Défense aérienne: contrat signé entre l’Inde et Maurice pour un second Dhruv

Avec le soutien de
Signature du contrat entre Hindustan Aeronautics Limited et le gouvernement mauricien, représenté par Om Kumar Dabidin, mercredi.© HAL

Signature du contrat entre Hindustan Aeronautics Limited et le gouvernement mauricien, représenté par Om Kumar Dabidin, mercredi.© HAL

Rs 1,1 milliard. C’est le coût de l’hélicoptère dernière génération que Maurice a acheté à Hindustan Aeronautics. Le contrat pour un Dornier à Rs 500 millions a également été signé, mercredi.

La flotte de la Police Helicopter Squadron (PHS) s’agrandit. Cette unité de la police basée à l’aéroport SSR dispose de six hélicoptères : quatre 4 Chetak, le Fennec et le Dhruv Mk-I, afin de notamment surveiller la zone maritime et effectuer des mis- sions de reconnaissance ainsi que les opérations de recherche et de sauvetage, y compris l’évacuation des blessés. Mercredi, le gouvernement mauricien a signé un contrat avec le constructeur indien Hindustan Aeronautics Limited (HAL) pour l’achat d’un second Dhruv, l’Advanced Light Helicopter (AHL)-Mk III, rapportent les médias indiens.

«Avec ce contrat, HAL et le gouvernement mauricien ont encore renforcé les relations commerciales de longue date qui s’étendent sur plus de trois décennies», souligne HAL dans une déclaration sur son compte Twitter. Le contrat a été signé par BK Tripathy, General Manager, Helicopter Division-HAL et Om Kumar Dabidin, Secretary of Home Affairs, du bureau du Premier ministre, à la HAL’s Transport Aircraft Division, à Kanpur. Ce second Dhruv prendra environ 18 mois pour sortir de l’usine de fabrication de Bengaluru avant d’être livré au gouvernement mauricien. Les pilotes qui utili- seront le Dhruv Mk-III s’envoleront pour HAL pour suivre une formation d’un mois. Ils seront accompagnés d’une équipe de techniciens.

L’AHL-Mk III est une version plus avancée et performante du Dhruv, largement utilisé par les formes armées indiennes. Plus de 335 ALH ont été construits à ce jour, cumulant environ 340 000 heures de vol. En avril 2021, lors des essais au large de Chennai par HAL, l’hélicoptère a démontré avec succès ses capacités d’opérations telles que l’atterrissage sur le pont, le pliage des pales et le stockage de l’hélicoptère à l’intérieur du hangar à bord, citent les médias indiens. Les activités couvraient également la maintenance à l’intérieur du hangar et sur le pont et le ravitaillement à chaud avec les moteurs en marche sur le pont. L’avantage du Dhruv Mk-III est qu’il est équipé du radar de surveillance le plus avancé capable de détecter et d’identifier les navires et des embarcations jusqu›à une distance de 120 milles nautiques. Seul bémol, ce petit bijou coûte 25 millions de dollars américains, soit Rs 1,1 milliard selon le taux de change du jour.

«Exigences indiennes»

Cependant, dans le milