a indiqué sur Telegram qu'un hôpital militaire situé dans le vaste complexe métallurgique Azovstal -  où sont retranchés des combattants ukrainiens - avait été bombardé dans la nuit de mercredi à jeudi. La salle d'opération s'est effondrée et des soldats qui y étaient soignés sont morts et d'autres ont été blessés, a précisé Azov.

-«Situation très difficile»" -

Parallèlement à la visite de M. Guterres à Kiev, les régions méridionales et orientales de l'Ukraine - où se concentrent les assauts russes - sont sous un feu nourri de bombes.

«L'ennemi intensifie son offensive. Les occupants effectuent des frappes pratiquement dans toutes les directions», avec une activité particulièrement intense dans les régions de Kharkiv et dans le Donbass, a souligné l'état-major ukrainien. Selon lui, l'armée russe tente d'empêcher le transfert de forces ukrainiennes du nord vers l'est.

Selon le gouverneur de Kharkiv, Oleg Synegoubov, cinq personnes ont été tuées jeudi dans des bombardements sur la ville et sa région. Les troupes russes, qui tentaient d'avancer depuis Izioum vers «Brazhkivka, Dovhenky et Velyka Komyshuvakha», ont subi «de lourdes pertes et ont été contraintes de battre en retraite», a-t-il assuré sur Telegram.

Dans le Donbass, à Lyman, «la situation est très difficile, toute la commune est encerclée», a indiqué à l'AFP Andriï Pankov, chef de la région administrative de Kramatorsk. Selon lui, près de la moitié du territoire communal est occupé par les chars et colonnes russes, venues du nord par Izioum, capturée précédemment.

«On ne sait pas ce que sera la situation demain matin», redoute Oleksiï Migrine, chef des secours de la région.

L'armée russe a de son côté affirmé avoir détruit dans la nuit de mercredi à jeudi avec des «missiles de haute précision» deux dépôts d'armements et de munitions dans la région de Kharkiv, et effectué des raids aériens sur 67 sites militaires ukrainiens.

A Kherson, seule ville d'importance dont les Russes aient complètement pris le contrôle depuis le début de leur invasion, l'administration locale russe a dit jeudi vouloir introduire le rouble à la place de la hryvnia ukrainienne à partir du 1er mai. «Un acte d'annexion et une violation grave par la Russie» de la Charte de l'ONU, a dénoncé Lioudmyla Denissova, chargée des droits humains au Parlement ukrainien.

Un conseiller de la présidence ukrainienne a quant à lui laissé entendre que Kiev pourrait attaquer des cibles militaires en Russie. «L'Ukraine se défendra par tous les moyens, y compris avec des frappes sur des entrepôts et des bases des assassins russes. Le monde reconnaît ce droit», a écrit sur Twitter Mykhaïlo Podoliak.

Le géant chinois des drones DJI suspend ses activités en Russie et Ukraine

Le leader mondial des drones grand public, DJI a annoncé «suspendre» ses activités commerciales en Russie et en Ukraine, devenant l'une des rares entreprises chinoises à prendre publiquement une telle initiative.

Guerre en Ukraine: la Bulgarie et la Pologne privées de gaz russe

La Russie va interrompre ce mercredi ses livraisons de gaz à la Pologne et la Bulgarie au moment où des explosions dans la région séparatiste moldave prorusse de Transdniestrie font craindre une extension de la guerre au-delà des frontières de l'Ukraine.

Les Pays-Bas vont livrer des obusiers blindés à l'Ukraine

Les Pays-Bas fourniront «un nombre limité» d'obusiers blindés de type Panzerhaubitze 2000 à Kiev, a déclaré mardi le 26 avril, le gouvernement néerlandais, alors que les forces russes continuent à grignoter du terrain dans l'est de l'Ukraine.

Le Royaume-Uni appelle à «redoubler le soutien» à l'Ukraine

La cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss doit appeler ce mercredi à «redoubler le soutien» à l'Ukraine et à se préparer à une guerre «sur le long terme» après l'invasion russe.

Ukraine: L'UE redoute une catastrophe nucléaire provoquée par l'offensive russe

L'Union européenne a mis en garde ce mardi contre une nouvelle catastrophe nucléaire en Ukraine, 36 ans après l'explosion de Tchernobyl, en raison de l'offensive russe et a demandé à Moscou de s'abstenir de toute action contre les installations du pays.

Poutine et Erdogan ont discuté des questions humanitaires en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont discuté ce mardi de la situation «humanitaire» en Ukraine, lors d'un entretien teléphonique, a indiqué le Kremlin. Les deux dirigeants ont «évoqué en détail la situation en Ukraine dans le contexte de l'opération militaire spéciale pour défendre le Donbass et les efforts entrepris en permanence par la partie russe pour assurer la sécurité des civils, y compris l'organisation de couloirs humanitaires», a dit la présidence russe dans un communiqué.

Ukraine: 5,3 millions de réfugiés, l'ONU en attend 3 millions de plus

Près de 5,3 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion par les troupes russes il y a deux mois, et l'ONU s'attend à ce qu'il y en ait 3 millions de plus d'ici la fin de l'année.

Ukraine: la Russie expulse des diplomates suédois

Après l'annonce par la Russie de l'expulsion de trois diplomates suédois, en représailles à une mesure similaire prise par Stockholm suite à l'offensive militaire de Moscou en Ukraine, la diplomatie suédoise a dit ce mardi 26 avril, que quatre diplomates étaient expulsés de Russie.

Plus de 5,2 millions de réfugiés

Le nombre de réfugiés ukrainiens ayant fui leur pays depuis le 24 février a dépassé les 5,2 millions, selon le Haut Commissariat de l'ONU.

En outre, plus de 7,7 millions de personnes ont quitté leur foyer mais se trouvent toujours en Ukraine, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), également rattachée à l'ONU.

Un présentateur ciblé par Kiev, selon Moscou

Les services de renseignement russes (FSB) ont affirmé lundi avoir arrêté des «membres d'un groupe néonazi» qui projetaient selon eux d'assassiner sur ordre de Kiev le présentateur vedette Vladimir Soloviev, propagandiste en chef du Kremlin.

Ce présentateur fait partie des nombreuses personnalités qui ont été sanctionnées par les pays occidentaux après le début de l'intervention en Ukraine.

Ursula von der Leyen en Inde, Guterres à Ankara

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen doit rencontrer lundi en Inde le Premier ministre Narendra Modi, avec qui elle devrait évoquer la neutralité affichée par New Delhi sur la guerre en Ukraine.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres est attendu en Turquie, pays qui tente de jouer les médiateurs dans le conflit, avant de se rendre à Moscou mardi puis à Kiev.

40 diplomates allemands expulsés

La Russie a annoncé lundi l'expulsion de 40 diplomates allemands, en représailles à une mesure similaire prise récemment par l'Allemagne à la suite de l'offensive russe en Ukraine.

Cette décision n'est «en aucun cas justifiée», a réagi la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock.

Drones ukrainiens abattus (Moscou)

La Russie a abattu lundi deux drones ukrainiens près de la frontière avec l'Ukraine, ont déclaré les autorités locales.

Cette annonce intervient peu après que les autorités russes ont rapporté l'incendie d'un grand dépôt de carburant dans une ville russe à 150 km de la frontière et servant de base logistique à l'offensive militaire de Moscou. Les Russes n'ont pas précisé les raisons de cet incendie.

 

L'Ukraine «peut gagner» la guerre

Le chef du Pentagone Lloyd Austin a affirmé lundi que l'Ukraine pouvait gagner la guerre, au lendemain de la première visite à Kiev de dirigeants américains depuis l'invasion russe.

«Ils peuvent gagner s'ils ont les bons équipements, le bon soutien», a-t-il déclaré après avoir rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en compagnie du secrétaire d'Etat Antony Blinken.

Les deux ministres ont annoncé le retour progressif d'une présence diplomatique américaine en Ukraine avec la nomination d'une ambassadrice et une nouvelle aide militaire, directe et indirecte de 700 millions de dollars.

«Nous voulons voir la Russie affaiblie à un degré tel qu'elle ne puisse plus faire quelque chose comme l'invasion de l'Ukraine», a déclaré le chef du Pentagone.

«Pas d'accord» pour une évacuation à Marioupol

Aucun accord n'a été conclu lundi pour créer un couloir humanitaire permettant l'évacuation des civils terrés avec des combattants ukrainiens dans le complexe métallurgique assiégé d'Azovstal à Marioupol (sud-est), a affirmé Kiev.

«Le couloir annoncé n'offre aucune sécurité, donc il n'y a pas d'évacuation», a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

La Russie avait annoncé un peu plus tôt son intention de cesser les hostilités à 14H00 heure de Moscou (11H00 GMT), pour permettre l'évacuation de ces civils.

L'immense usine Azovstal est le dernier réduit contrôlé par les forces de Kiev à Marioupol, grande ville portuaire ravagée par les bombardements après plusieurs semaines de siège. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé qu'environ un millier de civils et des centaines de blessés y étaient toujours retranchés, dans des conditions catastrophiques.

Frappes sur installations ferroviaires

Au moins cinq personnes ont été tuées et 18 autres blessées lundi dans des frappes russes sur des installations ferroviaires dans la région de Vinnytsia (centre-ouest), a annoncé le Parquet local.

L'explosion d'un missile a par ailleurs déclenché lundi matin un incendie dans la gare de Krasne, près de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, selon le gouverneur régional, qui a indiqué ne pas avoir d'informations sur d'éventuelles victimes dans l'immédiat.

Russie: un dépôt de carburant en flammes près de la frontière ukrainienne

Un grand dépôt de carburant était en flammes ce lundi dans une ville de Russie située près de la frontière ukrainienne, ont rapporté les autorités russes, sans préciser les raisons de l'incendie.

Zelensky félicite Macron pour sa réélection

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a félicité dimanche le 24 avril, son homologue français Emmanuel Macron pour sa réélection.

«Félicitations à @EmmanuelMacron, un vrai ami de l'Ukraine, pour sa réélection!» a tweeté M. Zelensky.

Ukraine: des responsables américains à Kiev pour la première fois depuis le début de la guerre

Les chefs de la diplomatie et de la défense des Etats-Unis ont rencontré dimanche le 24 avril, à Kiev le président ukrainien Volodymyr Zelensky, deux mois exactement après le début de l'invasion russe de l'Ukraine, qui a célébré tristement la Pâque orthodoxe.

L'OSCE inquiète pour ses membres

L'OSCE s'est dite dimanche «extrêmement inquiète» après l'arrestation en Ukraine, dans les territoires séparatistes prorusses, de certains des membres de sa mission.

Peu après l'invasion russe le 24 février, l'organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) avait évacué plusieurs centaines d'observateurs issus de dizaines de pays qui surveillaient le cessez-le-feu depuis 2014. Mais restaient sur place des employés ukrainiens, dont «un certain nombre sont détenus à Donetsk et Lougansk», a indiqué l'OSCE, disant «utiliser tous les canaux disponibles pour faciliter leur libération».

Ursula von der Leyen en Inde, Guterres à Ankara

Sur le front diplomatique, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen devrait évoquer la neutralité affichée par New Delhi sur la guerre en Ukraine lors d'une visite entamée dimanche en Inde, où elle rencontrera lundi le Premier ministre Narendra Modi.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres est attendu lundi en Turquie, pays qui tente de jouer les médiateurs dans le conflit en Ukraine, avant de se rendre à Moscou puis à Kiev. Une chronologie «erronée» selon le président Zelensky, qui estime qu'il aurait dû aller à Kiev d'abord.

Pas de trêve pascale

«Sauvez tous les Ukrainiens», a lancé dimanche sous forme de prière le président Volodymyr Zelensky qui en a appelé au jugement de Dieu dans un discours à l'occasion de la fête de Pâques orthodoxe. «N'oubliez pas Boutcha, Irpin, Borodianka, Gostomel», a-t-il imploré, énumérant comme une litanie une série d'autres noms de lieux où Kiev accuse les forces russes d'atrocités envers des civils.

Le pape François a de son côté renouvelé son appel à une trêve dans les combats et l'arrêt des attaques contre «des populations épuisées», devant des milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre. «Il est triste qu'en ces jours qui sont les plus saints et solennels pour les chrétiens on entende davantage le bruit meurtrier des armes que celui des cloches qui annoncent la résurrection» du Christ, a-t-il dit.

60e jour de guerre

Alors que la guerre est entrée dans son troisième mois, les combats se sont poursuivis dimanche dans l'est et le sud du pays,

Kharkiv (nord-est), deuxième ville d'Ukraine, est toujours «partiellement bloquée» par les Russes, qui continuent de la bombarder, selon l'état-major ukrainien.

L'armée russe a de son côté indiqué avoir mené des frappes de missiles contre neuf cibles militaires ukrainiennes, dont quatre dépôts de munitions au sud de la région de Kharkiv. Moscou a aussi dit avoir mené des frappes aériennes contre 26 cibles, et 423 frappes d’artillerie.

Dans le bassin du Donbass, les troupes russes ont «intensifié leurs offensives» dans trois directions, selon Kiev: Severodonetsk, capitale de facto de la région de Lougansk sous contrôle ukrainien, Popasna, une cinquantaine de kilomètres plus au sud, et Kourakhikva, proche de Donetsk.

Première venue de responsables américains à Kiev

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le ministre américain de la Défense Llyod Austin sont attendus à Kiev dimanche pour discuter des livraisons d'armes à l'Ukraine.

Il s'agit de la première visite de dirigeants américains depuis le début du conflit le 24 février. Elle intervient après celles de plusieurs dirigeants européens ces dernières semaines.

L'ONU appelle à une trêve «immédiate» à Marioupol

L'ONU a appelé dimanche à une trêve «immédiate» à Marioupol, pour permettre l'évacuation de quelque 100 000 civils encore coincés dans ce port ukrainien presque entièrement contrôlé par l'armée russe, dans un communiqué de son coordinateur en Ukraine.

«Il faut une pause dans les combats tout de suite pour sauver des vies. Plus nous attendons, plus les vies seront menacées. Ils doivent être autorisés à évacuer maintenant, aujourd'hui. Demain ce sera trop tard», a indiqué Amin Awad.

Kiev avait indiqué plus tôt dimanche que les forces russes continuaient à bombarder cette ville stratégique sur la mer d'Azov et notamment l'aciérie Azovstal, ultime poche de résistance des combattants ukrainiens et refuge de centaines de civils.

Mark Zuckerberg et Kamala Harris sanctionnés par Moscou

La Russie a interdit jeudi l'entrée sur son territoire à 29 responsables politiques, personnalités médiatiques et hommes d'affaires américains en représailles aux sanctions prises par Washington contre Moscou pour son offensive contre l'Ukraine.

Parmi les personnes visées par cette mesure, dont la liste a été publiée par le ministère russe des Affaires étrangères, figurent notamment le dirigeant du géant du Web Meta, Mark Zuckerberg, et la vice-présidente américaine, Kamala Harris.

Réunion de l'Unesco en Russie reportée

Après des semaines d'intenses tractations, la décision est finalement tombée jeudi : la session annuelle du comité du patrimoine de l'Unesco qui devait se tenir en Russie en juin est reportée sine die dans un contexte de pression croissante sur Moscou liée à la guerre en Ukraine.

Plus de 1 000 corps de civils à Kiev

Plus de 1 000 corps de civils se trouvent dans les morgues de la région de Kiev, a indiqué à l'AFP jeudi une responsable ukrainienne, alors que Kiev accuse les Russes d'avoir «massacré» des centaines de civils pendant leur occupation de la région en mars, ce que Moscou dément.

La vice-Première ministre ukrainienne Olga Stefanichyna a précisé que ce total représentait l'ensemble des corps de civils «découverts dans des immeubles, mais aussi dans les rues».

Evacuation difficile des civils

Trois bus d'évacuation de civils partis du port de Marioupol sont arrivés jeudi à Zaporijjia, grande ville du sud-est de l'Ukraine, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'armée de la «république» séparatiste de Donetsk a affirmé que 127 civils vivant dans un quartier près de l’usine Azovstal avaient été évacués mercredi, via ces couloirs humanitaires.

Livraison prévue d'armes lourdes

L'Ukraine va recevoir «dans les prochains jours» des armes lourdes, dont des chars de combats, de la part des partenaires est-européens pour l'aider à contrer l'offensive russe, a déclaré jeudi la ministre de la Défense allemande.

«Il s'agit de chars de combats, de véhicules blindés, ou d'autres possibilités (de matériel) que les pays peuvent céder» à l'Ukraine, a expliqué Christine Lambrecht.

Plusieurs pays de l'Otan ont déjà donné leur feu vert à des livraisons d'armes lourdes, comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la République tchèque ou les Pays-Bas.

L'Espagne envoie 200 tonnes de matériel

L'Espagne va livrer à l'Ukraine 200 tonnes de matériel militaire, un envoi qui représente le double de l'aide militaire envoyée jusqu'ici par Madrid à Kiev, a annoncé jeudi le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez dans la capitale ukrainienne.

«C'est l'envoi le plus important effectué (par l'Espagne). Il fait plus que doubler ce que nous avions envoyé jusqu'ici», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec Volodymyr Zelensky et la Première ministre danoise Mette Frederiksen.

Biden annonce une nouvelle aide militaire

Joe Biden a annoncé jeudi une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars pour l'Ukraine.

Cette enveloppe comprend «des armes d'artillerie lourde, des dizaines d'obusiers, 144 000 munitions ainsi que des drones», a-t-il détaillé.

Afin de continuer à fournir une assistance militaire à l'Ukraine, Joe Biden a indiqué qu'il allait demander des fonds supplémentaires au Congrès.

Les Etats-Unis ont également l'intention d'apporter une aide économique supplémentaire de 500 millions de dollars pour maintenir le fonctionnement du gouvernement ukrainien.

Poutine revendique la «libération» de Marioupol

Le président russe Vladimir Poutine a jugé jeudi que ses forces avaient avec «succès» pris le contrôle de la ville ukrainienne de Marioupol, port stratégique de la mer d'Azov, ordonnant d'assiéger les derniers combattants ukrainiens plutôt que de donner l'assaut sur le site industriel Azovstal où ils sont retranchés.

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en plus de quelque 2 000 militaires ukrainiens, «environ un millier de civils, femmes et enfants» et «des centaines de blessés» sont aussi réfugiés dans cette usine.

Les combattants ukrainiens à Marioupol refusent de se rendre et réclament de la communauté internationale des «garanties de sécurité».

Le président américain Joe Biden a jugé jeudi «contestable» que la Russie ait pris le contrôle de la ville, estimant qu'il «n'y a encore aucune preuve que Marioupol soit complètement perdue».

Ukraine: quatre bus d'évacuation ont quitté Marioupol, selon Kiev

Quatre bus d'évacuation de civils ont réussi à quitter le port ukrainien de Marioupol, a indiqué jeudi la vice-Première ministre ukranienne Iryna Verechtchouk.

Les évacuations, qui doivent se poursuivre ce jeudi, interviennent alors que ce port stratégique de la mer d'Azov semble sur le point de tomber aux mains des Russes après presque deux mois de siège.

Les derniers combattants ukrainiens qui résistent encore, retranchés dans l'aciérie Azovstal, refusent de se rendre, réclamant à la communauté internationale des «garanties de sécurité»  pour se retirer.

Plusieurs centaines de civils, manquant de vivre et d'eau, sont retranchés dans l'usine sidérurgique d'Azovstal avec le 36e bataillon de l'armée ukrainienne et le bataillon Azov, les deux dernières unités combattantes à Marioupol, selon les autorités ukrainiennes.

Un conseiller de la présidence ukrainienne a proposé mercredi soir de tenir «une session spéciale de négociations» pour «sauver» les combattants et les civils. 

Moscou, qui a lancé plusieurs ultimatums aux derniers combattants ukrainiens, est déterminé à prendre ce port qui lui permettrait de faire pleinement la jonction entre la Crimée, qu'elle a annexée en 2014, et les républiques séparatistes prorusses du Donbass.

L'Italie parie sur le gaz africain pour ne plus dépendre de la Russie

L'Algérie et l'Egypte avant Pâques, le Congo et l'Angola cette semaine, le Mozambique en mai: l'Italie s'est lancée dans une offensive diplomatique en Afrique pour sortir de sa dépendance au gaz russe.

Le Canada sanctionne à son tour les filles de Poutine

Le Canada a sanctionné ce mardi 19 avril, les deux filles du président russe Vladimir Poutine comme l'ont fait d'autres pays ces dernières semaines en raison de «l'invasion illégale et injustifiable de l'Ukraine par le régime russe».

Ukraine: l'UA appelle au dialogue pour mettre fin au conflit

Le chef de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a déclaré ce mardi 19 avril, à la Russie que le droit international doit être respecté dans la guerre en Ukraine et il a appelé au dialogue pour mettre fin au conflit.

Ukraine: 76 personnes libérées suite à un échange avec la Russie

Soixante-seize Ukrainiens ont été libérés dans un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, a annoncé Kiev ce mardi 19 avril, sans révéler le nombre de Russes qui ont été remis à Moscou.

Ukraine: le Premier ministre espagnol «bientôt» à Kiev

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, se rendra «bientôt» à Kiev, ont indiqué ce mardi 19 avril, des sources gouvernementales à l'AFP, sans toutefois préciser la date exacte du voyage «pour des raisons de sécurité».

Cette visite se produira alors que M. Sánchez, un socialiste,  a annoncé lundi la réouverture «dans quelques jours» de l'ambassade d'Espagne à Kiev.

Tourisme: la Grèce reste optimiste malgré la guerre en Ukraine

Sur la plage de Falaserna en Crète, le 15 mai 2021.

La Grèce mise sur une meilleure saison touristique que l'an dernier malgré la guerre en Ukraine et ses conséquences : l'explosion des prix et la perte de centaines de milliers de touristes russes et ukrainiens qui affluaient ces dernières années surtout sur ses îles et le nord du pays.

Lire la suite de l'article: Tourisme: la Grèce reste optimiste malgré la guerre en Ukraine

Prix | L’éruption: la bonbonne de gaz de 12 kg à Rs 240

La nouvelle est tombée, hier soir, suivant un communiqué du ministère du Commerce. La bonbonne de gaz ménager de 5 kg passe à Rs 100 ; celle de 6 kg de Rs 90 à Rs 120 ; et celle de 12 kg passe de Rs 180 à Rs 240. Ce qui représente une hausse de 30 %.

La raison : les autorités auraient de plus en plus de mal à maintenir le subside. D’ailleurs, le 1er mars, le ministre du Commerce, Soodesh Callichurn, avait fait savoir que la STC achète une bonbonne de gaz à Rs 580 pour la revendre à Rs 180. En cause, avait-il dit, la guerre russo-ukrainienne.

Viktor Medvedtchouk, l'homme de Poutine en Ukraine

L'Ukrainien Viktor Medvedtchouk, un proche de Vladimir Poutine qui demande dans une vidéo diffusée ce lundi 18 avril, par l'Ukraine à être échangé contre les soldats et civils de la ville assiégée de Marioupol, est l'homme du président russe dans ce pays où il a défendu ses intérêts depuis plus de 20 ans.

La TV russe diffuse des vidéos de Britanniques capturés demandant que Johnson négocie leur libération

La télévision publique russe a diffusé ce lundi 18 avril, des appels de deux prisonniers, identifiés comme des ressortissants Britanniques, Shaun Pinner et Aiden Aslin, capturés lors de combats en Ukraine, demandant au Premier ministre Boris Johnson de négocier leur libération.

Plus de 4,9 millions d'Ukrainiens ont fui l'Ukraine, selon l'Onu

Plus de 4,9 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays 54 jours après l'invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine le 24 février, selon les chiffres publiés ce lundi 18 avril par le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

Ukraine: Kharkiv de nouveau bombardée, trois morts

Des bombardements russes sur Kharkiv, grande ville du nord-est de l'Ukraine, ont fait au moins trois morts ce lundi 18 avril, ont annoncé les autorités locales, au lendemain de frappes ayant déjà fait six morts.

Est de l'Ukraine: les Russes dans Kreminna, Roubijné sous le feu ukrainien

Les troupes russes sont entrées ce lundi 18 avril, dans la ville de Kreminna, dans l'est de Ukraine, selon les autorités locales, et se trouvaient sous le feu ukrainien dans la ville voisine de Roubijné, a constaté l'AFP.

Ukraine: pas d'évacuations de civils pour la deuxième journée consécutive

Aucun couloir humanitaire ne sera mis en place ce lundi 18 avril pour l'évacuation des civils des zones de combats en Ukraine, ont annoncé les autorités ukrainiennes pour la deuxième journée consécutive, accusant la Russie de «blocage» et de bombarder des convois.

Ukraine: l'Espagne va rouvrir son ambassade à Kiev

L'Espagne va rouvrir «dans quelques jours» son ambassade à Kiev qu'elle avait fermée suite à l'invasion russe en Ukraine, a annoncé ce lundi 18 avril le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

Russie: 200 000 emplois menacés par les sanctions à Moscou, selon le maire

Au moins 200 000 emplois sont menacés à Moscou par le départ ou l'arrêt des activités d'entreprises étrangères, dans la foulée de l'offensive russe contre l'Ukraine, a annoncé ce lundi 18 avril le maire de la capitale russe.

Ukraine: Draghi déplore l'inefficacité du dialogue avec Poutine

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a regretté ce dimanche 17 avril l'inefficacité apparente du «dialogue» avec Vladimir Poutine, constatant que ces contacts n'empêchaient pas «l'horreur» de se poursuivre en Ukraine.

Ukraine: la Russie affirme avoir «détruit» une usine militaire près de Kiev

Le ministère russe de la Défense a annoncé ce dimanche 17 avril avoir bombardé une usine militaire aux abords de Kiev, alors que Moscou intensifie ses attaques contre la capitale ukrainienne.

Le prince Charles rend hommage aux réfugiés et à ceux qui les accueillent

Le Prince Charles, héritier de la couronne britannique, a rendu hommage aux réfugiés et à ceux qui leur ouvrent leur porte, dans un message de Pâques ce dimanche 17 avril évoquant l'invasion russe en Ukraine.

Lire la suite de l'article: Le prince Charles rend hommage aux réfugiés et à ceux qui les accueillent

Ukraine : Moscou frappe une nouvelle usine militaire, avertissement de Zelensky

La Russie, qui avait averti qu'elle pourrait à nouveau s'en prendre à Kiev, a bombardé samedi le 16 avril, une deuxième usine d'armement près de la capitale de l'Ukraine, le président Volodymyr Zelensky menaçant quant à lui d'un arrêt des négociations de paix avec Moscou si les derniers soldats ukrainiens dans la ville assiégée de Marioupol étaient «éliminés».

Faute d'accord avec les Russes, aucun couloir humanitaire dimanche, selon Kiev

Les autorités ukrainiennes ont annoncé ce dimanche 17 avril la suspensions des couloirs humanitaires pour l'évacuation des civils de l'Est de l'Ukraine, faute d'accord avec l'armée russe sur un arrêt des tirs.

Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Moscou vise une usine militaire à Kiev 

Une usine de matériel militaire fabriquant notamment des tanks a été visée samedi matin par un bombardement à Darnytsky, dans la banlieue de Kiev, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ce bombardement, revendiqué par Moscou, intervient au lendemain de l'avertissement des forces russes qu'elles allaient intensifier leurs attaques sur la capitale ukrainienne.

«Des armes air-sol de haute précision et de longue portée ont détruit des bâtiments de production d'une usine d'armement à Kiev», a annoncé le ministère de la Défense russe dans un communiqué sur Telegram.

Sur les lieux, un grand nombre de militaires et de policiers étaient présents, empêchant l'accès au complexe, d'où s'échappait de la fumée. Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a indiqué sur Facebook ne pas avoir à ce stade d'informations sur les victimes potentielles.

Vendredi, une frappe russe avait touché une usine de la région de Kiev, fabriquant des missiles Neptune que l'armée ukrainienne avait affirmé avoir utilisés pour frapper le croiseur russe Moskva.

Moscou avertit Washington de «conséquences»

La Russie a adressé cette semaine aux Etats-Unis une plainte formelle avertissant le gouvernement américain de «conséquences imprévisibles» suite à son aide militaire en forte hausse à l'Ukraine, selon des informations de presse.

Selon cette note diplomatique, Moscou avertit les Etats-Unis et l'Otan contre l'envoi d'armes «plus sensibles» à l'Ukraine, jugeant que de tels équipements militaires mettaient de l'«huile sur le feu» et pourraient provoquer des «conséquences imprévisibles», a rapporté le Washington Post.

Cet avertissement a été fait alors que le président américain Joe Biden a promis une nouvelle aide militaire d'une valeur de 800 millions de dollars à l'Ukraine, dont des hélicoptères et des véhicules blindés de transport de troupes.

Zelensky souligne le risque nucléaire russe

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé vendredi que «le monde entier» devait être «inquiet» du risque que son homologue russe Vladimir Poutine, acculé par ses revers militaires en Ukraine, ait recours à une arme nucléaire tactique, faisant écho à l'avertissement la veille du directeur de la CIA.

Le patron du renseignement extérieur américain, William Burns, avait estimé qu'il ne fallait pas «prendre à la légère la menace que représente le recours potentiel à des armes nucléaires tactiques» ou «de faible puissance» par le président Poutine s'il devait «sombrer dans le désespoir» face aux échecs de son armée.

Le président ukrainien a par ailleurs évalué à environ 2.500 à 3.000 le nombre de soldats ukrainiens morts au cours de la guerre, alors que la Russie déplorerait d'après lui 19.000 à 20.000 victimes. Environ 10.000 soldats ukrainiens ont été blessés et il est "difficile de dire combien d'entre eux survivront", selon le président Zelensky.

Boris Johnson interdit d'entrée en Russie

La Russie a annoncé samedi que le Premier ministre britannique Boris Johnson et plusieurs autres hauts responsables britanniques étaient interdits d'entrée dans le pays, en représailles des sanctions imposées à Moscou en raison de son opération militaire en Ukraine.

«Cette mesure a été prise en réponse à la campagne médiatique et politique effrénée visant à isoler internationalement la Russie et créer les conditions propices pour (...) étrangler l'économie» nationale, a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Frappes et évacuations

Dans la nuit de vendredi à samedi, le maire de la ville d'Aleksandria, à environ 300 km au sud-est de Kiev, a indiqué sur Facebook qu'un missile russe avait frappé l'aéroport de sa ville. Il a précisé que les équipes de secours étaient à l'oeuvre mais sans faire dans l'immédiat état de victimes.

Dix personnes ont été tuées, dont un nourrisson de sept mois, et 35 autres blessées, dans des tirs russes sur des bus évacuant des habitants de la région de Kharkiv (nord-est), ont annoncé vendredi les autorités locales.

Dans le sud-est de l'Ukraine, près de 2.900 civils ont été évacués vendredi de Marioupol assiégée et de Berdyansk vers Zaporojie, selon Kiev.

De son côté, le porte-parole du ministère russe de la Défense a affirmé vendredi que l'artillerie russe avait provoqué la mort d'une trentaine de «mercenaires polonais» dans le nord-est de l'Ukraine, ce qui risque de renforcer les tensions déjà vives entre Moscou et Varsovie.

Aide de Berlin pour acheter des équipements militaires

L'Allemagne prévoit d'octroyer plus d'un milliard d'euros d'aide militaire à l'Ukraine, a indiqué vendredi soir un porte-parole gouvernemental à l'AFP. L'argent sera utilisé par l'Ukraine pour financer l'acquisition d'équipements militaires.

 

Moscou expulse 18 membres de la représentation de l'UE en Russie

Moscou a annoncé ce vendredi 15 avril l'expulsion de 18 diplomates de la représentation de l'Union européenne en Russie, en représailles à une mesure similaire prise par Bruxelles à la suite de l'offensive du Kremlin en Ukraine. «En guise de représailles aux actions inamicales de l'Union européenne, 18 membres de la Représentation de l'UE en Russie sont déclarés personae non gratae et doivent quitter le territoire russe au plus tôt», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

La Macédoine du Nord expulse à nouveaux des diplomates russes

La Macédoine du Nord a annoncé ce vendredi 15 avril, l'expulsion de six diplomates russes accusés d'enfreindre les règles diplomatiques, quinze jours après avoir pris des mesures similaires contre Moscou.

Football: un candidat américain retire son offre d'achat de Chelsea

Le consortium mené par la famille Ricketts s’est retiré de la course au rachat de Chelsea.

Le consortium américain dirigé par la famille Ricketts a annoncé ce vendredi 15 avril, avoir retiré son offre de rachat de Chelsea, au lendemain de la date limite pour le dépôt des candidatures à la reprise du club mis en vente par son propriétaire russe Roman Abramovich.

Lire la suite de l'article: Football: un candidat américain retire son offre d'achat de Chelsea

Le site internet de la radio française RFI bloqué en Russie

La Russie a bloqué le site internet de la radio française RFI, qui diffuse des informations en une quinzaine de langues, dont le russe, en pleine vague de répression contre les critiques de l'offensive en Ukraine. Le site www.rfi.fr est désormais classé dans la liste des sites bloqués en Russie par le régulateur des télécommunications Roskomnadzor, ont constaté ce vendredi 15 avril, des journalistes de l'AFP en Russie, qui ne pouvaient ouvrir le site du média sans réseau virtuel privé (VPN).

Volley: le Mondial-2022 en Pologne et Slovénie, l'équipe ukrainienne invitée pour remplacer la Russie

Le Mondial-2022 de volley-ball masculin, dont l'organisation a été retirée à la Russie après l'invasion de l'Ukraine, aura finalement lieu en Pologne et Slovénie, a annoncé ce vendredi 15 avril, la Fédération internationale (FIVB) qui a précisé que l'équipe ukrainienne remplacerait parmi les nations participantes la Russie.

Cinq millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe

Plus de cinq millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février, selon les chiffres du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) ce vendredi 15 avril. Le HCR recensait exactement 4 796 245 réfugiés vendredi. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), environ 215 000 non-Ukrainiens ont également fui l'Ukraine.

Ukraine: la Russie bloque le site en russe du Moscow Times

La Russie a bloqué ce vendredi 15 avril, la version russe du site du Moscow Times, média indépendant respecté, en l'accusant d'avoir publié de «fausses informations» sur le conflit en Ukraine, dernier exemple de la répression contre les médias.

Ukraine: la Russie menace d'intensifier ses frappes sur Kiev

Au lendemain du naufrage de son vaisseau amiral en mer Noire, la Russie a menacé ce vendredi 15 avril, d'intensifier ses attaques sur Kiev après avoir accusé l'Ukraine de bombarder des villages sur son territoire.

Nouvel échange de prisonniers russes et ukrainiens dans le sud de l'Ukraine

Un nouvel échange de prisonniers de guerre russes et ukrainiens a eu lieu jeudi 14 avril, dans la région de Kherson, région du sud de l'Ukraine partiellement sous contrôle russe, a annoncé vendredi l'armée ukrainienne.

Un Britannique de l'armée ukrainienne capturé par les Russes

Aiden Aslin, un Britannique, membre de l'armée ukrainienne capturé par les forces russes.

Un Britannique, membre de l'armée ukrainienne, a été capturé par les Russes, sa mère demandant dans le journal The Daily Telegraph qu'il soit traité «avec humanité» et libéré.

La télévision publique russe a diffusé jeudi soir des images montrant un jeune homme menotté et présentant une coupure au front, affirmant qu'il s'agit d'Aiden Aslin.

Ukraine: une usine fabriquant des missiles Neptune touchée par une frappe russe

Une usine de la région de Kiev, fabriquant des missiles Neptune que l'armée ukrainienne avait indiqué avoir utilisés pour frapper le croiseur russe Moskva, a été touchée dans la nuit par une frappe russe, ont constaté ce vendredi 15 avril, des journalistes de l'AFP sur place.

Ukraine : à Odessa, les chats sur les murs se font va-t-en guerre

Sur une artère d'Odessa (sud-ouest), un chat bleu sourit, un tas d'avions russes à ses pieds. Depuis le début de la guerre, un collectif de street-art a peint des dizaines de félins sur les murs de la ville, témoignage de l'insouciance presque irréelle régnant dans cette partie de l'Ukraine.

Biden annonce une nouvelle aide militaire massive à l'Ukraine

Des véhicules blindés, de l'artillerie, des hélicoptères: Joe Biden a donné son feu vert mercredi le 13 avril à une nouvelle aide militaire massive à l'Ukraine, avec des équipements plus lourds que ceux livrés jusqu'ici.

Ukraine: quatre civils tués et 10 blessés dans des frappes russes sur Kharkiv

Quatre civils ont été tués et au moins dix blessés dans des frappes russes mercredi le 13 avril sur Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur de la région.

Un croiseur russe en feu après des tirs de missiles ukrainiens

Des tirs de missiles ukrainiens ont provoqué un incendie à bord d'un croiseur russe, le Moskva, ont affirmé mercredi le 13 avril soir les autorités ukrainiennes.

Ukraine: Volodymyr Zelensky dénonce «des centaines de viols»

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé ce mardi 12 avril, «des centaines de cas de viol» constatés dans les zones précédemment occupées par l’armée russe, «y compris de jeunes filles mineures et de tout petits enfants». «Dans les zones libérées des occupants, l'enregistrement et l'enquête sur des crimes de guerre commis par la Russie se poursuivent. Presque quotidiennement, on retrouve de nouvelles fosses communes», a-t-il déclaré, s'adressant au parlement lituanien grâce à une liaison vidéo.

La guerre en Ukraine pèse sur négociations en vue de la ministérielle de l'OMC

La guerre en Ukraine, et son lot de tensions diplomatiques, pèse sur les négociations à l'OMC visant à préparer la grande réunion ministérielle de juin, a indiqué la cheffe de l'organisation ce mardi 12 avril.

Voyage à Kiev et armes lourdes: la pression monte sur Olaf Scholz

Olaf Scholz à Kiev? La pression monte sur le chancelier allemand appelé de toutes parts à se comporter en «leader» en allant à son tour en Ukraine et en s'engageant plus fermement sur la livraison d'armes lourdes.

Ukraine: six personnes tuées par balles retrouvées dans un sous-sol dans la banlieue de Kiev

Les corps de six personnes tuées par balles ont été retrouvés dans un sous-sol dans la banlieue est de Kiev, dont s'est retirée fin mars l'armée russe, a annoncé ce mardi 12 avril le Parquet général ukrainien.

Ukraine: plus de 4,6 millions de réfugiés

Plus de 4,6 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine le 24 février, selon les chiffres du HCR mardi 12 avril.

Nokia se retire de Russie

Nokia va quitter la Russie, a annoncé l'équipementier télécoms finlandais ce mardi 12 avril, au lendemain de la décision de son concurrent Ericsson de suspendre indéfiniment ses activités dans le pays.

Violences faites aux femmes

Plusieurs responsables de l'ONU ont réclamé lundi l'ouverture d'enquêtes sur les violences faites aux femmes dans la guerre de la Russie en Ukraine et la protection des enfants dans le conflit, lors d'une réunion du Conseil de sécurité initiée par les Etats-Unis et l'Albanie.

La Russie «provoque la famine» (Borrell)

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a accusé lundi la Russie de «provoquer la faim dans le monde» avec la guerre en Ukraine, en détruisant les stocks de blé et en empêchant de l'exporter à l'étranger.

UE: discussions sur de nouvelles sanctions

Horrifiés par les exactions imputées aux forces russes en Ukraine, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont commencé lundi à discuter d'un sixième paquet de sanctions contre la Russie, mais le consensus devient de plus en plus difficile à trouver.

La plupart des ministres ont plaidé pour «une approche maximaliste» face à Moscou avec l'arrêt des achats de pétrole et de gaz russes dont les Européens sont très dépendants.

Londres vérifie des affirmations sur une attaque chimique

Le Royaume-Uni tente de vérifier des informations sur l'éventuelle utilisation d'armes chimiques par les forces russes à Marioupol.

«Des informations indiquent que les forces russes pourraient avoir utilisé des agents chimiques lors d'une attaque contre la population de Marioupol. Nous travaillons de toute urgence avec nos partenaires pour vérifier les renseignements», a déclaré la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss sur Twitter.

Petro Andriouchtchenko, un conseiller du maire de Marioupol, a souligné que «les informations sur l'attaque chimique ne sont pas actuellement confirmées».

Offensive russe dans l'est imminente

L'armée ukrainienne a dit lundi s'attendre à une offensive russe «très prochainement» dans l'Est, devenu la cible prioritaire du Kremlin, après le retrait des troupes russes des régions du nord du pays et des alentours de Kiev.

«Selon nos informations, l'ennemi a presque terminé sa préparation pour un assaut sur l'Est. L'attaque aura lieu très prochainement», a averti lors d'une conférence de presse le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandre Motouzianik.

Le chancelier autrichien «pessimiste»

Le chancelier autrichien Karl Nehammer s'est dit «plutôt pessimiste» après sa rencontre avec Vladimir Poutine, qui est selon lui dans une «logique de guerre» et veut enregistrer un «succès militaire» en Ukraine.

Combats à Marioupol

Le chef des séparatistes prorusses de Donetsk a affirmé lundi que ses forces avaient conquis entièrement la zone portuaire de la ville stratégique de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, assiégée depuis plus d'un mois.

«Concernant le port de Marioupol, il est déjà sous notre contrôle», a déclaré Denis Pouchiline, cité par les agences de presse russes. Le représentant de l'armée séparatiste, Edouard Bassourine, a lui affirmé que les derniers défenseurs ukrainiens se concentraient désormais dans les immenses usines «Azovstal» et «Azovmach».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré lundi qu'il pensait que des «dizaines de milliers» de personnes avaient été tuées à Marioupol, affirmant que la Russie avait "complètement détruit" la ville

Des gendarmes français en Ukraine

Des gendarmes français sont arrivés à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, pour assister leurs homologues ukrainiens «dans les investigations des crimes de guerre commis autour de Kiev», a annoncé lundi l'ambassadeur français en Ukraine.

Dimanche, la justice ukrainienne a affirmé que 1.222 personnes avaient été tuées dans la région de Kiev depuis le début de l'invasion, sans préciser s'il s'agissait uniquement de civils.

La Société Générale se retire de Russie

La banque française Société Générale a annoncé lundi «cesser ses activités» en Russie et va céder la totalité de sa participation dans Rosbank, poids lourd du secteur bancaire russe, ainsi que ses filiales d'assurance dans le pays.

Cette «transaction envisagée devrait conduire» à un impact négatif dans ses comptes de 3,1 milliards d'euros, précise la banque, qui poursuivait ses activités en Russie depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.

De son côté, le fabricant suédois d'équipements télécoms Ericsson a annoncé lundi la suspension pour une durée indéterminée de ses activités en Russie, où il fournit deux des principaux opérateurs de téléphonie mobile.

Chute du PIB ukrainien

L'économie de l'Ukraine va se contracter de 45,1% cette année en raison de la guerre menée par la Russie, dont le PIB devrait lui-même s'effondrer de 11,2%, selon les dernières prévisions de la Banque mondiale.

Toute la région subit les conséquences économiques de ce conflit: l'institution table ainsi sur une contraction de 4,1% du PIB pour les pays émergents et en développement d'Europe et d'Asie centrale. La seule Europe de l'Est devrait subir une récession de 30,7%.

L'est de l'Ukraine ciblé par la Russie

«La bataille pour le Donbass durera plusieurs jours, et pendant ces jours nos villes pourraient être complètement détruites», a mis en garde Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk, dans le Donbass, dont une partie est contrôlée depuis 2014 par des séparatistes prorusses.

«Le scénario de Marioupol peut se répéter», a-t-il prévenu, en se référant au grand port du sud-est dévasté et assiégé depuis fin février par les forces russes.

Des analystes estiment que le président Vladimir Poutine veut obtenir une victoire dans le Donbass avant le défilé militaire du 9 mai marquant sur la Place Rouge la victoire soviétique sur les nazis en 1945.

«Ultime bataille» à Marioupol

L'armée ukrainienne a dit lundi se préparer à «une ultime bataille» dans le port dévasté de Marioupol (sud-est), assiégé par l'armée russe depuis plus de 40 jours.

«Aujourd'hui, sera probablement l'ultime bataille car nos munitions s'épuisent. (...) Ce sera la mort pour certains d'entre nous et la captivité pour les autres», a écrit sur Facebook la 36e brigade de la marine nationale, qui fait partie des forces armées ukrainiennes.

Le chancelier autrichien à Moscou

Le chancelier autrichien Karl Nehammer va tenter d'obtenir des corridors humanitaires au cours de son entretien lundi à Moscou avec le président Vladimir Poutine, mais n'attend «pas de miracle », a déclaré son ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg.

Il sera le premier dirigeant européen à rencontrer Vladimir Poutine depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.

Karl Nehammer a tweeté dimanche qu'il avait «l'intention de tout faire pour que des mesures soient prises en faveur de la paix», tout en reconnaissant que les chances d'y parvenir étaient minces. Il a également ajouté qu'il comptait évoquer au Kremlin les «crimes de guerre» à Boutcha, au nord-ouest de Kiev, devenue un symbole des atrocités de la guerre en Ukraine.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, réunis lundi à Luxembourg, doivent de leur côté étudier un sixième paquet de sanctions contre Moscou, qui ne touchera toutefois pas les achats de pétrole et de gaz.

Ukraine: le chancelier autrichien à Moscou, nouvelles sanctions européennes discutées

La pression continue de monter ce lundi 11 avril, sur Moscou, qui doit accueillir un dirigeant européen, le chancelier autrichien Karl Nehammer, pour la première fois depuis l'invasion de l'Ukraine, dans l'attente de nouvelles sanctions européennes et alors que la banque française Société générale a annoncé mettre fin à ses activités en Russie.

Guerre en Ukraine: Société Générale va se retirer de Russie

Six semaines après le début de l'invasion de l'Ukraine, Société Générale a annoncé ce lundi 11 avril, mettre fin à ses activités en Russie via la cession de la totalité de sa participation dans Rosbank.

Ukraine: Société Générale cesse ses activités de banque et d’assurance en Russie

La banque française Société Générale a annoncé ce lundi 11 avril, «cesser ses activités» en Russie et va céder la totalité de sa participation dans Rosbank, poids lourd du secteur bancaire russe, ainsi que ses filiales d’assurance dans le pays, selon un communiqué. Cette «transaction envisagée devrait conduire» à un impact négatif dans ses comptes de 3,1 milliards d'euros, précise la banque qui poursuivait ses activités en Russie depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février.

L'Ukraine échange 26 prisonniers avec la Russie

L'Ukraine a annoncé samedi avoir procédé à un nouvel échange de prisonniers avec la Russie depuis le début de l'invasion russe, permettant la libération de 12 soldats et 14 civils ukrainiens.

«Douze de nos militaires, dont une femme officier, rentrent chez eux. Nous avons également permis la libération de 14 civils, dont neuf femmes, soit au total 26 personnes», a écrit sur Telegram la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk.

Elle n'a pas précisé le nombre de Russes échangés contre ces Ukrainiens.

Couvre-feu à Odessa

Un couvre-feu est en vigueur depuis samedi soir et jusqu'à lundi matin à Odessa, le grand port ukrainien sur la mer Noire, face à la «menace» de frappes de missiles, selon les autorités locales.

Plus de 4,4 millions de réfugiés

Plus de 4,4 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion russe le 24 février, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

L'ONU estime par ailleurs à 7,1 millions le nombre de déplacés à l'intérieur du pays.

Collection Morozov

Deux tableaux de la collection Morozov, dont celui d'un oligarque russe et un autre appartenant à un musée ukrainien, exposés à la Fondation Vuitton à Paris depuis septembre, vont «rester en France», a annoncé samedi à l'AFP le ministère de la Culture.

Moscou menace Youtube

La Russie a promis samedi des représailles après la fermeture du compte YouTube de la chambre basse du Parlement russe, renforçant la possibilité d'un blocage en Russie de la plateforme vidéo du géant américain Google.

10 milliards d'euros pour l'Ukraine

Une collecte internationale de fonds a permis de réunir 10,1 milliards d'euros destinés à soutenir l'Ukraine, a annoncé samedi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

La campagne Stand Up for Ukraine, organisée par l'Union européenne, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et l'organisation internationale Global Citizen, visait à collecter des fonds pour les déplacés et réfugiés ukrainiens.

Evacuation de Kramatorsk

Deux jours après le massacre de la gare de Kramatorsk (est), où 52 civils, dont cinq enfants, qui se préparaient à fuir ont été tués dans une frappe attribuée à un missile russe, l'évacuation de la population se poursuivait.

Dimanche, la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a par ailleurs indiqué que 4.532 civils avaient pu être évacués.

La majorité ont quitté la région de Zaporijjia, a-t-elle ajouté, précisant que près de 200 personnes ont pu quitter la ville portuaire assiégée de Marioupol (sud)et plus d'un millier ont fui Melitopol, Lysychansk, Severodonetsk, Roubijne, Kreminna et Popasna dans la région de Lougansk.

Boris Johnson à Kiev

Le Premier ministre britannique, qui a marché samedi dans les rues de Kiev au côté de de Volodymyr Zelensky à l'occasion d'une visite surprise, s'est engagé à fournir à l'Ukraine des véhicules blindés et des missiles antinavires.

Il a rendu hommage à l'armée ukrainienne pour «le plus grand fait d'armes du 21e siècle» qui a permis de défendre Kiev et de mettre en échec «les desseins monstrueux de Poutine», selon un communiqué de Downing Street.

Le président russe Vladirmir Poutine «a subi un revers. (...) Il va intensifier la pression maintenant dans le Donbass et l'Est», a mis en garde M. Johnson.

Le président ukrainien a de son côté appelé les pays occidentaux à suivre l'exemple du Royaume-Uni quant au soutien militaire à l'Ukraine et aux sanctions contre la Russie.

L'Ukraine toujours prête à négocier

«L'Ukraine est prête pour les grandes batailles. L'Ukraine doit les gagner, y compris dans le Donbass», région de l'est du pays, a affirmé le conseiller présidentiel ukrainien Mykhaïlo Podoliak, cité par l'agence de presse Interfax-Ukraine.

Plus tôt dans la journée, le président Volodymyr Zelensky, avait souligné lors d'une conférence de presse avec le chancelier autrichien Karl Nehammer, qui s'est rendu à Kiev: «Nous sommes prêts à nous battre, et à chercher parallèlement des voies diplomatiques pour arrêter cette guerre».

Couvre-feu à Odessa

Un couvre-feu sera en vigueur de ce samedi soir à lundi matin à Odessa, le grand port ukrainien sur la mer Noire, face à la «menace» de frappes de missiles, ont annoncé les autorités locales.

Ukraine: au moins 35 morts dans l'attaque sur la gare de Kramatorsk

Au moins 35 personnes ont été tuées et 100 blessées ce vendredi 8 avril, après que deux roquettes se sont abattues sur la gare de Kramatorsk, dans l'Est de l'Ukraine, par laquelle des milliers de personnes sont évacuées depuis plusieurs jours.

Russie: la Banque centrale baisse par surprise son taux directeur de 20% à 17%

La Banque centrale russe a abaissé par surprise son taux directeur à 17% ce vendredi 8 avril, après l'avoir augmenté drastiquement à 20% dans la foulée des premières sanctions après l'entrée des troupes russes en Ukraine.

Ukraine: Londres sanctionne les filles de Poutine et de Lavrov

Le Royaume-Uni a sanctionné ce vendredi 8 avril, les deux filles du président russe Vladimir Poutine et celle du chef de la diplomatie Sergueï Lavrov en raison de l'invasion de l'Ukraine, disant vouloir s'en prendre au «train de vie fasteux du cercle rapproché du Kremlin».

Le Monténégro ordonne l'expulsion de quatre diplomates russes

Le Monténégro a ordonné l'expulsion de quatre diplomates russes, a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Ces diplomates ont «violé les normes diplomatiques», a précisé le ministère dans ce communiqué diffusé jeudi soir.

Guerre en Ukraine: les prix alimentaires mondiaux à un niveau jamais enregistré

Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont atteint en mars leurs «plus hauts niveaux jamais enregistrés», à cause de la guerre en Ukraine qui «provoque des chocs» sur les marchés des céréales et des huiles végétales, a annoncé ce vendredi 8 avril l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Plus de 9 600 élèves ukrainiens actuellement scolarisés en France

Plus de 9 600 enfants ukrainiens sont actuellement scolarisés dans les écoles, collèges et lycées en France, principalement dans les académies de Nice et de Versailles, a annoncé ce vendredi 8 avril le ministère de l'Education nationale dans un communiqué.

Ukraine : 26 corps découverts dans les décombres de deux immeubles près de Kiev

Vingt-six corps ont été découverts par les secouristes ukrainiens dans les décombres de deux immeubles d'habitation bombardés à Borodianka, au nord-ouest de Kiev, a annoncé jeudi 7 avril la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova.

Le Canada renforce son soutien financier à l'Ukraine

Le Canada a prévu dans son budget, annoncé jeudi 7 avril, des ressources additionnelles pour soutenir l'Ukraine, y compris un prêt au gouvernement Zelensky via le Fonds monétaire international (FMI) ainsi qu'une aide militaire supplémentaire. «Le Canada offrira au gouvernement ukrainien jusqu'à un milliard de dollars canadiens (730 millions d'euros) en nouvelles ressources de prêt par l'entremise d'un nouveau compte administré pour l'Ukraine au FMI afin que le gouvernement puisse continuer à fonctionner», est-il précisé dans le Budget 2022.

Ukraine: plus de 100 attaques confirmées contre des services de santé selon l'OMS

L’Organisation mondiale de la santé a confirmé jeudi 7 avril, plus de 100 attaques contre les services de santé en Ukraine et demandé l'accès humanitaire à la ville de Marioupol assiégée par les forces russes.

La Russie annonce des sanctions contre des dirigeants australiens et néozélandais

Moscou a annoncé des sanctions personnelles ce jeudi 7 avril, contre les dirigeants d'Australie et de Nouvelle-Zélande, leur interdisant l'entrée en Russie, des mesures réciproques à celles prises par ces pays suite à l'offensive russe en Ukraine.

Chanson de Pink Floyd en soutien à l'Ukraine

Pink Floyd a composé une nouvelle chanson originale, une première depuis 1994, en soutien au peuple ukrainien, qui doit être publiée dans la nuit de jeudi à vendredi, selon la maison de disque et les réseaux sociaux du groupe.

L'Assemblée générale de l'ONU suspend la Russie du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies

Maurice parmi les 93 pays qui ont voté pour la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'homme des Nations unies. © Euronews

L'Assemblée générale de l'ONU a suspendu ce jeudi 7 avril la Russie de son siège au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies en raison de l'invasion de l'Ukraine, lors d'un vote qui a recueilli 93 voix favorables et traduit un effritement de l'unité internationale face à Moscou.

Sur les 193 pays membres de l'Assemblée générale, 24 ont voté contre cette suspension la deuxième de l'histoire de l'ONU après l'éviction de la Libye en 2011, initiée par les Etats-Unis. Et 58 pays se sont abstenus, mais les abstentions n'étaient pas prises en compte dans la majorité des deux-tiers requise parmi les seuls votes pour et contre.

Lire la suite de l'article: L'Assemblée générale de l'ONU suspend la Russie du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies

Les Etats-Unis révoquent officiellement le statut commercial de la Russie

Par un vote au Congrès, les Etats-Unis ont révoqué officiellement ce jeudi 7 avril, le statut commercial de la Russie et du Bélarus en réponse à la guerre en Ukraine, ouvrant la voie à des tarifs douaniers punitifs contre ces deux pays. Cette mesure, décrétée par le président Biden mi-mars, a bénéficié d'un fort soutien transpartisan à la Chambre comme au Sénat.

Les sanctions contre Moscou exposent la vie privée bien gardée de Poutine

Le président russe Vladimir Poutine et son épouse Lyudmila au palais du Kremlin à Moscou, le 6 juin 2013.

Les sanctions occidentales visant non seulement le cercle rapproché du président russe, mais aussi sa famille, ont jeté une lumière inhabituelle sur la vie privée de Vladimir Poutine, maintenue d'ordinaire dans une stricte opacité.

Sanctions russes: le patron de Nestlé se justifie sur le maintien d'aliments essentiels

Le patron de Nestlé s'est justifié ce jeudi 7 avril, sur la décision de maintenir les produits alimentaires essentiels en Russie, tels que les produits pour bébés, lors de l'assemblée générale du groupe, mettant en avant «le droit fondamental» à la nourriture, «même en temps de guerre».

Les sanctions contre Moscou exposent la vie privée bien gardée de Poutine

Les sanctions occidentales visant non seulement le cercle rapproché du président russe, mais aussi sa famille, ont jeté une lumière inhabituelle sur la vie privée de Vladimir Poutine, maintenue d'ordinaire dans une stricte opacité.

Ukraine: le Parlement s'inquiète d'adoptions illégales d'enfants

Le Parlement européen s'est inquiété ce jeudi 7 avril, du sort des enfants ukrainiens fuyant la guerre, soulignant le risque «d'adoption illégale» des enfants non accompagnés et réclamant qu'ils soient suivis par les services sociaux.

Ukraine: l'OMS réclame l'accès humanitaire à Marioupol

L'Organisation mondiale de la santé a demandé ce jeudi 7 avril, l'accès humanitaire à la ville ukrainienne de Marioupol assiégée par les forces russes, en condamnant à nouveau les agressions contre le système de santé ukrainien, avec désormais 91 attaques confirmées.

Soldats ukrainiens formés aux Etats-Unis

Un petit groupe de soldats ukrainiens qui se trouvait aux Etats-Unis avant l'invasion russe de l'Ukraine est formé au maniement des drones tueurs Switchblade que Washington fournit à Kiev, selon le Pentagone.

Nouvelles sanctions

Les Etats-Unis ont annoncé une nouvelle série de sanctions «dévastatrices» contre la Russie, visant les grandes banques et les enfants de Vladimir Poutine.

Le Royaume-Uni a annoncé interdire tout investissement britannique en Russie et imposé des sanctions dans les secteurs bancaire et énergétique.

L'Union européenne examine un 5e ensemble de sanctions qui, pour la première fois, comporte des mesures dans le secteur de l'énergie avec un embargo sur les achats de charbon à la Russie et la fermeture des ports de l'UE aux navires russes. Les deux filles du président Poutine et plusieurs oligarques devraient être ajoutés à la liste noire de l'UE, selon un document consulté par l'AFP.

Un convoi du CICR arrive à Zaporojie

Un convoi de sept autobus et d'environ 40 véhicules privés sous protection du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est arrivé mercredi du sud-est de l'Ukraine à Zaporojie (sud), a constaté une journaliste de l'AFP. Le convoi transportait 500 réfugiés ayant réussi à fuir Marioupol, selon le CICR.

«Ceux qui faisaient partie du convoi avaient réussi à fuir Marioupol», a expliqué la Croix-Rouge, dont l'une des équipes chargées d'aider à évacuer les civils avait été «retenue» lundi par la police dans une localité sous contrôle russe, contrainte ensuite de rebrousser chemin.

Evacuations dans l'Est

Kiev a appelé mercredi les habitants de l'Est de l'Ukraine à évacuer la région «maintenant», face à la menace d'une offensive majeure de l'armée russe sur le Donbass.

«Nous avons réussi à évacuer plus de 1 200 personnes aujourd'hui» mercredi, a déclaré Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk (est), encore sous contrôle ukrainien.

Ces évacuations ont été faites en l'absence de tout cessez-le-feu et dans des conditions très difficiles en raison des bombardements intenses des forces russes, a précisé ce responsable.

«Crimes de guerre majeurs», selon Biden

Le président américain Joe Biden a dénoncé mercredi des «crimes de guerre majeurs» en évoquant les «corps laissés dans les rues après le retrait des Russes» et les «civils exécutés de sang-froid» à Boutcha, à côté de Kiev.

Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant qualifié de «provocation grossière et cynique» des autorités ukrainiennes la découverte de ces cadavres.

«Des armes, des armes, des armes»

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a demandé jeudi aux membres de l'Otan de lui fournir rapidement toutes les armes dont a besoin son pays pour combattre les forces russes.

«Je viens demander trois choses: des armes, des armes et des armes. Plus rapidement elles seront livrées, plus de vies seront sauvées et de destructions évitées», a plaidé le ministre ukrainien des Affaires étrangères à son arrivée au siège de l'Otan à Bruxelles pour une réunion avec ses homologues des pays de l'Alliance atlantique.

«L'Ukraine a le droit de se défendre. Nous allons écouter les besoins que va nous soumettre Dmytro Kouleba et discuter comment répondre», a déclaré le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

La Finlande saisit des œuvres d'art russes

Les autorités finlandaises ont annoncé mercredi avoir saisi plusieurs œuvres d'art de musées russes transitant dans le pays nordique dans le cadre des sanctions européennes contre Moscou, d'une valeur dépassant les 40 millions d'euros.

L'UE stocke des médicaments

L'Union européenne a annoncé mercredi la création, pour 540 millions d'euros, d'un stock de médicaments et d'équipements destinés à faire face à des urgences nucléaires, bactériologiques et chimiques. Trois millions de comprimés d'iode ont déjà été livrés à l'Ukraine, avec l'aide de la France et de l'Espagne, a ajouté la Commission.

L'économie russe commence à se fissurer

Plusieurs semaines après des salves de sanctions allant crescendo depuis le début de l'offensive, les effets commencent désormais à se faire sentir.

Le ministère des Finances russe a annoncé mercredi avoir réglé en roubles une dette en dollars suite au refus d'une banque étrangère d'effectuer le paiement en dollars, ce qui l'expose à un risque de défaut.

Autre chiffre choc du jour, les ventes de voitures neuves se sont effondrées de 62,9% en mars sur un an, symbole de tout un secteur mis aux abois, les Occidentaux ayant notamment banni les exportations vers la Russie de pièces détachées.

L'Est sous pression

Kiev a appelé mercredi les habitants de l'Est de l'Ukraine à évacuer la région «maintenant», sur fond de craintes d'une offensive majeure et meurtrière de l'armée russe sur le Donbass, désormais la cible prioritaire du Kremlin.

Des obus et des roquettes s'abattaient mercredi à intervalles réguliers sur Severodonetsk, la ville la plus à l'Est tenue par l'armée ukrainienne, près de la ligne de front avec les territoires séparatistes prorusses.

A Vougledar, ville de 15 000 habitants à 50 kilomètres au sud-ouest de Donetsk, deux civils ont été tués et cinq blessés dans le bombardement d'un centre de distribution d'aide, selon le gouverneur de la région.

Orban parle à Poutine

Le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban a annoncé mercredi s'être entretenu avec le président russe Vladimir Poutine, dont il est proche, et lui avoir «proposé» de «déclarer un cessez-le feu immédiat». Il a ajouté l'avoir invité à venir à Budapest pour des discussions avec les dirigeants ukrainien, français et allemand.

«Il a dit oui, mais avec des conditions», a-t-il précisé, sans donner plus de détails.

Par ailleurs, la Hongrie s'est dite prête mercredi à payer le gaz russe en roubles si besoin, à rebours des autres pays de l'Union européenne qui ont refusé la demande de Moscou.

Nouvelles sanctions américaines

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi une nouvelle volée de sanctions économiques et financières qu'ils qualifient de «dévastatrices» contre la Russie, visant les grandes banques et les enfants de Vladimir Poutine.

«Des mois, voire des années» de guerre

Le président russe Vladimir Poutine n'a pas renoncé à sa volonté de s'emparer de toute l'Ukraine et la guerre risque de durer «des mois, voire des années», a averti mercredi le secrétaire général de l'Otan.

«Nous devons être réalistes. La guerre peut durer longtemps, plusieurs mois, voire des années. Et c'est la raison pour laquelle nous devons également être préparés à un long parcours, à la fois en ce qui concerne le soutien à l'Ukraine, le maintien des sanctions et le renforcement de nos défenses», a déclaré Jens Stoltenberg.

Washington annonce 100 millions de dollars supplémentaires en aide sécuritaire à l'Ukraine

Les Etats-Unis ont annoncé mardi débloquer une aide sécuritaire supplémentaire à l'Ukraine allant jusqu'à 100 millions de dollars pour faire face à l'invasion russe.

Il s'agit de «répondre à un besoin ukrainien urgent de systèmes antichars Javelin supplémentaires, que les Etats-Unis ont fournis à l'Ukraine et qu'ils ont si efficacement utilisés pour défendre leur pays», a indiqué dans un communiqué le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

«Le monde a été choqué et horrifié par les atrocités commises par les forces russes à Boutcha et dans toute l'Ukraine», a dit dans un communiqué distinct le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, en référence à la ville ukrainienne où ont été découverts des dizaines de cadavres après le retrait de troupes russes.

«Les Etats-Unis, aux côtés de nos alliés et partenaires, soutiennent fermement la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine», a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie américaine a affirmé que cette assistance additionnelle portait à 1,7 milliard de dollars l'aide sécuritaire américaine allouée à l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

Cinq corps découverts à Motijine

Les corps de la maire du village de Motijine, celui de son mari, de leur fils et de deux autres hommes ont été découverts dans cette localité à l'ouest de Kiev, ont constaté lundi des journalistes de l'AFP.

La police a montré à des journalistes quatre corps, dont celui de la maire, à demi-enterrés dans une fosse creusée dans une forêt de pins bordant la maison de la maire du village, et le corps d'un autre homme gisant au fond d'un petit puits dans le jardin.

Selon la police, les cinq personnes avaient les mains liées dans le dos.

Plus de 145 diplomates russes expulsés d'Europe en 48 heures

Après la France et l'Allemagne lundi, l'Italie, le Danemark, la Suède et l'Espagne ont à leur tour expulsé mardi des dizaines de diplomates russes, marquant une nouvelle dégradation des relations avec Moscou après la découverte de massacres imputés aux forces russes près de Kiev. En réaction, le Kremlin a dénoncé le «manque de clairvoyance» européenne.

Pékin réitère son appel à des pourparlers après les accusations de massacres

Pékin a réitéré son appel à des pourparlers de paix pour résoudre le conflit en Ukraine lors d'un entretien entre les ministres chinois et ukrainien des Affaires étrangères, alors que les forces russes sont accusées d'avoir commis des massacres.

La communauté internationale a intensifié ces derniers jours ses condamnations à l'encontre de Moscou après la découverte de cadavres dans la région de Kiev imputés à l'armée russe, qui nie toute implication.

Biden veut «un procès pour crimes de guerre»

Joe Biden a déclaré vouloir un «procès pour crimes de guerre» et vouloir prendre «des sanctions supplémentaires» contre la Russie, en réaction aux événements de Boutcha.

«Il faut qu'il rende des comptes», a affirmé le président américain à propos de son homologue russe Vladimir Poutine, en répétant qu'il le considérait comme un «criminel de guerre».

Boutcha: tout pointe vers des civils ukrainiens visés délibérément (ONU)

Les images en provenance de Boutcha «pointent vers des civils ciblés délibérément», a affirmé mardi une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

«Tous les signes pointent vers le fait que les victimes ont été ciblées délibérément et tuées directement. Et ces preuves sont très inquiétantes», a souligné Elizabeth Throssell, lors d'un point de presse régulier de l'ONU à Genève, soulignant que le droit humanitaire international interdit de s'attaquer délibérément aux civils, ce qui équivaut à un crime de guerre.

Zelensky va s'adresser au Conseil de sécurité

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprime mardi devant le Conseil de sécurité de l'ONU, après l'onde de choc provoquée dans le monde par la découverte de nombreux cadavres dans la ville ukrainienne libérée de Boutcha, où Kiev accuse les Russes de massacre.

Démentant toute responsabilité, Moscou a accusé pour sa part les autorités ukrainiennes de préparer des «mises en scène» de civils tués dans plusieurs villes pour faire condamner la Russie.

M. Zelensky, qui a dénoncé des «crimes de guerre» et un «génocide» après la mise à jour de dizaines de cadavres portant des vêtements civils à Boutcha et dans d'autres localités près de la capitale ukrainienne, interviendra devant le Conseil de sécurité pour la première fois depuis l'invasion de son pays, a indiqué le Royaume-Uni qui préside actuellement cette instance des Nations unies.

Ukraine: Pékin réitère son appel à des pourparlers après les accusations de massacres

Pékin a réitéré son appel à des pourparlers de paix pour résoudre le conflit en Ukraine lors d'un entretien entre les ministres chinois et ukrainien des Affaires étrangères, alors que les forces russes sont accusées d'avoir commis des massacres.

Ukraine: l'Italie expulse 30 diplomates russes

L'Italie a décidé d'expulser 30 diplomates russes pour des raisons de «sécurité nationale», a déclaré ce mardi 5 avril, à Berlin le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio à la chaîne d'information italienne RaiNews24.

Le Danemark expulse 15 diplomates russes pour espionnage

Le Danemark va expulser 15 diplomates russes pour espionnage, a annoncé ce mardi 5 avril, le ministre danois des Affaires étrangères, au lendemain de l'expulsion de diplomates russes de France et d'Allemagne pour des raisons similaires.

L'équipe du CICR détenue en Ukraine a été libérée

L'équipe du Comité international de la Croix-Rouge, détenue lundi 4 avril, par la police dans une zone contrôlée par les troupes russes près de Marioupol en Ukraine, «a été libérée dans la nuit», a indiqué mardi un porte-parole du CICR.

Abramovitch, l'invité surprise des pourparlers russo-ukrainiens

Lors des dernières négociations en Turquie pour tenter de mettre fin à la guerre en Ukraine, un visage familier s'affichait aux côtés des diplomates et représentants des belligérants à Istanbul: celui de l'oligarque russe Roman Abramovitch, le milliardaire président du club de foot de Chelsea.

Zelensky devant le Conseil de sécurité de l'ONU après s'être rendu à Boutcha

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (2e à g) à Boutcha, près de Kiev, le 4 avril 2022.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va s'exprimer ce mardi 5 avril, devant le Conseil de sécurité de l'ONU, après la découverte de massacres imputés aux forces russes près de Kiev, et notamment à Boutcha où il s'est rendu lundi.

Ukraine: les Etats-Unis se préparent pour une nouvelle phase de la guerre

Une offensive russe concentrée sur l'est du pays, mais sans que les attaques contre des cibles civiles ne faiblissent: les Etats-Unis estiment que la guerre en Ukraine aborde une nouvelle phase, appelant une nouvelle réponse des Occidentaux.

20 réfugiés ukrainiens arrivent à Tokyo dans un avion gouvernemental japonais

Le Japon, habituellement très réfractaire à l'accueil de réfugiés, a accueilli mardi 5 avril, 20 Ukrainiens ayant fui la guerre et qui sont arrivés à l'aéroport de Tokyo à bord d'un avion gouvernemental japonais.

Ukraine: bombardements sur Kramatorsk, principale ville aux mains de Kiev dans l'est

Plusieurs bombardements ont touché dans la nuit de lundi à mardi Kramatorsk, grande ville contrôlée par Kiev dans l'est de l'Ukraine sous la menace d'une offensive des troupes russes.

Ukraine: Berlin expulse 40 diplomates russes

L'Allemagne a décidé d'expulser «un nombre élevé» de diplomates russes en poste à Berlin, en lien avec la guerre en Ukraine, a annoncé ce lundi 4 avril, la ministre des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, alors que selon des informations de l'AFP, leur nombre s'élève à 40.

La Lituanie expulse l'ambassadeur de Russie, suite à l'invasion de l'Ukraine

La Lituanie a annoncé ce lundi 4 avril, l'expulsion de l'ambassadeur de Russie dans ce pays balte, suite à l'invasion russe en Ukraine et les atrocités commises par les soldats russes.

Ukraine: l'UE discute «en urgence» de nouvelles sanctions contre Moscou

L'Union européenne discute en «urgence» de nouvelles sanctions contre Moscou, réclamées notamment par la France et l'Allemagne, après la découverte d'un grand nombre de corps de civils dans la région de Kiev, a indiqué ce lundi 4 avril, le haut représentant de l'UE Josep Borrell.

Ukraine: l'UE veut aider au recueil de preuves sur les crimes de guerre

L'Union européenne est prête à envoyer des équipes d'enquêteurs en Ukraine pour aider au recueil de preuves sur les crimes de guerre dont les forces russes sont accusées dans la région de Kiev, a annoncé ce lundi 4 avril, la présidente de la Commission européenne.

Ukraine : 90% de la ville assiégée de Marioupol détruite, selon son maire

La ville portuaire assiégée de Marioupol dans le sud-est de l'Ukraine est détruite «à 90%» et «40% de ses infrastructures» sont «irrécupérables», a annoncé ce lundi 4 avril, son maire Vadim Boïtchenko.

Espagne: saisie du yacht d'un oligarque russe à la demande des Etats-Unis

Le yacht d'un oligarque russe, proche de Vladimir Poutine et visé par des sanctions américaines, a été saisi ce lundi 4 avril, dans l'archipel des Baléares à la demande des Etats-Unis, a annoncé lundi la Garde civile espagnole.

Angela Merkel assume son refus de 2008 d'accueillir l'Ukraine dans l'Otan

L'ex-chancelière Angela Merkel a défendu ce lundi 4 avril, son refus, en 2008, d'engager le processus d'admission de l'Ukraine au sein de l'Otan face aux critiques de l'actuel président Volodymyr Zelensky qui a regretté la «peur absurde» manifestée par certains dirigeants à l'époque.

Poutine félicite Vucic et salue le «partenariat stratégique» entre Moscou et Belgrade

Vladimir Poutine a salué ce lundi 4 avril, le «partenariat stratégique» entre Belgrade et Moscou, après que son homologue serbe Aleksandar Vucic a revendiqué une victoire écrasante à la présidentielle.

Le président russe Vladimir Poutine a salué ce lundi 4 avril, le «partenariat stratégique» entre Belgrade et Moscou, après que son homologue serbe Aleksandar Vucic a revendiqué une victoire écrasante à la présidentielle. «J'estime que vos actions en tant que chef de l'Etat vont continuer à favoriser un renforcement du partenariat stratégique qui existe entre nos pays. Incontestablement, c'est dans l'intérêt des peuples frères que sont la Russie et la Serbie», a affirmé M. Poutine à M. Vucic, dans un télégramme de félicitations publié par le Kremlin.

Ukraine: la Haute-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU «horrifiée» par les images de Boutcha

Michelle Bachelet a aussi demandé que tout soit mis en œuvre pour déterminer les causes des décès.

La Haute-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU s'est déclarée «horrifiée» ce lundi 4 avril, par les images des corps dans la ville ukrainienne de Boutcha, découverts après le retrait des troupes russes, évoquant de possibles crimes de guerre. «Les informations qui se font jour de cette zone et ailleurs soulèvent des questions graves et inquiétantes sur de possibles crimes de guerre et atteintes graves au droit international humanitaire et des violations graves des droits de l'homme», a souligné Michelle Bachelet dans un communiqué, appelant aussi «à préserver toutes les preuves».

La Russie et la Biélorussie privées d'accès aux fonds de la Berd

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a annoncé ce lundi 4 avril, «suspendre avec effet immédiat» l'accès de la Russie et de la Biélorussie à ses financements et à son expertise, dans la foulée de l'invasion en Ukraine.

Nombreux retours en Ukraine

Plus de 500 000 personnes sont retournées en Ukraine depuis le début de l'invasion russe, a annoncé dimanche 3 avril, le ministère ukrainien de l'Intérieur.

Le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) des Nations unies a de son côté recensé samedi 4.176.401 d'Ukrainiens partis pour l'étranger depuis le déclenchement du conflit.

Washington et l'Otan dénoncent des actes «horribles»

Les Etats-Unis et l'Otan ont exprimé dimanche 3 avril, leur horreur face aux récits d'atrocités contre les civils imputées aux forces russes à Boutcha.

«Ces images sont un coup de poing à l'estomac», a réagi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken sur la chaîne CNN.

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a pour sa part estimé que les violences de Boutcha étaient «horribles», dénonçant une «brutalité inédite en Europe depuis des décennies».

Le chancelier allemand Olaf Scholz a exigé que la lumière soit faite sur les «crimes commis par l'armée russe» à Boutcha, et réclamé de nouvelles sanctions contre la Russie, tandis que le président français Emmanuel Macron affirmait que «les autorités russes devront répondre de ces crimes».

Moscou dément avoir tué des civils

Le ministère russe de la Défense a assuré dimanche 3 avril, que ses forces n'avaient pas tué de civils à Boutcha. «Pendant la période au cours de laquelle cette localité était sous le contrôle des forces armées russes, pas un seul résident local n'a souffert d'actions violentes», a déclaré le ministère.

Il a affirmé que les images de cadavres dans les rues de la ville étaient «une nouvelle production du régime de Kiev pour les médias occidentaux».

Zelensky accuse la Russie de «génocide»

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé dimanche 3 avril, la Russie de commettre un «génocide» en Ukraine pour éliminer «toute la nation», au lendemain de la découverte de nombreux corps dans les rues de Boutcha, ville au nord-ouest de Kiev, après le départ des forces russes.

Un peu plus tôt l'Ukraine avait accusé l'armée russe d'avoir commis un «massacre délibéré» à Boutcha où près de 300 personnes ont été enterrées dans des fosses communes, selon le maire de la ville, Anatoly Fedorouk.

«Nous avons trouvé des fosses communes. Nous avons trouvé des gens avec les mains et les jambes ligotées (...) avec des impacts de balles à l'arrière de la tête», a décrit pour la BBC le porte-parole du président ukrainien, Serguiï Nikiforovil, affirmant qu'il s'agissait «clairement de civils».

Un mort, trois blessés dans une frappe russe contre un hôpital dans l'est de l'Ukraine

Une personne a été tuée et trois blessées dimanche 3 avril, dans une frappe russe contre un hôpital à Roubijne, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé sur Telegram le gouverneur de la région Serguiï Gaïdaï, sans fournir d'autres détails.

Cette localité située près de Lougansk, dans la région du Donbass, a déjà été à de nombreuses reprises la cible de bombardements depuis le début de l'invasion russe, le 24 février.

Ukraine: 57 corps dans une fosse commune à Boutcha

Les corps de 57 personnes ont été retrouvés dans une fosse commune à Boutcha, ville proche de Kiev reprise par les forces ukrainiennes où de nombreux cadavres avaient déjà été découverts, a déclaré dimanche 3 avril, le chef des secours locaux, en montrant à une équipe de l'AFP ce site.

Une dizaine de cadavres étaient visibles, certains seulement partiellement inhumés, derrière une église du centre de cette localité située au nord-ouest de la capitale ukrainienne.

Plusieurs étaient dans des sacs mortuaires noirs, d'autres portaient des vêtements civils.

«Ici, dans cette longue tombe, 57 personnes sont enterrées», a dit à l'AFP Serhii Kaplytchnyi, qui organisait la récupération des corps.

Après la découverte la veille de nombreux corps sans vie à Boutcha le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a dénoncé dimanche un acte «délibéré» des forces russes.

L'AFP avait vu samedi les cadavres d'au moins vingt hommes portant des vêtements civils gisant dans une rue de Boutcha, reconquise cette semaine par les troupes ukrainiennes. L'un d'eux avait les mains liées et les corps étaient éparpillés sur plusieurs centaines de mètres.

Ukraine : le chef de la diplomatie grec à Odessa ce dimanche

Le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, devrait arriver «très bientôt» à Odessa, le grand port ukrainien sur la Mer Noire bombardé dimanche matin par les forces russes, a annoncé son ministère ce dimanche 3 avril.

Les horlogers suisses forcés de repenser leurs approvisionnements en Russie

Au salon horloger de Genève, les diamants brillent encore, mais la guerre en Ukraine et son cortège de sanctions pourraient signer le retour à une élégance plus sobre, la Russie étant un important fournisseur d'or, de diamants et autre métaux précieux.

Les Etats baltes ont cessé d'importer du gaz russe

Les Etats baltes ont cessé d'importer du gaz naturel russe qui «n'est plus acheminé vers la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie depuis le 1er avril», a indiqué samedi 2 avril, le dirigeant de l'entreprise de stockage lettone Conexus Baltic Grid.

Ukraine: une série d'explosions entendues à Odessa

Une série d'explosions a été entendue ce dimanche matin à Odessa, ville côtière de la mer Noire dans le sud-ouest de l'Ukraine, a constaté un journaliste de l'AFP. Les explosions, survenues vers 06h00 du matin, ont envoyé au moins trois colonnes de fumée noire et des flammes visibles, apparemment dans une zone industrielle.

Ukraine : le photographe Maks Levine tué par balle

Un photographe et documentaliste ukrainien chevronné, Maks Levine, dont on était sans nouvelles depuis trois semaines, a été retrouvé mort, tué par balle, après le retrait de troupes russes d'une zone proche de Kiev, ont annoncé samedi les autorités ukrainiennes.

«Il a disparu dans la zone des hostilités le 13 mars dans la région de Kiev. Le 1er avril, son corps a été retrouvé près du village de Gouta Mejyguirska», à quelques dizaines de kilomètres au nord de la capitale, a déclaré sur Telegram le chef de l'administration présidentielle Andriï Iermak. 

Pour le parquet ukrainien, le photographe a été victime de tirs de soldats russes.

«D'après des informations préliminaires, Maksym (plus connu sous son diminutif de Maks, ndlr) Levine, qui n'était pas armé, a été tué par deux tirs d'armes légères effectués par des militaires des forces armées russes», a écrit le parquet dans un communiqué. 

Il a ajouté avoir ouvert une enquête pour «violation des lois et coutumes de la guerre». 

M. Levine, âgé de 40 ans et père de quatre fils, a collaboré avec nombre de médias ukrainiens et internationaux.

En 2014, au début de la guerre entre Kiev et les séparatistes prorusses, soutenus par Moscou dans l'est de l'Ukraine, il avait réussi à sortir d'Ilovaïsk, une ville du sud-est alors encerclée, où des centaines de militaires ukrainiens avaient été tués en quelques jours. «Il était sans armes et portait une veste +Presse+» et a été tué comme cinq autres journalistes depuis le début de la guerre en #Ukraine, a réagi de son côté l'organisation Reporters sans Frontières (RSF).

«Cibler les journalistes est un crime de guerre, » rappelle RSF sur son compte Twitter.

Plusieurs journalistes ukrainiens et occidentaux ont été tués et des dizaines d'autres blessés en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février. 

Au moins trois d'eux ont péri dans le nord-est de Kiev où des combats faisaient rage entre les forces ukrainiennes et l'armée russe, laquelle a reculé ces derniers jours et abandonné des dizaines de villages autour de la capitale.

Russie: plus de 170 arrestations lors des protestations contre le conflit en Ukraine

Plus de 170 personnes ont été arrêtées samedi en Russie pour des actions de protestation contre l'offensive russe en Ukraine, a indiqué l'ONG OVD-Info spécialisée dans le suivi des arrestations dans le pays.

Vers 13H00 GMT, «plus de 178 personnes ont été arrêtées dans 15 villes russes», a déclaré l'ONG dans un communiqué.

A Moscou, un sit-in contre l'intervention militaire russe en Ukraine était prévu pour 11H00 GMT dans le parc Zariadié, à l'ombre du Kremlin. Peu après, la police a commencé à arrêter des personnes assises sur les bancs du parc, en pleine tempête de neige.

«Non à la guerre en Ukraine!», a crié une jeune femme interpellée par la police.

Plus de 30 fourgons de police ont été déployés autour du parc et près des murailles rouges du Kremlin, et plus d'une vingtaine de personnes ont été arrêtées, selon le journaliste de l'AFP.

Des arrestations ont également eu lieu à Saint-Pétersbourg (nord-ouest) lors d'un rassemblement similaire, dans le cadre d'une action nationale annoncée sur les réseaux sociaux.

Le sit-in contre l'opération militaire russe en Ukraine a été annoncé sur les réseaux sociaux pour samedi par des militants opposés à l'offensive russe dans une trentaine de villes à travers la Russie, de Vladivostok (Extrême-Orient) à Sotchi (sud).

Les organisateurs ont également affirmé dans un communiqué vouloir protester contre «l'effondrement de l'économie russe, contre (le président russe Vladimir) Poutine» et pour la libération de l'opposant emprisonné Alexeï Navalny.

«La Russie mérite la paix, la démocratie et la prospérité», ont-ils écrit.

A Saint-Pétersbourg, une quarantaine de personnes étaient présentes dans l'endroit désigné pour le sit-in en centre-ville, sans qu'on puisse dire s'il s'agissait de manifestants, selon une journaliste de l'AFP.

Néanmoins, jusqu'à 25 personnes ont été arrêtées, a-t-elle constaté.

«Je suis venue juste pour rester debout. Pour exprimer d'une manière ou d'une autre ma protestation contre ce qui passe», a déclaré à l'AFP Galina Sedova, 50 ans, ajoutant avoir «peur de protester de manière active».

Violant l'interdiction de manifester mise en place par les autorités russes, des pacifistes se rassemblent de temps à autres en Russie pour dénoncer l'intervention militaire en Ukraine.

Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Kiev accusé d'avoir frappé en Russie

Le gouverneur de la région russe de Belgorod a accusé vendredi l'Ukraine d'avoir mené à l'aube une attaque à l'hélicoptère contre ce qu'il a décrit comme un «dépôt de pétrole» dans cette ville située à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne.

Le Kremlin a estimé que cet incident n'allait pas «créer les conditions appropriées pour la poursuite des négociations». La partie ukrainienne n'a de son côté pas formellement démenti, mais a suggéré un «sabotage».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ensuite déclaré à la chaîne américaine Fox News: «Je suis désolé, je ne discute pas de mes ordres en tant que commandant en chef».

Evacuations d'habitants de Marioupol

Plus de 3.000 personnes ont fui la région de Marioupol, en bus et voitures privées, en direction de Zaporojie, ont annoncé les autorités ukrainiennes. La plupart sont parties de Berdiansk.

En revanche, la Croix-Rouge a annoncé que l'équipe envoyée à Marioupol avait dû rebrousser chemin, son projet d'évacuation de milliers de civils de cette ville assiégée par les forces russes étant «impossible». Une nouvelle tentative aura lieu samedi.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé à Emmanuel Macron de tenter «d'obtenir de la Russie les conditions nécessaires à une opération humanitaire» dans cette ville, lors d'un nouvel entretien, a indiqué la présidence française.

Mission cessez-le-feu à Moscou pour un dirigeant de l'ONU

Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, le Britannique Martin Griffiths, sera dimanche à Moscou afin d'essayer d'avoir un «cessez-le-feu humanitaire» en Ukraine, a annoncé vendredi le chef des Nations unies, Antonio Guterres.

«Il sera à Moscou dimanche et après il ira à Kiev», a déclaré à quelques journalistes le secrétaire général de l'ONU, en rappelant qu'il lui avait donné récemment pour mission de «rechercher un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine».

Reprise des pourparlers

Les pourparlers russo-ukrainiens visant à mettre fin au conflit ont repris vendredi par visioconférence, selon le négociateur du Kremlin Vladimir Medinski.

«Nos positions sur la Crimée et le Donbass n'ont pas changé», a-t-il indiqué, en référence à deux régions ukrainiennes, l'une que la Russie a annexée en 2014 et l'autre qui est partiellement sous contrôle de séparatistes prorusses.

L'Ukraine attend toujours une «véritable réponse aux propositions qui ont été faites à Istanbul» en début de semaine, a relevé de son côté le chef de la diplomatie Dmytro Kouleba.

Kiev avait notamment proposé la neutralité de l'Ukraine et de renoncer à adhérer à l'Otan, à condition que sa sécurité soit garantie par d'autres pays face à la Russie.

Sur le terrain militaire

Les Russes «poursuivent leur retrait partiel» du nord de la région de Kiev vers la frontière bélarusse, a indiqué le ministère ukrainien de la Défense, qui dénonce des pillages des soldats russes.

Dans cette même zone, les villages de Sloboda et Lukashivka, au sud de Chernihiv, ont été repris par les troupes ukrainiennes. A l'Est, «les forces russes ont échoué à prendre le moindre territoire depuis 24 heures», selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW).

Les Ukrainiens ont affirmé avoir libéré 11 localités de la région de Kherson (sud). Deux personnes ont été tuées et deux autres blessées dans des bombardements russes jeudi, selon le gouverneur régional.

Kiev a par ailleurs annoncé avoir procédé à un échange de 86 de ses militaires contre des Russes, sans préciser le nombre de ces derniers.

53 sites culturels endommagés

Au moins 53 sites culturels ont été endommagés en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février dernier, selon l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

Des Russes irradiés à Tchernobyl?

La centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl n'a pas subi de dommages durant son occupation par les soldats russes, mais ceux-ci se sont probablement exposés aux radiations notamment en creusant des tranchées en zone contaminée, ont affirmé les autorités ukrainiennes.

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a dit «ne pas être en mesure de confirmer» ces informations.

Aide supplémentaire de Washington à l'Ukraine

Le Pentagone va fournir jusqu'à 300 millions de dollars supplémentaires d'aide militaire à l'Ukraine, a annoncé le porte-parole du ministère américain de la Défense dans un communiqué vendredi.

«Les Etats-Unis ont désormais engagé plus de 2,3 milliards de dollars d'aide militaire à l'Ukraine depuis la prise de fonction de l'administration Biden, dont plus de 1,6 milliard d'aide militaire depuis l'invasion non-provoquée et préméditée de la part de la Russie», a précisé John Kirby.

La présidente des eurodéputés à Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit sa «reconnaissance» à Roberta Metsola, la présidente maltaise du Parlement européen, d'être venue «héroïquement» et «personnellement» à Kiev, en l'accueillant dans la capitale ukrainienne où il est retranché depuis la fin février.

Mme Metsola, élue présidente du Parlement européen le 18 janvier, était le premier dirigeant d'une institution européenne à se rendre dans la capitale ukrainienne depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

Plus de 4,1 millions de réfugiés

Quelque 4.102.876 réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion de l'Ukraine, selon le Haut commissariat aux réfugiés.

Ukraine: Macron discute avec Zelensky et reçoit le maire de Melitopol

Emmanuel Macron s'est de nouveau entretenu ce vendredi 1er avril, avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui lui a demandé de tenter «d'obtenir de la Russie les conditions nécessaires à une opération humanitaire à Marioupol», assiégée et bombardée par l'armée russe, selon l’Élysée.

Ukraine: Bruxelles veut aider les réfugiés à convertir leur argent

La Commission européenne a recommandé ce vendredi 1er avril, que les Vingt-Sept se coordonnent pour que chaque réfugié ukrainien puisse convertir sans frais jusqu'à 10 000 hryvnias (environ 300 euros) dans la monnaie du pays d'accueil, alors que de nombreuses banques refusent leur argent.

L'Ukraine dit avoir procédé à un échange de 86 de ses militaires avec la Russie

L'Ukraine a annoncé ce vendredi 1er avril, avoir procédé à un échange de 86 de ses militaires contre des Russes, sans préciser le nombre de ces derniers. «Un échange vient d'avoir lieu, 86 militaires ukrainiens dont 15 femmes sont déjà en sécurité», a indiqué sur Telegram le chef adjoint de l'administration présidentielle ukrainienne Kyrylo Tymochenko.

Ukraine: 53 sites culturels endommagés par l'invasion russe

Au moins 53 sites culturels ont été endommagés en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février dernier, a rapporté ce vendredi 1er avril, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

La Russie accuse l'Ukraine d'une frappe d'hélicoptère sur son sol

La Russie a accusé ce vendredi 1er avril, l'Ukraine d'avoir mené une frappe par hélicoptère sur son sol, tandis que les efforts se poursuivent pour évacuer des civils bloqués dans la ville portuaire dévastée de Marioupol.

Ukraine: plus de 4,1 millions de réfugiés

Un peu plus de 4,1 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine le 24 février, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés.

La Russie salue la position de l'Inde sur le conflit en Ukraine

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a salué ce vendredi 1er avril, à New Delhi ce qu'il a appelé l'approche équilibrée de l'Inde au sujet de la guerre en Ukraine.

Gaz: Poutine impose le paiement en roubles

Dès le 1er avril, les acheteurs de gaz russe de pays «inamicaux» devront avoir des comptes en roubles, faute de quoi la Russie ne les livrera pas, a annoncé jeudi le président Poutine.

L'Allemagne et la France se «préparent» à un potentiel arrêt des importations de gaz russe, les Européens refusant le paiement en roubles exigé par Moscou, a réagi le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire.

Les pays européens continueront de payer le gaz russe en euros et dollars comme cela est «écrit dans les contrats», a assuré le chancelier allemand, Olaf Scholz.

Retrait russe de Tchernobyl

Les troupes russes ont quitté la centrale de Tchernobyl qu'ils occupaient depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février en emmenant des otages, ont annoncé jeudi soir les autorités ukrainiennes.

L'Otan s'attend à des offensives

Les forces russes «ne se retirent pas, mais se repositionnent» en Ukraine et l'Otan s'attend à des «offensives supplémentaires» de la part de Moscou, a déclaré jeudi le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg.

Selon lui, la Russie «essaie de renforcer son offensive sur la région du Donbass» et «maintient la pression sur Kiev et d'autres villes».

Biden «sceptique» sur un retrait partiel des troupes russes

Le président américain Joe Biden s'est dit jeudi «sceptique» face aux annonces de la Russie sur un retrait partiel de ses troupes pour concentrer l'offensive en Ukraine sur la région du Donbass (est).

Il a par ailleurs estimé que Vladimir Poutine «semblait s'isoler», et a dit avoir «des indications selon lesquelles (le président russe) a limogé ou placé en résidence surveillée certains de ses conseillers», tout en disant ne pas avoir de «preuves irréfutables».

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a aussi avancé que les forces russes en Ukraine ne montrent «aucun élément concret» de recul ni de désengagement en dépit des récentes déclarations du Kremlin, jeudi dans une interview au Figaro.

Le Pentagone table sur un conflit «prolongé»

Le recentrage de l'effort de guerre russe sur le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, où les forces russes feront face à une armée ukrainienne aguerrie, laisse présager un conflit «prolongé», qui pourrait durer des mois, a prévenu jeudi le Pentagone.

«Si de fait ils donnent la priorité à la région du Donbass, (...) une région où ils n'ont pas combattu depuis huit ans, une région où il y a beaucoup de soldats ukrainiens, qui sont très actifs, cela pourrait durer un moment», a déclaré à la presse le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

Trêve à Marioupol

Le gouvernement ukrainien envoie ce jeudi 45 bus pour évacuer des civils depuis le port assiégé de Marioupol (Sud-Est), après que Moscou a annoncé une trêve pour permettre leur départ, a annoncé la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

«Cette nuit, nous avons été informés par le Comité international de la Croix-Rouge que la Russie était prête à ouvrir l'accès aux convois humanitaires depuis Marioupol» en direction de la ville de Zaporojie, à quelque 220 km au nord-ouest, a-t-elle déclaré.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est dit prêt «à diriger» les opérations d'évacuation des civils à Marioupol à partir de vendredi à condition d'avoir les garanties nécessaires.

Guerre en Ukraine: Kiev se prépare à de nouveaux combats dans l'Est

Un char russe détruit dans le village ukrainien de Lukianivka près de Kiev le 30 mars 2022.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré ce jeudi 31 mars ne pas croire aux promesses de la Russie de réduire son dispositif militaire en direction de Kiev, et que son armée se préparait à de nouveaux combats dans l'Est de l'Ukraine.

La Slovaquie expulse 35 diplomates russes

La Slovaquie a décidé d'expulser 35 diplomates russes, a annoncé mercredi 30 mars, le ministère des Affaires étrangères, invoquant des informations fournies par les services de renseignement.

La Berd prévoit une contraction massive du PIB en Ukraine et en Russie

L'économie de l'Ukraine devrait se contracter de 20% cette année à cause de l'invasion du pays par la Russie, qui verra de son côté son PIB plonger de 10%, d'après des prévisions de la Berd publiées jeudi 31 mars.

Poutine mal informé ?

Vladimir Poutine est mal informé du déroulement de la guerre en Ukraine, parce que ses conseillers ont peur de lui révéler les pertes militaires et économiques subies par la Russie, a affirmé mercredi un haut responsable américain.

Johnson appelle à «intensifier les sanctions»

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé mercredi à «continuer d'intensifier les sanctions» contre la Russie jusqu'au retrait de tous les soldats russes en Ukraine.

«On ne peut pas attendre du G7 de lever les sanctions juste parce qu'il y a un cessez-le-feu», a-t-il déclaré devant une commission parlementaire, «nous devrions continuer d'intensifier les sanctions (...) jusqu'à ce que chacun» des soldats russes soit «hors d'Ukraine».

«Crimes de guerre» en Ukraine

La haute commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Michelle Bachelet, a évoqué mercredi «des crimes de guerre» commis en Ukraine dans un long réquisitoire contre les actions menées pour l'essentiel par l'armée russe.

L'ancienne présidente du Chili n'a laissé aucun doute sur le fait qu'elle estime que la Russie est la principale fautive même si elle n'a pas totalement dédouané les forces ukrainiennes.

Un peu plus tôt, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU avait chargé Erik Mose, un juge norvégien ayant siégé dans plusieurs tribunaux internationaux, de diriger l'enquête sur les violations commises par la Russie en Ukraine.

Plus de 4 millions de réfugiés

En cinq semaines, plus de 4 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays, un flot de réfugiés inédit depuis la seconde guerre mondiale, selon le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR).

Plus de 10 millions de personnes, soit plus d'un quart de la population, ont dû quitter leur foyer vers un autre pays ou trouver refuge ailleurs en Ukraine.

Sur le terrain militaire

La ville de Tcherniguiv (nord) a été bombardée «toute la nuit», a annoncé le gouverneur de la région, malgré l'annonce faite la veille par Moscou d'une réduction de son activité militaire autour de Kiev et de cette ville.

A Irpin qui est désormais «à 100% contrôlée par l'armée ukrainienne», au moins 200 personnes sont mortes depuis le début du conflit, selon son maire.

Dans l'Est, l'armée ukrainienne a repris le contrôle d'une autoroute stratégique reliant Kharkiv à Tchougouïv, et les forces russes ont quitté, après un mois d'occupation, la ville de Trostyanets (nord-est).

A Marioupol (sud), les forces russes ont «délibérément bombardé un bâtiment du Comité international de la Croix-Rouge (CICR)», a affirmé mercredi une responsable ukrainienne, sans pouvoir donner de bilan. La mairie a de son côté dénoncé l'évacuation forcée vers la Russie d'une maternité de la ville.

Entretien Biden-Zelensky

Le président des Etats-Unis Joe Biden a discuté mercredi avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky des capacités militaires «supplémentaires» nécessaires pour aider l'armée ukrainienne à «défendre son pays», a déclaré la Maison Blanche.

Les Tatars exigent la restitution de la Crimée

Les représentants des Tatars de Crimée ont exigé mercredi que la restitution à l'Ukraine de cette péninsule annexée par la Russie en 2014 soit une des conditions posées par Kiev dans les négociations avec Moscou pour mettre fin au conflit armé.

Rien de «prometteur» dans les pourparlers

Semblant revenir sur des annonces faites par Moscou à l'issue de discussions entre les belligérants mardi à Istanbul, le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a dit ne pas pouvoir «faire état de quoi que ce soit de très prometteur ou d'une percée quelconque».

«Pour l'heure, nous ne pouvons pas parler de progrès et nous n'allons pas le faire», a-t-il insisté mercredi, précisant qu'il n'y avait «pas d'avancées» non plus dans l'organisation d'une éventuelle rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

Les Pays-Bas expulsent 17 Russes accusés d'espionnage

Les Pays-Bas vont expulser 17 officiers de renseignement russes qui s'adonnaient «secrètement» à des activités d'espionnage, a annoncé ce mardi 29 mars, le ministère des Affaires étrangères néerlandais.

L'Irlande expulse quatre diplomates russes

L'Irlande a annoncé ce mardi 29 mars, expulser quatre diplomates russes au motif que leurs activités «ne correspondent pas aux normes internationales du comportement diplomatique».

Ukraine: Londres jugera Moscou «sur ses actes, pas ses paroles»

Le gouvernement britannique a averti ce mardi 29 mars,  la Russie qu'il la jugerait «sur ses actes, pas ses paroles» après l'annonce par Moscou d'une réduction «radicale» de ses activités militaires en direction de Kiev et Tcherniguiv, dans le nord-est de l'Ukraine.

La Belgique annonce l'expulsion de 21 diplomates russes soupçonnés d'espionnage

La Belgique a décidé d'expulser 21 personnes travaillant pour l'ambassade et le consulat de Russie qui sont soupçonnées d'implication «dans des opérations d’espionnage et d’influence menaçant la sécurité nationale», a annoncé ce mardi 29 mars, la cheffe de la diplomatie belge Sophie Wilmès.

Le rouble prend 10% avec l'avancée des négociations Russie-Ukraine

Le rouble bondissait de 10% ce mardi 29 mars, et retrouvait son niveau de fin février, aux premiers jours de l'invasion de l'Ukraine, des avancées notables dans les négociations entre Kiev et Moscou profitant également aux autres monnaies européennes.

Un yacht saisi à Londres en représailles à l'invasion russe en Ukraine

Un yacht de luxe avec piscine et cave à vin appartenant à un ressortissant russe a été saisi à Londres dans le cadre des représailles à l'invasion russe en Ukraine, a annoncé ce mardi 29 mars, l'agence britannique de lutte contre la criminalité (NCA).

Le cimentier suisse Holcim va se retirer du marché russe

Le cimentier suisse Holcim va se retirer du marché russe, annonce-t-il ce mardi 29 mars, après avoir déjà suspendu ses investissements dans la pays à la suite de l'invasion de l'Ukraine. 

Ukraine: au moins sept morts et 22 blessés dans la frappe russe à Mykolaïv

Au moins sept personnes ont été tuées et 22 autres blessées ce mardi 29 mars, dans la frappe russe ayant partiellement détruit le bâtiment de l'administration régionale de Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, selon un nouveau bilan donné par le président ukranien Volodymyr Zelensky.

Moscou va réduire «radicalement» son activité militaire en Ukraine

La Russie a promis ce mardi 29 mars, de «radicalement» réduire son activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv en Ukraine, après des pourparlers russo-ukrainiens «substantiels» à Istanbul.

Kiev veut un «accord international» garantissant sa sécurité

L'Ukraine acceptera d'être neutre si elle obtient un «accord international» pour garantir sa sécurité, dont seraient signataires plusieurs pays agissant en tant que garants, a indiqué ce mardi 29 mars, le négociateur en chef ukrainien après plusieurs heures de pourparlers russo-ukrainiens à Istanbul. 

Ukraine: Le nombre de réfugiés s'approche inexorablement de la barre des 4 millions

Le nombre de réfugiés ayant fui l'Ukraine depuis l'invasion ordonnée par Vladimir Poutine se rapproche de la barre symbolique des 4 millions qui, au rythme actuel, pourrait être franchie dans les tout prochains jours, selon le décompte de l'ONU publié ce mardi 29 mars.

La Russie accorde un sursis militaire aux professionnels des hautes technologies

La Russie a annoncé ce mardi 29 mars, accorder un sursis de service militaire aux jeunes travaillant dans le secteur des hautes technologies, pour faire face à une fuite des cerveaux provoquée par l'offensive russe en Ukraine.

Guerre en Ukraine: l'Afrique du Sud sur le terrain glissant de la neutralité

Un mois après le début de l'invasion russe en Ukraine, l'Afrique du Sud, puissance diplomatique du continent, reste sur le terrain glissant de la neutralité et refuse de condamner Moscou, préconisant une résolution du conflit par le dialogue. 

Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Situation «catastrophique» à Marioupol

Les autorités ukrainiennes s'inquiétaient lundi d'une aggravation de la situation dans le port assiégé de Marioupol, où au moins 5.000 personnes auraient déjà péri, selon une responsable ukrainienne.

Des médias russes ont affirmé lundi que l'autoritaire dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, proche de Vladimir Poutine, s'était rendu à Marioupol pour galvaniser ses troupes qui participent à l'assaut contre la ville portuaire.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé dimanche le blocus total de ce port stratégique sur la mer d'Azov où environ 160.000 personnes sont toujours coincées, d'après son maire.

Combats acharnés autour de Kiev

De nouveaux combats ont eu lieu lundi dans plusieurs localités autour de Kiev, notamment à Stoyanka, à la lisière ouest de la capitale.

«L'ennemi tente d'effectuer une percée autour de Kiev et de bloquer les routes», a affirmé Ganna Malyar, vice-ministre de la Défense.

L'Ukraine a annoncé lundi soir que la ville d'Irpin, théâtre de féroces combats dans la banlieue de Kiev, avait été reprise aux forces russes.

En périphérie est de Kharkiv, deuxième ville du pays, les forces ukrainiennes ont repris le contrôle d'un village, a constaté lundi un journaliste de l'AFP.

«Preuves» d'armes interdites dans le sud 

L'Ukraine a des «preuves» de l'utilisation par les forces russes de bombes à sous-munitions, des armes interdites par les conventions internationales, dans deux régions du sud de son territoire, a assuré lundi la procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova.

Neutralité sur la table

Les négociateurs russes sont arrivés lundi à Istanbul pour une nouvelle session de pourparlers avec les Ukrainiens qui devrait débuter mardi, selon des images de la chaîne turque NTV.

Un des points importants des négociations, qui devraient débuter mardi, porte sur "les garanties de sécurité et la neutralité, le statut dénucléarisé de notre Etat", a déclaré dimanche le président Zelensky à des médias russes.

Ce point «est étudié en profondeur», a-t-il affirmé. Mais il nécessitera un référendum et des garanties de sécurité, a-t-il ajouté.

Le groupe Wagner déployé dans l'Est

Des mercenaires russes du groupe Wagner se sont déployés dans l'est de l'Ukraine, a indiqué lundi le ministère britannique de la Défense, qui estime que plus de 1.000 combattants de la sulfureuse société paramilitaire pourraient être amenés à combattre dans le pays.

«En raison de lourdes pertes et d'une invasion (en Ukraine) largement bloquée, la Russie a très probablement été forcée de redéployer son personnel Wagner pour l'Ukraine au dépend des opérations en Afrique et en Syrie», a indiqué le ministère dans un point de situation publié sur son compte Twitter.

Réputés proches de Vladimir Poutine, le groupe Wagner et ses paramilitaires sont soupçonnés d'exactions au Mali, en Libye ou encore en Syrie.

Selon un responsable occidental vendredi, les forces russes concentrent leurs efforts en Ukraine sur le Donbass où elles font face à "la mieux équipée et la plus entraînée des forces ukrainiennes".

Kiev chiffre ses pertes économiques

Le gouvernement ukrainien a estimé lundi à plus de 500 milliards d'euros les pertes économiques engendrées par la guerre avec la Russie.

Possible tentative d'empoisonnement contre Abramovitch (presse)

L'oligarque russe Roman Abramovitch, qui tente de jouer les médiateurs entre Moscou et Kiev ainsi que deux négociateurs ukrainiens ont souffert de symptômes qui font penser à un possible «empoisonnement», a rapporté lundi le Wall Street Journal.

Ces symptômes se sont ensuite améliorés «et leurs vies ne sont pas en danger», écrit le journal américain citant des «personnes au courant de cette situation».

Novaïa Gazeta suspend sa publication

«Pas d'autre solution» face à la «censure militaire»: le journal indépendant russe Novaïa Gazeta a annoncé lundi suspendre ses publications jusqu'à la fin de l'intervention en Ukraine, en plein durcissement du Kremlin contre les voix dissonantes.

Plusieurs pays de l'UE dissuadent les combattants volontaires

Les sept pays du «groupe Vendôme», dont la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, ont appelé lundi leurs ressortissants à s’abstenir de s'engager comme volontaires pour aider l'Ukraine à combattre l'offensive russe, dans une déclaration de leurs ministres de la Justice.

Une «répétition» de la guerre en Syrie selon Amnesty

L'invasion russe en Ukraine est une «répétition» de la Syrie avec une «multiplication des crimes de guerre» depuis plus d'un mois de conflit, a alerté Amnesty international lors de la présentation mardi à Johannesburg de son rapport 2021-2022.

«Nous sommes dans des attaques intentionnelles d'infrastructures civiles, d'habitations», des bombardements d'écoles, a déclaré à l'AFP la secrétaire générale de l'ONG, Agnès Callamard, accusant la Russie de permettre des couloirs humanitaires pour les transformer en un «piège mortel».

 

«Neutralité» de l'Ukraine à l'étude

Une des clauses centrales des négociations avec la Russie porte sur «les garanties de sécurité et la neutralité, le statut dénucléarisé de notre Etat», une exigence de Moscou, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une interview à des médias russes.

«Nous sommes prêts à l'accepter», a-t-il poursuivi. «Ce point des négociations(...) est en discussion, il est étudié en profondeur», a-t-il assuré.

Pas de couloir humanitaire lundi

«Nos renseignements ont fait état de possibles provocations de la part des occupants sur les itinéraires des couloirs humanitaires. Par conséquent, pour des raisons de sécurité pour les civils, aucun couloir humanitaire ne sera ouvert aujourd'hui», a écrit la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk sur Telegram.

Violents combats dans l'Est

Dans l'est de l'Ukraine, des combats acharnés ont encore eu lieu dimanche soir près d'Izioum, selon un conseiller de la présidence. A Oskil, village tout proche, sept personnes ont été tuées et cinq blessées dans des tirs d'artillerie russes, selon le parquet régional.

Dans la région de Lougansk, une personne est morte et une autre blessée dans des bombardements russes, a indiqué le chef de l'administration régionale Serguiï Gaïdaï.

Situation «catastrophique» à Marioupol

Dans Marioupol (sud-est) assiégée et bombardée depuis des semaines, «la population se bat pour survivre. La situation humanitaire est catastrophique», a affirmé dans la nuit de dimanche à lundi le ministère ukrainien des Affaires étrangères sur son compte Twitter.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé un blocus total de cette ville où plus de 2 000 civils ont été tués, d'après un récent bilan communiqué par la mairie.

Le président français Emmanuel Macron a indiqué dimanche qu'il parlerait à son homologue russe Vladimir Poutine lundi ou mardi pour organiser une opération d'évacuation de la ville. Selon le président ukrainien, quelque 100 000 personnes sont toujours bloquées dans ce port stratégique de la mer d'Azov.

Heineken annonce son retrait de Russie

Le brasseur néerlandais Heineken a annoncé lundi qu'il quitterait la Russie, où il compte 1 800 employés, se disant «choqué et attristé» de voir le conflit s'intensifier en Ukraine.

L'entreprise avait annoncé plus tôt ce mois-ci l'arrêt de la vente et de la production de sa marque de bière Heineken en Russie, et la suspension de nouveaux investissements et exportations vers le pays.

Des centaines d'entreprises occidentales ont amorcé leur retrait de Russie depuis le début de la guerre en Ukraine, parmi lesquelles Coca-Cola, Ikea, Goldman Sachs et McDonald's.

Le professeur qui veut faire honte aux entreprises restant en Russie

Jeffrey Sonnenfeld a lancé après l'invasion de l'Ukraine une liste des entreprises choisissant de quitter la Russie, ou d'y rester, à la disposition de tous les consommateurs et investisseurs. Professeur spécialisé dans la responsabilité sociale des entreprises à l'université américaine de Yale, il a l'habitude de discuter avec les grands patrons.

Sean Penn soutient les réfugiés ukrainiens en Pologne

L'acteur Sean Penn le 23 mars 2022 à Cracovie en Pologne.

L'acteur et réalisateur américain Sean Penn a signé mercredi 23 mars, à Cracovie un accord avec la municipalité de l'ancienne capitale royale portant sur l'aide de sa fondation CORE aux réfugiés ukrainiens.

Plusieurs hommes d'affaires russes ont proposé leur aide à l'Ukraine, selon Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé dimanche 27 mars, que plusieurs hommes d'affaires russes avaient proposé de donner de l'argent pour aider l'Ukraine, notamment pour soutenir son armée.

La télévision polonaise organise un téléthon mondial pour soutenir l'Ukraine

Vedettes de la musique et du sport se sont succédé sur scène dimanche 27 mars, lors d'un téléthon en faveur de l'Ukraine, diffusé par la chaîne publique polonaise TVP dans plus de 20 pays.

Le pape François dénonce le «martyre» de l'Ukraine

Le pape François a dénoncé dimanche «le martyre» et «l'agression» de l'Ukraine par Moscou.

«Plus d'un mois est passé depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, depuis le début de cette guerre cruelle et insensée», a déclaré le souverain pontife sur la place Saint-Pierre au Vatican, évoquant «un acte barbare et sacrilège» contre une «Ukraine martyrisée».

Appel ukrainien au boycott d'Auchan

Le chef de la diplomatie ukrainienne a appelé dimanche à boycotter les supermarchés Auchan, qui ont choisi de maintenir leur activité en Russie, arguant notamment de la nécessité de soutenir le pouvoir d'achat des Russes.

«Apparemment, les pertes d'emploi en Russie sont plus importantes que les morts en Ukraine», a écrit Dmytro Kouleba sur Twitter. «Si Auchan ignore les 139 enfants ukrainiens assassinés pendant ce mois d'invasion russe, ignorons Auchan et tous ses produits», a-t-il ajouté, appelant à «boycotter» les magasins Auchan, Leroy-Merlin et Decathlon, tous détenus par l'Association familiale Mulliez.

Possible référendum à Lougansk

Le territoire séparatiste de Lougansk, dont Moscou a reconnu l'indépendance, mais pas la communauté internationale, pourrait bientôt organiser un référendum pour rejoindre la Russie, a déclaré dimanche le leader de ce territoire, Léonid Passetchnik.

«Tous les faux référendums dans les territoires occupés temporairement sont nuls et non avenus et n'auront aucune légitimité», a réagi sur Twitter le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Sur le terrain militaire

L'armée ukrainienne assure, dans le dernier bulletin de son état-major publié dimanche à l'aube, que dans les zones de Donetsk et Lougansk (est), «sept attaques ennemies ont été repoussées» et huit tanks russes détruits.

A Kiev, «les groupes de sabotage de l'ennemi essayent toujours de pénétrer» dans la ville, selon l'état-major ukrainien.

L'armée russe poursuit ses rotations et renforts depuis le Bélarus voisin et la Russie afin de gagner des positions aux abords de la capitale ukrainienne, relève le centre d'analyses américain Institute for the study of war (ISW) dans une note datée de samedi.

Le ministère russe de la Défense a annoncé de son côté la destruction d’un dépôt de missiles dans un village situé à 30 km au sud-ouest de Kiev.

Au nord-est de la capitale, la ville de Tcherniguiv est encerclée par les forces russes et il est impossible d'en évacuer les civils et les blessés.

A Mykolaïv (sud), plus grand port d'Ukraine et ville-verrou sur la route d'Odessa que l'armée russe tente en vain de faire sauter depuis des semaines, l'étau semble se désserrer un peu. Le front a même reculé, avec une contre-offensive ukrainienne sur Kherson, à quelque 80 km au sud-est, dont l'armée russe avait revendiqué la prise totale.

Crainte d'une séparation à la coréenne

La Russie pourrait vouloir instaurer une séparation à la coréenne en Ukraine, a estimé dimanche un responsable du ministère ukrainien de la Défense.

«Il y a des raisons de croire que (Moscou) pourrait imposer une ligne de séparation entre les régions occupées et non occupées de notre pays, une tentative de créer des Corées du Sud et du Nord en Ukraine,» a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent alors que le commandement russe a surpris vendredi en annonçant «concentrer le gros des efforts sur l'objectif principal: la libération du Donbass» (est).

Paris appelle à poursuivre le dialogue avec Poutine

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a appelé dimanche à poursuivre le dialogue avec le président russe, Vladimir Poutine, jusqu'à ce qu'il se rende compte du «prix à payer» pour son invasion de l'Ukraine et qu'il veuille négocier.

Un peu plus tôt, le président Emmanuel Macron avait mis en garde contre une «escalade des mots et des actions en Ukraine», après les propos des son homologue américain Joe Biden qualifiant M. Poutine de «boucher».

Ukraine: nouvelles négociations en début de semaine

Kiev et Moscou ont annoncé dimanche un nouveau round de négociations qui pourrait avoir lieu en début de semaine après le changement affiché par la Russie sur «l'objectif principal» de son invasion de l'Ukraine.

Moscou a affirmé vendredi vouloir concentrer son offensive sur l'est de l'Ukraine, un changement de cap qui fait craindre à Kiev une partition du pays, les séparatistes de Lougansk évoquant eux la tenue d'un referendum sur l'indépendance de leur territoire.

Des délégations russe et ukrainienne vont se retrouver physiquement «en Turquie» pour ces nouveaux pourparlers, a indiqué David Akramia, l'un des négociateurs ukrainiens, ajoutant que ce nouveau cycle de discussions était prévu «du 28 au 30 mars».

Du côté russe, le négociateur en chef Vladimir Medinski a annoncé lui aussi la tenue d'un nouveau dialogue diplomatique devant avoir lieu selon lui mardi et mercredi, mais sans préciser le lieu de la rencontre.

Une séance de négociations avait déjà eu lieu le 10 mars en Turquie, à Antalya, au niveau des ministres des Affaires étrangères et à l'invitation d'Ankara, mais n'avait débouché sur aucune avancée concrète.

Le ministre russe de la Défense réapparait sur les écrans après deux semaines d'absence

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a fait une première apparition publique en deux semaines, selon des images diffusées samedi, après une absence qui avait nourri des interrogations que le Kremlin s'était efforcé de balayer.

Le ministère de la Défense a publié samedi une vidéo montrant M. Choïgou présider une réunion consacrée au budget d'armement de la Russie.

Les images ne sont pas datées, mais le ministre y fait référence à une réunion avec le ministre des Finances qui, selon les agences russes, a eu lieu vendredi 25 mars.

Il y affirme que les commandes et l'approvisionnement en armements se passent comme prévu «malgré les difficultés que nous rencontrons aujourd'hui» du fait des sanctions internationales imposées en réaction à l'offensive russe en Ukraine.

Jeudi, le Kremlin avait fait état d'une conversation entre le ministre et le président Vladimir Poutine à l'occasion d'un rapport «sur le déroulement de l'opération militaire spéciale» lors d'une réunion de conseil de sécurité russe, balayant les interrogations suscitées par l'absence publique prolongée de M. Choïgou en plein conflit armé.

Le Kremlin avait également rejeté les spéculations sur l'état de santé du ministre. 

«Le ministre de la Défense a beaucoup à faire actuellement (...) ce n'est pas vraiment le moment de faire dans l'activité médiatique», avait dit le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Dans un communiqué, le ministère de la défense a déclaré samedi que les informations selon lesquelles «Sergueï Choïgou a une crise cardiaque et a donc cessé d'apparaître en public» sont «évidemment fausses».

Sergueï Choïgou est d'ordinaire un visage familier des écrans de télévision. Vladimir Poutine et lui se mettent régulièrement en scène dans des séjours dans la taïga sibérienne, au volant de véhicules tout-terrain, buvant le thé ou cueillant des champignons.

Biden réaffirme que l'article 5 de l'Otan est «un devoir sacré» pour les Etats-Unis

Le président américain Joe Biden a réaffirmé samedi à Varsovie que l'article 5 du traité de l'Otan, stipulant que l'attaque contre un pays membre est une attaque contre tous, constitue «un devoir sacré» pour les Etats-Unis.

M. Biden a donné cette assurance lors de son entretien avec le président polonais Andrzej Duda, dont le pays craint l'agressivité de Moscou après le déclenchement de l'invasion russe en Ukraine. 

Une petite ville anglaise ouvre les bras aux réfugiés ukrainiens

Unie pour l'Ukraine, Diss, petite ville de l'est de l'Angleterre, envoie camions d'aide, prépare des lits pour les réfugiés et même lève des fonds grâce à un cocktail au nom fleuri.

De Berlin à Kiev, le train de l'élan humanitaire

Le convoi s'ébranle lentement depuis le coeur de Berlin, ses huit conteneurs arrimés à une locomotive rouge vif. Destination: l'Ukraine, grâce à un «pont ferroviaire» inédit établi pour livrer de l'aide humanitaire au pays en guerre.

Ukraine: le maire de Kharkiv dénonce les bombardements russes

Le maire de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, a dénoncé vendredi des bombardements russes "indiscriminés" et incessants sur sa ville, la deuxième du pays.

«La situation est aujourd'hui très difficile», a déclaré Ihor Terekhov, au cours d'un point de presse improvisé dans un lieu tenu secret et protégé des bombes.

«Tous les jours, il y a des bombardements indiscriminés sur la ville et de nombreux tués», a-t-il dénoncé, en affirmant qu'ils visaient «des zones résidentielles, des civils, des infrastructures comme des écoles».

«C'est une guerre contre Kharkiv, contre l'Ukraine, contre les civils», a fustigé l'édile, estimant que près des deux tiers des 1,5 million d'habitants ont fui la ville, située à une quarantaine de kilomètres de la frontière russe.

Les troupes russes, qui ont pénétré jusqu'aux faubourgs au premier jour de leur offensive le 24 février, ont été repoussées à plusieurs kilomètres en périphérie, où les combats se poursuivent.

La ville est depuis lors la cible de tirs quotidiens d'artillerie, de missiles et de bombardements aériens, qui ont fait "beaucoup de victimes", selon M. Terekhov, qui a cependant refusé d'en préciser le nombre.

Vendredi matin, l'un de ces bombardements a fait au moins quatre morts sur un quartier populaire proche de l'aéroport, selon les autorités locales.

Peu après la frappe et l'évacuation des victimes, l'ogive utilisée -- une bombe à fragmentation, selon plusieurs habitants -- gisait sur un carré de pelouse pelée, à côté de traces de sang.

Plusieurs autres bombardements, apparemment à la roquette, ont eu lieu dans la journée. Deux ont provoqué de violents incendies, dont l'un dans le district de Kyivskyi, où une conduite de gaz a été touchée, a-t-on constaté.

Jeudi, six personnes ont été tuées alors qu'elles faisaient la queue pour recevoir de l'aide humanitaire.

L'armée russe admet 1 351 morts en Ukraine

La Russie a reconnu vendredi la mort de 1 351 de ses soldats depuis le début de son offensive militaire en Ukraine, accusant les pays occidentaux de commettre une «erreur» en livrant des armes à Kiev.

Depuis le début de l'intervention en Ukraine le 24 février, «1 351 militaires ont été tués et 3 825 blessés», a déclaré l'adjoint au chef de l'état-major russe Sergueï Roudskoï lors d'un point de presse.

Le précédent bilan officiel de Moscou, datant du 2 mars, faisant état de 498 soldats russes tués en Ukraine. Kiev, de son côté, fait état de pertes beaucoup plus lourdes dans les rangs de l'armée russe.

M. Roudskoï a également qualifié de «grosse erreur» la livraison d'armes à Kiev par les pays occidentaux. «Cela prolonge le conflit, augmente le nombre de victimes et n'aura aucune influence sur l'issue de l'opération» a-t-il déclaré.

Il a en outre ajouté que la Russie «répondrait en conséquence» si l'Otan mettait en place une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine, ce que Kiev réclame sans succès depuis plusieurs semaines.

Par ailleurs, la Russie a accueilli 419.736 réfugiés originaires de l'est de l'Ukraine depuis le début de l'opération, a déclaré Mikhaïl Mizintsev, directeur du Centre national russe de gestion de la défense, lors de la même réunion avec la presse.

«L'armée russe va continuer de mener cette opération militaire spéciale jusqu'à ce que tous les objectifs soient atteints», a de son côté affirmé le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

Ukraine: plus de 3,7 millions de réfugiés mais le flux ralentit

Près de 3,7 millions de personnes ont fui l'Ukraine et les combats déclenchés par l'invasion de l'armée russe le 24 février, selon le décompte de l'ONU publié vendredi, qui confirme le ralentissement du nombre de passages ces derniers jours.

Au total, plus de dix millions de personnes, soit plus d'un quart de la population, ont dû quitter leur foyer.

L'ONU estime à presque 6,5 millions le nombre de déplacés à l'intérieur de l'Ukraine.

L'armée russe admet 1 351 morts en Ukraine

La Russie dit accueillir 419 736 réfugiés d'Ukraine (armée)

Les Russes traversant la Lituanie confrontés aux images d'Ukraine

Les Russes traversant la Lituanie à bord de trains à destination de l'enclave russe de Kaliningrad peuvent voir à partir de vendredi de grandes photos de destructions causées par leur armée en Ukraine, affichées dans une gare de Vilnius.

Aux termes d'un accord de «transit facilité», une centaine de trains traversent chaque mois la Lituanie, transportant des voyageurs russes à qui il est interdit d'en descendre sur le territoire du pays balte.

Vingt-quatre photos de quartiers bombardés de Kiev et de Marioupol ont été installées à la hauteur des fenêtres, sur le quai où ces trains s'arrêtent pour permettre aux ressortissants de l'UE de descendre ou de monter.

«Aujourd'hui, Poutine tue la population pacifique de l'Ukraine. Approuvez-vous cela?», lit-on sur certaines photos.

«Nous avons sélectionné des images qui reflètent avec émotion la sombre réalité que vit le peuple ukrainien», a déclaré Jonas Staselis, président du Club des photographes de presse lituaniens qui a aidé à organiser l'exposition.

«Nous voulons diffuser largement un message montrant qu'on ne saurait échapper à la réalité dans un pays libre», a-t-il ajouté.

Il est difficile de dire dans quelle mesure le message est convaincant pour les voyageurs russes. La presse lituanienne a publié vendredi matin l'image d'un passager faisant un doigt d'honneur au photographe.

Depuis le début de l'agression russe en Ukraine, d'autres initiatives visant à faire passer un message à la Russie ont vu le jour en Lituanie. La ville de Vilnius a baptisé «rue des Héros ukrainiens» une petite voie menant à l'ambassade de Russie, tandis qu'une campagne internationale a mobilisé des volontaires de la diaspora russophone pour appeler des particuliers en Russie au téléphone et leur transmettre des informations sur la guerre en Ukraine, pour contourner la propagande officielle.

L'Allemagne va fortement réduire sa dépendance énergétique envers la Russie

L'Allemagne a annoncé ce vendredi 25 mars, qu'elle allait fortement et rapidement réduire sa dépendance à l'égard des ressources énergétiques de la Russie, en se passant de son charbon d'ici l'automne et de son pétrole à la fin de l'année. «D'ici le milieu de l'année, les importations de pétrole russe en Allemagne devraient avoir diminué de moitié, à la fin de l'année, nous visons une quasi-indépendance», a indiqué le ministère de l'Economie dans un communiqué, ajoutant que «d'ici l'automne, nous pouvons devenir globalement indépendants du charbon russe». Pour le gaz, l'Allemagne pourra être «largement indépendante (...) d'ici mi-2024», a-t-il ajouté.

La Russie affirme avoir détruit la plus grande réserve de carburant de l'armée ukrainienne

La Russie a affirmé ce vendredi 25 mars, avoir détruit la veille la plus grande réserve de carburant de l'armée ukrainienne près de Kiev avec des missiles de croisière. «La plus grande réserve de carburant qui restait à l'armée ukrainienne, qui servait à approvisionner les unités dans la partie centrale du pays, a été détruite», a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov dans un communiqué.

Ukraine: les Occidentaux se mobilisent face aux risques de pénuries alimentaires

Le président américain Joe Biden à Bruxelles, le 24 mars 2022.

Les Occidentaux se sont concertés hier, jeudi le 24 mars, pour répondre aux risques de pénuries alimentaires mondiales à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, deux exportateurs majeurs de blé.

Lire la suite de l'article: Ukraine: les Occidentaux se mobilisent face aux risques de pénuries alimentaires

Guerre en Ukraine: la Bulgarie rappelle son ambassadeur à Moscou

La Bulgarie a annoncé jeudi rappeler son ambassadeur à Moscou pour protester contre des propos de la représentante russe à Sofia sur la guerre en Ukraine.

«Nous allons rappeler pour consultations notre ambassadeur en Russie», a déclaré le Premier ministre bulgare Kiril Petkov à la presse.

«Chaque diplomate sait ce que cela signifie en termes diplomatiques. (...) Généralement, l'autre pays doit faire de même», a-t-il ajouté.

Le ministère bulgare des Affaires étrangères a confirmé à l'AFP le prochain retour à Sofia de l'ambassadeur de Bulgarie à Moscou, Atanas Krastin.

Cette décision survient après une série de vifs échanges entre M. Petkov et l'ambassadrice russe Eleonora Mitrofanova.

Celle-ci avait affirmé lundi que «le peuple bulgare ne soutenait pas la rhétorique et les actions de son gouvernement concernant l'opération spéciale en Ukraine», dans des propos à la chaîne de télévision publique Rossiya-24.

Le chef du gouvernement bulgare a jugé «inacceptable» qu'elle se permette «de parler au nom du peuple bulgare», déplorant un comportement «mal élevé».

L'ambassadrice russe avait déjà irrité l'opinion publique en comparant, à l'occasion de la fête nationale le 3 mars, l'offensive militaire en Ukraine à la libération de la Bulgarie par l'armée russe en 1878, après cinq siècles de domination ottomane.

Pour des raisons historiques, la Bulgarie est au sein de l'Union européenne le seul ancien satellite de Moscou où l'opinion publique reste largement favorable à la Russie. L'invasion de l'Ukraine a cependant changé la donne.

Située sur le flanc est de l'Otan sur la Mer Noire, la Bulgarie membre de l'Alliance atlantique et de l'UE, soutient les sanctions contre la Russie, mais s'abstient d'accorder de l'aide militaire à l'Ukraine, en raison du désaccord des socialistes qui participent à la coalition gouvernementale.

Ukraine: six civils tués, 15 blessés dans un bombardement à Kharkiv (gouverneur)

Au moins six civils ont été tués et 15 autres blessés jeudi dans un bombardement russe à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, a indiqué le gouverneur régional sur Telegram.

«Selon des données préliminaires, six civils ont été tués et 15 autres blessés et hospitalisés», a écrit Oleg Syniegoubov.

Le bombardement, effectué avec des «armes de longue portée», a touché un bureau de poste près duquel des habitants locaux recevaient de l'aide humanitaire, a-t-il précisé, dénonçant un nouveau «crime des occupants russes».

Deuxième ville du pays comptant presque 1,5 million d'habitants avant la guerre, Kharkiv est située à une quarantaine de kilomètres de la frontière russe.

Depuis le début de l'invasion fin février, la ville est pilonnée par des bombardements russes qui y ont détruit près d'un millier de bâtiments, pour la plupart des immeubles résidentiels, avait indiqué lundi son maire, Igor Terekhov, cité par les médias.

Livraison britannique de chars à l'Ukraine

Le Royaume-Uni va livrer 6.000 missiles antichars supplémentaires à l'Ukraine, multipliant par plus de deux ses livraisons d'armes après l'invasion russe du pays, a annoncé mercredi le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Ministre lituanien à Kiev

Le ministre lituanien de la Défense Arvydas Anushauskas a effectué mercredi une visite à Kiev, la première d'un ministre de la Défense depuis le début de l'attaque russe contre l'Ukraine, a annoncé son homologue ukrainien Oleksii Reznikov. 

Zelensky appelle à manifester à travers le monde

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mercredi soir les citoyens du monde entier à descendre dans les rues pour protester contre l'invasion de son pays par la Russie.

«Allez-y avec des symboles ukrainiens pour défendre l'Ukraine, pour défendre la liberté, pour défendre la vie! », a lancé M. Zelensky dans un message vidéo en anglais. «Retrouvez-vous sur les places, dans la rue, montrez-vous et faites-vous entendre! »

Biden en Europe

Le président américain Joe Biden est arrivé mercredi en Europe, afin de cimenter l'unité des Occidentaux dont les options de représailles contre la Russie se réduisent au fur et à mesure que la guerre en Ukraine se poursuit.

«Ce que nous aimerions entendre (de la part des alliés des Américains) est que cette fermeté partagée que nous avons vue au cours du mois dernier durera autant qu'il le faudra», a déclaré son conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, lors d'un échange avec la presse à bord d'Air Force One, en route pour Bruxelles.

Frappes sur Kiev

A Kiev, une nouvelle frappe sur le parking d'un centre commercial a fait un mort et deux blessés, selon le maire Vitali Klitschko. 

Plus tôt dans la journée, quatre personnes avaient été blessées dans des bombardements sur des immeubles.

Kiev reste un objectif de l'armée russe, mais celle-ci est bloquée au nord-ouest et à l'est de la capitale ukrainienne. 

L'armée russe a reculé de plus 30 km à l'est de Kiev depuis 24 heures et a commencé à établir des positions défensives sur plusieurs fronts en Ukraine, a indiqué mercredi un haut responsable du Pentagone.

Expulsion de diplomates

La Russie a décidé d'expulser des diplomates américains en représailles à l'expulsion par Washington de 12 membres de la mission diplomatique russe auprès de l'ONU, a indiqué mercredi la diplomatie russe dans un communiqué.

Les Etats-Unis avaient expulsé début mars, en pleine crise ouverte avec la Russie au sujet de l'Ukraine, 12 membres de la mission diplomatique russe auprès de l'ONU, accusés d'«espionnage.»

Washington et Bruxelles dénoncent des «crimes de guerre»

Le gouvernement américain «a établi que les membres des forces russes ont commis des crimes de guerre en Ukraine», a affirmé mercredi le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

«Ces crimes de guerre doivent cesser immédiatement», a déclaré mercredi soir le président du Conseil européen Charles Michel. «Nous voyons la Russie attaquer de plus en plus la population civile, viser des hôpitaux, des écoles et des refuges», a-t-il dit dans un communiqué.

Ukraine: la Suède va envoyer 5 000 armes antichar de plus

La Suède va envoyer 5 000 armes antichar supplémentaires à l'Ukraine pour la soutenir face à l'invasion russe, a annoncé le gouvernement ce mercredi 23 mars.

Le pétrole repasse les 120 dollars, avec de possibles nouvelles sanctions contre la Russie

Les prix du pétrole sont repassés au-dessus du seuil des 120 dollars le baril ce mercredi 23 mars, avant plusieurs sommets internationaux qui laissent présager de nouvelles sanctions occidentales contre la Russie après son invasion de l'Ukraine.

Football: la Russie parmi les quatre candidats à l'organisation de l'Euro en 2028 et 2032

La Russie, mise au ban du sport mondial après l'invasion de l'Ukraine, est candidate à l'organisation de l'Euro de football en 2028 et 2032, aux côtés de la Turquie, l'alliance Royaume-Uni/Irlande et l'Italie, a annoncé ce mercredi 23 mars,  l'UEFA. «La désignation du pays hôte» des deux compétitions «aura lieu en septembre 2023», a précisé l'instance européenne. Russie et Turquie sont intéressées par l'accueil de n'importe laquelle des deux éditions, alors que le Royaume-Uni et l'Irlande visent l'Euro-2028 et l'Italie l'Euro-2032.

Ukraine : le Brent repasse au-dessus des 120 dollars le baril

Le baril de pétrole de Brent, référence de l'or noir en Europe, est repassé au-dessus de la barre des 120 dollars, galvanisé par la guerre en Ukraine et la perspective de nouvelles sanctions occidentales contre la Russie. Vers 13H40 GMT (14H40 à Paris), le Brent de la mer du Nord grimpait de 4,55% à 120,73 dollars le baril, et le WTI américain gagnait 4,52% à 114,21 dollars le baril. Le Brent avait dévissé ces derniers jours de son pic atteint pendant la crise en Ukraine, évoluant même brièvement sous les 100 dollars il y a une semaine.

Le Bélarus expulse la plupart des diplomates ukrainiens de son territoire

Le Bélarus, pays allié de Moscou, a annoncé ce mercredi 23 mars, l'expulsion de la plupart des diplomates ukrainiens en poste sur son territoire, accusant Kiev d'actions «inamicales» et «d'ingérence» dans ses affaires. «Le Bélarus a décidé de réduire le nombre de diplomates ukrainiens sur son territoire. Cette mesure vise à mettre un terme aux activités non diplomatiques d'un certain nombre de membres du personnel des institutions diplomatiques ukrainiennes», a annoncé le porte-parole de la diplomatie bélarusse, Anatoli Glaz.

Biden rallie l'Europe pour renforcer l'unité occidentale face à la Russie

Le président Joe Biden était en route ce mercredi 23 mars, pour l'Europe, où il s'efforcera de renforcer l'unité des Occidentaux et d'alourdir les sanctions contre la Russie, qui tente, en envahissant l'Ukraine, de bouleverser l'équilibre des forces de l'après-Guerre froide. C'est un marathon diplomatique qui attend Joe Biden, soucieux d'afficher sa fermeté face au président russe Vladimir Poutine, mais aussi de tenir sa promesse de redonner aux alliances des Etats-Unis leur lustre terni par quatre années de présidence Trump.

Russie: l'Otan déploie quatre nouveaux groupements tactiques sur son flanc oriental

L'Otan va déployer quatre nouveaux groupements tactiques en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie et en Slovaquie, pour renforcer ses défenses contre la Russie sur son flanc oriental, a annoncé ce mercredi 23 mars, son secrétaire général. «Les dirigeants de l'Otan vont décider lors de leur sommet demain (jeudi) de renforcer la posture de défense avec quatre nouveaux groupements tactiques en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie et en Slovaquie, portant à huit les groupements tactiques déployés de la Baltique à la mer Noire», a précisé le Norvégien Jens Stoltenberg.

Poutine ne veut plus de dollars et d'euros pour le gaz russe livré à l'UE

Vladimir Poutine a annoncé ce mercredi 23 mars, que la Russie n'acceptera plus de paiements en dollars ou en euros pour les livraisons de gaz à l'UE, donnant une semaine aux autorités russes pour élaborer le nouveau système en roubles. «J'ai pris la décision de mettre en œuvre un ensemble de mesures pour passer au paiement en roubles de notre gaz livré aux pays hostiles, et de renoncer dans tous les règlements aux devises qui ont été compromises», a dit le président russe lors d'une réunion gouvernementale, expliquant qu'il s'agissait d'une réaction au gel des actifs de la Russie en Occident à cause de son offensive en Ukraine.

Inflation, Ukraine: Londres abaisse sa prévision de croissance 2022 à 3,8%

Le Royaume-Uni a tranché dans ses prévisions de croissance pour 2022, ramenées à 3,8% contre une précédente estimation à 6%, à cause des conséquences de l'inflation et de la guerre en Ukraine, a annoncé ce mercredi 23 mars, le ministre de l'Économie Rishi Sunak. «Il est trop tôt pour connaître le plein impact de la guerre en Ukraine sur le Royaume-Uni» mais selon de premières estimations «qui s'ajoutent à une inflation mondiale élevée», l'organisme public de prévisions économiques OBR «prévoit désormais une croissance de 3,8% cette année», a-t-il annoncé lors d'un discours au Parlement.

Allemagne: la guerre en Ukraine va plomber la croissance en 2022

L’Allemagne devrait connaître une croissance moins forte que prévue en 2022, en raison de la guerre en Ukraine, qui tire l’inflation et perturbe le commerce international, selon de nouvelles prévisions publiées ce mercredi 23 mars. L’institut économique IFO, l’un des plus influents d’Allemagne, table désormais sur une hausse du PIB «entre 2,2% et 3,1%» cette année, contre 3,7% en décembre, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Deux nouveaux yachts d'un oligarque russe gelés dans le sud de la France

Deux nouveaux yachts appartenant à l'oligarque russe Alexeï Kouzmitchev, parmi les plus influents en Russie, ont été gelés sur la Côte d'Azur dans le cadre des sanctions prises par l’Union européenne après l'invasion de l'Ukraine, a-t-on appris ce mercredi 23 mars, de source gouvernementale. La France avait déjà immobilisé un méga-yacht, l'Amore Vero, propriété d'une société liée au patron du géant pétrolier russe Rosneft, Igor Setchine, le 3 mars.

La Pologne expulse 45 diplomates russes pour espionnage

La Pologne expulse «45 espions russes se faisant passer pour des diplomates», a annoncé ce mercredi 23 mars, le ministre polonais de l'Intérieur Mariusz Kaminski. «Nous démantelons le réseau des services spéciaux russes dans notre pays», a-t-il précisé sur Twitter. Cette mesure intervient dans le contexte de l'invasion russe de l'Ukraine, a souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Lukasz Jasina. «La Russie mène une guerre barbare contre l'Ukraine depuis plus de trois semaines», a-t-il dit.

Norvège: l'ex-officier du KGB, le yacht et le coup de la panne sèche

Le yacht Ragnar, qui appartiendrait à un oligarque russe, à quai à Narvik, dans le nord de la Norvège, le 21 mars 2022.

Le Ragnar va-t-il enfin lever l'ancre? Immobilisé dans l'Arctique, le yacht ultra-luxueux, propriété d'un oligarque russe, ex-officier du KGB, a, peut-être, trouvé un peu de ce carburant que les Norvégiens lui refusent depuis des semaines en riposte à la guerre en Ukraine.

Lire la suite de l'article: Norvège: l'ex-officier du KGB, le yacht et le coup de la panne sèche

Ukraine: 100 000 personnes toujours bloquées dans «l'enfer glacial» de Marioupol

Environ 100 000 personnes sont encore bloquées sous les bombes russes dans Marioupol assiégée, près d'un mois après le début de l'invasion de l'Ukraine par les forces russes, qui ne contrôlent qu'une grande ville mais en bombardent toujours plusieurs.

La proposition du président ukrainien Volodymyr Zelensky de rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine pour dégager des «compromis», y compris sur les territoires occupés de la Crimée et du Donbass, est restée lettre morte mardi, les Russes espérant un processus de négociations «plus énergique, plus substantiel», selon Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe.

En attendant l'éventuelle amorce d'un cessez-le-feu, «près de 100 000 personnes dans des conditions inhumaines» sont piégées dans les ruines de Marioupol, «en état de siège total, sans nourriture, sans eau, sans médicaments, sous des bombardements constants», a alerté M. Zelensky dans une vidéo publiée mercredi à l'aube.

Le président ukrainien doit s'adresser aux parlements français et japonais mercredi, en prélude à une fin de semaine à haute activité diplomatique: jeudi, un mois jour pour jour après le déclenchement de l'invasion, les Occidentaux se réuniront à Bruxelles pour des sommets de l'Otan, du G7 et de l'Union européenne.

A la clef, «de nouvelles sanctions contre la Russie», selon Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden. Le président américain se rendra ensuite en Pologne, pays qui accueille la plupart des 3,5 millions de réfugiés ukrainiens.

Joe Biden, qui part mercredi pour l'Europe, va aussi «travailler avec les alliés sur des ajustements de long terme» concernant la présence de l'Otan en Europe de l'Est, a précisé M. Sullivan.

Le président ukrainien invite le pape à devenir médiateur entre Kiev et Moscou

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a invité mardi le pape François à jouer le rôle de médiateur dans les négociations entre Kiev et Moscou, qui a lancé fin février une guerre contre l'Ukraine.

«On apprécierait le rôle médiateur du Saint-Siège pour mettre fin à la souffrance humaine» en Ukraine, a écrit M. Zelensky sur Twitter à l'issue d'un entretien téléphonique avec le pape, alors que le Kremlin a jugé peu avant que les pourparlers en cours avec Kiev n'étaient pas assez «substantiels».

Le président ukrainien a encore déclaré avoir informé «Sa Sainteté de la situation humanitaire difficile et du blocage des couloirs humanitaires par les troupes russes», tout en le remerciant pour ses «prières pour l'Ukraine et la paix».

Depuis le début de l'offensive russe qui a fait des milliers de morts notamment parmi des civils en Ukraine, le pape François a multiplié les appels à la paix.

Lors d'une prière publique le 16 mars, il a demandé à Dieu pardon au nom des humains qui «continuent à boire le sang des morts déchirés par les armes».

Pays majoritairement orthodoxe, l'Ukraine compte une importante minorité gréco-catholique rattachée au Vatican, qui se concentre dans l'ouest du pays.

La Russie adopte de lourdes peines réprimant les «mensonges» sur son action à l'étranger

Les députés russes ont validé mardi une loi prévoyant de lourdes sanctions pour punir les «informations mensongères» sur l'action de Moscou à l'étranger, nouvelle arme répressive dans l'arsenal russe pour le contrôle des informations sur son offensive en Ukraine.

Ce texte, adopté en troisième lecture, punit la «diffusion publique d'informations sciemment fausses sous couvert d'informations fiables» à propos des «activités des organes de l'Etat russe en dehors du territoire russe», selon un communiqué du Parlement.

Pour les Ukrainiens, les femmes, les enfants... et les animaux d'abord !

Un Ukrainien fuit la guerre avec son chien, et traverse la frontière avec la Roumanie, à Siret (nord de la Roumanie), le 16 mars 2022.

Eux aussi ont fui la guerre avec les Ukrainiens: chiens et chats se retrouvent désormais par dizaines dans les centres d'accueil pour réfugiés, où ils posent un défi «inédit» et inattendu à la chaîne de l'accueil en France. Anastasia Radchenko vient tout juste d'arriver de Pologne, avec sa fille et son fils, en ce vendredi de la mi-mars. A ses pieds, dans la salle d'attente du centre dédié aux déplacés du conflit ukrainien, à Paris, tout ce qu'elle a pu emmener dans une fuite précipitée: un sac à dos, un sac de voyage à roulettes et la niche de Lucky, un caniche blanc.

Lire la suite de l'article: Pour les Ukrainiens, les femmes, les enfants... et les animaux d'abord !

Zelensky prêt à parler Donbass et Crimée avec Poutine contre la fin des hostilités

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est déclaré prêt à tout discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine s'il accepte de négocier directement avec lui, y compris de la Crimée et du Donbass, mais avec des «garanties de sécurité» en préalable, et en prévenant que l'Ukraine serait «détruite» avant de se rendre.

Ukraine: selon Biden, Poutine envisage d'utiliser des armes chimiques et biologiques

Le président américain Joe Biden a assuré lundi le 22 mars qu'il était «clair» que la Russie envisage d'utiliser des armes chimiques et biologiques en Ukraine, avertissant qu'une telle décision entraînerait une  réponse occidentale «sévère».

La Russie bloque le site de la chaîne française Euronews

Le régulateur russe des médias a bloqué lundi le 21 mars, l'accès au site de la chaîne française Euronews, nouveau média interdit en Russie sur fond de contrôle accru sur les informations liées à l'offensive en Ukraine.

La France achemine 55 tonnes d'aide humanitaire vers l'Ukraine

La France a acheminé lundi le 21 mars, 55 tonnes de matériel médical, informatique, de lait pour enfants ainsi que des groupes électrogènes vers l'Ukraine via la Pologne, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères.

Un yacht de l'oligarque russe Abramovitch amarré en Turquie

Un yacht appartenant au milliardaire russe Roman Abramovitch a accosté dans le sud-ouest de la Turquie, pays qui n'applique pas les sanctions occidentales contre les oligarques russes, dont le propriétaire du club de Chelsea.

La Russie abandonne les négociations de paix avec le Japon à cause de l'Ukraine

La Russie a annoncé ce lundi 21 mars, abandonner les négociations avec le Japon, les deux pays n'ayant jamais signé d'accord depuis la Seconde guerre mondiale en raison d'un différend territorial, arguant de la «position inamicale» de Tokyo face au conflit en Ukraine.

Ukraine: le joueur d'échecs russe Sergey Karjakin suspendu six mois

Le joueur d'échecs russe Sergey Karjakin, qui a affronté le Norvégien Magnus Carlsen en 2016 pour le titre de champion du monde, a été suspendu ce lundi 21 mars, six mois de toute compétition internationale en raison de ses prises de position soutenant l'invasion russe de l'Ukraine.

Russie: Facebook et Instagram interdits pour «extrémisme»

Un tribunal de Moscou a interdit ce lundi 21 mars, les réseaux sociaux américains Facebook et Instagram en Russie en estimant qu'ils menaient des activités «extrémistes», nouvel épisode de contrôle d'internet sur fond d'offensive en Ukraine.

Réouverture partielle de la Bourse de Moscou pour les obligations

La Bourse de Moscou, fermée depuis le début de l'offensive russe en Ukraine le mois dernier, a annoncé ce lundi 21 mars, avoir repris les échanges d'obligations gouvernementales, première étape d'une réouverture progressive.

Ukraine: près de 3,5 millions de réfugiés

Près de 3,5 millions de personnes ont fui l'Ukraine et les combats déclenchés par l'invasion de l'armée russe le 24 février, selon le décompte de l'ONU publié ce lundi 21 mars.

Russie: les autorités démentent toute pénurie de sucre et de sarrasin

Les autorités russes ont tenté ce lundi 21 mars, de rassurer en démentant toute pénurie de sucre ou de sarrasin dans le pays, alors que les Russes se sont rués ces derniers jours sur ces denrées par peur d'en manquer.

Première rotation du personnel ukrainien à Tchernobyl en près d'un mois

Les rotations de personnel à la centrale nucléaire de Tchernobyl ont commencé dimanche pour la première fois depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, a annoncé l'Agence internationale de l'énergie atomique.

«L'Ukraine a informé l'AIEA qu'environ la moitié du personnel avait finalement pu rentrer chez lui après avoir travaillé sur le site contrôlé par la Russie pendant près de quatre semaines», a déclaré le directeur général Rafael Grossi dans un communiqué diffusé dans la nuit de dimanche à lundi.

«L'autorité de régulation nationale ukrainienne a confirmé que ceux qui étaient partis avaient déjà été remplacés par d'autres employés ukrainiens», a-t-il ajouté, se «félicitant» de cette rotation partielle.

Les forces russes ont pris le contrôle de la centrale le 24 février, mais une centaine de techniciens ukrainiens qui terminait son service de nuit a continué à gérer les opérations quotidiennes sur le site, où se trouvent des déchets radioactifs depuis l'accident de 1986, le pire de l'Histoire.

A Kiev, un jeune Français formé en Syrie se prépare au combat

Après avoir affronté les jihadistes, cette fois, ce sera l'armée russe : à Kiev, un jeune combattant français aguerri en Syrie se prépare à repartir au front pour «aider les Ukrainiens à garder leur liberté».

Il est arrivé dans la capitale, qu’il ne connaissait pas, il y a cinq jours, et attend de savoir où il sera bientôt déployé. Sans doute autour de la ville, dit-il, où les Ukrainiens craignent d’être à terme encerclés par les troupes russes.

Ce Français de 28 ans dit s'appeler Pierre et venir de Normandie (nord-ouest), sans plus de détails.

Il espère atterrir là où il sera «le plus utile» : «sur le front», pour pouvoir utiliser contre les Russes les compétences qu’il a acquises ces dernières années en Syrie, comme «tirer avec des (mitrailleuses) 12,7 et 14,5 mm, des kalachnikov, des lance-roquettes...»

L'Ukraine rejette l'ultimatum russe de capituler à Marioupol

L'Ukraine ne «déposera pas les armes et ne quittera pas la ville» assiégée de Marioupol, a déclaré sa vice-Première ministre à un média ukrainien dans la nuit de dimanche à lundi, en réaction à l'ultimatum posé par la Russie.

«Il n'est pas question de parler de reddition ou de déposer les armes. Nous en avons déjà informé la partie russe», a déclaré Iryna Verechtchouk au journal Ukrayinskaya Pravda. «C'est une manipulation délibérée et une véritable prise d'otage», a-t-elle ajouté à propos de la demande.

Le ministère de la Défense russe avait appelé l'Ukraine à «déposer ses armes» et exigé une «réponse écrite» à son ultimatum avant lundi 05H00, au nom de la sauvegarde des habitants et des infrastructures de la ville de Marioupol.

«Nous demandons aux autorités officielles de Kiev d'être raisonnables et d'annuler les instructions données précédemment, qui obligeaient les militants à se sacrifier et à devenir des martyrs de Marioupol», avait exigé Mikhail Mizintsev, directeur du Centre national russe de gestion de la défense, dans un briefing diffusé par le ministère de la Défense de la Russie.

«Déposez les armes», avait-il lancé. «Une terrible catastrophe humanitaire s'est développée (...) Tous ceux qui déposent leurs armes ont la garantie de pouvoir quitter Marioupol en toute sécurité».

Ukraine: au moins six morts dans un bombardement nocturne à Kiev

Nouvelles frappes en Ukraine, Kiev appelle Pékin à «condamner la barbarie russe»

Un homme aide des soldats ukrainiens recherchant des corps dans les ruines d'une caserne bombardée par les forces russes à Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, le 19 mars 2022.

L'Ukraine a appelé samedi le 19 mars,  la Chine, allié stratégique de Moscou, à «condamner la barbarie russe» après de nouvelles frappes - y compris avec un nouveau missile hypersonique vanté par Vladimir Poutine - qui ont fait des dizaines de morts.

Lire la suite de l'article: Nouvelles frappes en Ukraine, Kiev appelle Pékin à «condamner la barbarie russe»

L'Australie interdit les exportation d'alumine et de bauxite vers la Russie

L'Australie a adopté ce dimanche 20 mars, de nouvelles sanctions économiques contre la Russie en réaction à l'invasion de l'Ukraine, interdisant les exportations d'alumine et de bauxite avec effet immédiat, et a promis de fournir plus d'armes et d'aide humanitaire à Kiev.

Ukraine: des dizaines de morts dans le bombardement d'un site militaire à Mykolaïv

Des dizaines de personnes ont été tuées dans une frappe vendredi contre une caserne militaire dans le sud de l'Ukraine, à Mykolaïv, ont raconté samedi des témoins à l'AFP, alors que les opérations de secours se poursuivent.

«Pas moins de 200 soldats dormaient dans les baraquements», selon Maxime, un militaire de 22 ans interrogé sur place. «Au moins 50 corps ont été extraits, mais on ne sait pas combien il en reste sous les décombres», poursuit le jeune soldat. Evguéniï, un autre militaire sur place, estime que les frappes pourraient avoir fait 100 morts.

Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Théâtre de Marioupol: premier bilan

Plus de 130 personnes ont pu être sauvées du bâtiment d'un théâtre de Marioupol bombardé par l'armée russe, mais des «centaines» d'autres demeurent sous les décombres, a déclaré vendredi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le conseil municipal de Marioupol a fait état à ce stade d'au moins un blessé grave, mais pas de morts.

La Russie a avancé que le théâtre, dans lequel s'étaient réfugiés des centaines d'habitants de ce port ukrainien stratégique assiégé dans le sud-est du pays, avait été détruit par le bataillon nationaliste ukrainien Azov.

Zelensky appelle à discuter sérieusement

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lancé samedi un appel à Moscou, estimant qu'il était «temps» de discuter de «paix et de sécurité» faute de quoi les conséquences pour la Russie se feront ressentir sur plusieurs générations.

«Des négociations portant sur la paix et la sécurité pour l'Ukraine sont la seule chance pour la Russie de minimiser les dégâts causés par ses propres erreurs», a déclaré M. Zelensky dans une vidéo publiée sur Facebook. «Il est temps de nous réunir. Il est temps de discuter. Il est temps de restaurer l'intégrité territoriale et la justice pour l'Ukraine», a-t-il plaidé.

Bombardement près de l'aéroport de Lviv

Des «missiles» russes ont détruit vendredi une usine aéronautique dans le quartier de l'aéroport de Lviv, grande ville ukrainienne près de la frontière polonaise, sans faire de victime, selon son maire Andriy Sadovy.

Biden met en garde Xi

Le président américain Joe Biden a «décrit les implications et conséquences si la Chine fournissait un soutien matériel à la Russie alors qu'elle mène une attaque brutale contre les villes et civils ukrainiens»dans un entretien vidéo avec son homologue chinois Xi Jinping, a fait savoir la Maison Blanche.

«La crise ukrainienne n'est pas quelque chose que nous souhaitions voir» arriver, a déclaré M. Xi, selon des propos rapportés par la télévision chinoise.

Poutine dénonce des «crimes de guerre»

Vladimir Poutine a accusé l'Ukraine, lors d'un appel téléphonique avec son homologue français de «nombreux crimes de guerre», assurant que les forces dirigées par Moscou faisaient «tout leur possible» pour ne pas cibler les civils, selon le Kremlin.

Le Conseil de l'Europe, instrument «russophobe»

La Russie a accusé le Conseil de l'Europe, qui l'a exclue officiellement mercredi, d'être un instrument «russophobe» au service des Occidentaux, assurant rejeter le «tutorat de Bruxelles» en matière de droits humains.

Sanctions américaines

Le département américain du Commerce a placé sur liste noire une centaine d'avions russes, dont celui de l'homme d'affaires russe Roman Abramovitch et des Boeing d'Aeroflot, qui ont récemment violé les sanctions américaines contre la Russie.

FMI, BERD, BM «horrifiés»

Les grandes organisations économiques internationales telles que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se sont déclarées «horrifiées et profondément inquiètes» de l'invasion russe de l'Ukraine, prévoyant de «vastes retombées économiques mondiales».

Plus de 3,2 millions de personnes ont fui l'Ukraine et les combats déclenchés par l'invasion de l'armée russe le 24 février, dont plus de 2 millions sont allées en Pologne, selon l'ONU.

Appel à réduire la consommation de pétrole

L'Agence internationale de l'énergie a dévoilé des mesures pour réduire rapidement la consommation de pétrole, face au risque de choc causé par l'invasion russe en Ukraine.

Baisser la vitesse sur route, télétravailler, rendre les transports publics moins cher... : l'ensemble de dix mesures permettrait de réduire la consommation de pétrole de 2,7 millions de barils par jour en quatre mois, l'équivalent de la consommation de toutes les voitures en Chine, selon l'AIE.

Flambée des prix: sortie du nucléaire reportée en Belgique, profits taxés en Italie

Inquiète de la flambée des prix de l'énergie due à l'invasion russe de l'Ukraine, la Belgique a décidé vendredi de repousser de 10 ans sa sortie du nucléaire, prévue en 2025.

Et pour alléger les coûts pesant sur les familles et les entreprises, l'Italie a annoncé qu'elle allait taxer les bénéfices supplémentaires réalisés par les entreprises du secteur énergétique.

Ukraine: la Suisse reprend les sanctions de l'UE sur les produits de luxe

La Suisse a repris ce vendredi 18 mars, les sanctions de l'Union européenne pour les produits de luxe en réponse à la guerre en Ukraine, reconnaissant que certaines entreprises pourraient être lourdement affectées dans ce pays connu pour ses montres.

Poutine accuse l'Ukraine de «crimes de guerre» auprès de Macron

Le président russe Vladimir Poutine a accusé ce vendredi 18 mars, l'Ukraine, lors d'un appel téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron, de «nombreux crimes de guerre», assurant que les forces dirigées par Moscou faisaient «tout leur possible» pour ne pas cibler les civils.

Roger Federer donne 500 000 dollars pour les enfants d'Ukraine

Roger Federer, «horrifié» par les images en provenance d'Ukraine, a annoncé ce vendredi 18 mars, faire un don de 500 000 dollars (452 000 euros), via sa fondation, en faveur des enfants réfugiés pour qu'ils puissent «poursuivre leur scolarité». «Ma famille et moi sommes horrifiés par les images en provenance d'Ukraine et avons le coeur brisé en voyant ces personnes innocentes qui sont si terriblement affectées. Nous voulons la paix», écrit le légendaire joueur de tennis dans un message posté sur les réseaux sociaux.

Ukraine: une fête ultra-patriotique à Moscou et une panne qui interrompt Poutine

Le président russe Vladimir Poutine au stade Luzhniki de Moscou le 18 mars 2022. La banderole indique «Pour la Russie».

Drapeaux russes, slogans anti-nazis, chants patriotiques et... une panne qui fait disparaître Vladimir Poutine des écrans. La Russie a célébré ce vendredi 18 mars, les huit ans de l'annexion de la Crimée ukrainienne, en pleine offensive chez son voisin pro-occidental.

Ukraine: Xi appelle Biden à oeuvrer ensemble pour la paix mondiale

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping lors d'un échange en visioconférence en novembre 2021 à la Maison Blanche, à Washington.

Le président chinois Xi Jinping a estimé ce vendredi 18 mars, que des conflits militaires n'étaient «dans l'intérêt de personne», lors d'un échange avec son homologue américain Joe Biden, qui presse la Chine de prendre ses distances avec la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine.

Lire la suite de l'article: Ukraine: Xi appelle Biden à oeuvrer ensemble pour la paix mondiale

Poutine disparait soudainement de la télé en plein discours

Le président russe Vladimir Poutine a soudainement disparu ce vendredi 18 mars, des écrans en plein discours au cours d'un grand concert à Moscou célébrant l'annexion de la Crimée ukrainienne en 2014. Vladimir Poutine était en train de louer l'héroïsme des soldats russes engagés en Ukraine, devant des dizaines de milliers de personnes dans un stade, quand soudain la chaîne de télévision publique russe Rossiya-24 a commencé à montrer d'autres moments du même évènement, discours officiels et chansons populaires. Quinze minutes après, la télévision a repris la diffusion de l'intervention du président russe en différé.

La Russie taxe Google et YouTube d'activités «terroristes»

Le régulateur russe a taxé ce vendredi 18 mars, le géant américain Google et son service vidéo YouTube d'activités «terroristes», première étape vers un possible blocage du site comme l'ont été Twitter, Instagram et plusieurs médias ces dernières semaines.

Un responsable russe démissionne après avoir critiqué l'opération en Ukraine

Un ex-conseiller du Kremlin, Arkadi Dvorkovitch, un des rares responsables russes à avoir critiqué l'offensive en Ukraine, a démissionné de la direction d'une fondation économique publique, a annoncé ce vendredi 18 mars.

Ukraine: 222 personnes dont 60 civils tués à Kiev en trois semaines

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine il y a trois semaines, 222 personnes dont 56 civils, parmi lesquels quatre enfants, ont été tués à Kiev, la capitale, a indiqué ce vendredi 18 mars, la mairie.

Ukraine: l'entretien entre Biden et Xi a commencé

L'entretien entre le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping, qui sera consacré en particulier à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a débuté ce vendredi 18 mars, a fait savoir la Maison Blanche. Lors de cet échange téléphonique, le quatrième et sans doute le plus important entre les deux dirigeants, Joe Biden va promettre des représailles si jamais la Chine venait en aide à la Russie, notamment en lui fournissant des armements.

Revers pour le foot russe, toujours banni de la course au Mondial-2022

Nouveau revers pour le football russe: son équipe demeure exclue des barrages qualificatifs pour le Mondial-2022 de football, fin mars, après le refus ce vendredi 18 mars, du Tribunal arbitral du sport (TAS) de suspendre les sanctions de la Fifa.

La Norvège va muscler son armée près d'une Russie «plus dangereuse»

Le gouvernement norvégien a annoncé ce vendredi 81 mars, qu'il allait débloquer cette année 3 milliards de couronnes (308 millions d'euros) supplémentaires pour, en particulier, renforcer sa présence militaire dans le Grand Nord près de la frontière avec la Russie. «Même si une attaque russe contre la Norvège n'est pas probable, il faut que l'on réalise que nous avons un voisin à l'est qui est devenu plus dangereux et plus imprévisible», a déclaré le ministre norvégien de la Défense, Odd Roger Enoksen, lors d'une conférence de presse.

La Femen Inna Shevchenko alerte sur le sort des femmes en Ukraine

La militante féministe ukrainienne Inna Shevchenko, une des figures des Femen, alerte sur le sort des femmes en Ukraine, qui «prennent les armes», ou tentent de «fuir avec leurs enfants» et peuvent être la cible «de proxénètes à la frontière». «Les femmes sont très actives, elles sont au front, elles prennent les armes, elles aident, elles sauvent des vies et elles donnent la vie dans des abris antibombe ou dans des maternités, où elles sont bombardées», déclare la jeune femme de 31 ans, qui vit à Paris depuis près de dix ans.

Le nombre des réfugiés ukrainiens entrés en Pologne dépasse les deux millions

Le nombre des personnes arrivées d'Ukraine en Pologne pour fuir l'invasion russe a dépassé les deux millions ce vendredi 18 mars, ont annoncé les garde-frontières polonais.

Le Royaume-Uni retire sa licence de diffusion à la chaîne russe RT

Le régulateur britannique des médias a retiré ce vendredi 18 mars, la licence de diffusion de la chaîne d'Etat russe en anglais RT au Royaume-Uni, estimant qu'il n'était plus «adapté ni approprié» de la diffuser dans le pays après l'invasion de l'Ukraine.

Loin du tennis, l'ex tombeur de Federer garde Kiev en treillis et kalachnikov

L'ancien joueur de tennis ukrainien Sergiy Stakhovsky dans les rues de Kiev le 15 mars 2022.

En 2013, il battait à la surprise générale le grand Roger Federer à Wimbledon. Aujourd'hui, l'ancien tennisman Sergiy Stakhovsky patrouille avec treillis et kalachnikov dans Kiev, qu'il protégera «jusqu'au bout» face à l'armada russe.

Schwarzenegger dit «la vérité» aux Russes et à Poutine d'arrêter la guerre en Ukraine

L'acteur et ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger à l'Atlantic Festival de Washington (Etats-Unis), le 25 septembre 2019.

L'acteur et homme politique austro-américain Arnold Schwarzenegger s'est adressé au peuple russe pour lui «dire la vérité sur la guerre en Ukraine» dans une vidéo publiée jeudi sur les réseaux sociaux, dans laquelle il dénonce «la propagande et la désinformation» du Kremlin.

Risque de défaut : Moscou dit avoir remboursé 117 millions de dollars

La Russie a assuré ce jeudi 17 mars, avoir payé une première échéance de remboursement d'obligations, éloignant dans l'immédiat la possibilité d'un défaut de paiement, alors que ses avoirs à l'étranger sont gelés par des sanctions occidentales. «L'ordre de paiement sur le remboursement d'intérêts d'obligations (...) d'une valeur totale de 117,2 millions de dollars (...) a été effectué», a indiqué le ministère russe des Finances dans un communiqué.

La Bourse de Moscou : du sommet au crash, avec l'argent des Russes

La Bourse de Moscou avait terminé 2021 en grande pompe : de l'argent et des investisseurs à gogo, et en prime un podcast à succès. Jusqu'à l'offensive en Ukraine qui l'a conduite au crash et à une fermeture inédite. Le 24 février matin, la Bourse ouvre comme toujours. Mais le monde a changé : dans la nuit, les troupes russes sont entrées en Ukraine. L'indice Moex dévisse de 33%, près de 190 milliards de dollars s'évaporent en une journée et la Bourse décide le 25 février de fermer la plupart de ses activités.

Ukraine: une personne tuée lors d'une frappe à Kiev

Les débris d'un missile abattu au-dessus de Kiev ont entrainé ce jeudi 17 mars, la mort d'au moins une personne et fait trois blessés, ont indiqué les services de secours, l'armée russe ne relâchant pas la pression autour de la capitale ukrainienne. 

Lire la suite de l'article: Ukraine: une personne tuée lors d'une frappe à Kiev 

Ukraine: un théâtre bombardé, Biden traite Poutine de «criminel de guerre»

L'Ukraine a accusé ce jeudi 17 mars, la Russie d'avoir bombardé un théâtre dans lequel «plus d'un millier» de civils s'étaient réfugiés, tandis que le président Joe Biden qualifiait son homologue russe de «criminel de guerre». «A Marioupol, l'aviation russe a sciemment lancé une bombe sur le Théâtre dramatique dans le centre ville. L'immeuble est détruit», a déclaré mercredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky. «Le nombre de morts n'est pas encore connu».

Un navire battant pavillon panaméen coulé par des tirs russes en Mer Noire

Un navire marchand battant pavillon panaméen a été coulé par des tirs de missiles russes en Mer Noire, et deux autres ont été endommagés, a annoncé mercredi le 16 mars, l'administrateur de l'Autorité maritime du Panama, Noriel Arauz.

Pink Floyd, Madonna, The Cure, voix pour l'Ukraine

Madonna à Las Vegas le 19 mai 2013.

Condamnation de Madonna, tournée russe annulée par Iggy Pop, retrait de Pink Floyd des plateformes russes, appel aux dons de Sting, T-shirts caritatifs de The Cure: des initiatives en faveur de l'Ukraine émergent dans la sphère pop/rock.

Depuis sa mise en ligne sur son compte Instagram début mars, la vidéo de trois minutes cumule 2,2 millions de vues. Sting rejoue à la guitare acoustique, dans son studio accompagné d'un violoncelliste, son hit «Russians», titre de 1985 qui appelait à la désescalade et à la paix dans le monde.

Lire la suite de l'article: Pink Floyd, Madonna, The Cure, voix pour l'Ukraine

Elon Musk défie en duel Vladimir Poutine, avec l'Ukraine comme enjeu

Le milliardaire Elon Musk, fondateur de l'entreprise SpaceX, à Colonia, au Texas, le 10 février 2022.

Le fantasque milliardaire Elon Musk a défié le lundi 14 mars, le président russe Vladimir Poutine dans un «combat d'homme à homme» avec comme enjeu l'Ukraine, théâtre d'une offensive de l'armée russe depuis près de trois semaines.

«Je défie Vladimir Poutine dans un combat d'homme à homme. L'enjeu est l'Ukraine», a écrit sur Twitter le fondateur de l'entreprise spatiale SpaceX, sans préciser la forme que prendrait ce duel.

Lire la suite de l'article: Elon Musk défie en duel Vladimir Poutine, avec l'Ukraine comme enjeu

Ukraine: les principales mesures du plan d'aide

Remise sur le prix du carburant, aides aux entreprises énergivores, à l'alimentation animale ou pour réduire la dépendance aux matières premières provenant de Russie, voici un panorama des principales mesures du plan de résilience du gouvernement français, destiné à faire face aux conséquences économiques du conflit en Ukraine.

Remise de 15 centimes par litre de carburant:

Cette remise sera mise en place le 1er avril pour quatre mois et concerne aussi le gaz naturel véhicule et le GPL. Elle sera appliquée au niveau des grossistes en carburant.

Elle bénéficiera aux particuliers aussi bien qu'aux «professions qui utilisent beaucoup leurs véhicules», aux routiers, taxis, transporteurs sanitaires, agriculteurs, acteurs des travaux publics et pêcheurs.

«On souhaite qu'un effort supplémentaire soit fait par la filière», a dit le Premier ministre Jean Castex.

Aide pour le gazole de pêche:

Une «aide financière exceptionnelle» de 35 centimes par litre de gazole de pêche est instaurée jusqu'au 31 juillet. Le coût de la mesure est évalué «entre 20 et 25 millions d'euros».

Trois milliards pour les entreprises énergivores:

Une aide directe de l’État pouvant aller jusqu'à 25 millions d'euros est prévue jusqu'à la fin de l'année pour les entreprises très consommatrices pour permettre «la prise en charge de la moitié du surplus de leurs dépenses énergétiques», selon le Premier ministre.

Sont éligibles celles dont les dépenses de gaz et d’électricité représentent au moins 3% de leur chiffre d’affaires, dont la facture a augmenté d'au moins 40% depuis l'invasion russe de l'Ukraine et qui sont en perte d'exploitation de ce fait.

Aides à la trésorerie:

Les entreprises souhaitant souscrire un prêt garanti par l’État (PGE) d'ici au 30 juin pourront emprunter jusqu'à 35% de leur chiffre d'affaires, contre 25% jusqu'à présent. Du 1er juillet jusqu'à la fin de l'année, elles pourront souscrire un PGE allant jusqu'à 10% de leurs revenus, sous réserve de l'approbation de la Commission européenne.

Les prêts Industrie de bpifrance, d'une durée de dix ans, qui permettent par exemple aux entreprises de «changer d'outils de production pour ne plus employer du gaz», seront ouverts aux secteurs du bâtiment et des travaux publics.

400 millions d'euros pour les agriculteurs:

Une enveloppe allant jusqu'à 400 millions d'euros sur quatre mois est prévue pour aider les agriculteurs à faire face à la hausse du coût de l'alimentation animale.

Par ailleurs, face à la flambée du prix du gazole non-routier, le gouvernement prévoit un remboursement anticipé aux agriculteurs de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) de 2021 et un acompte de 25% sur celle de 2022.

Compenser les pertes des transporteurs:

Outre la remise carburant de 15 centimes, qui «représente une aide financière de près de 1 500 euros sur le plein d’un camion sur 4 mois», Jean Castex a annoncé un «complément d’aide au titre des pertes des dernières semaines» subies par les transporteurs. Les modalités doivent être définies avec le secteur.

Ukraine: le gouvernement français allège la facture énergétique des entreprises

Le gouvernement français a présenté mercredi son «plan de résilience» pour permettre aux entreprises du pays de faire face aux conséquences du conflit en Ukraine, en allégeant à court terme leur facture énergétique, et aussi des mesures destinées à rendre l'économie moins dépendante de la Russie.

Toutes les entreprises dont les dépenses d'électricité et de gaz représentent «au moins 3% de leur chiffre d’affaires, et qui pourraient faire des pertes sur 2022» bénéficieront de «la prise en charge de la moitié du surplus de leurs dépenses énergétiques», a annoncé lors d'une conférence de presse le Premier ministre Jean Castex.

Les dépenses énergétiques représentent des coûts importants pour les entreprises sidérurgiques, chimiques ou encore certaines activités agricoles.

L'opération militaire russe en Ukraine est un «succès»

Moscou ne laissera jamais l'Ukraine devenir une «tête de pont» menaçant la Russie

Ukraine: accueil réservé à l'Otan pour la mission demandée par Varsovie

De sérieuses réserves ont été émises mercredi à l'Otan sur l'envoi en Ukraine d'une «mission de paix protégée par des forces armées» réclamé par le vice-Premier ministre polonais, Jaroslaw Kaczynski, lors d'une visite à Kiev.

«Je pense qu'il est très difficile d'envisager une mission de paix maintenant qu'une guerre est en cours, avec l'intensité que nous observons», a déclaré la ministre de la Défense des Pays-Bas Kajsa Ollongren à son arrivée pour une réunion avec ses homologues de l'Alliance.

«Il est trop tôt pour en parler. Nous devons d'abord avoir un cessez-le-feu. Nous devons voir le retrait de la Russie et il doit y avoir une sorte d'accord entre l'Ukraine et la Russie», a-t-elle expliqué.

«Nous devons étudier toutes les possibilités pour aider l'Ukraine et c'est une des possibilités. Mais l'envoi d'une mission de maintien de la paix devrait être décidé par le Conseil de sécurité» de l'ONU, a pour sa part rappelé le ministre estonien Kalle Laanet.

Guerre en Ukraine: l'AIE craint un «choc» pour l'offre pétrolière mondiale

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) craint un «choc» sur l'offre pétrolière mondiale, à la suite des sanctions contre la Russie prises après son invasion de l'Ukraine, estimant que les barils russes ne pourront pas être facilement remplacés dans l'immédiat.

«La perspective de perturbations à grande échelle de la production russe menace de créer un choc mondial de l'offre pétrolière», écrit l'agence, qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique, dans un rapport mensuel.

La guerre en Ukraine a déjà créé une forte volatilité sur les marchés du pétrole, dont les cours se sont approchés de leurs records (le Brent a atteint 139,13 dollars le 7 mars) avant de refluer quelque peu.

La Russie est le plus gros exportateur mondial, avec 8 millions de barils par jour (mb/j) de pétrole brut et de produits raffinés à destination du reste du monde.

Si les États-Unis et le Royaume-Uni ont décidé un embargo sur le pétrole russe à la suite de l'invasion de l'Ukraine, le secteur de l'énergie est exclu des sanctions européennes notamment. Toutefois, l'AIE note que de nombreuses entreprises - compagnies pétrolières, courtiers, armateurs, banques - se sont d'elles-mêmes détournées de la Russie.

Elle estime que 3 mb/j de pétrole russe pourraient être indisponibles à partir d'avril, un volume qui pourrait augmenter si les sanctions deviennent plus sévères ou si les condamnations publiques de la Russie prennent de l'ampleur.

Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

«Un moment dangereux» pour Kiev 

Les frappes russes se multiplient à Kiev, la capitale, qui vit «un moment dangereux et difficile», a déclaré le maire de la ville, Vitali Klitschko, en décrétant un couvre-feu de mardi 20H00 (18H00 GMT) à jeudi 07H00 (05H00 GMT).

Une frappe contre un immeuble d'habitation a causé la mort d'au moins quatre personnes, selon le maire de Kiev, encerclée par les forces russes et vidée d'au moins la moitié de ses 3,5 millions d'habitants.

Les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène à Kiev

Les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène sont arrivés mardi soir à Kiev, pour affirmer «le soutien sans équivoque» de l'Union européenne à l'Ukraine, a annoncé le chef du gouvernement polonais sur Facebook.

«Nous devons faire cesser le plus rapidement possible cette tragédie», a écrit Mateusz Morawiecki.

Reprise des pourparlers

La quatrième session de négociations pour tenter de trouver une issue à la crise a repris mardi, a annoncé un haut responsable ukrainien, insistant sur la demande de cessez-le-feu formulée par Kiev.

Les discussions doivent se poursuivre mercredi, après une concession du président ukrainien Vlodymyr Zelensky, qui s'est prêt à renoncer à obtenir une adhésion de son pays à l'Otan, considérée comme un casus belli pour Moscou.

Dans un communiqué publié après un entretien entre le président du Conseil européen Charles Michel et le président russe Vladimir Poutine, ce dernier a toutefois jugé que Kiev ne montrait aucun signe d'un «engagement à trouver des solutions mutuellement acceptables».

Le président ukrainien a reconnu de son côté qu'il faudrait «encore plus de temps» pour des décisions conformes à l'intérêt de l'Ukraine.

Aide supplémentaire des Etats-Unis

Joe Biden va annoncer mercredi une assistance sécuritaire supplémentaire à l'Ukraine de 800 millions de dollars pour aider le pays à faire face à l'invasion russe, a indiqué mardi soir un responsable de la Maison Blanche.

Le président américain doit faire cette annonce après une intervention de son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky devant le Congrès des Etats-Unis. Cela porte «le total annoncé au cours de la seule semaine passée à 1 milliard de dollars», a précisé ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Un enfant réfugié chaque seconde

Le nombre de personnes ayant fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion par l'armée russe a atteint les trois millions, a indiqué un porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations à Genève.

A quasiment chaque seconde qui passe, un enfant en Ukraine devient un réfugié, a affirmé le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Un total de 97 enfants ont été tués depuis le début de la guerre, selon le président Zelensky.

20 000 personnes évacuées de Marioupol

Quelque 20 000 personnes ont pu quitter mardi Marioupol, grande ville portuaire du Sud-Est assiégée par les forces russes, en empruntant un couloir humanitaire, a annoncé la présidence ukrainienne.

Au total, environ 29 000 personnes ont été évacuées mardi de plusieurs villes ukrainiennes assiégées, selon la même source.

Deux journalistes dont un cameraman de Fox News tués

Deux journalistes, un cameraman irlandais de Fox News, Pierre Zakrzewski, et une Ukrainienne, Oleksandra Kuvshinova, qui l'accompagnait, ont été tués lundi près de Kiev dans une attaque qui a également fait un blessé parmi l'équipe de la chaîne de télévision américaine.

Biden à Bruxelles pour les sommets de l'UE et de l'Otan

Le président américain Joe Biden participera à la prochaine réunion des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE à Bruxelles le 24 mars, ainsi qu'à un sommet extraordinaire de l'Otan le même jour consacré à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ont annoncé Bruxelles et Washington.

Mardi soir, le vice-Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski a fait valoir à Kiev qu'une «mission de paix» de l'Otan, «protégée par les forces armées» pour aider l'Ukraine était nécessaire.

La Russie recrute des milliers de Syriens

La Russie a établi des listes de 40 000 combattants de l'armée syrienne et de milices alliées, prêts à être déployés en Ukraine, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Une amende pour la protestataire de la télé russe

Un tribunal de Moscou a infligé une amende à Marina Ovsiannikova, employée d'une chaîne de télévision russe qui a fait irruption pendant un journal télévisé pro-Kremlin pour dénoncer l'offensive en Ukraine.

Bien que remise en liberté, elle risque encore des poursuites au pénal passibles de lourdes peines de prison.

Le président français Emmanuel Macron a indiqué être prêt à lui offrir «une protection consulaire», soit à l'ambassade, soit en lui accordant l'asile.

Sanctions

L'Union européenne a interdit l'exportation en Russie de ses berlines de luxe, champagne, bijoux et autres articles prisés par les élites qui soutiennent Vladimir Poutine.

Londres a imposé des droits de douane punitifs sur la vodka et des gels d'avoirs contre plus de 370 personnes et entités, dont une cinquantaine d'oligarques.

De son côté, la Russie a décidé de quitter le Conseil de l'Europe, accusant l'Otan et l'UE d'en avoir fait un instrument au service de «leur expansion militaro-politique et économique à l'Est».

Elle a annoncé des sanctions contre le président Biden, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et plusieurs membres de leurs gouvernements.

Deux journalistes dont un cameraman de Fox News tués en Ukraine

Deux journalistes, un cameraman irlandais de Fox News et une Ukrainienne qui l'accompagnait, ont été tués lundi près de Kiev dans une attaque qui a également fait un blessé parmi l'équipe de la chaîne de télévision américaine, celle-ci évoquant un «jour déchirant» pour les journalistes couvrant la guerre en Ukraine.

Pierre Zakrzewski «a été tué à Horenka, près de Kiev», a indiqué mardi dans un communiqué la PDG de Fox News Media, Suzanne Scott, ajoutant qu'il était lundi avec le reporter Benjamin Hall «quand leur véhicule a été la cible de tirs».

Selon des médias locaux et des organisations de défense de la presse, la journaliste ukrainienne Oleksandra Kuvshinova, qui les accompagnait, a également été tuée.

La veille, Fox News avait annoncé que Benjamin Hall, un Britannique qui couvre habituellement le département d'Etat, avait été blessé dans cette attaque et hospitalisé. La chaîne n'avait pas mentionné d'autres victimes.

Basé à Londres, Pierre Zakrzewski était un habitué des théâtres de guerre - Irak, Afghanistan, Syrie - et se trouvait en Ukraine depuis le mois de février.

Il avait été récompensé en décembre par Fox News, notamment pour avoir «joué un rôle clé dans l'évacuation de nos pigistes afghans et de leurs familles après le retrait américain» du pays, a souligné Mme Scott.

Pierre Zakrzewski «risque sa vie dans les zones de conflits pour faire des reportages pour Fox News. Il produit, édite et filme sans repos et sous une pression immense», avait à l'époque expliqué la chaîne, saluant ses «connaissances inestimables» et son «éthique de travail impeccable».

«Guerre immorale»

Le Premier ministre irlandais Micheal Martin s'est dit «profondément choqué et triste par la mort du citoyen et journaliste irlandais Pierre Zakrzewski», dans un message sur Twitter.

Il a également condamné «cette guerre aveugle et immorale de la Russie contre l'Ukraine».

Sur Twitter, Reporters Sans Frontières a appelé les belligérants à «ne pas faire des journalistes des cibles de guerre».

L'International Press Institute, organisation de défense de la liberté de la presse basée à Vienne, a demandé aux «forces militaires de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer la sécurité des journalistes».

Ceux-ci sont «considérés comme des civils au regard des lois humanitaires internationales», a souligné l'IPI dans un communiqué.

«C'est un jour déchirant pour Fox News Media et pour tous les journalistes risquant leur vie pour informer», a regretté mardi Suzanne Scott, précisant que Benjamin Hall restait hospitalisé en Ukraine.

Il a été blessé aux jambes par des éclats d'obus et placé en soins intensifs, selon la procureure générale ukrainienne, Irina Venediktova.

Pierre Zakrzewski est le cinquième journaliste, et le deuxième étranger, tué depuis le début de l'invasion russe en Ukraine le 24 février.

L'Américain Brent Renaud a été tué par balle dimanche dans la banlieue nord-ouest de Kiev. Avant Oleksandra Kuvshinova, le journaliste ukrainien Evgueni Sakoun a été tué dans le bombardement de la tour de télévision à Kiev et son confrère Viktor Doudar a péri pendant des combats près de Mykolaïv (sud), selon les autorités ukrainiennes qui ont aussi dénombré plus de 30 blessés parmi les membres de la presse couvrant le conflit.

Au moins 636 civils ont été tués en Ukraine, d'après le dernier décompte de l'ONU, qui souligne que ses bilans sont probablement très inférieurs à la réalité.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a évoqué mardi un bilan de 97 enfants tués dans un discours devant le parlement canadien.

Au moins 3 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion, a par ailleurs indiqué mardi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Genève.

Ukraine: la Russie claque la porte du Conseil de l'Europe

La Russie a décidé mardi de quitter le Conseil de l'Europe, accusant l'Otan et l'Union européenne d'en avoir fait un instrument au service de «leur expansion militaro-politique et économique à l'Est», au 20e jour de l'invasion de l'Ukraine par les forces russes.

«La notification du retrait de la Fédération de Russie de l'Organisation» a été remise mardi à sa secrétaire générale Marija Pejcinovic Buric, a indiqué dans un communiqué le ministère russe des Affaires étrangères.

Ukraine: au moins quatre morts lors de bombardements à Kiev

Une frappe contre un immeuble d'habitation à Kiev a causé mardi la mort d'au moins quatre personnes, selon un nouveau bilan fourni sur son compte Telegram par le maire de la capitale ukrainienne Vitali Klitschko.

Au total, quatre explosions ont été entendues tôt mardi matin à Kiev, ville presque entièrement encerclée par les forces russes qui ont attaqué l'Ukraine le 24 février.

Des bâtiments et une station de métro ont été touchés, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Sur Facebook, les services d'urgence ont annoncé qu'une «frappe» avait atteint un immeuble de 15 étages dans le quartier de Sviatochine, dans l'Ouest de Kiev, provoquant l'incendie de tout le bâtiment. Ils ont précisé avoir pu sauver 27 personnes.

La Russie recrute des milliers de Syriens pour combattre en Ukraine

La Russie a établi des listes de 40 000 combattants de l'armée syrienne et de milices alliées, prêts à être déployés en Ukraine, a affirmé mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Alliée du régime de Bachar al-Assad en Syrie, la Russie a annoncé le 11 mars que les volontaires, y compris ceux venant de Syrie, étaient les bienvenus pour combattre en Ukraine aux côtés de l'armée russe qui a envahi ce pays voisin le 24 février.

Selon l'OSDH, des officiers russes, en coordination avec l'armée syrienne et des milices alliées, ont ouvert des bureaux d'enregistrement dans des zones tenues par le régime de Damas.

La Russie sanctionne Biden et plusieurs hauts responsables américains

La Russie a annoncé mardi des sanctions contre Joe Biden et plusieurs hauts responsables américains, dont le secrétaire d'Etat Antony Blinken, en réponse aux mesures punitives de Washington contre Moscou en lien avec l'Ukraine.

Cette mesure «est la conséquence inévitable du cap extrêmement russophobe que poursuit l'actuelle administration américaine», a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. Au total, 13 personnalités américaines sont visées par ces sanctions dont la nature exacte n'a pas été précisée.

Le parquet russe réclame 13 ans de prison contre l'opposant Navalny

Le parquet russe a requis mardi 13 ans de prison contre l'opposant Alexeï Navalny, ennemi juré du Kremlin et victime de la répression exacerbée des voix critiques du président Vladimir Poutine à l'oeuvre en Russie.

Le militant anti-corruption, âgé de 45 ans, est jugé depuis mi-février dans l'enceinte même de sa colonie pénitentiaire à 100 km à l'est de Moscou pour des accusations d'«escroquerie» et d'«offense» à un magistrat qu'il juge fictives.

C'est depuis ce tribunal improvisé derrière les barreaux que la procureure Nadejda Tikhonova a requis une nouvelle lourde sentence contre l'opposant, qui a survécu en 2020 de justesse à un grave empoisonnement dont il accuse le Kremlin.

Un cameraman de Fox News tué en Ukraine

La Banque centrale russe suspend l'achat d'or pour laisser la priorité aux particuliers

La Banque centrale russe a annoncé lundi suspendre ses achats d'or auprès des banques afin qu'elles puissent satisfaire la demande de la population pour ce métal.

«Afin de créer les conditions pour répondre à la demande de la population, la Banque de Russie suspend l'achat d'or auprès les établissements de crédit à partir du 15 mars 2022», a indiqué a la Banque de Russie dans un communiqué.

«Actuellement, la demande de la population pour l'achat de lingots d'or physiques a augmenté, en raison notamment de la suppression de la TVA sur ces transactions», a noté l'institution.

La Banque centrale de Russie a recommencé à acheter de l'or sur le marché intérieur des métaux précieux le 28 février 2022, près de deux ans après la suspension de ces opérations, après l'entrée des forces russes en Ukraine.

L'abolition de la TVA sur les achats d'or par des particuliers a ensuite été mise en place, dans la foulée de la chute du rouble à cause des sanctions occidentales imposée par les Occidentaux.

Cette mesure est destinée à éviter les achats par la population de devises étrangères, qui, en masse, affaiblissent encore la monnaie nationale.

D'importantes restrictions ont été introduites sur l'achat, le retrait et la sortie du territoire de devises étrangères.

Le rouble a perdu 40% de sa valeur depuis le début de l'intervention militaire.

Une partie des réserves de devises étrangères de la Banque centrale russes à l'étranger ont été gelées par les Occidentaux, limitant sa capacité d'action.

Ukraine: Moscou se refuse à tout «pronostic» sur les négociations avec Kiev

Le Kremlin a estimé mardi prématuré tout «pronostic» sur les négociations avec Kiev, qui doivent reprendre mardi, après qu'un conseiller de la présidence ukrainienne a jugé possible un accord de paix d'ici mai.

«Le travail entre les deux délégations (russe et ukrainienne) se poursuit par visioconférence, c'est un travail complexe, et le fait qu'il se poursuive est déjà positif», a estimé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

«Nous ne voulons pas faire de pronostics pour le moment», a-t-il ajouté, préférant «attendre d'avoir des résultats tangibles avant d'informer les populations des deux pays».

Auparavant, Oleksiï Arestovitch, un conseiller de la présidence ukrainienne, avait estimé possible qu'un accord de paix soit trouvé entre Moscou et Kiev.

«Je pense qu'au plus tard en mai (...), nous devrions très probablement parvenir à un accord de paix, et peut-être beaucoup plus rapidement», a-t-il indiqué sur une chaîne YouTube.

Interrogé lors d'un briefing presse sur le format d'un tel accord, M. Peskov a de son côté jugé qu'il «était également trop tôt pour en discuter publiquement». «Cela fait aussi partie des discussions».

La quatrième session de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie doit reprendre mardi après une «pause technique» lundi.

Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

«Un ouragan de famines»

Le secrétaire général de l'ONU a mis en garde contre les répercussions de la guerre livrée par la Russie en Ukraine, qui risquent de se traduire par «un ouragan de famines» dans de nombreux pays.

De son côté, le FMI a estimé que l'économie de l'Ukraine pourrait se contracter jusqu'à 35% si la guerre venait à s'enliser, et que le conflit mettait en danger la sécurité alimentaire mondiale.

Washington préoccupé par la position de Pékin

Les Etats-Unis jugent «profondément préoccupante» la position «d'alignement de la Chine avec la Russie» face à la guerre en Ukraine, a fait savoir lundi une haute responsable de la Maison Blanche, après une rencontre de plusieurs heures à haut niveau à Rome.

«Nous regardons de très près dans quelle mesure la Chine ou tout autre pays fournit une assistance à la Russie, que ce soit une assistance matérielle, économique ou financière», a dit lundi le porte-parole du département d'Etat Ned Price. «Nous avons fait savoir très clairement à Pékin que nous ne resterions pas sans rien faire».

Reprise des pourparlers mardi

La quatrième session de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie doit reprendre mardi, a rapporté un négociateur de Kiev.

«Nous faisons une pause technique dans les négociations jusqu'à demain» pour permettre «des travaux supplémentaires des sous-groupes de travail et la clarification» de certains termes, a-t-il déclaré.

Protestation en direct sur la télévision russe

Une femme a fait irruption lundi soir pendant le journal télévisé le plus regardé de Russie avec une pancarte critiquant l'offensive en Ukraine, une scène rarissime en Russie.

L'ONG de défense des droits des manifestants OVD-Info, qui présente cette femme comme Marina Ovsiannikova, une employée de la chaîne Pervy Kanal, a rapporté qu'elle avait été arrêtée et emmenée au commissariat.

Sur sa pancarte, on pouvait lire «Non à la guerre. Ne croyez pas la propagande. On vous ment, ici» ou encore «Les Russes sont contre la guerre».

L'utilisation du mot «guerre» par des médias ou des particuliers pour décrire l'intervention russe en Ukraine est notamment passible de poursuites. Des lois prévoient de lourdes peines (jusqu'à quinze ans de prison).

Risque de défaut de paiement

La Russie a accusé lundi l'Occident de vouloir provoquer un défaut de paiement artificiel par ses sanctions gelant les avoirs de Moscou à l'étranger, ravivant le souvenir de l'humiliant défaut de 1998.

Un quatrième train de sanctions européennes a été adopté lundi. Les sanctions internationales adoptées auparavant ont déjà gelé quelque 300 milliards de dollars de réserves russes à l'étranger.

«Contrôle total» des grandes villes

L'armée russe «n'exclut pas la possibilité de prendre le contrôle total des grandes villes qui sont déjà encerclées», a prévenu le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Ces derniers jours, les combats se sont intensifiés autour de Kiev, presque entièrement encerclée.

Tchernobyl: nouvelle coupure d'électricité

L'Ukraine a accusé l'armée russe d'avoir à nouveau coupé l'alimentation électrique du site nucléaire de Tchernobyl et d'avoir fait exploser des munitions près d'un réacteur de Zaporojie, les deux centrales étant sous contrôle de Moscou.

Plus de 2,8 millions de réfugiés

Plus de 2,8 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe, selon le dernier décompte publié par l'ONU, qui recense aussi environ 2 millions de déplacés à l'intérieur du pays.

Près de 150 000 personnes ont pu quitter des régions bombardées grâce à des couloirs humanitaires depuis le début de l'invasion, a affirmé lundi un haut responsable ukrainien.

L'UE sanctionne de nouveaux oligarques

L'Union européenne a décidé de sanctionner de nouveaux oligarques russes, notamment le milliardaire Roman Abramovitch, propriétaire du club anglais de football de Chelsea, ont indiqué des diplomates à l'AFP.

Un yacht d'un oligarque russe d'une valeur de près de 128 millions d'euros a été immobilisé lundi à Barcelone (Espagne) dans le cadre de ces sanctions, a annoncé dans la soirée le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez. «Et d'autres sont à venir», a-t-il prévenu, sans autre précision.

Conseil de l'Europe

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a demandé au Conseil de l'Europe «l'expulsion immédiate» de la Russie de cette organisation paneuropéenne de défense des droits humains, ce qui serait une première dans son histoire.

Le Comité des ministres de l'organisation doit se réunir jeudi pour en décider.

Procédure contre Moscou à la CIJ

La Cour internationale de justice (CIJ) a indiqué lundi qu'elle rendrait son verdict mercredi dans la procédure lancée par Kiev, qui demande à la Cour d'ordonner à Moscou d'arrêter son invasion de l'Ukraine.

L'Ukraine demande au plus haut tribunal de l'ONU des mesures urgentes ordonnant à la Russie d'arrêter son invasion, avant de se prononcer sur le fond de l'affaire, ce qui pourrait prendre des années.

Un journaliste britannique de Fox News blessé en Ukraine

Un journaliste britannique couvrant la guerre en Ukraine pour Fox News a été blessé et hospitalisé lundi près de Kiev, a indiqué la chaîne de télévision américaine sans préciser la gravité de ses blessures.

«Plus tôt aujourd'hui, notre correspondant Benjamin Hall a été blessé alors qu'il récoltait des informations en dehors de Kiev», a expliqué la chaîne dans un communiqué.

«Nous avons peu de détails pour l'instant, mais Ben a été hospitalisé et nos équipes sur le terrain tentent de rassembler des informations supplémentaires alors que la situation évolue rapidement», a-t-elle ajouté.

«C'est un rappel difficile pour tous les journalistes qui risquent leur vie chaque jour pour rapporter les informations depuis une zone de guerre», a souligné Fox News.

Benjamin Hall couvre le département d'Etat américain. Il avait pris ses fonctions il y a peu de temps après avoir été en poste à Londres.

L'Association des correspondants au département d'Etat s'est dite «horrifiée» par l'annonce, évoquant la «chaleur, la bonne humeur et le professionnalisme absolu» de Benjamin Hall.

La procureure générale ukrainienne, Irina Venediktova, avait auparavant annoncé sur sa page Facebook qu'un journaliste britannique blessé aux jambes par des éclats d'obus avait été hospitalisé en soins intensifs.

Elle avait également posté une photo de sa carte de presse officielle tout en cachant le nom et une partie du visage du journaliste blessé.

La veille, un journaliste américain avait été tué et un autre blessé par balles à Irpin, dans la banlieue nord-ouest de Kiev, théâtre de violents combats depuis plusieurs jours.

Brent Renaud, photographe et réalisateur indépendant de 50 ans, est mort d'une balle dans la nuque alors qu'il circulait en voiture, selon un médecin ukrainien.

Les autorités ukrainiennes ont rapidement accusé leurs ennemis russes d'avoir tiré, mais l'origine des tirs était difficile à établir.

Il est le premier journaliste étranger à être tué depuis le début de l'offensive russe. Un journaliste ukrainien était mort dans le bombardement russe de la tour de télévision de Kiev.

Une frappe ukrainienne fait au moins 20 morts à Donetsk

Les séparatistes pro-russes de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, ont affirmé ce lundi 14 mars, qu'une frappe ukrainienne avait causé la mort d'au moins 20 personnes et fait neuf blessés dans le centre de cette grande ville industrielle. Sur son compte Telegram, la défense territoriale de Donetsk a publié des photos montrant plusieurs corps ensanglantés gisant dans une rue, au milieu de débris. Selon cette source, les défenses anti-aériennes séparatistes ont intercepté un missile ukrainien dont les «débris» ont ensuite touché les victimes.

La Russie a demandé l'aide militaire de la Chine, selon le New York Times

La Russie a demandé l'aide économique et militaire de la Chine pour mener la guerre en Ukraine et contourner les sanctions occidentales, a affirmé  le New York Times, dans un article dénoncé ce lundi 14 mars, par Pékin. Selon le quotidien américain, qui a cité dimanche des responsables anonymes, la Russie a demandé à la Chine de lui fournir des équipements militaires pour la guerre, et une aide économique pour l'aider à surmonter les sanctions internationales. Ces responsables n'ont pas précisé la nature exacte de l'aide demandée, ni si la Chine avait répondu.

Aide chinoise à la Russie: Pékin dénonce la désinformation des Etats-Unis

La Chine a dénoncé ce lundi 14 mars, une désinformation de la part des Etats-Unis après que la presse américaine a rapporté que Moscou avait demandé une aide militaire et économique chinoise en réponse aux sanctions occidentales contre sa guerre en Ukraine. «Ces derniers temps, les Etats-Unis propagent des fausses nouvelles à l'encontre de la Chine», a déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, interrogé sur des informations du New York Times.

Le réseau social Instagram devenu inaccessible en Russie

Le réseau social Instagram, propriété du géant américain Meta, est devenu inaccessible ce lundi 14 mars, en Russie, qui l'accuse de propager des appels à la violence contre les Russes en lien avec le conflit en Ukraine. Le rafraîchissement dans l'application était impossible lundi matin, tandis que le site était inaccessible sans VPN, ont constaté des journalistes de l'AFP. Instagram se trouve désormais aussi sur la liste des sites en «accès restreint» publiée par le gendarme des télécommunication Roskomnadzor, y rejoignant les réseaux Facebook, Twitter et plusieurs médias critiques du pouvoir russe.

Ukraine: les médias chinois, caisse de résonance de Moscou

Tandis que s'étend la guerre en Ukraine, les médias en Chine présentent une version bien à eux de l'invasion russe, qui s'inspire largement de la rhétorique de Vladimir Poutine. Proche du président russe, le régime chinois se refuse depuis l'intervention du 24 février à employer le mot «invasion» et rejette la faute du conflit sur les Occidentaux et «l'expansion» de l'Otan.

L'Occident veut orchestrer un défaut de paiement «artificiel» de la Russie, selon Moscou

Le ministère russe des Finances a estimé ce lundi 14 mars, que les sanctions visant Moscou à cause du conflit en Ukraine visaient à provoquer un défaut de paiement artificiel de la Russie. «Les déclarations selon lesquelles la Russie ne peut remplir ses obligations concernant sa dette publique ne correspondent pas à la réalité», a dit le ministère dans un communiqué, relevant que «le gel des comptes en devises de la Banque de Russie et du gouvernement peut être vu comme le désir de pays étrangers de provoquer un défaut artificiel».

Retour au Nigeria de plus de 300 étudiants évacués d'Ukraine

Des étudiants nigérians évacués d'Ukraine à leur arrivée à l'aéroport Nnamdi Azikwe d'Abuja,le 4 mars 2022.

Un total de 301 Nigérians, pour la plupart des étudiants, évacués d'Ukraine sont arrivés samedi le 12 mars, à Abuja, portant à plus de 1 300 le nombre de Nigérians rapatriés dans leur pays depuis le début de la guerre en Ukraine le 24 février.

Les étudiants rapatriés se trouvaient à Sumy, dans le nord-est du pays, à quelque 350 km de Kiev, et ont réussi à quitter l'Ukraine pour prendre un avion.

Lire la suite de l'article: Retour au Nigeria de plus de 300 étudiants évacués d'Ukraine

Reprise des pourparlers Russie-Ukraine, la guerre touche l'Ouest ukrainien

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov (d) face à son homologue ukrainien Dmytro Kouleba, de dos, lors de leur rencontre à Antalya, en Turquie, le 10 mars 2022.

Une nouvelle session de pourparlers entre responsables russes et ukrainiens se tient lundi matin, sous des auspices plus positifs que les précédentes, même si le conflit s'est étendu ces derniers jours à l'ouest de l'Ukraine, aux portes de l'Otan.

Des milliers de militaires ont perdu la vie depuis près de vingt jours et le lancement de l'invasion russe du territoire ukrainien, le 24 février: Kiev faisait état samedi d'«environ 1 300» soldats ukrainiens tués, et Moscou de 498 morts dans ses rangs (unique bilan côté russe, annoncé le 2 mars), alors que le Pentagone parlait de 2 000 à 4 000 morts russes en 14 jours.

Lire la suite de l'article: Reprise des pourparlers Russie-Ukraine, la guerre touche l'Ouest ukrainien

Ukraine: un journaliste américain tué et un autre blessé (médecin, témoins)

Un journaliste américain a été tué et un autre blessé par balles dimanche à Irpin, à la lisière nord-ouest de Kiev, où les forces ukrainiennes combattent les forces russes, a-t-on appris de sources concordantes.

Les deux hommes ont été touchés à la mi-journée alors qu'ils circulaient en voiture avec un civil ukrainien, également blessé, a précisé à l'AFP Danylo Shapovalov, un médecin engagé auprès des forces ukrainiennes qui a pris en charge les victimes.

Les autorités ukrainiennes ont rapidement accusé leurs ennemis russes d'avoir tiré sur les journalistes, mais l'origine des tirs était difficile à établir dans l'immédiat.

Des journalistes de l'AFP qui se trouvaient dans cette zone dimanche y ont entendu des tirs d'artillerie et d'armes plus légères.

Un journaliste de l'AFP a vu le corps du journaliste tué, qui avait ses papiers d'identité sur lui, y compris une carte d'accréditation du New York Times.

Il s'agit de Brent Renaud, 50 ans, un photographe et réalisateur, a précisé dans un communiqué le journal américain. Il avait travaillé pour le New York Times dans le passé, mais ne travaillait pas pour lui en Ukraine, selon ce communiqué.

C'est le premier journaliste étranger mort depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.

L'autre journaliste américain, apparemment légèrement blessé, a de son côté témoigné dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Ukraine: le flot de réfugiés ralentit quelque peu en 24H00

Le flot de personnes fuyant le conflit en Ukraine s'est quelque peu ralenti vendredi pour approcher les 2,6 millions de réfugiés, deux semaines après l'invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine, selon le dernier décompte de l'ONU publié samedi.

2 597 543 réfugiés 

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) recensait exactement 2 597 543 réfugiés venant d'Ukraine sur son site internet dédié vers 11H00 GMT. Ce sont 92.650 de plus que lors du précédent pointage, soit bien moins que le nombre de personnes qui ont traversé la frontière ukrainienne chaque jour depuis le début du conflit.

Pour autant l'Europe n'avait pas connu de flot aussi rapide de réfugiés depuis la Deuxième guerre mondiale, selon le Haut Commissaire aux réfugiés Filippo Grandi.

Quatre millions de personnes pourraient vouloir quitter le pays pour échapper à la guerre, selon les premières prévisions de l'ONU, un chiffre qui devrait très certainement être révisé à la hausse, selon le HCR.

Avant ce conflit, l'Ukraine était peuplée de plus de 37 millions de personnes dans les territoires contrôlés par Kiev - qui n'incluent donc pas la Crimée annexée par la Russie, ni les zones sous contrôle des séparatistes pro-russes.

Ukraine: nouvel entretien téléphonique entre Scholz, Macron et Poutine (Elysée)

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont entretenus une nouvelle fois samedi avec le président russe Vladimir Poutine au sujet de la guerre en Ukraine, au lendemain du sommet de Versailles, a indiqué l'Elysée.

L'appel, commencé aux alentours de 12H00 (11H00 GMT) s'est achevé avant 14H00, a précisé la présidence française, ajoutant que M. Macron avait auparavant eu le président ukrainien Volodymyr Zelensky en ligne.

Dans une vidéo diffusée par la présidence ukrainienne, Volodymyr Zelensky a appelé samedi les dirigeants français et allemand à aider à faire libérer le maire de la ville ukrainienne de Melitopol, enlevé la veille par les Russes selon Kiev.

Ukraine : l'UE menace Moscou de nouvelles "sanctions massives"

Doublement des financements pour des armes à l'Ukraine, menaces de nouvelles sanctions «massives» contre Moscou, les Européens réunis en sommet à Versailles ont encore accru le vendredi 11 mars, la pression sur la Russie pour qu'elle cesse son offensive militaire. «Si (le président russe Vladimir) Poutine intensifie les bombardements, fait le siège de Kiev, s'il intensifie encore les scènes de guerre, nous savons que nous devrons prendre encore des sanctions massives», a déclaré le président français Emmanuel Macron à la presse à l'issue de deux jours de réunion avec les dirigeants européens.

Ukraine: Zelensky fait l'éloge des Polonais pour leur soutien

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait le vendredi 11 mars, l'éloge des Polonais dans un long message vidéo, saluant «l'union extrêmement forte» qui s'est forgée entre les deux pays suite à l'invasion russe de l'Ukraine. «Lorsque qu'on vous fait du mal, il est très important d'avoir quelqu'un sur qui s'appuyer. Et quand l'ennemi met le pied dans votre maison, quelqu'un qui vous tend la main. Le matin du 24 février, je n'avais aucun doute sur qui me dirait Frère, tu ne te trouveras pas seul face à l'ennemi», a déclaré le président ukrainien dans ce message adressé au président Andrzej Duda, au Parlement et au peuple polonais.

Les Etats-Unis et leurs alliés mettent la Russie au ban du commerce international

Les Etats-Unis et leurs alliés sont encore montés d'un cran dans l'escalade des sanctions contre Moscou, en ouvrant la voie à des tarifs douaniers punitifs et en asséchant les échanges avec le pays, en réponse à l'invasion de l'Ukraine. «Les États-Unis, nos alliés et partenaires continuent de travailler de concert pour accroître les pressions économiques sur (Vladimir) Poutine et isoler davantage la Russie sur la scène mondiale», a déclaré vendredi le président américain depuis la Maison Blanche.

Ukraine: le maire d'une ville du sud enlevé par des soldats russes

Le maire de Melitopol a été enlevé le vendredi 11 mars, par des soldats russes qui occupent cette ville du sud de l'Ukraine, ont affirmé des responsables ukrainiens, une information confirmée par le président Volodymyr Zelensky. «Un groupe de dix occupants a enlevé le maire de Melitopol Ivan Fedorov», a indiqué sur son compte Twitter la Rada, le Parlement ukrainien. «Il refusait de coopérer avec l'ennemi», a-t-elle ajouté.

Ukraine: Zelensky en appelle aux mères de soldats russes

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé ce samedi 12 mars, les mères de soldats russes à empêcher que leurs fils soient envoyés à la «guerre» en Ukraine. «Je veux le dire encore une fois aux mères russes. Particulièrement, aux mères de conscrits. N'envoyez pas vos enfants à la guerre dans un pays étranger», a déclaré M. Zelensky, dans une nouvelle adresse vidéo diffusée sur Telegram.

Ukraine: le cigarettier British American Tobacco se retire de Russie

Le cigarettier britannique British American Tobacco (BAT) se retire de Russie, estimant que sa présence n'y est «plus tenable dans l’environnement actuel», après avoir dit deux jours plus tôt qu'il restait dans le pays, et a révisé à la baisse ses prévisions de résultats. «Nous avons commencé (vendredi) le processus pour transférer rapidement nos activités russes dans le respect des lois internationales et locales», indique le groupe dans un communiqué ce vendredi 11 mars.

La F1 s'interroge sur les conséquences économiques de la guerre en Ukraine

Certains dirigeants d'écuries de F1 s'interrogeaient ce vendredi 11 mars, sur le plafond de dépenses qui leur est imposé, en réaction à la crise énergétique et à l'inflation dues à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. «Je pense que c'est un réel problème car on voit déjà une inflation extrêmement haute», a dit Christian Horner (Red Bull) en conférence de presse lors des essais de pré-saison de Bahreïn. «On en voit déjà les conséquences sur les prix du fret aérien.»

Ukraine: la Suisse interdit le survol de son territoire pour acheminer des armes

La Suisse, fidèle à sa doctrine de neutralité militaire, a décidé ce vendredi 11 mars, d'interdire le survol de son territoire à tous ceux qui souhaitent apporter un soutien militaire aux belligérants en Ukraine, a annoncé le gouvernement. «En lien avec l'agression russe contre l'Ukraine, le Conseil fédéral a décidé (...) que les demandes de survol du territoire suisse émanant de parties au conflit et d'autres États dans le but d'apporter un soutien militaire aux parties au conflit, notamment par la livraison de matériel de guerre, ne seraient pas acceptées», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Football: le propriétaire russe du Vitesse Arnhem vend ses parts

L'oligarque russe Valeri Oyf, propriétaire du club de football néerlandais Vitesse Arnhem, a décidé de vendre ses parts à cause de l'invasion russe de l'Ukraine, a annoncé ce vendredi 11 mars, le club, engagé en Ligue Europa Conference. «Valeri Oyf a décidé de vendre ses parts», a déclaré dans un communiqué le Vitesse Arnhem, ajoutant que l'actionnaire majoritaire démissionnait du conseil de surveillance du club avec effet immédiat.

Nouvelles sanctions canadiennes contre des oligarques russes, dont Abramovitch

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé ce vendredi 11 mars, de nouvelles sanctions contre des oligarques russes, notamment Roman Abramovitch, propriétaire du club anglais de football de Chelsea, en représailles à l'invasion de l'Ukraine par Moscou. «Aujourd'hui, on annonce des sanctions contre cinq personnes supplémentaires, dont Roman Abramovitch», a déclaré Justin Trudeau à des reporters à Varsovie, à l'issue d'un déplacement de six jours en Europe. «Ces personnes seront empêchées de faire des affaires au Canada et leurs avoirs seront gelés», a-t-il ajouté.

La Suède prévoit l'arrivée de jusqu'à 200 000 réfugiés d'Ukraine

La Suède prévoit que près de 75 000 réfugiés ukrainiens fuyant la guerre arriveront sur son sol dans les prochains mois, avec un scénario extrême allant au-delà des 200 000 arrivées, ont annoncé ce vendredi 11 mars, les autorités de l'immigration. L'arrivée de réfugiés ukrainiens dans le pays nordique s'est fortement accélérée ces derniers jours et l'Agence suédoise des migrations estime qu'actuellement environ 4 000 arrivent quotidiennement.

Ukraine: la Russie restreint l'accès à Instagram

La Russie a annoncé ce vendredi 11 mars, avoir restreint l'accès au réseau social Instagram, qu'elle accuse de propager des appels à la violence contre les Russes en lien avec le conflit en Ukraine. «A la suite de la requête du bureau du Procureur général, l'accès au réseau social Instagram (...) sera restreint en Russie», a déclaré le régulateur russe des télécommunications Roskomnadzor dans un communiqué.

Ukraine: la menace cyber russe toujours pas mise à exécution

Les Occidentaux s'attendaient, avant même le déclenchement de la guerre, à une avalanche de cyber-attaques russes contre l'Ukraine, voire contre eux-mêmes, mais la réalité reste à ce jour très en deçà des prévisions. La Russie, reconnue comme l'une des grandes puissances mondiales de la cyber-offensive, a institutionnalisé l'usage de l'arme cyber depuis des années, le plus souvent via des groupes criminels.

Londres sanctionne 386 élus de la Douma ayant soutenu l'invasion de l'Ukraine

La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss a annoncé ce vendredi 11 mars, des sanctions contre 386 députés de la Douma russe ayant soutenu l'invasion de l'Ukraine. Dans un communiqué, la ministre précise que ces élus, qui avaient voté pour reconnaître l'indépendance des régions séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk dans l'est de l'Ukraine, se voient frappés d'une interdiction de voyager et d'un gel de leurs avoirs au Royaume-Uni où ils ne peuvent plus par ailleurs faire d'affaires.

Poutine approuve l'idée d'envoyer des Syriens combattre contre l'Ukraine

Le Kremlin a jeté un pavé dans la mare ce vendredi 11 mars, se disant favorable au déploiement de combattants syriens en Ukraine, réponse, selon Moscou, à l'acheminement en soutien à Kiev de «mercenaires» à la solde des Occidentaux. La nationalité de ces guerriers présentés comme bénévoles ne doit rien au hasard. La Russie a apporté un soutien militaire considérable au régime syrien depuis l'automne 2015, appuyant ses forces contre celles de l'opposition et celles des jihadistes, sauvant de facto le pouvoir de Bachar al-Assad qui contrôle désormais l'essentiel de la Syrie.

La Russie engage des poursuites contre Meta pour «appel aux meurtres» de Russes

La Russie a annoncé ce vendredi 11 mars, engager des poursuites contre Meta pour «appel aux meurtres» de Russes, la maison mère de Facebook et Instagram ayant assoupli son règlement quant aux messages violents destinés à l'armée et aux dirigeants russes. Le puissant comité d'enquête de Russie a indiqué lancer ses investigations «du fait des appels illégaux aux meurtres de ressortissants russes de la part des collaborateurs de la société américaine Meta». Le Parquet russe a lui demandé de classer le géant de l'internet organisation «extrémiste» et de bloquer l'accès à Instagram dans le pays.

Ukraine: frappes russes sur un centre pour personnes handicapées près de Kharkiv

Un établissement pour personnes handicapées a été touché ce vendredi 11 mars, par des frappes russes, près de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, sans toutefois faire de victimes selon un premier bilan des services d'urgence. «L'ennemi a frappé aujourd'hui un établissement spécialisé pour personnes handicapées près d'Oskil», a indiqué sur Telegram le responsable de l'administration régionale, Oleh Sinegoubov.

Ukraine: Schröder perd son statut de membre honoraire de la fédération allemande de foot

La Fédération allemande de football (DFB) a retiré ce vendredi 11 mars, son statut de membre honoraire à l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder en raison de ses liens avec Vladimir Poutine et de grands groupes russes. «L'attaque de la Russie contre l'Ukraine est contraire au droit international et donc incompatible avec nos valeurs», a déclaré Rainer Koch, président par interim de la DFB, à l'agence de presse allemande SID, filiale de l'AFP.

Ukraine: La barre des 2,5 millions de réfugiés franchie en 2 semaines

La barre des 2,5 millions de personnes fuyant le conflit en Ukraine pour trouver refuge à l'étranger a été dépassée, deux semaines après l'invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine, selon le dernier décompte de l'ONU publié  ce vendredi 11 mars.

Ukraine: frappes russes sur les villes de Dnipro et Lutsk selon les autorités

Des frappes aériennes ont visé vendredi des zones civiles, faisant une victime à Dnipro, dans le centre de l'Ukraine, une ville épargnée jusqu'à présent par les forces russes, selon les services d'urgence ukrainiens.

Tôt le matin, «il y a eu trois frappes aériennes sur la ville, sur un jardin d'enfants, un immeuble résidentiel et une usine de chaussures à deux étages où un incendie s'est ensuite déclaré. Une personne est décédée», ont déclaré les secours ukrainiens dans un communiqué.

La ville de Lutsk, dans le nord-ouest de l'Ukraine, a également été visée par des frappes aériennes.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a annoncé que «les aérodromes militaires de Lutsk et d'Ivano-Franovsk (ville de l'ouest de l'Ukraine, ndlr), ont été mis hors service».

«Explosions du côté de l'aéroport. Tout le monde à l'abri! Ne publiez aucune photo, adresse ou coordonnées!», a averti pour sa part sur Facebook Ilhor Polichtchouk, le maire de la ville de Lutsk.

Les services de chauffage municipaux, Lutskteplo, ont également annoncé sur Facebook des interruptions «en raison des explosions».

Abramovitch: l'action du géant de l'acier Evraz suspendue à la Bourse de Londres

L'autorité britannique des marchés (FCA) a annoncé ce jeudi 10 mars, la suspension «temporaire» de l'action du géant de l'acier Evraz dont le milliardaire russe Roman Abramovitch, visé par des sanctions du gouvernement britannique, est le principal actionnaire. La FCA précise dans un communiqué que la décision a été prise «pour protéger les investisseurs dans l'attente de clarification sur l'impact des sanctions britanniques».

La Formule 1 suspend sa diffusion en Russie

Le promoteur du Championnat du monde de Formule 1 a rompu son contrat avec son diffuseur en Russie et bloqué dans le pays l'accès à sa chaîne officielle diffusée en ligne, a confirmé l'AFP auprès d'une source proche ce jeudi 10 mars. La rupture du contrat liant Formula One au diffuseur Match TV et le blocage de F1TV sont une nouvelle étape dans les sanctions symboliques imposées à la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février, après la suppression de son Grand Prix national et le remplacement du pilote russe Nikita Mazepin chez Haas.

La guerre en Ukraine fait bondir l'inflation aux États-Unis

L'inflation a continué son ascension en février aux États-Unis, et est désormais au plus haut depuis 40 ans, la flambée du prix de l'essence à cause de la guerre en Ukraine s'ajoutant aux problèmes persistants d'approvisionnement, compliquant encore la tâche pour la Maison Blanche. L'inflation s'est élevée en février à 7,9% sur un an, selon l'indice des prix à la consommation (CPI) publié ce jeudi 10 mars, par le département du Travail.

Spotify tire un trait sur ses abonnés payants en Russie

Le géant suédois de la musique en ligne Spotify tire un trait sur ses abonnements payants en Russie, rendus quasi impossibles par les sanctions sur les cartes bancaires et moyens de paiements dans le pays, a-t-il annoncé ce jeudi 10 mars. «Du fait des nouvelles restrictions mises en places par les principaux fournisseurs de paiement, la majorité des utilisateurs Premium en Russie ne peuvent plus effectuer leurs paiments», a affirmé à l'AFP un porte-parole du numéro un mondial des plateformes audio.

Ukraine: entretien des chefs de la diplomatie française et chinoise

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian s'est entretenu ce jeudi 10 mars, avec son homologue chinois Wang Yi de la situation en Ukraine, l'encourageant à «utiliser toute l'influence de la Chine pour pousser la Russie à mettre fin à la guerre». Le chef de la diplomatie française «a souligné les conséquences humanitaires catastrophiques de la guerre (...) et l'importance d'établir sans délai un cessez-le-feu afin de permettre l'acheminement d'une assistance humanitaire sûre et sans entrave au peuple ukrainien», selon un communiqué du ministère.

Sanctions : Poutine prévient de conséquences sur les prix énergétiques et alimentaires

Le président russe Vladimir Poutine a prévenu ce jeudi 10 mars, que les sanctions occidentales visant son pays en lien avec l'Ukraine allaient aggraver la crise énergétique et l'inflation des prix alimentaires à l'échelle mondiale. Alors que la morsure de ces mesures punitives commence à se faire sentir en Russie, avec notamment un effondrement du rouble, M. Poutine s'est voulu rassurant en soutenant qu'elles n'affecteraient pas durement ses concitoyens.

Bombardement d'une maternité en Ukraine: Macron condamne «un acte de guerre indigne»

Le président français Emmanuel Macron a condamné ce jeudi 10 mars, «avec la plus grande fermeté» le bombardement russe d'un établissement abritant une maternité et un hôpital pédiatrique à Marioupol en Ukraine, qui est «un acte de guerre indigne». L'«objectif manifeste» de ce bombardement était «de tuer des civils, femmes et enfants en particulier», a ajouté M. Macron, en se disant «inquiet» et «pessimiste» sur le conflit en Ukraine, avant un sommet de l'UE à Versailles, près de Paris.

Abramovitch parmi sept oligarques russes sanctionnés par le gouvernement britannique

Le milliardaire russe Roman Abramovitch.

La vente du club de football de Chelsea est suspendue en raison des sanctions annoncées jeudi par le gouvernement britannique contre son propriétaire russe Roman Abramovitch en représailles à l'invasion russe de l'Ukraine. Le propriétaire du club de Premier League figure parmi sept riches et influents Russes proches du Kremlin sanctionnés jeudi par le gouvernement britannique.

Lire la suite de l'article: Abramovitch parmi sept oligarques russes sanctionnés par le gouvernement britannique

La Russie juge «dangereuses» les livraisons d'armes à l'Ukraine

Le ministre russe des Affaires étrangères a jugé jeudi «dangereuses» les livraisons d'armes par les Occidentaux à l'Ukraine qui combat une invasion de l'armée russe, à l'issue de premiers pourparlers avec son homologue ukrainien. «Ceux qui gorgent d'armes l'Ukraine doivent bien sûr comprendre qu'ils porteront la responsabilité de leurs actes», a déclaré Serguei Lavrov devant la presse, dénonçant en particulier les livraisons de missiles sol-air portables.

Ukraine: la maternité de Marioupol servait de base à des nationalistes ukrainiens, selon Lavrov

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a justifié ce jeudi 10 mars, le bombardement d'une maternité dans la ville ukrainienne assiégée de Marioupol, dont le bâtiment servait selon lui de base à un bataillon nationaliste. «Cette maternité a été reprise depuis longtemps par le bataillon Azov et d'autres radicaux, et toutes les femmes en couches, toutes les infirmières et tout le personnel de soutien ont été mis à la porte», a assuré M. Lavrov à l'issue de pourparlers avec son homologue ukrainien en Turquie.

La Russie veut poursuivre le dialogue avec l'Ukraine

La Russie est disposée à poursuivre les négociations avec l'Ukraine dans le cadre du format existant au Bélarus, a indiqué ce jeudi 10 mars, le ministre russe des Affaires étrangères après sa première rencontre avec son homologue ukrainien. «La rencontre d'aujourd'hui a confirmé que le format russo-ukrainien au Bélarus n'a pas d'alternative», a dit Sergueï Lavrov après avoir discuté avec Dmytro Kouleba, une première depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.

La vente de Chelsea suspendue en raison des sanctions britanniques contre Abramovitch

La vente du club de football de Chelsea est suspendue en raison des sanctions prises par le gouvernement britannique contre le propriétaire russe du club de Premier League Roman Abramovitch, en représailles à l'invasion russe de l'Ukraine.

«Les restrictions liées au gel des avoirs s'appliquent également à toutes les entités détenues ou contrôlées par Roman Abramovich. Cela signifie que le club de football de Chelsea est désormais également soumis à un gel des avoirs en vertu des sanctions financières britanniques», a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

Ukraine: 17 adultes blessés dans le bombardement d'un hôpital pédiatrique à Marioupol

Plus de 140 000 réfugiés ont continué d'affluer d'Ukraine en 24 heures

Plus de 140 000 réfugiés sont venus s'ajouter aux deux millions de personnes qui ont déjà fui l'Ukraine et les combats déclenchés par l'invasion de l'armée russe, selon le dernier décompte de l'ONU publié mercredi.

2 155 271 réfugiés 

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) recensait exactement 2 155 271 réfugiés sur son site internet dédié vers 11H00 GMT. Ce sont 143 959 de plus que lors du précédent pointage mardi.

La barre des deux millions a été franchie la veille, seulement 12 jours après le début du conflit, faisant dire à Filippo Grandi, le Haut-commissaire aux réfugiés, que c'est le flux le plus rapide sur le continent européen depuis la Deuxième guerre mondiale.

Les autorités et l'ONU s'attendent à ce que le flot s'intensifie encore. Plusieurs tentatives d'ouvertures de couloirs humanitaires ont échoué depuis le début de la guerre mais un nouvel accord a été annoncé dans la matinée de mercredi.

Selon l'ONU, quatre millions de personnes pourraient vouloir quitter le pays pour échapper à la guerre. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a de son côté estimé que l'Europe pouvait s'attendre à recevoir cinq millions d'exilés, si le conflit se poursuit.

Avant ce conflit, l'Ukraine était peuplée de plus de 37 millions de personnes dans les territoires contrôlés par Kiev - qui n'incluent donc pas la Crimée annexée par la Russie, ni les zones sous contrôle des séparatistes pro-russes.

Pologne 

La Pologne accueille à elle seule plus de la moitié de tous les réfugiés qui ont fui depuis le début de l'invasion russe.

Au total, 1 294 903 sont présents dans ce pays, selon le décompte du HCR arrêté au 8 mars.

Depuis le 24 février, 1 330 000 personnes fuyant le conflit en Ukraine sont entrées en Pologne, dont 93% de citoyens ukrainiens, ont annoncé mercredi matin les garde-frontières polonais. La veille, mardi, ils ont enregistré 142 400 voyageurs.

Avant cette crise, la Pologne abritait déjà environ 1,5 million d'Ukrainiens venus, pour la plupart, travailler dans ce pays membre de l'Union européenne.

Hongrie 

La Hongrie accueille 203 222 personnes, soit un peu moins de 10% du total, selon des chiffres actualisés du HCR.

Le pays compte cinq postes-frontières avec l'Ukraine et plusieurs villes frontalières, comme Zahony, ont aménagé des bâtiments publics en centres de secours, où des civils hongrois viennent proposer vivres ou assistance.

Slovaquie 

La Slovaquie dénombre 153 303 personnes ayant fui l'Ukraine, selon le point actualisé du HCR arrêté au 8 mars.

Selon la police slovaque, 12 613 personnes ont franchi la frontière mardi.

Russie 

Le nombre de personnes ayant trouvé refuge en Russie continue de s'établir à 99 300 à la date du 8 mars, inchangé par rapport à la veille.

Le HCR note aussi que, entre le 18 et le 23 février, 96 000 personnes sont passées des territoires séparatistes pro-russes de Donetsk et de Luhansk en Russie.

Moldavie 

Après leur arrivée en Moldavie, petit pays de 2,6 millions d'habitants et l'un des plus pauvres d'Europe, une partie des réfugiés poursuivent leur route jusqu'en Roumanie ou en Hongrie, souvent pour retrouver de la famille.

Selon le décompte du HCR, 82 762 réfugiés ukrainiens étaient répertoriés dans le pays, selon des chiffres remontant à dimanche.

Roumanie 

En Roumanie, le HCR dénombre 85 444 réfugiés. Comme pour la Moldavie, de nombreux réfugiés décident de poursuivre leur route une fois en sécurité.

Ailleurs 

Le HCR a aussi précisé que 235 745 personnes, avaient poursuivi leur route, une fois la frontière ukrainienne franchie, vers d'autres pays européens.

Ukraine: Londres immobilise un jet privé présumé lié à la Russie

Le gouvernement britannique a indiqué mercredi avoir immobilisé un avion d'affaires à l'aéroport de Farnborough après avoir élargi ses sanctions contre des aéronefs russes, à la suite de l'invasion de l'Ukraine.

«Le gouvernement britannique a émis un avis aux navigants (NOTAM) pour empêcher un vol contesté de décoller de l'aéroport de Farnborough» (sud-est de Londres), a indiqué un porte-parole du ministère des Transports à l'AFP.

«Il restera à l'aéroport le temps que nous déterminions s'il tombe sous le coup de la récente législation interdisant tous les aéronefs liés à la Russie», a-t-il ajouté, précisant que le ministère collaborait avec l'autorité britannique de l'aviation civile (CAA).

Selon l'agence de presse PA, ce jet privé est soupçonné d'être lié à l'oligarque russe Eugene Shvidler, un ami de Roman Abramovitch, propriétaire du club de football anglais de Chelsea. Arrivé à Farnborough vendredi en provenance du New Jersey (Etats-Unis), il était censé décoller pour Dubai mardi.

Sous pression, McDo, Coca et d'autres symboles de l'Amérique quittent la Russie

Coca-Cola va suspendre ses opérations en Russie.

McDonald’s, Coca-Cola, Starbucks et quelques autres multinationales américaines pointées du doigt car elles tardaient à couper les ponts avec la Russie ont finalement cédé à la pression publique et suspendu leurs opérations dans le pays, en réaction à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe.

Lire la suite de l'article: Sous pression, McDo, Coca et d'autres symboles de l'Amérique quittent la Russie

Les femmes manifestent pour leurs droits, le regard tourné vers l'Ukraine

Une jeune femme sourit en recevant une tulipe offerte par un prêtre à l'occasion de la journée des droits des femmes, dans la gare de Przemyl (Pologne), où des centaines de réfugiés ukrainiens attendent une solution de relogement, le 8 mars 2022.

Du Pakistan à l'Espagne, des dizaines de milliers de femmes ont manifesté mardi le 8 mars, à travers le monde pour défendre leurs droits, alors que tous les regards sont tournés vers les files incessantes de femmes et d'enfants fuyant la guerre en Ukraine.

Dans la gare de Przemysl, en Pologne, à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne, que des milliers de réfugiés ukrainiens traversent chaque jour, un religieux franciscain offrait mardi des tulipes rouges et jaunes aux femmes tout juste arrivées.

Lire la suite de l'article: Les femmes manifestent pour leurs droits, le regard tourné vers l'Ukraine

Le foot anglais suspend sa diffusion en Russie

Logo de la Premier League devant son siège à Londres, le 13 mars 2020.

La Premier League a annoncé mardi le 8 mars, qu'elle suspendait ses contrats avec son diffuseur russe, une mesure symbolique prise en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine.

«La Premier League et ses (20) clubs ont pris aujourd'hui (mardi, NDLR) à l'unanimité la décision de suspendre notre accord avec le diffuseur russe Rambler (Okko Sport) avec effet immédiat», a déclaré l'organisateur du championnat anglais de football de première division dans un communiqué.

Lire la suite de l'article: Le foot anglais suspend sa diffusion en Russie

Banni, le foot russe contre-attaque devant la justice sportive

Les joueurs russes lors de leur match de qualifications pour la Coupe du monde contre la Slovénie, le 11 octobre 2021 à Maribor.

Privée jusqu'à nouvel ordre de toutes les compétitions internationales, la Fédération russe de football (FUR) a saisi mardi le 8 mars, la justice sportive, première contre-attaque du sport russe contre la cascade de sanctions prises après l'invasion de l'Ukraine.

Il reviendra donc au Tribunal arbitral du sport (TAS) de trancher ce litige inédit, dans un contexte politique qui a balayé en quelques jours la neutralité longtemps revendiquée par le monde sportif.

Lire la suite de l'article: Banni, le foot russe contre-attaque devant la justice sportive

Guerre en Ukraine : situation sur le terrain au 13e jour

Les forces russes poursuivaient mardi leurs bombardements au treizième jour de leur invasion de l'Ukraine, sans percée significative mais avec une aggravation des pertes civiles et un début d'évacuation des habitants de certaines villes sous le feu.

Les lignes de front ont peu évolué au cours des dernières 24 heures, la capitale Kiev restant sous contrôle ukrainien, tout comme Kharkiv (nord-est).

La Russie a annoncé lundi soir des cessez-le-feu locaux dans plusieurs villes à partir de 07H00 GMT mardi pour permettre l'évacuation de civils via des couloirs humanitaires, à l'issue d'une troisième session de négociations avec l'Ukraine.

Voici un point de la situation établi à partir d'éléments des journalistes de l'AFP sur place et de services d'urgence, ainsi que de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d'analystes et d'organisations internationales. Moscou pour sa part communique très peu sur son offensive.

Le Pentagone a affirmé lundi soir que les forces russes compensaient l'absence de progression notable ces derniers jours, à l'exception du sud, par une multiplication des bombardements et tirs de missiles sur les villes, provoquant «un impact de plus en plus important sur le bilan humain pour les civils».

L'Est

Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine (1,4 million d'habitants), à 50 km de la frontière russe, tenait toujours mardi malgré un encerclement et d'intenses bombardements russes, selon des observateurs occidentaux.

A Soumy, à 350 km au nord-est de Kiev, soumise depuis plusieurs jours à un pilonnage russe, au moins 21 personnes ont été tuées lundi soir dans des frappes aériennes, dont deux enfants, selon les autorités ukrainiennes. Une partie des habitants a pu commencer à quitter la ville grâce à un couloir humanitaire, selon les autorités régionales.

La ville d'Izioum (est) a également été le théâtre de violents combats, les forces russes ayant «bombardé des infrastructures civiles» avant de se replier, selon l'armée ukrainienne.

Moscou mène aussi une offensive à partir des territoires séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk (est), mais l'ampleur de leur avancée restait inconnue.

Kiev et le Nord

Kiev demeure sous contrôle ukrainien, malgré d'importants bombardements. Des observateurs occidentaux ont relevé la présence d'une colonne de centaines de véhicules russes au nord de la capitale, près de l'aéroport de Gostomel, autour duquel de violents affrontements ont été signalés.

La ligne de front se trouve désormais à 20 km de Kiev, selon des sources françaises.

L'Ukraine garde également le contrôle de Tcherniguiv, au nord de Kiev, dont le centre-ville a été pilonné ces derniers jours, provoquant la mort de nombreux civils.

Le Sud

Les troupes russes assiègent la ville portuaire de Marioupol, qui résiste encore. Des tentatives d'évacuation de quelque 300.000 civils ont échoué à plusieurs reprises, les deux camps s'en rejetant mutuellement la responsabilité.

Le gouvernement ukrainien a de nouveau accusé mardi la Russie d'avoir délibérément empêché par une nouvelle attaque «les enfants, les femmes et les personnes âgées de quitter la ville».

La prise de cette cité d'importance stratégique permettrait la jonction entre les forces russes en provenance de la Crimée annexée, qui menacent désormais Mykolaïv, plus à l'ouest, et les troupes séparatistes et russes dans le Donbass (est).

Odessa, où se trouve le principal port d'Ukraine sur la mer Noire, n'a pour l'instant pas été touchée.

Mais Washington considère que «les Russes veulent prendre Odessa», sans disposer «à ce stade d'aucune indication d'un possible mouvement» sur ce front, a indiqué lundi soir un haut responsable militaire américain.

L'Ouest

L'ouest de l'Ukraine est pour l'instant largement épargné par les combats. Sa plus grande cité, Lviv, est devenue une plaque tournante pour les missions diplomatiques, les journalistes et les Ukrainiens cherchant à se mettre en sécurité ou à fuir dans un pays voisin.

M. Zelensky a affirmé dimanche que des frappes russes avaient détruit l'aéroport de la ville de Vinnytsia, à quelque 200 kilomètres au sud-ouest de Kiev, bien au-delà de l'avant-garde des forces d'invasion.

Victimes

La Russie a annoncé le 2 mars son seul et unique bilan à ce jour, de 498 de ses militaires tués en Ukraine.

L'Ukraine et des observateurs occidentaux assurent de leur côté que le bilan est très nettement supérieur. Kiev affirme que plus de 11.000 militaires russes, y compris des officiers supérieurs, ont péri.

L'ONU a déclaré lundi avoir comptabilisé 406 civils tués en Ukraine, dont une vingtaine d'enfants, un bilan potentiellement largement sous-évalué.

Réfugiés

Plus de 2 millions de personnes ont déjà fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion le 24 février, dont plus de la moitié ont été accueillies en Pologne, selon le dernier comptage du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Ce nombre pourrait doubler dans les prochaines semaines, selon l'ONU.

106 millions d'euros collectés aux Pays-Bas

Plus de 106 millions d'euros ont été collectés aux Pays-Bas pour venir en aide aux victimes de la guerre en Ukraine, ont annoncé les associations humanitaires chargées de recueillir des fonds.

«Le compteur a affiché 106,2 euros à la fin de cette journée nationale d'action», indique  un collectif de onze associations dont la Croix-Rouge et l'Unicef Pays-Bas, précisant que le compte bancaire spécial sur lequel les dons ont été versés depuis le 1er mars restera ouvert.

Ukraine: au moins neuf personnes tuées dans un bombardement à Soumy

Au moins neuf personnes, dont deux enfants,  ont péri lundi soir dans une frappe aérienne sur la ville de Soumy, à quelque 350 km à l'est de Kiev, ont indiqué mardi les services de secours ukrainiens.

«Des avions ennemis ont attaqué insidieusement des bâtiments d'habitation», ont indiqué sur Telegram les services de secours, arrivés sur les lieux vers 23h00 locales. Soumy, proche de la frontière russe, est le théâtre de violents combats depuis plusieurs jours.

Ukraine: nouveau record du nickel qui passe brièvement au dessus de 100 000 dollars la tonne

Le prix du Nickel continuait sa course folle mardi matin pour atteindre de nouveaux records, grimpant même brièvement au dessus de 100.000 dollars la tonne en séance, les investisseurs craignant que la Russie ne puisse plus exporter sa production.

Vers 07H00 GMT, le prix du nickel montait de plus de 70% à 82.195 dollars la tonne. Il avait atteint le record absolu de 101.365 dollars la tonne peu après 06h00 GMT, après avoir déjà battu un record historique la veille.

Les marchés faisaient preuve de fébrilité face à l'impact économique imprévisible de la guerre en Ukraine, provoquant une flambée des prix des matières premières et une forte volatilité.

Si tous les métaux flambaient ainsi depuis le début de la semaine, le nickel, utilisé dans la production de véhicules électriques et dont la Russie est un grand producteur, connaît une hausse fulgurante.

«La Russie est le troisième producteur mondial de nickel et le premier producteur de produits primaires de nickel, tel que le nickel raffiné nécessaire aux batteries des véhicules électriques», rappelle Benjamin Louvet, analyste chez OFI AM.

«Pour l’heure, les principaux producteurs de métaux du pays ont été épargnés par les sanctions, mais beaucoup des entreprises de ce secteur sont dirigées par des oligarques proches de Vladimir Poutine», ajoute-t-il. «L’impact de telles sanctions pourrait être important, puisque 37% des exportations russes ont pour destination les PaysBas, et 16% l’Allemagne.»

Ukraine: 13 morts dans le bombardement d'une boulangerie, nouveaux pourparlers russo-ukrainiens

Au moins treize personnes ont été tuées lundi dans un bombardement sur Makariv, ville située sur l'un des grands axes menant à Kiev depuis l'ouest, alors que Russes et Ukrainiens entamaient un troisième round de négociations pour évacuer les civils des villes encerclées par l'armée russe.

Au douzième jour de l'invasion russe de l'Ukraine, les bombardements sur Makariv ont touché une boulangerie industrielle, selon les services de secours ukrainiens. Environ trente personnes s'y trouvaient, selon les services de secours ukrainiens.

Loin du conflit, des Ukrainiens et Russes à Maurice espèrent un cessez-le-feu

Andriy, un Ukrainien de 40 ans, a déménagé à Maurice il y a 12 ans.

Ekaterina Ramdhun est de ceux touchés par les dangers qui menacent la vie de leurs compatriotes et proches. Depuis quelques jours, cette Ukrainienne de 34 ans mariée à un Mauricien ne peut plus appeler sa mère, âgée de 58 ans, et son beau-père de 65 ans qui se trouvent dans un petit village du Nord près des frontières que l’Ukraine partage avec la Russie. 

«Je suis saine et sauve à Maurice mais ma famille est en danger en Ukraine. Depuis le 24 février, notre vie a été totalement bouleversée. J’ai une tante à Kiev et une autre à Kharkiv. Mon frère se trouve à Luhansk, dans l’est du pays avec son épouse et son enfant. Ils se cachent au sous-sol.» 

Lire la suite de l'article: Loin du conflit, des Ukrainiens et Russes à Maurice espèrent un cessez-le-feu

Plus de 1,7 million de réfugiés ukrainiens

Plus de 1,7 million de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe lancée le 24 février, selon les derniers décomptes de l'ONU lundi.

1 735 068 

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) recensait exactement 1 735 068 réfugiés sur son site internet dédié à 11H00 GMT. Ce sont 200.000 de plus que lors du précédent pointage dimanche.

Les autorités et l'ONU s'attendent à ce que le flot s'intensifie, notamment en cas d'ouverture de corridors humnaitaires qui doivent permettre en théorie aux civils encerclés dans des grandes villes de sortir.

«Plus de 1,5 million de réfugiés venant d'Ukraine ont traversé vers les pays voisins en dix jours - la crise de réfugiés la plus rapide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale», avait indiqué dimanche dans un tweet le Haut Commissaire aux réfugiés Filippo Grandi.

Selon l'ONU, quatre millions de personnes pourraient vouloir quitter le pays pour échapper à la guerre.

Avant ce conflit, l'Ukraine était peuplée de plus de 37 millions de personnes dans les territoires contrôlés par Kiev - qui n'incluent donc pas la Crimée annexée par la Russie ni les zones sous contrôle séparatiste.

Foot: Ukraine-France qualificatif pour l'Euro Espoirs officiellement reporté

Le match de l'équipe de France Espoirs en Ukraine pour les qualifications de l'Euro-2023, initialement prévu le 29 mars à Lviv (ouest), a été officiellement reporté par l'UEFA en raison de la guerre, a-t-on appris lundi auprès de la Fédération française de football.

Sur son site Internet, l'instance de gouvernance du football européen indique «match reporté» pour les deux rencontres des Espoirs ukrainiens qui étaient programmées durant la prochaine fenêtre internationale, en Arménie le 24 mars et contre la France le 29 mars.

L'UEFA avait dans un premier temps décidé de maintenir ces matches, sur terrain neutre. Mais les Espoirs ukrainiens, dont la grande majorité évolue dans des clubs locaux, sont dans l'incapacité de s'entraîner en raison du conflit armé déclenché par la Russie le 24 février.

L'amitié entre la Chine et la Russie «solide comme un roc», dit Pékin

L'amitié entre Pékin et Moscou est «solide comme un roc» a assuré ce lundi 7 mars, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, en dépit de la condamnation internationale de l'invasion russe de l'Ukraine. «L'amitié entre les deux peuples est solide comme un roc et les perspectives de coopération future sont immenses», a affirmé devant la presse M. Wang, précisant que la Chine était prête à participer «en cas de besoin» à une médiation internationale pour résoudre le conflit en Ukraine.

Ukraine: l'aluminium et le cuivre à de nouveaux records

Les métaux continuaient de flamber ce lundi 7 mars, face aux répercussions de la guerre russo-ukrainienne, l'aluminium dépassant pour la première fois la barre des 4 000 dollars la tonne tandis que le cuivre a atteint un nouveau plus haut historique. Vers 7H10 GMT, la tonne d'aluminium pour livraison dans trois mois a culminé à 4 026,50 dollars sur le marché londonien des métaux de base (London Metal Exchange, LME). La tonne de cuivre avait atteint quelques heures plus tôt un sommet historique à 10 845 dollars.

Ukraine: l'Australie exhorte la Chine à condamner la guerre

Le Premier ministre australien Scott Morrison a estimé ce lundi 7 mars, que la Chine se trouve face à «l'heure du choix» devant l'invasion de l'Ukraine par la Russie et a exhorté Pékin à mettre fin à son soutien politique et économique tacite à la guerre. «Aucun pays n'aurait plus grand impact en ce moment sur l'agression violente de la Russie envers l'Ukraine que la Chine», a déclaré M. Morrison à l'Institut Lowy, un groupe de réflexion sur la politique étrangère basé à Sydney. «La crise qui frappe actuellement l'Europe» met la Chine face à «l'heure du choix», a-t-il ajouté.

Washington accuse Moscou de recruter des Syriens pour combattre en Ukraine

La Russie recrute des mercenaires syriens ayant l'expérience de la guérilla urbaine pour combattre en Ukraine, a rapporté dimanche 6 mars, le Wall Street Journal, citant des responsables américains. Moscou, qui a lancé l'invasion de l'Ukraine le 24 février et a rencontré une résistance à laquelle elle ne s'attendait pas, a commencé ces derniers jours à recruter des combattants syriens pour les utiliser dans la prise de contrôle des zones urbaines, ont indiqué quatre responsables au quotidien américain.

Ukraine: l'armée russe bombarde Kharkiv et resserre l'étau sur Kiev

Un point de contrôle à l'entrée de la ville de Kiev.

L'armée russe poursuivait ce lundi 7 mars, son offensive tous azimuts en Ukraine, bombardant la deuxième ville du pays Kharkiv et tentant d'encercler la capitale Kiev, alors qu'une troisième séance de négociations russo-ukrainienne était prévue dans la journée, sans grand espoir de succès. L'aggravation du conflit entraînait lundi matin une poussée de fièvre sur les marchés internationaux, avec des hausses vertigineuses du pétrole et de l'or et une lourde chute des bourses en Asie.

Lire la suite de l'article: Ukraine: l'armée russe bombarde Kharkiv et resserre l'étau sur Kiev

Ukraine: le prix de l'once d'or dépasse les 2 000 dollars

L'or a dépassé les 2 000 dollars dans les échanges asiatiques lundi matin, les investisseurs se réfugiant dans cette valeur face aux craintes de l'impact de la guerre en Ukraine sur l'économie mondiale. Le métal précieux a atteint un pic de 2 000,86 dollars l'once, son plus haut niveau depuis septembre 2020. Les traders se sont précipités sur cette valeur-refuge alors que l'invasion de l'Ukraine par la Russie malmène les Bourses mondiales et fait flamber le pétrole à des prix inégalés depuis près de 14 ans, ajoutant une pression à la hausse à une inflation déjà élevée.

Face à un million de réfugiés ukrainiens, les Polonais répondent présents

Des réfugiés attendent des cars du côté polonais de la frontière avec l'Ukraine, à Medyka, le 6 mars 2022.

L'afflux en quelques jours de plus d'un million de personnes ayant fui l'invasion russe de Ukraine a poussé Nicolas Kusiak - comme des milliers d'autres Polonais - à se mobiliser pour leur offrir solidarité et soutien. Bénévoles, autorités, organisations humanitaires ou professionnelles et entreprises, ainsi que l'importante communauté ukrainienne déjà présente en Pologne proposent à ces réfugiés l'essentiel : repas, transport, et un lieu où se reposer et dormir, y compris dans leurs maisons.

Lire la suite de l'article: Face à un million de réfugiés ukrainiens, les Polonais répondent présents

Ukraine: Shevchenko en larmes à la télé italienne demande de l'aide

L'Ukrainien Andriy Shevchenko, alors entraîneur de Gênes, lors du match à domicile de la 15e journée de Serie A contre l'AC Milan, le 1er décembre 2021.

L'ex-international ukrainien et star de l'AC Milan Andriy Shevchenko a demandé à l'Italie d'aider son pays natal, l'Ukraine, lors d'une interview chargée en émotion diffusée le dimanche 6 mars, dans l'une des plus grandes émissions d'actualité du pays. «Je vous le demande: ouvrez vos cœurs à mon peuple, aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées qui ont tellement besoin de votre aide... Faites-leur ressentir ce que vous m'avez fait ressentir», a lancé, les larmes aux yeux, l'ancien joueur de 45 ans s'exprimant depuis Londres dans l'émission «Che Tempo Che Fa» de la RAI, la chaîne publique italienne.

Lire la suite de l'article: Ukraine: Shevchenko en larmes à la télé italienne demande de l'aide

L'aéroport de Vinnytsia dans le centre de l'Ukraine détruit par des frappes russes (Zelensky)

Des frappes russes ont détruit dimanche l'aéroport de la ville de Vinnytsia, à quelque 200 kilomètres au sud-ouest de Kiev, a annoncé le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

«Je viens d'être informé de frappes de missiles contre Vinnytsia», une ville qui compte près de 370.000 habitants, a déclaré M. Zelensky dans une adresse vidéo sur Telegram. «L'aéroport a été complètement détruit», a-t-il ajouté.

M. Zelensky a aussi reproché aux pays occidentaux leur refus d'imposer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine et leur réticence à livrer des avions de combat à l'Ukraine.

«Nous le répétons chaque jour: fermez le ciel au-dessus de l'Ukraine, fermez-le aux missiles russes, à l'avion russe de combat, à tous ces terroristes», a-t-il lancé.

«Nous sommes des humains et c'est votre devoir humanitaire de nous protéger», a-t-il poursuivi. «Si vous ne le faites pas, si vous ne nous donnez pas au moins des avions pour que nous puissions nous protéger, on ne peut en tirer qu'une conclusion: vous aussi vous voulez qu'on nous tue lentement!»

Les Russes se préparent à bombarder le port ukrainien d'Odessa (Zelensky)

Les troupes russes se préparent à bombarder Odessa, une ville stratégique et le principal port d'Ukraine, situé sur les bords de la mer Noire, a averti dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

«Ce sera un crime militaire. Ce sera un crime historique», a déclaré M. Zelensky dans un message vidéo, au moment où l'armée russe, partie de la Crimée annexée plus à l'est, poursuit sa progression dans le sud de l'Ukraine en pilonnant de nombreuses villes du pays.

«Les Russes sont toujours venus à Odessa et n'ont ressenti que de la chaleur et de la sincérité à Odessa», ville animée de près d'un million d'habitants et appréciée de longue date des touristes russes, a-t-il relevé.

«De quoi s'agit-il maintenant? Des bombes contre Odessa? De l'artillerie contre Odessa? Des missiles contre Odessa?» s'est-il indigné.

Jusque là, malgré les nombreuses sirènes d'avertissement, la célèbre station balnéaire sur la mer Noire est restée relativement épargnée par les frappes russes.

Mais comme toutes les grandes villes d'Ukraine, au 11e jour de l'offensive russe, Odessa était hérissée de barrages, la population préparant abris et centre de logistique pour appuyer les volontaires, a constaté une journaliste de l'AFP.

«Comme vous le voyez, la ville est vide, tout le monde reste chez soi», a déclaré à l'AFP Mykhaïlo Chmouchkovytch, adjoint au maire.

«Ca peut se produire à n'importe quel moment, et personne n'est jamais prêt pour ça, surtout moralement», a ajouté ce responsable.

M. Zelensky a par ailleurs exhorté les Russes à s'élever contre l'invasion russe de l'Ukraine et à faire un choix entre «la vie et l'esclavage».

«Citoyens russes ! Pour vous ce n'est pas qu'une lutte pour la paix en Ukraine. C'est aussi une lutte pour votre pays», a-t-il lancé.

Le président ukrainien a une nouvelle fois réclamé à ses alliés occidentaux de lui livrer des avions de guerre. Les Etats-Unis ont indiqué dimanche «travailler activement» à un accord avec la Pologne pour l'envoi de ces appareils.

Sanctions: la Russie craint l'essor d'un marché noir alimentaire

La Russie s'inquiète de l'apparition d'un réseau de revente de produits alimentaires de base, l’économie souffrant sous l'assaut des sanctions occidentales prises en représailles de l'entrée de l'armée russe en Ukraine. «Les plus grands réseaux de supermarchés fédéraux et régionaux ont décidé de minimiser le risque d'achat par des revendeurs de produits de base», a indiqué le ministère russe du Commerce et de l'Industrie dans un communiqué hier, samedi 5 mars.

La Moldavie demande aux Etats-Unis plus d'aide pour les réfugiés ukrainiens

La Première ministre de Moldavie Natalia Gavrilita a appelé ce dimanche les Etats-Unis à fournir davantage d'assistance humanitaire pour aider son pays à accueillir les réfugiés fuyant l'Ukraine, actuellement au nombre de 120 000 personnes. C'est beaucoup pour ce petit pays de 2,6 millions d'habitants, l'un des plus pauvres d'Europe, a-t-elle fait valoir auprès du Secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, en visite dans le pays.

Sanctions: la banque centrale russe intime la discrétion aux banques sur leurs bilans

La banque centrale russe a dit ce dimanche aux banques de ne plus publier leurs bilans financiers du fait des sanctions occidentales après l'invasion de l'Ukraine, qui menacent de décimer le secteur bancaire et les économies de la population. Certaines des plus grandes banques russes ont été coupées du système interbancaire international Swift, limitant leurs capacités de transaction avec l'étranger. La monnaie russe s'est, elle, écroulée et des restrictions sur l'achat de devises ont été imposées pour soutenir le rouble.

Ukraine: les professeurs français face à l'inquiétude des écoliers

«Expliquer ce qui se passe» mais ne pas montrer trop d'images et «rassurer»: face à l'actualité, les enseignants dans les écoles françaises s'efforcent de parler aux enfants de manière adaptée de la guerre en Ukraine, devenue un sujet de conversation aussi dans les cours de récréation. «Mardi matin, j'ai un élève qui m'a dit moi aujourd'hui, ça va pas, je comprends rien, est-ce qu'on peut parler de l'Ukraine ?», raconte Émilie Marsilio, enseignante dans une école primaire à Marseille (sud). «Je leur ai demandé ce qu'ils savaient sur le sujet. J'ai noté les réponses au tableau et on a commencé à parler. Ils ont donné des mots: Ukraine, Russie, Poutine, guerre, maisons brûlées, voitures, bombardements, sirènes, armée...», poursuit l'enseignante, qui a montré à ses élèves une carte publiée dans le journal pour enfants Le Petit Quotidien.

Ukraine: la ville de Marioupol annonce vouloir évacuer ses civils

Le port stratégique de Marioupol, assiégé par les troupes russes, a annoncé ce dimanche vouloir évacuer ses civils, au lendemain d'une tentative infructueuse à cause de la poursuite d'intenses bombardements russes. «L'évacuation des civils commencera à 12H00» (10H00 GMT), a indiqué cette municipalité de l'Est de l'Ukraine, sur Telegram, précisant qu'un corridor humanitaire sera mis en place jusqu'à la ville de Zaparojie, à environ trois heures de route et qu'un cessez-le-feu temporaire avait été conclu.

Le Canada recommande à ses ressortissants de quitter la Russie

Le Canada a appelé hier samedi 5 mars ses ressortissants à éviter tout voyage en Russie à cause du conflit armé en Ukraine et les Canadiens se trouvant en Russie à quitter le pays. Dans une mise à jour de ses conseils aux voyageurs, le ministère canadien des affaires étrangères a indiqué avoir augmenté le «niveau de risque» pour la Russie, demandant à ses ressortissants «d'éviter tout voyage en Russie en raison des impacts du conflit armé avec l'Ukraine». «Si vous êtes en Russie, vous devriez partir pendant que des options commerciales sont toujours disponibles», ajoute-t-il.

Ukraine: Zelensky annonce s'être entretenu au téléphone avec Biden

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé ce dimanche s'être entretenu une nouvelle fois au téléphone avec son homologue américain Joe Biden pour discuter du soutien financier américain à l'Ukraine et des sanctions contre la Russie. «Dans le cadre d'un dialogue permanent, j'ai eu une nouvelle conversation avec @POTUS (le président des Etats-Unis, ndlr). L'ordre du jour comprenait les questions de sécurité, le soutien financier pour l'Ukraine et la poursuite des sanctions contre la Russie», a écrit M. Zelensky sur Twitter.

Visa et Mastercard suspendent leurs opérations en Russie

Les géants mondiaux des cartes bancaires Visa et Mastercard ont annoncé hier, samedi 5 mars, qu'ils suspendaient leurs opérations en Russie après l'invasion de l'Ukraine, ce qui va empêcher les cartes émises par les banques russes de fonctionner à l'étranger et les cartes étrangères de fonctionner en Russie. «En raison du caractère sans précédent du conflit actuel et de l'environnement économique incertain, nous avons décidé de suspendre notre réseau de services en Russie», a indiqué Mastercard dans un communiqué, précisant qu'il continuerait à rémunérer ses quelque 200 employés dans le pays.

Étudiant en Ukraine | Comal Luchan: «J’ai été témoin de passages à tabac et du racisme»

Hier après-midi, le Mauricien s’est rendu chez un autre de nos compatriotes en Pologne où il résidera jusqu’à son rapatriement.

Il est arrivé en Pologne sain et sauf, mercredi, après quatre jours d’angoisse. Le Mauricien Comal Luchan, 27 ans, qui résidait à Dnipropetrovsk en Ukraine depuis deux ans, pour des études en dentisterie, a dû fuir son université samedi dernier par peur. Une décision prise en consultation avec ses parents à Maurice, précise-t-il. «J’ai dû commencer à penser comme un évadé dès la première attaque. Tout le monde était paniqué. Il m’a fallu deux jours pour trouver un moyen de transport hors de Dnipro jusqu’à Lviv.»

Lire la suite de l'article: Étudiant en Ukraine | Comal Luchan: «J’ai été témoin de passages à tabac et du racisme»

Slovaquie: le Mauricien Rodolfo Civera sensible aux périples de nos compatriotes en Ukraine

La file d’attente s’allonge à la frontière slovaque. Après avoir marché pendant plusieurs jours, la majorité des Ukrainiens, de même que des ressortissants d’autres nationalités fuyant le pays, s’accrochent et espèrent trouver refuge en Slovaquie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Slovaques ont la réputation d’être un peuple accueillant et ils le démontrent depuis le week-end dernier. C’est aussi le cas de Rodolfo Civera, ce Mauricien qui s’y trouve depuis bientôt trois ans. Il se dit prêt à recevoir ses compatriotes qui auront réussi à franchir la frontière.

Lire la suite de l'article: Slovaquie: le Mauricien Rodolfo Civera sensible aux périples de nos compatriotes en Ukraine

Les jours de guerre de Kevin Allagapen et de sa famille

Après des jours d’enfer, d’angoisse et de traumatisme, Kevin Allagapen, Tatiana et leur fils, Joey, âgé de deux ans et demi, ont pu arriver à bon port en Pologne. Une expérience qu’ils n’oublieront jamais. Bien au chaud et en sécurité dans l’appartement du mauricien Lougeshwar Dooluthsing, en Pologne, Kevin et Tatiana n’arrivent pas à croire qu’ils ont pu quitter l’enfer ukrainien. Retour sur cette expérience des plus traumatisantes qu’a vécu notre compatriote et sa famille.

Lire la suite de l'article: Les jours de guerre de Kevin Allagapen et de sa famille

Dans Tcherniguiv vidée par les bombes russes, quelques heures pour partir ou mourir

A chaque rafale de vent, des pans de murs, des bouts de meubles et des bris de verre se décrochent pour s'écraser au pied de ce qu'il reste des tours du centre de Tcherniguiv, éventrées la veille par un bombardement russe.

Les yeux rivés au sol, Sergei slalome pour les éviter, son sac de nourriture pour chat collé comme un bouclier sur sa poitrine.

«Il y avait des corps partout au sol. Ils faisaient la queue pour la pharmacie là ici et ils sont tous morts», témoigne dans un souffle ce survivant encore complètement désorienté par le hurlement continu des sirènes, avertissement d'une frappe imminente.

Tcherniguiv, ville clé du nord sur le chemin de l'incursion de la Russie vers Kiev, située à 120 km de la capitale, a tenu sept jours.

Au huitième, les forces russes ont montré qu'il ne s'agissait plus de livrer bataille, ou d'accentuer la pression, mais d'écraser la ville, convoquant les images de désolation plus vues depuis Grozny en Tchétchénie et 1995.

Jeudi midi, les jets russes, lancés depuis le Bélarus tout proche, se sont mis à vrombir, d'abord de loin, puis de plus en plus près.

Arrivés au-dessus du quartier résidentiel où se situait aussi une clinique, ils ont lâché une pluie de petits engins à hélices, virevoltant dans le ciel, des bombes à sous munitions, témoigne auprès de l'AFP un habitant, Serhiy Bludnyy, qui a collecté des restes, corroborant de nombreuses images de la frappe publiées sur les réseaux sociaux.

Le raid de moins de dix minutes sur ce quartier encore densément peuplé et sur deux écoles voisines servant de base arrière aux soldats a fait 47 morts, l'une des frappes les plus meurtrières depuis le début de la guerre, le 24 février dernier.

«Mais que veulent ces connards ?!» lâche le survivant, Serhiy Bludnyy, 48 ans, quand le grondement terrifiant des bombardiers fend de nouveau l'air.

L'armée russe, qui a déjà percé au nord-est depuis Soumy, tente d'opérer par la prise de Tcherniguiv la jonction avec l'axe offensif russe du nord, déjà présent aux abords de Kiev.

Cinq scénarios possibles dans le conflit Ukraine - Russie

Entrer en guerre est assez linéaire, en sortir est beaucoup plus improbable, conviennent les analystes du monde entier. Parmi les scénarios possibles en Ukraine, cinq reviennent régulièrement dans leurs projections, elles-mêmes frappées d'incertitudes.

Poutine tombe

C'est le scénario dont rêvent les Occidentaux. En frappant l'économie russe de sanctions élaborées depuis novembre, avec un nouveau train en cours de préparation, ils entendent fragiliser Vladimir Poutine jusqu'à provoquer sa chute.

L'armée pourrait décider de ne plus le suivre, le peuple se révolter face à une crise économique majeure, les oligarques s'éloigner après la saisie de leurs avoirs. Mais la perspective reste confuse.

«Un changement de régime en Russie peut sembler la seule porte de sortie dans cette tragédie. Mais (...) cela n'est pas plus susceptible d'améliorer les choses que de les empirer», écrit sur son compte Twitter Samuel Charap, chercheur à la RAND corporation.

«Le scénario d'un successeur libéral réformateur implorant le pardon pour les pêchés de Poutine serait génial mais ce serait génial aussi de gagner au loto», ironise-t-il.

Même prudence du côté d'Andrei Kolesnikov, du Carnegie Center, qui constate que Poutine, selon des analyses indépendantes, reste populaire. Et «pour le moment, la pression financière occidentale sans précédent» a transformé la classe politique russe et les oligarques «en supporters indéfectibles» de leur chef.

L'Ukraine soumise

C'est cette fois le scénario écrit par Poutine. L'armée russe est supérieure et pourrait le conduire à soumettre l'Ukraine. Mais les difficultés semblent à beaucoup insurmontables.

«C'est une guerre que Vladimir Poutine ne peut pas gagner, quelle que soit sa durée et la cruauté de ses méthodes, assure l'historien britannique Lawrence Freedman, du King's College de Londres. «Entrer dans une ville n'est pas la même chose que la tenir.»

Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), expose plusieurs alternatives.

Annexion pure et simple ? «Cela n'a peu près aucune chance de se produire» écrit-il. Division de l'Ukraine, comme la Corée ou l'Allemagne en 1945 ? A peine plus plausible, selon lui. Reste l'option où «la Russie parvient à battre les forces ukrainiennes et installer un régime fantoche à Kiev».

L'enlisement

Les Ukrainiens ont surpris les Russes, l'Occident, eux-mêmes peut-être, avec une mobilisation totale, même si destructions et pertes sont massives.

«L'Etat, l'armée, l'administration ne se sont pas effondrés», constate un diplomate occidental. Contrairement au discours de Poutine, «la population n'accepte pas les Russes comme des libérateurs», ajoute-t-il, évoquant «probablement dans la chaîne militaire russe des difficultés qu'il est trop tôt pour qualifier».

La résistance est en outre portée par Volodymyr Zelensky, un ex-comique devenu président de l'Ukraine qui a stupéfait le monde par son sang-froid et son courage.

Soutenues par les services de renseignement occidentaux et des livraisons d'armes, les forces ukrainiennes peuvent entraîner leur adversaire dans un conflit urbain destructeur mais où la connaissance du terrain sera décisive. Or l'expérience montre que les guérillas sont rarement défaites.

Le conflit s'étend

L'Ukraine partage ses frontières avec quatre membres de l'Otan jadis membres du bloc soviétique, pour lequel Poutine ne cache pas sa nostalgie. Après avoir absorbé le Bélarus, envahi l'Ukraine, peut-il regarder du côté de la Moldavie, petit Etat coincé entre l'Ukraine et la Roumanie, voire la Géorgie, sur la côte Est de la mer Noire ?

Moscou pourrait tenter de rompre les équilibres de sécurité européens et transatlantiques «en provoquant des incidents aux frontières de l'Europe» ou via notamment des cyberattaques, estime Bruno Tertrais.

Mais la Russie osera-t-elle défier l'Otan et son article 5, qui impose à l'alliance de répondre si un membre est attaqué ? «Peu probable tant les deux parties veulent l'éviter», avance Pascal Ausseur, ex-amiral, directeur de la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques (FMES).

Pour autant, «la rentrée de forces russes dans un pays de l’Otan, la Lituanie par exemple pour relier Kaliningrad (au Bélarus) reste envisageable», précise-t-il à l'AFP.

«Une méprise ou un accrochage sont également possibles aux frontières (européennes) de l'Ukraine ou en mer Noire, où de nombreux aéronefs et navires de guerre sont déployés dans un espace restreint et une ambiance électrique.»

La confrontation nucléaire

Poutine a fait monter les enchères en plaçant en «état spécial d'alerte» ses forces nucléaires dimanche dernier, déclaration à la fois inquiétante et sans substance réelle - une partie des armes nucléaires sont constamment utilisables en un rien de temps.

De là, deux types d'opinions. Celles portées notamment par Christopher Chivvis (Carnegie) pour qui une bombe, fut-elle «tactique» et donc d'impact localisé, pourrait être utilisée.

«Franchir le seuil nucléaire ne signifierait pas nécessairement (...) une immédiate guerre thermonucléaire mondiale. Mais elle constituerait un tournant extrêmement dangereux dans l'Histoire du monde», écrit-il.

D'autres, comme Gustav Gressel, du Conseil européen des relations internationales (ECFR), sont plus rassurants.

«Il n'y a pas de préparation côté russe pour une frappe nucléaire», estime t-il. Les annonces de Poutine «sont essentiellement destinées aux publics occidentaux pour nous faire peur».

Le pétrole russe ne trouve plus preneur

Une semaine après l'invasion de l'Ukraine, le pétrole russe peine à trouver des acheteurs, qui craignent l’opprobre, de possibles sanctions à venir et des complications logistiques, malgré les craintes pour l'approvisionnement du marché.

«Les échanges de pétrole brut sont toujours gelés, et nous estimons que 70% du marché» est paralysé, «avec un particulièrement gros impact sur les ventes maritimes», explique à l'AFP Livia Gallarati, analyste du cabinet Energy Aspects.

Pour l'instant, les sanctions occidentales contre la Russie ont pris peine d'éviter le secteur énergétique, crucial pour l'Europe : l'Allemagne importe par exemple 55% de son gaz de Russie. Pour le pétrole, la Russie est le deuxième exportateur mondial, derrière l'Arabie saoudite.

Mais si les livraisons déjà garanties via oléoduc se poursuivent, de nombreuses maisons de courtage et raffineries préfèrent se tenir éloignées du brut russe, malgré les tensions sur l'offre pétrolière.

Au risque de voir les prix grimper encore plus alors qu'ils volent de record en record: le baril de Brent, référence européenne du marché, coûte plus de 110 dollars, alors qu'il en coûtait moins de 65 il y a un an.

Outre le risque que les gouvernements changent d'avis sur les sanctions, les analystes soulignent la possibilité d'une condamnation publique des importateurs.

En Europe du Nord, la raffinerie finlandaise Neste «a presque entièrement remplacé le brut russe par d'autres sources, notamment venues de mer du Nord», explique le groupe dans un communiqué.

Le spécialiste suédois du bitume Nynas a également annoncé «arrêter les achats de matières premières d'origine russe».

Les forces russes sur le territoire de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie

Les forces russes occupent le territoire de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, touchée par des tirs dans la nuit, a indiqué l'inspection nucléaire ukrainienne, assurant cependant qu'aucune fuite radioactive n'avait été détectée.

Cette centrale, située dans le sud du pays, est la plus grande d'Europe. Selon Kiev, des tirs de chars russes sur la centrale ont mis le feu à un bâtiment consacré aux formations et à un laboratoire. Les secours ont pu éteindre l'incendie.

«Le territoire de la centrale nucléaire de Zaporojie est occupé par les forces armées de la Fédération de Russie», a indiqué l'organisme de l'Etat ukrainien chargé de l'inspection des sites nucléaires.

«Aucun changement sur le plan de la radioactivité n'a été constaté», a-t-il ajouté.

Selon la même source, le personnel s'assure du bon fonctionnement du site et des inspections sont en cours pour recenser les dégâts dus aux évènements de la nuit.

Des six blocs, le 1er est débranché, les 2, 3, 5, 6 sont en phase de refroidissement, tandis que le 2 est opérationnel. L'agence ne dit pas cependant quel était le statut des blocs avant l'attaque.

«La sécurité nucléaire est maintenant garantie», a affirmé dans la nuit sur Facebook Oleksandre Staroukh, chef de l'administration militaire de la région de Zaporojie. L'attaque n'a fait aucune victime, ont indiqué les secours ukrainiens sur Facebook.

Russie: accès restreint aux médias BBC, Deutsche Welle, Meduza et Svoboda

Les autorités russes ont restreint vendredi l'accès aux sites de quatre médias indépendants, dont l'édition locale de la BBC, renforçant encore leur contrôle sur l'information une semaine après le début de l'invasion de l'Ukraine.

Selon le régulateur russe des médias (Roskomnadzor), l'accès aux sites des éditions russophones de la BBC et de la radio-télévision internationale allemande Deutsche Welle (DW), du site indépendant Meduza et de Radio Svoboda, antenne russe de RFE/RL, a été «limité».

Roskomnadzor indique que ces décisions ont été prises à la demande du parquet le 24 février, soit le jour du déclenchement de l'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine.

Vendredi matin, les pages d'accueil de la BBC et de Deutsche Welle s'ouvraient par intermittence, mais certains articles consacrés à la guerre en Ukraine étaient inaccessibles, ont constaté des journalistes de l'AFP à Moscou.

Les pages d'accueil de Meduza et de Svoboda étaient complètement inaccessibles.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, GlobalCheck, service de veille contre la censure sur internet, avait déjà constaté des problèmes pour accéder à ces sites, ainsi qu'au réseau social Facebook, qui tourne au ralenti depuis plusieurs jours en Russie.

Deutsche Welle, RFE-RL et le service russophone de la BBC sont financés respectivement par Berlin, Washington et Londres. En Russie, leurs journalistes publient régulièrement des enquêtes critiques du Kremlin.

Le mois dernier, Deutsche Welle avait été interdit en Russie et ses reporters contraints d'arrêter de travailler. Mais son site continuait de fonctionner.

La Russie est régulièrement décrite par les ONG comme l'un des pays les plus restrictifs au monde en matière de liberté de la presse, mais la situation s'est aggravée depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

Les autorités russes ont notamment interdit aux médias d'utiliser des informations autres que les déclarations officielles sur ce sujet, et banni l'utilisation de mots comme «guerre» et «invasion».

Jeudi, après le blocage de leurs sites par les autorités, l'emblématique station de radio Ekho Moskvy (Echo de Moscou) a annoncé son auto-dissolution et la chaîne de télévision indépendante Dojd a dit suspendre son activité jusqu'à nouvel ordre.

Loin de s'arrêter là, le pouvoir prépare un durcissement de son arsenal répressif: un projet de loi, qui prévoit jusqu'à 15 ans de prison pour toute publication de «fake news» concernant l'armée russe, sera examiné vendredi à la Douma, chambre basse du Parlement russe.

Avec une Russie asphyxiée par les sanctions, l'hélium se raréfie

L'hélium est le deuxième élément le plus abondant dans l'univers mais pour les fabricants de semi-conducteurs ou les médecins, il est déjà difficile de s'en procurer, et les sanctions contre la Russie pourraient aggraver la situation.

Une usine en Sibérie est censée à terme produire un tiers de l'hélium dans le monde mais les Occidentaux ayant touché de plein fouet les systèmes de financement russes à la suite de l'invasion de l'Ukraine, les spécialistes du secteur s'inquiètent.

Plusieurs d'entre eux espéraient que cette usine russe réponde en partie aux difficultés d'approvisionnement causées par les problèmes sur un important site aux Etats-Unis.

«Le marché mondial va avoir besoin d'une nouvelle source (d'hélium) en Russie, ou dans un autre pays», explique Phil Kornbluth, un spécialiste de l'industrie de l'hélium.

Or si les sanctions imposées par les Occidentaux «restent en place sur une longue période, cela va devenir compliqué de faire des affaires avec la Russie», avance-t-il.

L'hélium est un gaz inerte utilisé pour gonfler les ballons ou, sous forme liquide, pour refroidir des éléments dans les scanners médicaux.

Il est aussi exploité dans la fabrication des semi-conducteurs, des composants essentiels dans tout appareil électronique mais devenus parfois durs à trouver depuis un an. Aux Etats-Unis, les constructeurs automobiles doivent encore régulièrement suspendre des lignes de production par manque de puces.

Les entreprises qui dépendent de l'hélium ne parviennent déjà pas à en trouver suffisamment, assure Rich Gottwald, directeur d'une fédération basée aux Etats-Unis représentant les sociétés spécialisées dans les gaz industriels et médicaux (Compressed Gas Association).

«Elles commencent à ressentir les effets de ce manque d'hélium sur leurs activités», a-t-il affirmé auprès de l'AFP.

La guerre en Ukraine met l'industrie automobile en suspens

Des usines à l'arrêt en Russie et une production ralentie en Europe: les constructeurs automobiles ressentent déjà les premiers effets de la guerre en Ukraine, et ils pourraient s'aggraver.

Alors que les sanctions commencent à toucher les banques ainsi que la logistique, la production ralentit en Russie. Le groupe AvtoVAZ, numéro un dans le pays et propriété du français Renault, a annoncé jeudi la suspension de ses usines pour quatre jours «en raison de problèmes d'approvisionnement en composants électroniques», qui manquent cruellement aux constructeurs depuis le début de l'année 2021.

L'immense site historique de Togliatti (sud), qui fabrique les Lada, va donc être arrêté. L'usine moscovite du groupe Renault, qui produit des SUV pour le marché local, est également à l'arrêt depuis le lundi 28 février.

Le groupe coréen Hyundai-Kia, numéro deux des ventes dans le pays, a aussi arrêté son usine de Saint-Pétersbourg jusqu'à la semaine du 7 mars, assurant que cet arrêt n'était pas lié à la guerre mais à la pénurie de composants.

Avec la guerre, la vente de véhicules est aussi suspendue en Ukraine, un petit marché qui s'était récemment détourné des marques russes pour acheter des voitures européennes ou asiatiques. Des troupes russes se trouvaient jeudi près de Zaporojie (sud-est), où se trouve l'unique usine automobile du pays et sa plus grande centrale nucléaire.

Ukraine: la plus grande centrale nucléaire d'Europe touchée par des frappes russes

La plus grande centrale atomique d'Europe, Zaporijjia, en Ukraine, a été touchée vendredi par des frappes de l'armée russe qui ont provoqué un incendie, mais sa sécurité est «garantie» selon Kiev, qui a accusé Moscou d'avoir recours à la «terreur nucléaire».

Selon Kiev, des tirs de chars russes sur la centrale ont mis le feu à un bâtiment consacré aux formations et à un laboratoire. Les services de secours ont indiqué avoir pu accéder au site et éteindre l'incendie vers 06H20 (04H20 GMT), après en avoir été un temps empêchés par les soldats russes.

«La sécurité nucléaire est maintenant garantie», a affirmé sur Facebook Oleksandre Staroukh, chef de l'administration militaire de la région de Zaporijjia. L'attaque n'a fait aucune victime, ont indiqué les secours ukrainiens sur Facebook.

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ce sont des chars russes qui ont ouvert le feu sur la centrale.

«Ces chars sont équipés de viseurs thermiques donc ils savent ce qu'ils font, ils s'étaient préparés», a-t-il affirmé dans une vidéo publiée par la présidence ukrainienne.

Les niveaux de radioactivité restent inchangés sur le site de la centrale, qui compte six réacteurs nucléaires et fournit une grande partie de l'énergie du pays, a indiqué de son côté l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), selon qui aucun équipement «essentiel» n'a été endommagé.

L'AIEA «appelle à cesser l'usage de la force et avertit d'un grave danger si les réacteurs sont touchés», a tweeté l'organisation.

M. Zelensky a accusé Moscou d'avoir recours à la «terreur nucléaire» et de vouloir «répéter» la catastrophe de Tchernobyl, la plus grave de l'Histoire en 1986.

«Nous alertons tout le monde sur le fait qu'aucun autre pays hormis la Russie n'a jamais tiré sur des centrales nucléaires. C'est la première fois dans notre histoire, la première fois dans l'histoire de l'humanité. Cet Etat terroriste a maintenant recours à la terreur nucléaire», a-t-il affirmé.

Neuf morts dans une frappe russe sur la ville ukrainienne de Tcherniguiv (gouverneur)

Neuf personnes ont été tuées dans une frappe russe sur deux écoles et des habitations de la ville ukrainienne de Tcherniguiv (nord), a annoncé jeudi le gouverneur de la région éponyme.

«L'aviation russe a attaqué deux écoles du quartier de Stara Podsoudovka, les sauveteurs travaillent. Selon les services d'urgence, un bilan préliminaire fait état de neuf morts et quatre blessés», a écrit le gouverneur Viatcheslav Tchaous sur son compte Telegram.

M. Tchaous a également publié des photos et une vidéo des frappes, sur lesquelles on voit des maisons détruites et les fenêtres brisées d'un bâtiment à deux étages, partiellement détruit. Des secouristes s'affairent au milieu des décombres.

Située à 140 km au nord-est de Kiev, Tcherniguiv avait été l'objet d'une attaque des troupes russes le 25 février, au lendemain de l'annonce de l'invasion par Moscou de l'Ukraine.

Tcherniguiv se trouve sur l'une des principales routes menant à la capitale, dans le viseur des troupes russes.

Environ 280.000 habitants vivent dans cette ville, l'une des plus anciennes d'Ukraine, réputée pour ses nombreuses églises orthodoxes.

La F1 rompt définitivement son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie

Le promoteur du championnat du monde de Formule 1 a annoncé jeudi rompre définitivement son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie, après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe.

«Formula 1 peut confirmer qu’elle a mis fin à son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie, ce qui signifie que la Russie n’aura plus de course à l’avenir», a indiqué le promoteur de la F1, Formula One, à la presse.

«La décision a été prise cette semaine dans le cadre des discussions qui ont suivi l’annonce de la semaine dernière concernant la course de 2022», est-il aussi indiqué.

Le GP de Russie 2022 prévu fin septembre a été annulé fin février après l’invasion russe en Ukraine. Il devait être le dernier organisé à Sotchi avant de déménager dès 2023 à Saint-Pétersbourg.

La décision de Formula One annoncée jeudi s’inscrit dans une série de mesures prises par différentes instances internationales à l’encontre du sport russe, après l’intervention militaire de la Russie en Ukraine.

Lundi, le Comité international olympique (CIO) avait recommandé de bannir Russes et Bélarusses des compétitions sportives, rompant ainsi avec une longue tradition de non-intervention dans les débats politiques ou géopolitiques.

La Fédération internationale de l’automobile (FIA) a, de son côté, décidé d’autoriser les pilotes russes ou bélarusses à participer sous drapeau neutre aux compétitions qu’elle régule, comme la Formule 1.

Toutefois, «aucune compétition internationale n’aura lieu en Russie et au Bélarus, jusqu’à nouvel ordre» et «aucun drapeau/symbole ou hymne de la Russie/Bélarus ne sera utilisé dans les compétitions internationales jusqu’à nouvel ordre», avait-elle aussi indiqué plus tôt cette semaine.

L’avenir même du pilote russe Nikita Mazepin en F1 est incertain, lié au sort du partenariat entre son écurie américaine Haas et son sponsor principal russe, le groupe Uralkali, spécialisé dans la production de potasse.

Pilote «payant» arrivé l’an dernier en F1, Mazepin est le fils du milliardaire et oligarque russe Dmitry Mazepin, actionnaire d’Uralkali, arrivé en même temps comme sponsor titre de l’équipe.

Sanctions sportives contre la Russie: qui a décidé quoi ?

Russes et Bélarusses bannis comme en football et finalement aux Jeux paralympiques, ou autorisés à concourir sous bannière neutre comme en judo et tennis ? Revue du traitement réservé à ces deux nations dans les compétitions sportives.

Ils bannissent

En football, la FIFA et l'UEFA ont ordonné dès lundi l'exclusion de la Russie au Mondial-2022 au Qatar (21 novembre-18 décembre) mais aussi de toutes ses sélections et tous ses clubs «jusqu’à nouvel ordre». Beaucoup lui ont emboîté le pas.

A commencer par World Athletics, la fédération internationale d'athlétisme, qui a annoncé mardi l'exclusion des Russes et Bélarusses «dans un avenir prévisible et avec effet immédiat». Aucun athlète russe ne participera aux Mondiaux en salle de Belgrade (18-20 mars) ni aux Championnats du monde d'Eugene (Oregon) en juillet.

Les fédérations de hockey sur glace (IIHF), de rugby (World Rugby), de badminton (BWF), de patinage (ISU), de canoë (ICF), de ski alpin (FIS) et d'escalade (IFSC) sont sur la même ligne. Lundi, la Fédération européenne de handball (EHF) avait exclu les équipes nationales ainsi que les clubs engagés dans des compétitions européennes comme la Ligue des champions.

En basket, la Fédération internationale de basket (Fiba) a aussi annoncé que les équipes russes ne seraient pas autorisées à participer à ses compétitions «jusqu'à nouvel ordre».

Enfin, l'Union cycliste internationale (UCI) a frappé fort en excluant les équipes russes et bélarusses de ses épreuves et en retirant son statut UCI à l'équipe professionnelle Gazprom/RusVelo, seule formation russe de haut niveau du peloton international.

Alors qu'ils avaient un temps autorisé la participation des biathlètes russes aux épreuves de coupe du monde sous bannière neutre, la fédération internationale (IBU) a finalement interdit la participation à ses compétitions des Russes et Bélarusses. Mais les Russes avaient déjà décidé de mettre un terme à leur saison.

Même revirement pour le Comité international paralympique (CIP), qui avait d'abord autorisé les Russes et Bélarusses à participer aux Jeux paralympiques de Pékin, qui s'ouvrent vendredi, avant de changer d'avis jeudi face aux menaces de boycott et aux tensions dans le village des athlètes.

Dans le centre de l'Ukraine, Dnipro s'organise en vue d'une attaque russe

Remplissant des sacs de sable et alignant des bouteilles pour en faire des cocktails Molotov, des bénévoles se préparent dans la ville ukrainienne de Dnipro (centre-est) à faire face à un éventuel assaut des troupes russes.

Centre industriel situé sur la rive occidentale du Dniepr, un fleuve qui marque la séparation entre l'Est et le centre de l'Ukraine, Dnipro n'a pas été la cible pour l'instant de bombardements de l'armée russe, contrairement à d'autres villes du pays.

Mais une petite armée de civils s'est déjà constituée.

Judo: les Russes pourront concourir sous bannière neutre

La Fédération internationale de judo (FIJ) autorise les Russes à participer à ses compétitions sous bannière neutre mercredi, sans mentionner les Bélarusses, refusant ainsi le bannissement pur et simple décrété par une grande partie du monde sportif.

L’ancien ambassadeur Shyam Khemloliva: «L’inde pourrait aider à rapatrier les Mauriciens»

Des Mauriciens sont toujours bloqués en Ukraine. Cette situation inquiète leurs parents, qui peinent, par moments, à avoir de leurs nouvelles. Certains ont même pris contact avec l’ancien ambassadeur de Maurice à Moscou et ancien maire de Quatre-Bornes, Shyam Khemloliva. «Plusieurs étudiants mauriciens se trouvent là-bas. Et aussi ceux qui s’y sont mariés et qui ont élu domicile en Ukraine.» Face à cette situation, il propose une solution au ministère des Affaires étrangères. «L’Inde organise des vols spéciaux pour rapatrier ses compatriotes. Pourquoi le ministre ne négocie-t-il pas avec le gouvernement indien pour que ces Mauriciens puissent être acheminés jusqu’à New Delhi ? De là-bas, le gouvernement peut trouver un avion et les aider à regagner l’île.»

Le métro de Kiev, ultime refuge pour une population sous les missiles

Dans le métro de Kiev, un soldat ukrainien blessé laisse tomber ses béquilles au sol, essuie les larmes sur le visage de sa femme bouleversée et prend son fils de cinq ans dans les bras. Dans la moiteur du souterrain, Sergeïi et Natalyia Badylevytch célèbrent ainsi leurs retrouvailles. Ils avaient été séparés mardi dans les scènes de chaos qui ont suivi la chute d'un missile russe sur la tour de la télévision d'Etat ukrainienne, à quelque centaines de mètres de là. L'attaque a tué une famille de quatre personnes et un journaliste. Sergeïi, qui boîte en raison d'une jambe cassée, avoue qu'il a craint le pire pour sa famille. «Hier ils sont sortis et deux minutes après il y a eu l'explosion», raconte l'homme de 41 ans, butant sur les mots à cause du stress. «J'ai appelé ma femme pour lui dire de rentrer à la maison, mais quelqu’un d'autre dans la rue lui a hurlé de rejoindre l'abri». «Je ne savais absolument pas si elle était en vie», ajoute-t-il, regardant sa femme qui tente pour sa part de faire cesser le tremblement de ses mains.

Ukraine: la radio russe Ekho Moskvy se saborde après avoir été interdite d'antenne

La radio indépendante russe Ekho Moskvy (Echo de Moscou), figure historique du paysage médiatique russe, a annoncé ce jeudi 3 mars, son auto-dissolution, après son interdiction d'antenne par les autorités du fait de sa couverture de l'invasion de l'Ukraine. «La majorité du conseil d'administration d'Ekho Moskvy a pris la décision de dissoudre la radio et le site internet d'Ekho Moskvy», a écrit sur son compte Telegram son rédacteur en chef, Alexeï Venediktov.

Ukraine: Russes et Bélarusses finalement exclus des Jeux paralympiques

Moins de 24 heures pour changer d'avis: sous la pression, le Comité international paralympique (CIP) a finalement décidé d'exclure les sportifs russes et bélarusses des Jeux d'hiver qui démarrent vendredi à Pékin. Saisi à la suite de l'invasion russe en Ukraine à laquelle collabore le Belarus, le CIP avait annoncé le mercredi 2 mars, que ces sportifs pourraient participer aux Jeux sous bannière neutre, une décision contestée dans plusieurs pays.

L’Allemagne va livrer 2 700 missiles antiaériens supplémentaires à l'Ukraine

L'Allemagne a décidé d'accroître ses livraisons d'armes à l'Ukraine en guerre en lui dépêchant 2 700 missiles antiaériens supplémentaires, a indiqué ce jeudi 3 mars, à l'AFP une source gouvernementale. Le gouvernement «a approuvé un soutien supplémentaire à l'Ukraine», a souligné cette source, en parlant de missiles de type STRELA, de fabrication soviétique et qui proviennent des stocks de l'armée de l'ancienne Allemagne de l'Est communiste, intégrés dans l'armée nationale suite à la réunification allemande en 1990.

Twitter bloque à son tour les médias russes RT et Sputnik en Europe

Le réseau social Twitter a à son tour bloqué les comptes des médias russes RT et Sputnik dans l'Union européenne, conséquence d'une interdiction décidée par les Etats membres et entrée en vigueur le mercredi 2 mars. Ces deux médias sont accusés d'être des instruments de «désinformation» de Moscou dans sa guerre contre l'Ukraine, selon la décision des Etats membres de l'UE. Il est désormais impossible de consulter les différents comptes Twitter de RT et Sputnik. Quand on essaie, la mention «Compte à accès restreint» s'affiche.

L'invasion russe en Ukraine, un désastre militaire selon des experts américains

L'invasion initiale de l'Ukraine par l'armée russe s'est révélée une erreur tactique et stratégique surprenante, marquée par des pénuries de nourriture et de carburant, l'abandon de véhicules armés, la perte d'avions et la mort de soldats, estiment des experts américains. Mais les déceptions des premiers jours, avec une sous-estimation de la détermination des Ukrainiens à se défendre, pourraient conduire Moscou à décider de libérer toute sa puissance et détruire sans discernement de larges pans du pays, ajoutent-ils.

Un million de réfugiés ont fui l'Ukraine en une semaine

Arrivée d'un réfugié ukrainien à la gare principale de Berlin.

Un million de réfugiés ont fui l'Ukraine à destination des pays voisins depuis le début de l'invasion russe il y a une semaine, a affirmé ce jeudi le haut-commissaire des Nations unies aux réfugiés, Filippo Grandi. «En seulement sept jours, nous avons assisté à l'exode d'un million de réfugiés depuis l'Ukraine vers les pays voisins», a tweeté M. Grandi. «Pour des millions d'autres, à l'intérieur de l'Ukraine, il est temps que les armes se taisent pour que l'assistance humanitaire puisse arriver et sauver des vies», a-t-il imploré.

Présidentielle: Macron appelle les Français à faire front face à la guerre en Ukraine

Le président Emmanuel Macron le 28 février 2022 sur le perron de l'Elysée à Paris.

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français le mercredi 2 mars, sur la guerre en Ukraine, les assurant qu'il ferait tout pour les «protéger» des conséquences du conflit, reconnaissant que cette crise venait «percuter» la campagne présidentielle à 39 jours du scrutin. Lors d'une allocution télévisée, le chef de l'Etat a déclaré que la France se «tenait» aux côtés de l'Ukraine, sept jours après le début de l'invasion russe que «nous avons tout fait pour éviter». Il a salué le fait que la France et ses alliés aient «pris de manière rapide et proportionnée des sanctions à l'égard de la Russie» tout en affirmant que «nous ne sommes pas en guerre contre la Russie».

Ukraine: une guerre pour redéfinir la carte géopolitique

Après la crise pandémique qui a ébranlé le monde, démoli son architecture économique et entraîné la mort de 16,5 millions de personnes, nous voilà plongés dans une guerre appelée à être longue, aux conséquences multiples et susceptibles d’entraîner la population dans une profonde instabilité tant politique qu’économique. 

Lire la suite de l'article: Ukraine: une guerre pour redéfinir la carte géopolitique

Guerre en Ukraine: des chiffres et des êtres

Des membres de l’unité de défense civile ukrainienne font passer des fusils de l’autre côté d’un pont détruit à Kiev, hier.

L’armée russe continuait, hier, mardi 1 mars, de se déployer pour tenter de prendre le contrôle de Kiev. Or, de nombreux Ukrainiens n’hésitent pas une seconde à défendre leur patrie. C’est le cas d’Anton Kriuchkov, qui était en vacances à Maurice, mais a repris l’avion hier pour s’engager sur le front. Comme lui, d’autres ne peuvent pas rester les bras croisés. Les Mauriciens Fabrice Selvon, de Belgique, et Ashraf Jandoo, de Pologne, ouvrent grandes leurs portes pour accueillir ceux qui fuient la guerre.

Lire la suite de l'article: Guerre en Ukraine: des chiffres et des êtres

Ukraine: prise de Kherson par l'armée russe, discussions sur un cessez-le-feu

Trois hommes devant des ruines provoquées par un bombardement des forces russes à Jitomir, en Ukraine, le 2 mars 2022.

Une semaine après le lancement de leur opération, les forces russes ont pris Kherson, grande ville du sud de l'Ukraine, peu avant une deuxième session de discussions ce jeudi matin sur un cessez-le-feu entre négociateurs russes et ukrainiens.

Lire la suite de l'article: Ukraine: prise de Kherson par l'armée russe, discussions sur un cessez-le-feu

Ukraine: 498 militaires russes tués, selon un premier bilan du ministère de la Défense russe

La Russie a dévoilé ce mercredi son premier bilan de militaires russes tués dans l'offensive en Ukraine, en annonçant la mort de 498 de ses soldats et précisant que 1 597 autres y ont été blessés. «Malheureusement (...) nous avons eu des pertes. 498 militaires russes sont morts (...) 1 597 de nos camarades ont été blessés» lors de l'invasion russe en cours depuis le 24 février, a déclaré le porte-parole de l'armée russe Igor Konachenkov, lors d'un briefing diffusé à la télévision publique russe.

Football: Rybolovlev, président russe de Monaco sous le feu des projecteurs

Actionnaire principal et président de l'ASM, Dmitri Rybolovlev est officiellement résident en Principauté depuis plus de dix ans.

Entre sa demi-finale de Coupe de France ce mercredi à Nantes et un déplacement dimanche à Marseille en Ligue 1, l'AS Monaco vit une semaine sportive cruciale, mais le conflit en Ukraine a aussi porté l'attention sur son très discret président, le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev. Actionnaire principal et président de l'ASM, Dmitri Rybolovlev est officiellement résident en Principauté depuis plus de dix ans. Mais ce propriétaire de deux jets privés sillonne le monde, pour ses affaires comme pour son plaisir.

En Moldavie, les réfugiés entre peur et espoir de revenir un jour en Ukraine

Un enfant ukrainien dans un bus l'emmenant vers la capitale moldave Chisinau après avoir franchi la frontière à Palanca, le 2 mars 2022.

Arsen, 15 ans, vient à peine de fouler le sol moldave mais il espère déjà revenir dans son pays natal, l'Ukraine, qu'il a quitté après «trois ou quatre jours de frayeur, terré au sous-sol d'un immeuble». «Il faut que ce cauchemar finisse»: les larmes aux yeux, sa mère Irina, qui a refusé de donner son nom de famille, tremble sous le vent glacial balayant le poste frontière de Palanca (est de la Moldavie). Mais plus que le froid, c'est la peur qui la tourmente.

Lire la suite de l'article: En Moldavie, les réfugiés entre peur et espoir de revenir un jour en Ukraine

Everton suspend ses contrats de sponsoring avec le milliardaire russe Usmanov

Le club anglais d'Everton a annoncé ce mercredi la suspension de tous ses contrats commerciaux de sponsoring passés avec le milliardaire russe Alisher Usmanov, à la suite de l'invasion russe en Ukraine.

Guerre en Ukraine: l'Allemagne débloque 1,5 milliard d'euros pour acheter du gaz liquéfié

L'Allemagne va débloquer une enveloppe exceptionnelle de 1,5 milliard d'euros pour acheter dans les plus brefs délais du gaz naturel liquéfié (GNL) afin d'assurer son approvisionnement en énergie dans le contexte de la guerre en Ukraine, a indiqué en ce mercredi le ministère de l'Economie et du Climat.

Boris Johnson accuse la Russie de «crime de guerre» en Ukraine

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a accusé ce mercredi la Russie de s'être rendue coupable de «crime de guerre» en Ukraine en raison des armes utilisées contre des civils. «Ce que nous avons déjà vu de la part du régime de Vladimir Poutine concernant l'utilisation des munitions larguées sur des civils innocents, cela constitue déjà à mon avis un crime de guerre», a-t-il déclaré devant les députés britanniques.

Le transporteur DHL annonce suspendre les livraisons vers la Russie et le Bélarus

Le transporteur DHL, parmi les plus grandes sociétés logistiques mondiales, a annoncé en ce mercredi avoir suspendu les livraisons vers la Russie et le Bélarus en raison de l'invasion en Ukraine.

Ukraine: le Nigeria rapatrie ses premiers ressortissants

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, prévoit de commencer en ce mercredi à évacuer plus d'un millier de ses ressortissants ayant fui l'Ukraine envahie par l'armée russe et trouvé refuge dans les pays voisins.

Ukraine: au moins quatre morts dans un bombardement à Kharkiv

Au moins quatre personnes ont été tuées et neuf autres blessées dans des bombardements russes ayant visé ce mercredi matin le siège des services de sécurité et une université à Kharkiv en Ukraine, ont indiqué les secours ukrainiens.

Football: le Suisse Wyss réfléchit à racheter Chelsea

Chelsea pourrait être racheté par le milliardaire suisse Hansjörg Wyss.

Hansjorg Wyss, l'un des hommes les plus riches de Suisse, a déclaré ce mercredi 2 mars, qu'on lui avait proposé d'acheter Chelsea, alors que le propriétaire du club de Premier League, l'oligarque russe Roman Abramovitch, s'est mis en retrait après l'invasion de l'Ukraine.

Lire la suite de l'article: Football: le Suisse Wyss réfléchit à racheter Chelsea

Ukraine: pas de délégations russes au prochain Festival de Cannes

Mise en place du tapis rouge pour le Festival de Cannes, dans le département des Alpes-Maritimes, le 6 juillet 2021.

Le Festival de Cannes prévoit de ne pas accueillir de délégations russes, «ni d’accepter la présence de la moindre instance liée au gouvernement russe», tant que l'invasion de l'Ukraine par la Russie se poursuit, a-t-il annoncé hier, mardi 1 mars, dans un communiqué.

Lire la suite de l'article: Ukraine: pas de délégations russes au prochain Festival de Cannes

L'armée russe affirme avoir conquis la ville de Kherson dans le sud de l'Ukraine

L'armée russe a affirmé mercredi matin s'être emparé de la ville portuaire ukrainienne de Kherson, située au sud du pays, près de la péninsule de Crimée, après des combats acharnés ces dernières heures.

«Des unités de l'armée russe ont pris le contrôle total de la capitale régionale de Kherson», a affirmé le porte-parole des forces armées russes, Igor Konachenkov.

Quelques minutes plus tôt, à 06H43 GMT, le maire ukrainien de la ville, Igor Kolykhaïev, avait indiqué que la localité était toujours sous contrôle ukrainien.

«Nous sommes encore l'Ukraine. Nous résistons toujours», a-t-il indiqué sur son compte Facebook.

«Aujourd'hui, je vais essayer de trouver des solutions pour rassembler les morts, pour rétablir l'électricité, le gaz, l'eau et le chauffage dans les endroits où cela a été coupé. Mais je vous préviens : réussir à faire cela aujourd'hui, ce serait accomplir un miracle», a-t-il poursuivi.

La ville et sa périphérie ont subi ces dernières heures d'intenses bombardements. La région de Kherson, frontalière de la Crimée, avait été attaquée dès le début de l'invasion russe, le 24 février à l'aube.

L'armée russe s'est déjà emparé d'un autre port clé de l'Ukraine, celui de Berdiansk, et attaque actuellement celui de Marioupoul.

Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Frappe russe contre la tour de télévision à Kiev -

Une frappe russe a visé mardi la tour de télévision à Kiev, faisant cinq morts et entraînant pendant une heure l'interruption de la diffusion des chaînes, a annoncé le ministère ukrainien de l'Intérieur.

La frappe, qui intervient au sixième jour de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a «touché» des équipements de cette tour.

Les Russes ont intensifié leur offensive mais, selon le Pentagone, leur progression vers la capitale est «au point mort», entravée par la résistance rencontrée et des problèmes de logistique.

Biden entend souligner l'unité de l'Occident

Joe Biden entend souligner, dans son discours sur l'état de l'Union, que Vladimir Poutine a eu «tort» de lancer cette invasion en pensant que l'Occident n'y répondrait pas de manière unie.

«Nous étions prêts», et «les dictateurs» doivent «payer le prix de leur agression», doit déclarer le président américain dans son discours, dont la Maison Blanche a diffusé à l'avance un court extrait.

Frappes meurtrières sur Kharkiv

Au moins huit personnes ont été tuées par une frappe aérienne sur une zone résidentielle de Kharkiv, grande ville de l'Est de l'Ukraine sur laquelle les forces d'invasion russes mènent l'assaut, ont annoncé les autorités.

Dans la matinée, le bombardement de la place centrale de Kharkiv avait fait au moins dix morts.

Après une offensive sur le port de Marioupol (sud-est), qui y a coupé l'électricité, Moscou a annoncé que ses troupes et les forces séparatistes prorusses de l'Est de l'Ukraine avaient fait la jonction sur la côte de la mer d'Azov.

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), saisie par Kiev en vertu d'une procédure d'urgence, a exhorté Moscou à «s'abstenir de toute attaque militaire contre des civils».

La Cour internationale de justice (CIJ) a annoncé des d'audiences les 7 et 8 mars dans une affaire portée devant la Cour par Kiev, qui accuse Moscou de planifier un génocide en Ukraine.

Depuis le début de l'offensive, plus de 350 civils ukrainiens ont été tués, selon Kiev.

Zelensky presse l'UE et les USA d'agir

Le destin de l'UE est en jeu en Ukraine, a estimé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, alors que le président ukrainien, qui réclame une intégration «sans délai» de son pays à l'UE, a demandé aux Européens de «prouver qu'ils sont avec l'Ukraine».

Volodymyr Zelensky a également appelé dans la soirée à «arrêter l'agresseur» russe «au plus vite», lors d'un entretien avec son homologue américain Joe Biden.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a accusé la Russie de «terrorisme géopolitique».

«Profond regret» de la Chine 

Le ministre chinois des Affaires étrangères s'est entretenu avec son homologue ukrainien Dmytro Kouleba et lui a exprimé «le profond regret» de la Chine, selon les médias d'Etat chinois.

Alors que Pékin s'est refusé à condamner Moscou pour l'invasion de l'Ukraine, Wang Yi a assuré que la Chine accordait une extrême attention aux préjudices subis par les civils.

La Russie tente d'enrayer les sanctions

La Russie prépare un décret pour enrayer l'hémorragie d'investissements étrangers liés aux sanctions.

Le géant pétrolier américain ExxonMobil a annoncé son retrait progressif d'un important champ pétrolier dont il est l'opérateur en Russie et ne plus vouloir investir dans le pays.

Une procédure de dépôt de bilan va être ouverte concernant la principale filiale en Europe de la plus grande banque russe, Sberbank, fragilisée par les sanctions financières, a annoncé mardi soir le régulateur bancaire de l'UE.

Le groupe italien des hydrocarbures Eni compte céder sa part de 50% dans le gazoduc Blue Stream, qui relie la Russie à la Turquie et qu'il contrôle à égalité avec le géant russe Gazprom.

En France, TotalEnergies a déclaré qu'«il n'apportera(it) plus de capital à de nouveaux projets en Russie».

Apple a dit avoir suspendu la vente de tous ses produits en Russie.

Plan d'aide de la Banque mondiale

La Banque mondiale a annoncé mardi qu'elle préparait une aide d'urgence de trois milliards de dollars en faveur de l'Ukraine dont au moins 350 millions pourraient être débloqués dès cette semaine.

RT et Sputnik bloqués dans toute l'Europe

Les chaînes YouTube des médias russes RT et Sputnik ont été bloquées dans toute l'Europe par la plateforme de vidéos "compte tenu de la guerre en cours en Ukraine", a annoncé YouTube.

De son côté, Moscou a poursuivi le renforcement de son contrôle sur l'information en bloquant deux médias indépendants.

Un million de déplacés, plus de 670.000 réfugiés

L'ONU estime à un million de personnes le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine, a annoncé une responsable du Haut-Commissariat pour les réfugiés.

Le HCR a annoncé que 677.000 personnes avaient déjà fui l'Ukraine dans les pays voisins et que ce chiffre augmentait «de façon exponentielle».

Répercussions dans la culture et le sport

La Russie a été écartée d'une multitude d'événements sportifs, du Mondial de football 2022 aux épreuves de cyclisme en passant par la Coupe Davis de tennis.

Le Festival de Cannes prévoit de ne pas accueillir de délégations russes.

Poutine est «un dictateur», dit Biden

Le président américain Joe Biden a qualifié Vladminir Poutine de «dictateur» lors de son discours sur l'état de l'Union, près d'une semaine après le début de l'invasion russe de l'Ukraine.

«Le fait qu'un dictateur russe ait envahi un pays étranger a un coût sur toute la planète», a lancé Joe Biden devant le Congrès américain. Mais «dans la bataille entre la démocratie et l'autocratie, les démocraties sont au rendez-vous, et le monde choisit clairement le côté de la paix et de la sécurité», a lancé le président américain.

Bombardement russe de Kharkiv: un «crime de guerre», selon le président ukrainien

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé mardi que le bombardement russe de Kharkiv constituait un «crime de guerre», et souligné que la défense de la capitale Kiev était la «priorité».

«La frappe contre Kharkiv est un crime de guerre. C'est du terrorisme d'Etat», a affirmé M. Zelensky dans une adresse vidéo publiée sur Telegram. «Ils avancent sur la capitale comme sur Kharkiv. Voilà pourquoi la défense de la capitale est aujourd'hui la priorité clé» de l'Ukraine, a-t-il ajouté.

l'ONU estime à un million le nombre de déplacés à l'intérieur du pays

L'ONU estime à un million de personnes le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine du fait de l'invasion russe, en plus des centaines de milliers ayant fui le pays, a annoncé mardi une responsable du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR).

Macron va parler avec les dirigeants du Japon, de l'Inde et de l'Azerbaidjan

Emmanuel Macron va poursuivre mardi ses échanges sur le conflit russo-ukrainien en s'entretenant avec les dirigeants du Japon, d'Azerbaïdjan, de Finlande, de Lituanie et de l'Inde, a annoncé l'Elysée.

Après le Premier ministre japonais Fumio Kishida dans la matinée, le chef de l'Etat devait s'entretenir avec Ilham Aliev, le président de l'Azerbaïdjan, l'un des pays situés dans l'environnement de la Russie.

Il lui avait déjà parlé dimanche, essentiellement d'aide humanitaire.

Emmanuel Macron devait ensuite appeler le président finlandais Sauli Niinisto, également un pays proche de la Russie et officiellement non aligné bien que partenaire de l'Otan.

Volley: l'organisation du Mondial-2022 retirée à la Russie

L'organisation du Mondial-2022 de volley-ball, prévu en août et septembre, a été retirée à la Russie en raison de la guerre en Ukraine, a annoncé mardi la fédération internationale (FIVB). Respectivement championnes olympique et du monde, la France et la Pologne avaient annoncé le week-end dernier leur intention de boycotter cet événement s'il devait être maintenu en Russie. Le nouveau pays-hôte doit être annoncé ultérieurement, a précisé la FIVB.

YouTube annonce le blocage de RT et Sputnik dans toute l'Europe

Les chaînes YouTube des médias russes RT et Sputnik ont été bloquées dans toute l'Europe par la plateforme de vidéos «compte tenu de la guerre en cours en Ukraine», a annoncé YouTube mardi dans un courriel transmis à l'AFP.

Bombardements russes dans deux villes du nord-est de l'Ukraine

Le centre de Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine non-loin de la frontière russe, est bombardé par l'armée russe, a annoncé mardi sur Telegram le gouverneur de la région, Oleg Sinegoubov.

Ukraine: Poutine rapproche comme jamais la Suède et la Finlande de l'Otan

Exportations «historiques» d'armement, très forte poussée pro-Otan dans l'opinion, fermeté face aux avertissements de Moscou: l'invasion russe en Ukraine a fait basculer en quelques jours le non-alignement de la Suède et la Finlande dans une nouvelle ère. Stockholm et Helsinki ont écarté pour l'heure l'hypothèse d'une demande d'adhésion en urgence à l'alliance atlantique, mais jamais les deux pays n'ont jamais été aussi proches de franchir le pas, selon les analystes.

Ukraine: Ramzan Kadyrov annonce la mort de deux soldats tchétchènes

Deux soldats tchétchènes sont morts et six ont été blessés en Ukraine, a annoncé mardi sur Telegram Ramzan Kadyrov, le dirigeant de cette république du Caucase.

Près de 520 000 réfugiés ukrainiens dans les pays frontaliers

Près de 520 000 réfugiés ukrainiens fuyant l'invasion de leur pays par la Russie ont afflué depuis jeudi dans des pays frontaliers, selon le dernier recensement de l'ONU publié lundi soir.

Ukraine: la Chine commence à évacuer ses ressortissants

La Chine a commencé à évacuer ses ressortissants piégés par l'invasion russe en Ukraine, a rapporté mardi un quotidien chinois, dans un contexte de tension lié aux bonnes relations entre Pékin et Moscou.

Lire la suite de l'article: Ukraine: la Chine commence à évacuer ses ressortissants

Exclue du Mondial, la Russie mise au ban du sport

Le Comité international olympique recommande un bannissement historique des Russes et des Bélarusses du sport mondial, la Fifa lui donne immédiatement satisfaction: la Russie a été exclue lundi du Mondial de football, compétition planétaire qu'elle avait accueillie il y a quatre ans.

Les différentes sélections comme les clubs russes sont privés «jusqu'à nouvel ordre» de toute compétition internationale, une décision conjointe de la Fifa et de l'UEFA, cette dernière confirmant par ailleurs la résiliation de son contrat de sponsoring avec le géant gazier Gazprom, estimé à 40 millions d'euros annuels.

Basket: les clubs russes suspendus en Euroligue et Eurocoupe

Les clubs russes engagés en Euroligue (C1) et en Eurocoupe (C2) de basket ont été suspendus de ces deux compétitions en raison de «la guerre en Ukraine», a annoncé lundi l'ECA, la société qui gère ces deux épreuves.

La participation du CSKA Moscou, de Kazan et du Zenit Saint-Pétersbourg à l'Euroligue est suspendue, de même que celle de Kouban Krasnodar à l'Eurocoupe, précise l'Euroleague Commercial Asset dans un communiqué.

«Si la situation n'évolue pas de manière favorable, tous les matches de la saison régulière contre des équipes russes seront annulés afin de reconfigurer les classements des ligues», ajoute l'ECA.

«L'Euroligue et ses clubs réitèrent leur ferme engagement en faveur de la paix, contre tout acte de violence ou de guerre, et continueront à utiliser leur voix pour promouvoir le respect, l'inclusion et la diversité, valeurs qui sont au cœur de l'organisation et de ses équipes», précise le communiqué.

Ukraine: la Russie exclue de la Coupe du monde de football (Fifa)

La Russie a été exclue de la Coupe du monde de football par son organisatrice, la Fifa, qui a annoncé lundi la suspension des sélections nationales et des clubs russes «jusqu'à nouvel ordre» en réaction à l'invasion de l'Ukraine, dans un communiqué commun avec la Confédération européenne (UEFA).

Les Russes, hôtes du dernier Mondial en 2018, sont donc disqualifiés des barrages de la prochaine édition, qu'ils devaient disputer fin mars avec un billet en jeu pour le tournoi au Qatar (21 novembre-18 décembre), et leur sélection féminine ne pourra pas jouer l'Euro en Angleterre, en juillet. Le Spartak Moscou, dernier club russe engagé en Coupe d'Europe cette saison, est lui aussi exclu.

La Russie interdit les compagnies aériennes de 36 pays en représailles aux sanctions

La Russie a annoncé lundi restreindre les vols de compagnies aériennes de 36 pays en réponse à la fermeture de l'espace aérien de nombreux Etats aux avions russes, après l'invasion de l'Ukraine lancée par Moscou.

«En réponse à l'interdiction par les Etats européens des vols d'avions civils exploités par des transporteurs aériens russes et/ou enregistrés en Russie, une restriction des vols des transporteurs aériens de 36 États a été introduite», a annoncé l'agence russe de transport aérien Rosaviatsia dans un communiqué.

Parmi les Etats concernés figurent tous les pays de l'Union européenne, le Royaume-Uni ou encore le Canada.

Selon Rosaviatsia, les vols des compagnies aériennes de ces pays peuvent toujours être effectués à condition d'obtenir un «permis spécial» délivré par les autorités russes.

Dimanche, l'Union européenne et d'autres pays, dont le Canada, ont annoncé fermer l'ensemble de leur espace aérien à tous les avions russes.

Premiers pourparlers russo-ukrainiens, Zelensky demande aux Russes de déposer les armes

Des délégations russe et ukrainienne doivent entamer lundi des négociations, au cinquième jour de l'invasion de l'Ukraine où le président Volodymyr Zelensky a appelé les troupes russes à «déposer les armes» et réclamé l'intégration immédiate de son pays à l'Union européenne.

Ces premiers pourparlers interviennent alors que l'offensive russe, lancée jeudi, se heurte à une vive résistance de l'armée ukrainienne et que les sanctions d'une ampleur inédite adoptées par les Occidentaux ébranlent l'économie russe.

L'Ukraine va demander lors de ces discussions - qui se tiennent dans une des résidences du président biélorusse Alexandre Loukachenko sur la frontière ukraino-biélorusse - «un cessez le feu immédiat et le retrait des troupes (russes) du territoire ukrainien», selon la présidence ukrainienne.

Le président Zelensky, qui ne participe pas aux négociations et dont la délégation est conduite par le ministre de la Défense Oleksiï Reznikov, a appelé les soldats russes à «déposer les armes». Il a également demandé à l'UE une intégration «sans délai» de l'Ukraine. «Je suis sûr que c'est juste. Je suis sûr que c'est possible», a-t-il lancé.

Le négociateur en chef russe, Vladimir Medinski, a lui indiqué vouloir «trouver un accord» avec Kiev qui soit «dans l'intérêt des deux parties».

Le ministère bélarusse des Affaires étrangères a publié une photo de la salle où devaient se tenir les discussions, avec une longue table avec une dizaine de chaises de chaque côté et les drapeaux des trois pays dans le fond.

«Je ne crois pas trop à un  résultat», mais «il faut qu'on essaie», avait indiqué la veille le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

De faux comptes russes visent l'Ukraine sur les réseaux sociaux, affirme Meta

Des groupes prorusses orchestrent diverses campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux en utilisant de faux profils ou des comptes piratés pour dépeindre l'Ukraine comme un simple pion aux mains des Occidentaux, a affirmé Meta dimanche.

Meta a fermé les faux comptes et bloqué le partage des adresses Internet renvoyant vers des sites diffusant des fausses informations, a déclaré David Agranovich, responsable de la gestion menaces de l'entreprise.

Ces groupes «dirigent des sites web en se faisant passer pour des entités d'information indépendantes et créent de faux profils sur les plateformes des réseaux sociaux, notamment Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, Telegram et également (les réseaux russes) Odnoklassniki et VK», a déclaré Meta dans un billet de blog, soulignant qu'elle avait bloqué un grand nombre de faux comptes affiliés à l'Etat russe.

"Dans certains cas, ils ont utilisé des photos de profil qui (...) ont probablement été générées à l'aide de techniques d'intelligence artificielle", ajoute le groupe.

Le petit réseau de faux comptes Facebook et Instagram ciblait les habitants d'Ukraine, et participait à diffuser de fausses informations sur les efforts de ce pays pour se défendre contre l'invasion russe.

Ce réseau a été identifié par Meta comme étant lié à des personnes en Russie et en Ukraine, ainsi qu'aux organisations médiatiques NewsFront et SouthFront en Crimée, la péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014. Selon les Etats-Unis, NewsFront et SouthFront sont des organes de désinformation qui reçoivent des ordres des services de renseignement russes.

Ceux-ci font partie de plus d'une douzaine d'entités sanctionnées par Washington pour avoir tenté d'influencer l'élection présidentielle de 2020 des Etats-Unis, "sous la direction des dirigeants" de Russie.

Parmi les fausses affirmations publiées par les sites: l'Occident aurait trahi l'Ukraine, et l'Ukraine serait un Etat en faillite.

L'invasion de l'Ukraine a été l'occasion d'une flambée d'infox sur internet, en particulier sur les réseaux sociaux, phénomène devenu récurrent à chaque déclenchement de guerre ou de conflit.

Le prix du baril de brut WTI bondit de plus de 6%, le Brent de plus de 5%

 

Le prix du baril de pétrole brut WTI a bondi de plus de 6% lundi et le Brent de plus de 5%, les opérateurs s'inquiétant de plus en plus d'une crise énergétique après les nouvelles sanctions occidentales à l'encontre de Moscou en raison de son invasion de l'Ukraine.

Le WTI augmentait de 6,27% à 97,33 dollars vers 04H45 GMT et le Brent de 5,24% à 103,06 dollars.

 

Poutine brandit la menace nucléaire, les Européens promettent des armes à Kiev

 

L'offensive russe sur l'Ukraine, qui résiste avec acharnement, se poursuit lundi au lendemain de la menace nucléaire brandie par Vladimir Poutine, à laquelle les Européens ont répliqué en promettant de fournir des armes à Kiev.

La Maison Blanche a annoncé de son côté que le président Joe Biden s'entretiendrait lundi au téléphone avec ses alliés, sans préciser leur identité, à 16h15 GMT, pour "coordonner" une "réponse unie" face aux "développements" de l'attaque russe.

Les Occidentaux ont déjà décidé de lourdes sanctions financières contre Moscou, et de premiers effets sont apparus lundi: la Banque centrale européenne a constaté la «faillite ou faillite probable» de la filiale européenne de la banque russe Sberbank, parmi les plus grandes du pays, et le rouble a chuté de près de 30%. Par ailleurs, le prix du baril de pétrole brut WTI a bondi de plus de 5%...

 

Guerre en Ukraine: au cœur de l’horreur

Depuis quelques jours, la politique locale et une éventuelle alliance entre anciens rivaux sont passées au second plan. Les retombées du conflit russo-ukrainien pour Maurice et la communauté internationale sont sur toutes les lèvres. Mais au-delà des hypothèses, un drame humain se joue, et comme dans toutes les guerres, les points de vue s’opposent. Liubov Harel est Ukrainienne et Anna Kosinskaya, Russe. Ces deux femmes, qui vivent et travaillent à Maurice, ont des lectures différentes et opposées de la situation.

Lire la suite de l'article: Guerre en Ukraine: au cœur de l’horreur

Russian invasion of Ukraine: Why Mauritius should hope for a short war

Russian forces invaded Ukraine on Thursday, bringing the conflict that has been simmering since 2014 to the boil. For Mauritius, the main effect will be the economic fallout of this conflict. Here is why we are not headed towards World War 3, why NATO expansion helped fuelled this conflict, and why Mauritius should hope that it proves short-lived.

Lire la suite de l'article: Russian invasion of Ukraine: Why Mauritius should hope for a short war

URGENT: Dissuasion nucléaire russe: le chef de l'Otan condamne une conduite «irresponsable» de Moscou

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a dénoncé dimanche la conduite «irresponsable» de Moscou après la mise en alerte par Vladimir Poutine de la «force de dissuasion» nucléaire de l'armée russe.

«C'est une rhétorique dangereuse. C'est une conduite qui est irresponsable», a déclaré Jens Stoltenberg sur la chaîne CNN.

Ukraine: combats de rue en cours à Kharkiv, deuxième ville du pays

 

Des combats de rue entre forces ukrainiennes et armée russe sont en cours dimanche à Kharkiv (nord-est), deuxième ville d'Ukraine où les autorités ont rapporté une "percée" des troupes de Moscou, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les combats ont lieu depuis la matinée avec des blindés légers abandonnés ou en feu visibles dans les rues, tandis que les coups de feu et les explosions sporadiques résonnent dans la ville, en grande partie déserte, les habitants se terrant chez eux.

Une colonne de quatre véhicules blindés TIGR russes est notamment laissée abandonnée et un camion militaire en feu, les combats se déroulant dans plusieurs endroits y compris dans le centre, selon le journaliste de l'AFP.

 

Ukraine: la Finlande va fermer son espace aérien aux avions russes

 

La Finlande va fermer son espace aérien aux avions russes en représailles à l'invasion de l'Ukraine, a annoncé le gouvernement, rejoignant de nombreux pays européens.

Le pays nordique, avec sa frontière de plus de 1300 kilomètres avec son voisin russe, «se prépare à fermer l’espace aérien au trafic aérien russe», a déclaré le ministre des Transports Timo Harakka dans un tweet publié dans la nuit de samedi à dimanche.

Le moment d'entrée en vigueur de la mesure n'a pas été précisé.

 

Un milliardaire japonais fait don de près de 8 millions d'euros à l'Ukraine

 

Le milliardaire japonais Hiroshi Mikitani a annoncé dimanche qu'il allait faire un don d'un milliard de yens (7,7 millions d'euros) au gouvernement de Kiev en qualifiant l'invasion russe de "piétinement de l'Ukraine" et de "défi à la démocratie".

Le fondateur de Rakuten, le géant japonais d'e-commerce et autres services en ligne, a déclaré dans une lettre adressée au président ukrainien Volodymyr Zelensky que ce don serait consacré à des «activités humanitaires pour aider les personnes en Ukraine qui sont victimes de la violence».

 

Les géants de la tech entre le marteau et l'enclume

 

Pris entre le marteau et l'enclume face à l'invasion de l'Ukraine, les géants américains de la technologie sont pressés de choisir un camp, entre les appels à s'opposer à la guerre menée par Moscou et les possibles représailles du Kremlin.

Les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et YouTube ont un pouvoir considérable en raison de leur portée mondiale et de leur omniprésence, mais ces groupes privés sont aussi des entreprises qui recherchent le profit qu'une position trop véhémente pourrait mettre à mal.

Depuis que Moscou a attaqué son voisin cette semaine, la nation assiégée a exhorté ces groupes, d'Apple à Google en passant par Netflix, à rompre leurs liens avec la Russie. Dans le même temps, Facebook s'est vu limiter son service pour avoir refusé de se plier aux demandes du Kremlin.

Twitter, qui a écopé d'amendes et dont le service a été ralenti après des ordres de Moscou de supprimer certains contenus, a annoncé samedi que son réseau était «restreint pour certaines personnes en Russie».

«Les entreprises occidentales ont fourni un espace en ligne permettant aux Russes d'obtenir des informations sur les atrocités que leur gouvernement commet en Ukraine», a tweeté Alina Polyakova, présidente du Center for European Policy Analysis.

«Le Kremlin agit de manière agressive pour cacher la vérité», a-t-elle ajouté.

Certains groupes comme Meta ou YouTube ont pris des initiatives mesurées. YouTube a suspendu la capacité des médias russes gérés par l'État à gagner de l'argent sur leurs plateforme.

«Nous suspendons la capacité d'un certain nombre de chaînes à monétiser sur YouTube, y compris plusieurs chaînes russes affiliées aux récentes sanctions», a indiqué un porte-parole à l'AFP.

YouTube a également annoncé que l'accès à RT (ex-Russia Today) et à d'autres chaînes russes avait été limité en Ukraine, "à la demande d'un gouvernement".

 

Le casse-tête du rapatriement de milliers d'étudiants arabes en Ukraine

 

Plus de 10.000 étudiants arabes parmi lesquels de nombreux Marocains et Egyptiens se sont retrouvés pris au piège du conflit en Ukraine, et leur rapatriement est un casse-tête pour leurs pays parfois dépourvus de représentations diplomatiques.

Des familles inquiètes se sont rassemblées vendredi à Rabat devant le ministère des Affaires étrangères (MAE), selon un photographe de l'AFP.

Les Marocains forment l'un des principaux contingents d'étudiants arabes avec les Egyptiens. L'Ukraine, qui accorde facilement des visas, est prisée pour les études de médecine et d'ingénierie.

Au moins 12.000 Marocains parmi lesquels 8.000 étudiants résident habituellement dans le pays. Mais 3.000 personnes sont rentrées récemment, selon le MAE marocain, notamment grâce à des vols spéciaux.

"Que les autorités nous trouvent une solution. Qu'est-ce que vous attendez? c'est une 3e guerre mondiale", a alerté Majda, une jeune Marocaine, le jour de l'invasion russe jeudi.

Au lendemain de ce cri d'alarme, Rabat a annoncé des mesures.

En revanche, pour les 700/750 étudiants libanais bloqués en Ukraine, contre 1.300 présents avant l'invasion russe, la situation est critique.

Selon Ali Chreim, président de la communauté libanaise locale, «des filles de 20 ans dorment dans le métro» de Kiev.

«J'ai quitté le Liban à cause de l'effondrement» économique, raconte à l'AFP Samir, 25 ans, arrivé il y a un mois et demi seulement à Kharkiv (est), proche des zones de conflit. «Il n'y a pas de directives des autorités», se plaint-il. Il voudrait gagner la Pologne "mais c'est risqué" car il devra traverser l'Ukraine.

Le MAE libanais a assuré préparer «l'évacuation des ressortissants libanais en Ukraine et ceux qui se sont réfugiés en Pologne et Roumanie par voie aérienne à une date qui sera annoncée ultérieurement». En attendant, Beyrouth leur a conseillé de rester «dans des endroits sûrs», en évitant d'aller vers les frontières.

Ali Mohammad, un étudiant irakien en ingénierie de 25 ans, appelle constamment son ambassade sans succès depuis Chernivtsi (ouest), proche de la Roumanie.

 

Kiev durcit le couvre-feu, toute personne dans la rue après 17H00 traitée en ennemi

Le maire de la capitale ukrainienne a annoncé samedi un durcissement du couvre-feu en place en raison de l'invasion russe, avertissant que toute personne se trouvant dans la rue entre 17H00 et 08H00 serait traitée en ennemi.

«Tous les civils qui seront dans la rue pendant le couvre-feu seront considérés comme des membres des groupes de sabotage et de reconnaissance de l'ennemi», a indiqué Vitali Klitschko sur Telegram.

Imposé à Kiev jeudi après le déclenchement de l'offensive russe, le couvre-feu durait jusqu'ici de 22H00 à 07H00.

M. Klitschko a également annoncé que le métro de la capitale était désormais transformé en refuge pour les habitants et n'allait plus pour l'instant assurer le service de transport.

«Le métro est passé en mode refuge», a-t-il écrit dans un message séparé sur Telegram.

Samedi, au troisième jour de l'invasion, Kiev était sous les tirs de missiles de Moscou et des combats se déroulaient dans la ville, selon les autorités ukrainiennes.

La Russie ferme son espace aérien aux avions liés à la Bulgarie, la Pologne et la République tchèque

 

La Russie a annoncé samedi la fermeture de son espace aérien pour les avions liés à la Bulgarie, la Pologne et la République tchèque, après une décision similaire prise par Varsovie, Prague et Sofia à l'encontre des compagnies aériennes russes.

«En raison des décisions inamicales des autorités aériennes de Bulgarie, de Pologne et de République tchèque à partir de 15H00 heure de Moscou (12H00 GMT) le 26 février 2022» la Russie ferme son espace aérien aux «compagnies aériennes de ces pays et/ou celles qui y sont enregistrées», a déclaré le régulateur aérien russe Rosaviatsia.

 

La Pologne affirme que 100.000 Ukrainiens sont arrivés dans le pays

Cent mille Ukrainiens ont franchi la frontière polonaise depuis l'attaque russe qui a début jeudi, a annoncé samedi le vice-ministre polonais de l'Intérieur Pawel Szefernaker.

«Depuis le lancement des opérations de guerre en Ukraine et jusqu'à aujourd'hui, sur toute la longueur de la frontière avec l'Ukraine, cent mille personnes ont franchi la frontière, venant d'Ukraine en Pologne», a déclaré M. Szefernaker aux journalistes au poste-frontière de Medyka.

Selon lui, 90% de ces réfugiés ont où aller en Pologne, chez des amis ou des parents, tandis que les autres bénéficient de l'assistance de neuf centres d'accueil mis en service à proximité de la frontière.

Ils s'y voient offrir des repas, l'assistance médicale en cas de besoin, un lieu de repos et des renseignements sur la marche à suivre.

Le chef des garde-frontières polonais Tomasz Praga a précisé lors de la même conférence de presse que la seule journée de vendredi a vu près de 50.000 Ukrainiens arriver en Pologne.

Avant le début de l'attaque russe, la Pologne comptait déjà sur son territoire environ un million et demi d'Ukrainiens, en grande majorité venus travailler dans ce pays membre de l'UE à l'économie en croissance rapide.

Le gouvernement et la société civile ont exprimé fermement leur soutien à l'Ukraine et leur intention d'accueillir les réfugiés, alors que la plupart des Ukrainiens fuyant le conflit semblent opter pour la Pologne.

Selon un tweet samedi du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, près de 116.000 Ukrainiens ont fui vers les pays voisins depuis le 24 février, surtout vers la Pologne, la Hongrie, la Moldavie, la Slovaquie et la Roumanie. «Leur nombre est en augmentation», a précisé l'agence des Nations Unies.

Ukraine: le président Zelensky dit avoir «cassé le plan» de la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré samedi avoir «cassé le plan» de la Russie au troisième jour de l'invasion de son pays, appelant les Russes à dire à Vladimir Poutine d'arrêter la guerre.

Il a également appelé l'Allemagne et la Hongrie, encore réticentes, à avoir le «courage» de couper la Russie du système interbancaire SWIFT, rouage essentiel de la finance mondiale.

«Nous avons tenu bon et repoussons avec succès les attaques ennemies. Les combats continuent dans de nombreuses villes et régions du pays, mais (...) c'est notre armée qui contrôle Kiev et les villes clés autour de la capitale», a dit M. Zelensky dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook.

«Les occupants voulaient bloquer le centre de notre Etat et y placer leurs marionnettes, comme à Donetsk. Nous avons cassé leur plan», a poursuivi M. Zelensky, qui a assuré que l'armée russe n'avait «obtenu aucun avantage».

«L'ennemi a tout utilisé contre nous : roquettes, chasseurs, drones, artillerie, véhicules blindés, saboteurs, parachutistes», a énuméré le président ukrainien, affirmant que Moscou avait frappé des zones résidentielles et tentait de détruire des installations électriques.

Appelant les Occidentaux à être plus fermes envers la Russie, il a estimé que l'Ukraine avait «le droit d'obtenir l'adhésion à l'Union européenne».

S'adressant au peuple russe, il l'a exhorté à dire au Kremlin «que la guerre doit être arrêtée immédiatement». «Nous savons que de nombreuses personnes en Russie sont tout simplement choquées par la mesquinerie et la cruauté du gouvernement», a-t-il dit.

Plusieurs manifestations anti-guerre ont été sévèrement réprimées par la police à Moscou, Saint-Pétersbourg et d'autres villes russes depuis le début de l'invasion de l'Ukraine jeudi.

Près de 200 morts civils dans l'invasion de l'Ukraine, combats à Kiev

Kiev est samedi sous les tirs de missiles de Moscou et des combats se déroulent dans la ville, où le président ukrainien appelle les siens à prendre les armes contre l'invasion russe qui a fait selon l'Ukraine près de 200 morts civils.

Le président Volodymyr Zelensky a assuré que des armes occidentales sont en route pour soutenir les Ukrainiens et juré qu'il resterait dans la capitale.

Au troisième jour de l'invasion lancée par le président russe Vladimir Poutine, des combats opposant les forces russes et ukrainiennes ont lieu sur l'avenue de la Victoire, une des artères principales de Kiev, quelques heures après un dramatique appel à la mobilisation lancé par Volodymyr Zelensky.

Au moins 198 civils ukrainiens, dont trois enfants, ont été tués par l'"envahisseur", et 1.115 personnes blessées, selon le ministre ukrainien de la Santé, Viktor Liachko.

Des dizaines de militaires ont également perdu la vie, tandis que la Russie ne donne aucune information quant à son bilan. Kiev affirme infliger de lourdes pertes à l'armée russe.

La guerre durera

M. Zelensky a assuré qu'«armes et équipements de (ses) partenaires sont en route pour l'Ukraine», évoquant une «coalition antiguerre (qui) fonctionne» après une conversation avec son homologue français Emmanuel Macron. «La guerre est revenue en Europe» et elle «durera», a jugé ce dernier.

Le ministère néerlandais de la Défense a indiqué qu'il livrera dès que possible 200 missiles antiaériens Stinger à l'Ukraine. La République tchèque a annoncé de son côté faire don à l'Ukraine d'armes pour une valeur de 7,6 millions d'euros.

Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a souligné dans une vidéo que la nuit avait été «difficile» dans la capitale où se trouvent des «unités de sabotage» russes, mais pas encore d'unités régulières.

L'armée russe tente de rejoindre la capitale par le Nord et le Nord-Est, avec des troupes entrées en Ukraine depuis le Bélarus voisin. Selon l'Ukraine, de violents «combats» ont aussi lieu à 30 km au sud-ouest de la ville, où les Russes «essayent de faire débarquer des parachutistes», selon l'armée ukrainienne.

Dans le nord-ouest de la capitale, des tirs d'artillerie et de missiles résonnent sporadiquement, selon des journalistes de l'AFP sur place. Un haut immeuble résidentiel a été touché par un tir de missile, d'après les autorités ukrainiennes, qui n'ont pas donné de bilan dans l'immédiat.

L'armée ukrainienne a affirmé sur Facebook avoir détruit une colonne de cinq véhicules militaires, dont un char, sur l'avenue de la Victoire à Kiev. Dans la nuit, les autorités ont fait état d'une attaque russe contre une centrale électrique du quartier de Troieshchyna, au nord-est de Kiev.

Le ministère russe de la Défense n'a pour sa part évoqué aucune offensive sur Kiev, faisant état uniquement de tirs de missiles de croisière sur des infrastructures militaires, d'avancées dans l'Est, où l'armée appuie les séparatistes des territoires de Donetsk et Lougansk, et dans le sud ukrainien, où les forces russes sont entrées lundi depuis la péninsule de Crimée, annexée en 2014.

Le régulateur russe des médias a ordonné samedi aux médias nationaux de supprimer de leurs contenus toute référence à des civils tués par l'armée russe en Ukraine ainsi que les termes «d'invasion», «d'offensive» ou de «déclaration de guerre».

Sur la route entre Kramatorsk et Dnipro, deux villes de l'est de l'Ukraine, des journalistes de l'AFP ont constaté la présence de très nombreux convois militaires ukrainiens. Des check-points militaires ont été instaurés aux entrées et sorties de chaque grande ville dans cette zone.

La sirène d'alerte anti-aérienne a aussi résonné à l'aube à Kharkiv, une grande ville de l'est proche de la frontière russe.

La Russie frappe l'Ukraine avec des missiles de croisière navals et aériens

La Russie a annoncé ce samedi 26 février, avoir visé des infrastructures militaires ukrainiennes avec des missiles de croisière navals et aériens, au troisième jour de l'invasion russe de l'Ukraine. «Pendant la nuit, les forces armées de la Fédération de Russie ont frappé des sites d'infrastructure militaire ukrainienne avec des armes de haute précision de longue portée en utilisant des missiles de croisière navals et aériens», a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, lors d'une intervention télévisée.

Ukraine: Zelensky appelle à ne pas déposer les armes et défendre Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé en ce samedi les Ukrainiens à ne pas déposer les armes et à défendre Kiev, la capitale, où l'armée ukrainienne affronte les forces de Moscou, deux jours après le lancement de l'invasion russe. «Je suis là. On ne va pas déposer les armes et on va défendre notre pays», a déclaré M. Zelensky, dans une adresse vidéo publiée dans la matinée sur Facebook. Il a appelé à ne pas croire les «fausses informations» circulant sur internet selon lesquelles il aurait appelé son armée à se rendre. «Nos armes, c'est notre vérité. C'est notre terre. C'est notre pays. Nos enfants. Nous allons défendre tout cela. Gloire à l'Ukraine!», a-t-il lancé. Cette adresse a été diffusée alors que la capitale ukrainienne se battait pour éviter de tomber aux mains de l'armée russe, des combats ayant eu lieu dans la nuit sur l'avenue de la Victoire, une des artères principales de Kiev. Selon l'armée ukrainienne, de violents combats se poursuivaient à Kiev dans la matinée.

L'Australie renforce ses sanctions contre la Russie et envisage de cibler Poutine

L'Australie a accentué ce samedi 26 février, ses sanctions contre la Russie pour l'invasion de l'Ukraine en ciblant notamment des oligarques, tout en se préparant à punir directement le président Vladimir Poutine, comme l'ont fait ses alliés, a annoncé samedi la cheffe de la diplomatie. Canberra a décidé d'imposer des sanctions financières à huit oligarques proches du président russe et aux 339 membres du Parlement russe qui ont été les «facilitateurs» de l'attaque, a déclaré Marise Payne.

Ukraine: la Chine recommande la plus grande discrétion à ses ressortissants

La Chine a appelé en ce samedi 26 février, ses ressortissants en Ukraine à la plus grande discrétion, deux jours après avoir conseillé pour leur sécurité de mettre «clairement» en évidence le drapeau chinois. Le pays asiatique est sur une ligne de crête diplomatique sur le dossier ukrainien. Il ne souhaite pas s'opposer frontalement à la Russie, pays ami avec lequel il partage certaines vues, comme une opposition à un élargissement de l'Otan. Mais la Chine ne souhaite pas non plus apparaître comme soutenant une invasion de l'Ukraine.

«L'escalade guerrière entre l'Ukraine et la Russie [...] pose des risques pour la sécurité des citoyens chinois», souligne l'ambassade de Chine en Ukraine, notant une augmentation des «comportements extrémistes dans la société ukrainienne».  Dans un communiqué, l'ambassade appelle ses ressortissants à «éviter les différends sur des questions spécifiques» et à «s'entendre avec le peuple ukrainien». Les Chinois présents en Ukraine doivent «s'abstenir [...] d'afficher des signes d'identification», précise le document. Jeudi, l'ambassade de Chine avait recommandé à ses ressortissants qui souhaitaient quitter l'Ukraine par la route d'accrocher «clairement un drapeau chinois» sur leur véhicule.

Ces nouvelles consignes de la diplomatie chinoise interviennent après une abstention de Pékin au vote d'une résolution de l'ONU pour dénoncer «l'agression» russe en Ukraine.  Quelque 6 000 Chinois se trouvent en Ukraine. L'ambassade de Chine à Kiev a annoncé vendredi l'organisation de vols charters pour évacuer les Chinois qui souhaitent quitter l'Ukraine. Aucune précision n'a été fournie concernant la date des vols.

L'Ukraine dit avoir repoussé une «attaque» russe sur une avenue de Kiev

Les forces ukrainiennes ont affirmé ce samedi 26 février, avoir repoussé une «attaque» nocturne de militaires russes contre l'une de leurs positions sur l'avenue de la Victoire, une des principales artères de Kiev. «L'attaque est repoussée», a affirmé l'armée de terre ukrainienne, dans un message sur son compte Facebook, sans donner plus de précision sur le lieu exact de cet affrontement. Elle a assorti ce message d'une photo montrant un grand panache de fumée s'élevant au milieu d'une zone urbaine, en pleine nuit, au moment où Kiev craint une attaque d'ampleur de l'armée russe pour s'emparer de la ville.

Invasion de l'Ukraine: le Conseil de l'Europe «suspend» la Russie

Le Conseil de l'Europe a décidé ce vendredi 25 février de «suspendre» toute participation des diplomates et délégués russes aux principales instances de l'organisation paneuropéenne «avec effet immédiat», en réponse à «l'attaque armée» contre l'Ukraine. Depuis l'invasion de l'Ukraine, il s'agit de la première sanction de cet ordre prononcée par une organisation internationale dont la Russie est membre.

Ukraine: Rome suspend sa collaboration avec Moscou sur le vaccin Sputnik

Le Latium, la région de Rome, a annoncé vendredi suspendre sa collaboration avec la Russie sur le vaccin Sputnik-V contre le Covid en raison de l'invasion de l'Ukraine.

«Nous suspendons la coopération concernant Sputnik parce que la science doit être au service de la paix et non de la guerre», a déclaré le responsable de la Santé du Latium, Alessio D'Amato, cité par le quotidien La Repubblica.

Ces propos ont été confirmés à l'AFP par un porte-parole de la région.

La France en faveur de l'exclusion de la Russie de Swift

La France est en faveur de l'exclusion de la Russie du système bancaire Swift, a affirmé vendredi le ministre français des Finances Bruno Le Maire, afin de sanctionner la Russie de l'invasion en Ukraine.

«Certains États membres ont fait part de réserves, la France ne fait pas partie de ces États», a déclaré le ministre au cours d'une conférence de presse dans le cadre d'une conférence rassemblant les ministres des Finances de l'UE.

Nestlé suspend la production dans ses usines en Ukraine

Le géant suisse de l'agrolimentaire Nestlé a suspendu temporairement l'activité de ses usines et entrepôts en Ukraine, a-t-il indiqué ce vendredi 25.

«Assurer la sécurité et la protection de nos employés est notre priorité numéro un. Pour cette raison, nous avons temporairement fermé nos usines, entrepôts et notre chaîne d'approvisionnement», a précisé le groupe suisse dans un communiqué. 

Invasion en Ukraine: Manchester United met fin à son contrat de sponsoring avec Aeroflot

Le club anglais de Manchester United a annoncé vendredi avoir «révoqué» son contrat de sponsoring avec la compagnie aérienne russe Aeroflot, à la suite de l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes. «À la lumière des événements en Ukraine, nous avons retiré les droits de sponsoring d'Aeroflot», a déclaré United dans un communiqué. Jeudi, le gouvernement britannique a imposé un ensemble de sanctions à Moscou, dont l'interdiction de la compagnie aérienne dans l'espace aérien britannique. Moscou a ensuite interdit l'entrée dans son espace aérien à tous les avions liés au Royaume-Uni, y compris les vols en transit.

«Nous partageons les inquiétudes de nos fans à travers le monde et transmettons toutes nos pensées aux personnes touchées», a poursuivi Manchester United. Aeroflot était le sponsor officiel du club mancunien depuis 2013.

Ukraine: accord des 27 pour sanctionner Poutine et Lavrov par le gel de leurs avoirs

Les Européens ont décidé vendredi de sanctionner le président russe Vladimir Poutine et son ministre des  Affaires étrangères Sergueï Lavrov par un gel de leurs avoirs dans l'UE, ont indiqué des sources européennes à l'AFP.

La mesure avait été évoquée pendant le sommet européen extraordinaire jeudi à Bruxelles et a été ajoutée vendredi au paquet de sanctions que les ministres des  Affaires étrangères vont mettre en oeuvre, a-t-on précisé de mêmes sources.

Coup de fil Xi-Poutine, la Chine pour des négociations avec l'Ukraine

Le président chinois Xi Jinping s'est entretenu vendredi avec son homologue russe Vladimir Poutine au sujet de la guerre en Ukraine, se disant favorable à une résolution du conflit par la voie diplomatique.

La Chine «soutient la Russie dans la résolution (du conflit) par le biais de négociations avec l'Ukraine», a rapporté la télévision publique CCTV dans un compte rendu de l'échange téléphonique.

Lire la suite de l'article: Coup de fil Xi-Poutine, la Chine pour des négociations avec l'Ukraine

L'Ukraine s'inquiète de la situation à Tchernobyl, tombé aux mains des Russes

L'Ukraine a dit vendredi avoir enregistré des données de radiation préoccupantes à la centrale accidentée de Tchernobyl, tombée aux mains de l'armée russe la veille, Moscou affirmant pour sa part que tout y était sous contrôle.

«Il y a eu une hausse des indicateurs au-delà des niveaux de contrôle à 03H20 (01H20 GMT vendredi)», a indiqué à l'AFP le directeur-adjoint du département ukrainien pour les questions de sécurité des installations nucléaires, Alexandre Grigorach. 

«Mais on ne peut pas vérifier, car tout le personnel a été évacué», a-t-il indiqué, joint par téléphone.

Ukraine: le gaz russe au coeur des réticences européennes sur Swift

L'Occident a échoué jusqu'ici à se mettre d'accord sur des sanctions maximalistes contre la Russie, refusant de l'exclure du système bancaire Swift, en raison principalement de craintes de plusieurs pays européens pour leur approvisionnement énergétique.

Alors que le sujet était sur la table, aucune mesure de blocage des banques russes de cette interface de paiements internationaux, rouage essentiel de la finance mondiale, n'a été décidée jeudi par les dirigeants européens en sommet à Bruxelles, en représailles à l'invasion de l'Ukraine.

[Vidéo] Un Mauricien en Ukraine: «Moris, ed nou silvouplé !»

«Run (…) nou bizin galoupé(…) partout ena bom (….) Moris, ed nou silvouplé !» Poignant appel à l’aide que celui lancé par Kevin Allagapen, un Mauricien de 36 ans, qui se trouve actuellement en Ukraine avec sa compagne Tatiana et de leur enfant de 3 ans. La famille dit un vivre un véritable cauchemar. Notre compatriote demande aux autorités mauriciennes d'aider au moins son enfant et Tatiana à rentrer. En ce moment, caché dans une station de métro de Kyivska, en compagnie de plus de 2 000 Ukrainiens tout aussi terrorisés, le Mauricien avoue ne pas savoir combien de temps il pourra rester là. «Sov mo fam, mo zanfan... pran zot alé…»

Plus de 1 800 protestataires anti-guerre arrêtées en Russie

Plus de 1 800 manifestants contre la guerre en Ukraine ont été arrêtés en Russie, a déploré le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme vendredi, et a demandé la libération de ceux qui sont encore détenus.

«Arrêter des personnes qui exercent leurs droits à la liberté d'expression ou de réunion pacifique constitue une privation arbitraire de liberté. Nous appelons les autorités à assurer la libération immédiate de toutes les personnes détenues arbitrairement pour avoir exercé ces droits», a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat, Ravina Shamdasani.

Football: les matches internationaux à domicile impliquant l'Ukraine et la Russie sur terrain neutre

L'UEFA a décidé vendredi que les matches internationaux à domicile des clubs ou des sélections de l'Ukraine et la Russie seront organisés sur terrain neutre «jusqu'à nouvel ordre», en réaction au début de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

Cette décision concerne notamment le Spartak Moscou, en lice en Ligue Europa, mais pas le barrage pour le Mondial-2022 entre la Russie et la Pologne prévu le 24 mars à Moscou, qui dépend de la Fifa.

Football: la finale de la Ligue des champions déplacée de Saint-Pétersbourg au Stade de France

La finale de la Ligue des champions a été déplacée au Stade de France à Saint-Denis, le 28 mai, a annoncé vendredi l'UEFA, qui a retiré son organisation à Saint-Pétersbourg, en réaction au début de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

L'enceinte située au nord de Paris a accueilli en 2006 cette affiche de prestige, gagnée alors par le FC Barcelone contre Arsenal.

Les deux joueurs ukrainiens de NBA dénoncent l'offensive russe

Alex Len et Sviatoslav Mykhailiuk, les deux seuls joueurs ukrainiens de NBA, ont «condamné» en ce vendredi 25 dans un communiqué l'offensive russe déclenchée la veille dans leur pays.

«Une grande tragédie s'est notre chère patrie l'Ukraine» ont déclaré les deux joueurs de Sacramento et Toronto sur les réseaux sociaux, tout en condamnant «catégoriquement la guerre».

«L'Ukraine est un État souverain pacifique habité par des personnes qui veulent décider de leur propre destin» ont-ils ajouté. 

La Russie interdit tous les avions liés au Royaume-Uni de son espace aérien

La Russie a annoncé en ce vendredi 25, bannir de son espace aérien tous les avions liés au Royaume-Uni, après des sanctions imposées par Londres à la compagnie aérienne russe Aeroflot en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine.

L'espace aérien russe est interdit à tous les avions «appartenant, loués ou exploités par une personne liée à la Grande-Bretagne» et ceux qui y sont enregistrés, a annoncé le régulateur aérien russe Rosaviatsia dans un communiqué. 

Le Royaume-Uni promet à l'Ukraine de renforcer son soutien

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis de renforcer le soutien britannique à l'Ukraine lors d'un appel ce vendredi 25 février, avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky après les attaques contre la capitale Kiev, selon Downing Street.

Boris Johnson lui a assuré que «le monde est uni dans son horreur face à ce que (le président russe Vladimir) Poutine est en train de faire», et «s'est engagé à fournir un soutien supplémentaire» dans «les tous prochains jours», sans préciser la nature de celui-ci, selon un porte-parole de Downing Street.

Le président ukrainien affirme que les forces russes visent aussi des zones civiles

Le président ukrainien a déclaré ce vendredi 25 février que l'armée russe visait des zones civiles à Kiev, saluant en outre «l’héroïsme» des Ukrainiens face à l'invasion russe et assurant que ses soldats faisaient «tout leur possible» pour défendre le pays.

«Cette nuit, ils ont commencé à bombarder des quartiers civils. Cela nous rappelle (l'offensive nazie) de 1941», a dit Volodymyr Zelensky dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, prononçant cette phrase en russe à l'attention des citoyens russes.

Le Japon va sanctionner la Russie dans les semi-conducteurs

En accord avec ses partenaires du G7, le Japon a annoncé ce vendredi 25 février des sanctions supplémentaires contre Moscou pour son invasion de l'Ukraine, visant le secteur financier et l'exportation de composants électroniques vers la Russie.

Lire la suite de l'article: Le Japon va sanctionner la Russie dans les semi-conducteurs

Konstantin Klimovskiy: «La Russie ne compte pas occuper l’Ukraine»

Paroles de Konstantin Klimovskiy, l’ambassadeur russe à Maurice. Dans une interview à paraître prochainement, Konstantin Kilmovskiy explique que si la Russie a fini par en arriver là, c’est parce que les autorités ukrainiennes ont refusé et de mettre en pratique les accords de Minsk et le dialogue avec le Donbass. De plus, nous dit-il, des milliers de personnes ont été tuées ou blessées par les autorités ukrainiennes qui ont aussi refusé l’aide sociale aux habitants de cette région du sud-est ukrainien. 

Lire la suite de l'article: Konstantin Klimovskiy: «La Russie ne compte pas occuper l’Ukraine»

Guerre en Ukraine: la France va accélérer le déploiement de soldats en Roumanie

Emmanuel Macron a annoncé vendredi à Bruxelles que la France allait accélérer le déploiement de soldats en Roumanie dans le cadre de l'Otan, en réponse à l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

Lire la suite de l'article: Guerre en Ukraine: la France va accélérer le déploiement de soldats en Roumanie

Biden défendra «le moindre pouce de territoire de l'Otan» mais n'enverra pas de troupes en Ukraine

Les Etats-Unis défendront «le moindre pouce de territoire de l'Otan», mais n'enverront pas de troupes en Ukraine, a annoncé le président américain Joe Biden jeudi après l'attaque de la Russie.

«Nos forces armées ne vont pas en Europe pour combattre en Ukraine mais pour défendre nos alliés de l'Otan et rassurer ces alliés de l'Est», a affirmé Joe Biden lors d'une allocution télévisée.

Trump attaque Biden sur l'Ukraine, actant le déchirement de la classe politique américaine

En dénonçant «la faiblesse, l'incompétence et la stupidité» de l'administration Biden sur le dossier ukrainien, l'ancien président Donald Trump a enterré pour de bon la vieille coutume selon laquelle les querelles partisanes américaines sont suspendues en cas de conflit à l'étranger.

Quelques minutes à peine après l'annonce par le président russe Vladimir Poutine d'une «opération militaire» en Ukraine et les premières explosions à Kiev, l'ancien locataire de la Maison Blanche, leader de facto du parti républicain, a lâché les chiens.

Le président russe a «exploité la faiblesse, l'incompétence et la stupidité de cette administration et en tant qu'Américain, ça me met en colère, ça me rend triste», a cinglé le milliardaire sur la chaîne préférée des conservateurs, Fox News.

Celui qui avait estimé il y a quelques jours que la stratégie de Vladimir Poutine en Ukraine relevait du «génie» a encore une fois déclaré que rien de tout cela ne serait arrivé s'il était encore au pouvoir.

«Tout cela se produit à cause de l'élection volée», a-t-il assuré, réitérant une énième fois ses accusations infondées d'irrégularités lors de la présidentielle de 2020, auxquelles des millions d'Américains croient encore.

En début de matinée, un porte-parole de la Maison Blanche a répliqué, en ne mâchant pas ses mots:

«Deux porcs nauséabonds et peureux qui détestent ce que représente l'Amérique et dont chaque action est motivée par leur propre faiblesse et insécurité, se frottant le groin et célébrant la perte de vies innocentes», a fustigé Andrew Bates sur Twitter au sujet de Donald Trump et Vladimir Poutine.

«Bonne décision»

La position de Donald Trump est très loin de refléter celle du leadership républicain, bien plus va-t-en-guerre et néoconservateur. Unanimes à dénoncer les actions de Moscou, ces élus appellent à une réaction ultra-ferme de Joe Biden et soutiennent l'action du président -- au moins sur quelques points.

Le sénateur du Texas Ted Cruz, qui ne ménage d'ordinaire pas ses attaques contre le dirigeant démocrate, a estimé mercredi que Joe Biden avait pris la «bonne décision» en sanctionnant le gazoduc Nord Stream 2, qui devait approvisionner Berlin en gaz russe.

L'ancien président George W. Bush, souvent critique de Donald Trump, a aussi appelé le «peuple et le gouvernement américains à être solidaires avec l'Ukraine».

Le ténor conservateur Mitch McConnell a lui estimé que le retrait précipité des Etats-Unis de Kaboul, sous l'autorité de Joe Biden, avait fait office de «signal» à Poutine que l'«Amérique était en retrait» et représenté une «invitation aux autocrates du monde selon laquelle c'était peut-être le bon moment pour agir».

Mais les élus républicains dont il est le chef au Sénat devraient malgré tout se rallier à leurs collègues démocrates pour sévir contre Moscou quand le Congrès fera sa rentrée en début de semaine prochaine.

«L'Amérique en premier»

Mais entre néoconservateurs et isolationnistes, qui a le soutien de l'opinion publique? A neuf mois d'élections de mi-mandat qui pourraient bien redessiner le paysage politique américain, la question est cruciale et va sans doute influencer les positions de chacun.

Selon de récents sondages, seule une minorité d'Américains estimait que les Etats-Unis devraient jouer un rôle majeur dans le conflit.

Probablement une des raisons pour lesquelles une poignée d'élus proches de Donald Trump se sont acharnés contre l'administration Biden, l'accusant de délaisser les Américains sur des sujets qu'ils considèrent bien plus urgents, comme l'inflation ou l'immigration, au profit d'une crise bien trop loin de chez eux.

«Faites passer les frontières de l'Amérique en premier», appelait mercredi l'élue Marjorie Taylor Greene, très proche de M. Trump.

Les nombreux prétendants à l'investiture républicaine, réunis jeudi en Floride pour leur grand-messe et qui espèrent déloger Joe Biden en 2024, ne devraient pas non plus retenir leurs coups.

Inde: au téléphone avec Poutine, le Premier ministre Modi appelle à l'«arrêt de la violence»

Le Premier ministre indien Narendra Modi s'est entretenu jeudi au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine, dont l'armée a envahi l'Ukraine, et a appelé à un «arrêt immédiat de la violence», a annoncé son cabinet dans un communiqué.

M. Modi «a réitéré sa conviction de longue date que les différends entre Russie et Otan ne peuvent être résolus que via un dialogue honnête et sincère», selon ce texte.

Il a aussi «réclamé un arrêt immédiat de la violence et demandé des efforts concertés de toutes les parties pour retourner sur le chemin des négociations et du dialogue diplomatiques».

Proche de l'Union soviétique pendant la Guerre froide, l'Inde est considérée par Moscou comme un allié «sûr», avait rappelé M. Poutine en décembre, lors d'une visite à New Delhi.

L'Inde qualifie ses relations avec la Russie de «partenariat stratégique, spécial et privilégié».

La Russie est par ailleurs depuis longtemps un pourvoyeur d'armes majeur pour l'Inde, en pleine modernisation de ses forces armées.

Guerre en Ukraine : au moins 137 morts et 316 blessés recensés côté ukrainien

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé vendredi la mort d'au moins 137 de ses concitoyens depuis le début de l'invasion russe jeudi matin.

«137 héros, nos citoyens» ont perdu la vie, a-t-il indiqué dans une adresse vidéo mise en ligne sur le site de la présidence, ajoutant que 316 autres Ukrainiens avaient été blessés lors des combats.

Corps calciné et immeuble éventré: dans l'est de l'Ukraine, la guerre a commencé

«Pays de merde, put...», crie une femme, devant le corps d'un homme tué dans un bombardement sur un quartier résidentiel de Tchougouïv, dans l'est de l'Ukraine, épicentre de l'offensive déclenchée pendant la nuit par la Russie, qui a déjà fait des dizaines de morts.

Près du mort, son fils en pleurs, la trentaine, reste prostré. «Je lui avais dit de partir», répète-t-il indéfiniment, à côté des restes tordus d'une Lada antédiluvienne.

Le cratère du missile, large de quatre ou cinq mètres, est situé entre deux immeubles de cinq étages totalement détruits. Des pompiers tentent d'éteindre les derniers incendies.

Plusieurs autres immeubles plus éloignés de l'impact sont aussi gravement touchés, les fenêtres brisées, leurs montants pendant dans le vide.

Dans cette ville située à 30 km de Kharkiv, la deuxième métropole d'Ukraine, les bombardements russes ont résonné une partie de la nuit.

Les autorités ne pouvaient pas encore fournir de bilan mais au petit matin, les dégâts sont considérables. Une épaisse fumée noire est visible de loin et quatre immeubles sont complètement éventrés. 

«Avec Poutine? Plutôt mourir»

Olena Kourilo, une institutrice de 52 ans, sort de l'hôpital de Tchougouïv, le visage barré de pansements. Elle a été blessée par des bris de vitres lorsqu'elle se trouvait dans son appartement pendant un tir de missile.  

«J'ai réussi seulement à penser +Mon Dieu, je ne suis pas prête à mourir+. J'étais sous le choc, je ne ressentais pas de douleur, peut-être l'adrénaline», raconte-t-elle en ajoutant qu'une fille de 13 ans avait été tuée par ce bombardement dans le palier d'à côté. 

«Je ne pensais pas qu'une telle chose puisse arriver (...) Je ferai tout pour l'Ukraine, autant que je peux».

«Jamais, sous aucune condition, je ne vivrai sous Poutine. Il vaut mieux mourir», lance-t-elle.

Serguiï, 67 ans, tente de boucher ses fenêtres avec une table dont les pieds dépassent dans le vide, au rez-de-chaussée de son appartement.

L'homme s'en est sorti avec quelques contusions. «Je vais rester là, ma fille est à Kiev et c'est pareil là-bas», assure-t-il, alors que des explosions ont été aussi entendues jeudi matin dans les principales villes du pays.

Selon lui, le missile visait l'aérodrome militaire à proximité. «Il faisait partie des cibles que Poutine avait citées, je ne suis même pas étonné», poursuit-il.

«Défendre ma patrie»

L'armée russe a affirmé jeudi avoir détruit les systèmes de défense anti-aérienne et mis «hors service» les bases aériennes à travers le pays.

Mais la menace n'est pas venue seulement du ciel. 

La très redoutée invasion terrestre a également commencé jeudi matin depuis le nord, le sud et l'est dont la région séparatiste de Lougansk.

Chez les Ukrainiens de la région, préparés par huit ans de conflit armé avec les rebelles séparatistes prorusses, dans ce scénario catastrophe, chacun affirme savoir ce qu'il a à faire.

«S'ils continuent de nous bombarder, je vais trouver des armes et défendre ma patrie, peu importe que j'aie 62 ans», menace Vladimir Levachov, habitant de Tchougouïv.

«Et pourtant, je suis Russe. Mais, si vous regardez l'histoire, si vous lisez des livres, il y a 300, 400 ans, c'était déjà la même chose. Les Russes sont des écorcheurs!», enrage-t-il.

«Combats partout»

Sur les principales routes de l'est, l'armée ukrainienne était partout. Entre Kramatorsk et Kharkiv, une colonne de véhicules siglés du drapeau bleu-jaune est à l'arrêt.

A 300 km de là, Marioupol, principal port du sud-est du pays, de puissantes explosions ont secoué la ville, pourtant relativement épargnée ces dernières semaines.

Dans le secteur, les premières évacuations commencent, notamment des petites villes de Zoloté et Gorské. «Nous emmènerons les gens à la gare la plus proche», dit Oleksiï Babtchenko, porte-parole de la défense civile.

Mais plus loin, dans la ville de Novotochkovka, ces évacuations sont désormais impossibles. Quelques heures après le début de l'offensive, les tirs d'artillerie russes sont déjà trop nourris et les communications compliquées.

«L'offensive est en cours sur toute la ligne de démarcation dans les régions de Lougansk et de Donetsk», a déclaré M. Babtchenko. «Les combats se déroulent partout».

«Nous ne pouvons pas encore recevoir d'informations sur les victimes, car il n'y a pas de communication dans cette zone».

Pavlopil, dans la région de Donetsk, qui a été la cible de missiles Grad, est privé de gaz, d'eau et d'électricité après et les évacuations étaient en cours jeudi matin, selon le maire Serguiï Chapkine. 

«Depuis 4h du matin, on nous tire dessus avec (des lance-roquettes) Grad et Ouragan. Ils tentent de raser le village de Starogrativka», a déclaré à l'AFP au téléphone le maire du village Volodymyr Vesselkine.

Qu’en pensent nos compatriotes vivant en Russie ?

Kirill Bholee, un Mauricien établi en Russie depuis plus de quatre ans, explique que la Russie ne veut pas la guerre, c’est quasi situationnel. «La guerre peut même affecter notre économie à cause de plus de sanctions. Mais les États-Unis veulent la guerre et font pression pour que cela se produise. C’est principalement à cause du Nord Stream 2.»

Selon ses dires, l’année dernière, la Russie a exporté environ 50 % du gaz total utilisé par toute l’Europe. Maintenant, le gaz passe par l’Ukraine, puis est ensuite livré dans toute l’Europe. «L’Ukraine ne veut pas que la Russie commence à utiliser le Nord Stream 2. Comme celui-ci représente 30 % de l’économie de l’Ukraine, le gaz transite par la Russie vers l’Europe, et les États-Unis veulent également ne pas perdre le marché européen, car l’Europe préférera utiliser le gaz russe sachant qu’il est beaucoup moins cher que celui des ventes américaines, je pense à une différence de prix d’environ 23 %.»

Notre interlocuteur avance que les États-Unis envoient des armes à l’Ukraine et incitent à créer des ravages, à Donbass, Louhansk et Donetsk. Ces trois régions sont prêtes à devenir indépendantes et ne font pas partie de l’Ukraine, poursuit-il. «La Russie ne voulait pas la guerre, mais nous subissons la pression de l’Ukraine, qui tue des Slaves, des Russes. Ainsi, l’Ukraine et les États-Unis ont maintenant obtenu ce qu’ils voulaient, les certifications Nord Stream 2 ont été bloquées.»

Notre compatriote, qui détient maintenant la double nationalité, confie que personne ne veut la guerre car ce sera peut-être la fin de l’espèce humaine avec les armes puissantes qui ont été créées à ce jour. «Mais la Russie protège son territoire et ne veut aucune base militaire à sa frontière, car cela constituera un grand risque pour la sécurité du peuple russe.»

Pour cet autre Mauricien, qui pour des raisons évidentes refuse de s’exprimer à visage découvert, et dont la profession fait qu’il soit basé en Russie depuis des années, la reconnaissance formelle et ouverte par Vladimir Poutine de l’indépendance des républiques séparatistes Donetsk et Lougansk va peser de tout son poids dans le conflit qui oppose, sur un rythme d’hostilités avancées et inquiétantes, la Russie à l’Ukraine qui d’ailleurs partage au Nord-Est et à l’Est, sa frontière avec le pays de Vladimir Poutine. «Ce 23 février était un jour férié en Russie, pour commémorer la création de l’Armée rouge et rendre hommage aux soldats russes. Les républiques populaires de Donetsk et Lougansk, dans la région du Donbass, se sont autoproclamées en 2014, à l’issue de deux référendums. Cela a conduit à un conflit sanglant entre les forces gouvernementales ukrainiennes et les séparatistes armés. L’Ukraine, l’Union européenne et les États-Unis affirment que la Russie est impliquée dans le conflit, qui a tué plus de 14 000 personnes jusqu’à présent. Moscou nie cette allégation. Le conflit armé a commencé lorsqu’une vague de protestations en Ukraine a renversé un gouvernement pro-russe démocratiquement élu et l’a remplacé par une administration pro-occidentale.»

Un autre Mauricien, ayant longtemps vécu en Russie, bien qu’il soit loin d’applaudir la posture belliqueuse de Valdimir Poutine, donne plusieurs raisons pour expliquer comment, à cause des liens historiques et culturels étroits entre la Russie et l’Ukraine, il est tout à fait possible de conclure que la réaction de la Russie est compréhensible. Les dirigeants russes, souligne-t-il, «ont toujours considéré l’Ukraine comme une partie historique de la Russie, plutôt que comme un pays à part entière. En fait, Kiev était la première capitale de Kievan Rus et le berceau du christianisme orthodoxe de la région. Depuis l’effondrement de l’URSS, la Russie a toujours cherché à exercer son influence géopolitique et économique sur les anciens États soviétiques. La préoccupation de la Russie concernant l’expansion active de l’OTAN en Europe de l’Est est quelque peu compréhensible, et elle considère le déploiement continu des troupes de l’OTAN le long de ses frontières comme une grave menace pour sa sécurité. Au cours des dernières années, les dirigeants ukrainiens ont ouvertement fait preuve d’une politique pro-occidentale de défi. Avec des liens historiques et culturels aussi étroits entre les deux pays, la réaction de la Russie est compréhensible.»

Pour ce Mauricien, plusieurs opérations militaires de l’OTAN (en ex-Yougoslavie) ont laissé un lourd tribut. «Ayant longtemps vécu en Russie, je comprends que Vladimir Poutine s’oppose fermement à une hégémonie dirigée par les États-Unis, alors que la Russie et d’autres pays émergents (Chine, Inde, entre autres) cherchent à s’imposer comme des superpuissances.»

Ukraine: Macron promet des sanctions «sans faiblesse» contre la Russie

Emmanuel Macron a promis jeudi que la France et ses alliés décideront de sanctions «sans faiblesse» contre la Russie, à la fois «sur le plan militaire et économique autant que dans le domaine de l'énergie», lors d'une allocution enregistrée à l'Elysée.

«Les évènements de cette nuit sont un tournant dans l’Histoire de l’Europe et de notre pays. Ils auront des conséquences durables, profondes sur nos vies» et «sur la géopolitique de notre continent», a averti le président français avec gravité, à l'issue d'un Conseil de défense réuni d'urgence.

«Nous appuierons l’Ukraine sans hésiter, et nous prendrons toutes nos responsabilités pour protéger la souveraineté et la sécurité de nos alliés européens», a-t-il ajouté.

L'Elysée a précisé que les mesures «militaires» dont a parlé le chef de l'Etat signifiaient l'envoi de troupes supplémentaires en Roumanie sous l'égide de l'Otan, qui feront l'objet de discussions lors d'un sommet de l'Otan vendredi.

«A cet acte de guerre, nous répondrons sans faiblesse» lors des décisions qui seront prises lors du G7 et du Conseil européen jeudi soir, a ajouté le président de la République, qui s'exprimait avec le drapeau ukrainien en arrière-plan, aux côtés des drapeaux français et européen.

Vladimir Poutine «a décidé de porter l'atteinte la plus grave à la paix, à la stabilité dans notre Europe depuis des décennies», a déclaré le chef de l'Etat.

«Ne cédons rien de notre unité», a-t-il aussi lancé aux Français, «l'unité autour de nos principes de liberté, de souveraineté et de démocratie».

«Un message de ma part sera prononcé demain au Parlement et je reviendrai vers vous dans les heures qui viennent afin de vous tenir informés de l’évolution de la situation et des décisions que je serai amené à prendre», a-t-il précisé.

Pour coordonner leur riposte, les Occidentaux se réuniront dans un G7 virtuel ce jeudi à 15H00, un sommet européen est prévu à 20H00 à Bruxelles et un sommet de l'Otan en visioconférence vendredi matin.

"It is really happening and it is very dangerous", dit cet Ukrainien à Maurice

 
 

 

Démonstration pacifique des Ukrainiens à Maurice

Ne voulant pas rester les bras croisés face à l'invasion russe dans leur pays, des Ukrainiens résidant à Maurice manifestent, pancartes en main devant la cathédrale St Louis à Port-Louis, ce jeudi 24 février.

L'invasion russe «remet en cause la paix» en Europe

L'invasion russe de l'Ukraine «met en danger la vie d'innombrables innocents» et «remet en cause la paix» en Europe, a estimé jeudi Olaf Scholz.

«Le président russe enfreint une fois de plus de manière flagrante le droit international», a dénoncé dans une déclaration à la presse le chancelier allemand, pour qui «rien ne peut justifier tout cela».

«C'est la guerre de Poutine», a martelé le dirigeant allemand qui a convoqué les députés allemands en session extraordinaire dimanche.

«Poutine apporte ainsi la souffrance et la destruction à ses voisins directs, il viole la souveraineté et les frontières de l'Ukraine, il met en danger la vie d'innombrables innocents en Ukraine et en fin de compte, il remet en cause la paix sur notre continent», a fustigé le successeur d'Angela Merkel.

«En tant que président du G7, je m'engagerai cet après-midi, lors d'une vidéoconférence des chefs d'Etat et de gouvernement du G7, en faveur d'une réaction uniforme et claire», a-t-il prévenu, promettant de «nouvelles sanctions sévères» contre Moscou. 

«Nous verrons que Poutine a commis une grave erreur avec sa guerre», a-t-il asséné, demandant à la Russie de «stopper immédiatement l'attaque militaire et le bain de sang».

Vladimir Poutine a lancé jeudi une invasion de l'Ukraine, avec frappes aériennes et entrée de forces terrestres depuis plusieurs directions, les autorités ukrainiennes faisant état quelques heures plus tard d'un premier bilan d'une cinquantaine de morts, dont une dizaine de civils.

L'attaque a immédiatement déclenché un tollé de la communauté internationale, avec des réunions d'urgence prévues dans plusieurs pays occidentaux et notamment à l'Otan et à l'Union européenne. 

La crainte des Ukrainiennes vivant dans l’île est palpable

Shybetska Iryna Viktorivna dit craindre pour l’avenir de son pays. Elle est originaire d’Ukraine et sa famille et d’autres proches y vivent encore. Elle reste scotchée aux informations et tremble en entendant ce que la Russie compte faire. «Depuis huit ans, la Russie, menée par Vladimir Poutine, ne cesse de nous menacer. Son but : c’est occuper le maximum de territoires possibles.» Elle ajoute que tous les Ukrainiens commencent à craindre cette «guerre», qui peut éclater à tout moment entre les deux nations. «Mes proches redoutent le débarquement des troupes russes sur notre territoire. Il ne faut pas oublier que Vladimir Poutine n’arrête pas de menacer toute la planète avec ses armes nucléaires. Mais mes proches ne comptent pas quitter leur pays. Au contraire, malgré la peur, ils se disent prêts à défendre notre terre. Nous sommes de grands patriotes, tout comme les Mauriciens le sont aussi.»

Elle vit à Maurice depuis 15 ans. Elle a rencontré le Mauricien qu’elle a épousé, par la suite, en Ukraine, alors que ce dernier y faisait ses études supérieures. Et cinq ans après leur rencontre, il lui a demandé sa main. C’est à Maurice qu’elle s’est mariée et installée. «J’ai trois enfants. Et j’aime bien cette île. Mauritius has become my home! Mais ce qui nous touche c’est que plusieurs pays soutiennent l’Ukraine. And all together, we are strong!» Toutefois, elle espère que le président russe va se ressaisir et ne déclenchera pas une Troisième Guerre mondiale.

De son côté, c’est à Maurice qu’Anastasiia Thomas a rencontré son époux. «J’étais venue comme volontaire pour une organisation charitable internationale. Et j’y ai rencontré l’homme de ma vie. Après avoir vécu une relation à distance, je suis revenue pour l’épouser. Et cela fait déjà cinq ans que je vis à Maurice.» Mais si elle vit un conte de fées dans notre île, elle est consciente de la dure réalité vécue par ses compatriotes. «L’Ukraine ne veut pas de guerre, surtout que cela risque d’affecter toute l’Europe. Nous voulons juste qu’on nous laisse tranquille afin que nous perpétuions nos traditions et vivions notre histoire.»

Elle craint pour ses parents qui vivent très près de la zone de conflit. «Tous les jours, ils entendent des bombardements. En 2014, nous avons vécu un traumatisme quand les forces russes ont bombardé ma ville, Mariupol. Et nous ne voulons pas revivre cela. J’y ai encore mes deux neveux que je n’ai vus depuis deux ans. J’espère que tous ces évènements ne les effraieront point. Et s’il n’y a pas de guerre, je veux me rendre en Ukraine pour les voir.» Tous redoutent les prochains jours…

Ces Mauriciens en Ukraine qui veulent rentrer

Nos compatriotes commencent à s’inquiéter. Quatre Mauriciens se trouvant en Ukraine veulent rentrer, nous a déclaré Chandan Jankee, ambassadeur de Maurice en Russie. Mais seuls deux reviendront dans l’immédiat, les deux autres ayant choisi d’attendre encore un peu. Quant aux compatriotes se trouvant en Russie, personne ne l’a contacté, nous dit Chandan Jankee. Selon lui, il y aurait une centaine de Mauriciens en Ukraine et en Russie, dont la majorité sont des étudiants. «Le problème, c’est que la plupart ne s’inscrivent pas auprès de l’ambassade. Il est difficile donc d’en connaître le nombre exact.»

Les bruits des bottes se font-ils entendre à Moscou ? «Non», répond l’ambassadeur, qui ajoute que Moscou et les Moscovites sont très calmes et il n’y a aucune panique ni alerte. «Même la presse russe n’en parle pas. Ce sont les médias occidentaux qui en font leurs choux gras.» Il faut dire que l’Ukraine est à presque 1 000 km de la capitale russe.

Que pensent les Russes de cette menace de guerre et de cette hostilité ? Chandan Jankee affirme que d’après les conversations qu’il a eues avec des citoyens et officiels russes, ce n’est, pour eux, qu’une agitation de plus des Amé- ricains qui ne veulent pas que la Russie vende davantage de gaz aux Européens et devienne encore plus puissante.

«Les Russes pensent qu’après la débâcle des Américains en Afghanistan, ils cherchent à se montrer sur le plan international comme un pays qui est toujours fort. Pour d’autres, ce n’est qu’une tentative de plus de la communauté des affaires américaine d’empêcher le service du Nord Stream 2.» (NdlR, selon les dernières informations, l’Allemagne a suspendu mardi l’autorisation de ce gazoduc.)

Il y a aussi, selon les Russes, la pression du complexe militaro-industriel américain qui a perdu des marchés au profit de la Chine et de la Russie et qui voudrait une guerre pour vendre des armes. «Les Américains voient aussi d’un mauvais œil la montée de la Chine et de la Russie qui, en plus, sont alliés.»

Pour Chandan Jankee, il n’y aura pas de guerre et il souhaite que cela soit ainsi. «Mais pour les Russes, en l’absence de guerre, les Américains voudraient imposer des sanctions sur la Russie. Malgré toutes ces sanctions, la Russie prospère toujours.» Il dit croire au pouvoir de la diplomatie pour éviter une guerre. «Mais si la guerre est déclenchée, c’est l’Europe en premier qui en subira les conséquences, suivie du monde entier.»

L'armée bélarusse ne participe pas à l'invasion russe de l'Ukraine (président cité par agence)

Le bilan ukrainien passe à trois morts (gardes-frontières)

Le bilan des pertes des forces armées ukrainiennes au déclenchement de l'offensive russe est passé jeudi à trois morts, toutes subies le long de la frontière sud avec la Crimée annexée par Moscou, ont annoncé les gardes-frontières.

L'armée russe a débuté dans la nuit de mercredi à jeudi une invasion de l'Ukraine sous forme d'attaques coordonnées sur plusieurs fronts, au nord, et principalement à l'est du pays, utilisant dans le secteur sud des roquettes et hélicoptères contre les positions ukrainiennes, ont précisé les gardes-frontières.

Le prix du baril de pétrole dépasse les 100 dollars

Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une «opération militaire» en Ukraine.

Le baril de Brent a grimpé jusqu'à 100,04 dollars après l'annonce, alors que les craintes d'un conflit à grande échelle en Europe de l'Est s'intensifient.

La Russie dit avoir détruit les bases aériennes et la défense anti-aérienne ukrainiennes

 

L'armée russe a affirmé jeudi avoir détruit les systèmes de défense anti-aérienne et mis "hors service" les bases aériennes de l'Ukraine, où Moscou a lancé dans la matinée une opération militaire.

«L'infrastructure militaire des bases aériennes des forces armées ukrainiennes a été mise hors service», a indiqué le ministère russe de la Défense, cité par les agences de presse russes. «Les installations de défense anti-aérienne des forces armées ukrainiennes ont été détruites», a-t-il ajouté.

 

La Russie lance une «opération militaire» en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi le début d'une "opération militaire" en Ukraine où de puissantes explosions et les sirènes d'alerte aérienne ont retenti dans plusieurs villes, Kiev affirmant qu'une «invasion de grande ampleur» était en cours.

Dans une adresse à la nation, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a proclamé la loi martiale dans tout le pays. «Pas de panique», «nous allons vaincre», a-t-il affirmé.

Peu après la déclaration surprise à la télévision du maître du Kremlin, qui a dit vouloir défendre les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine, une série d'explosions ont été entendues à Kiev. Les sirènes d'alerte aérienne ont retenti dans la capitale ainsi qu'à Lviv, la ville de l'ouest où les Etats-Unis et plusieurs autres pays ont déplacé leurs ambassades.

Dans le métro de Kiev, des dizaines d'habitants tentaient de se mettre à l'abri ou de prendre un train, valise à la main pour quitter la ville.

Des explosions ont également été entendues à Kramatorsk, ville dans l'est qui sert de quartier-général à l'armée ukrainienne, à Kharkiv, deuxième ville du pays, et à Odessa, sur la mer Noire.

La Russie a affirmé avoir détruit des bases aériennes et la défense anti-aérienne ukrainienne, tandis que Kiev a revendiqué avoir abattu cinq avions et un hélicoptère russes.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a dénoncé le début d'une "invasion de grande ampleur" par la Russie. Cette opération vise à «détruire l'État ukrainien, s'emparer de son territoire par la force et établir une occupation», a renchéri son ministère dans un communiqué.

L'Ukraine a également annoncé la fermeture de son espace aérien pour l'aviation civile et les vols ont été annulés depuis les aéroports des grandes villes du sud de la Russie, à proximité de l'Ukraine.

L'armée russe a toutefois assuré viser les sites militaires ukrainiens avec des "armes de haute précision", ce qu'a semblé reconnaître le président ukrainien en indiquant que la Russie avait effectué des frappes contre des infrastructures militaires et des garde-frontières ukrainiens.

L'ambassadeur de Russie à l'ONU, Vassily Nebenzia, est allé au-delà, affirmant que son pays ciblait "la junte au pouvoir à Kiev".

La décision du président russe, qui intervient après des mois de tensions et d'efforts diplomatiques pour éviter une guerre, a aussitôt déclenché une vague de condamnations internationales.

«Président Poutine, au nom de l'humanité, ramenez vos troupes en Russie!», a lancé le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, visiblement éprouvé, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

Le président américain Joe Biden a dénoncé une "attaque injustifiée" qui provoquera «des souffrances et pertes de vies humaines». «Le monde exigera des comptes à la Russie», a-t-il promis. Il s'est également entretenu tôt jeudi avec le président ukrainien, lui promettant son soutien.



«Attaque téméraire»

Le chef de l'Otan Jens Stoltenberg a condamné une «attaque téméraire et non provoquée» par la Russie. Une réunion d'urgence des ambassadeurs de l'Otan a été décidée jeudi matin.

Le chancelier allemand olaf Scholz a dénoncé de son côté «une violation éclatante» du droit international, tandis que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est engagée à demander à Moscou de «rendre des comptes». Vladimir Poutine «a choisi la voie de l'effusion de sang et de la destruction en lançant cette attaque non provoquée», a affirmé le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Après s'être entretenu avec plusieurs dirigeants étrangers jeudi matin, M. Zelensky a appelé à «une coalition anti-Poutine» mondiale pour «contraindre la Russie à la paix».

«J'ai pris la décision d'une opération militaire spéciale», a annoncé à l'aube M. Poutine dans une déclaration à la télévision. «Nous nous efforcerons d'arriver à une démilitarisation et une dénazification de l'Ukraine», a dit le maître du Kremlin assis à un bureau en bois sombre.

«Nous n'avons pas dans nos plans une occupation des territoires ukrainiens, nous ne comptons imposer rien par la force à personne», a-t-il assuré, appelant les militaires ukrainiens «à déposer les armes».

Puis, il s'est adressé à ceux «qui tenteraient d'interférer avec nous (...) ils doivent savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et conduira à des conséquences que vous n'avez encore jamais connues».

L'Ukraine affirme avoir abattu cinq avions et un hélicoptère russes

©MAXAR

L'armée ukrainienne a affirmé jeudi avoir abattu dans l'est du pays cinq avions et un hélicoptère de l'armée russe qui a lancé dans la matinée une opération militaire contre l'Ukraine.

«Cinq avions et un hélicoptère de l'agresseur ont été abattus», a indiqué l'état-major de l'armée ukrainienne dans un communiqué.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu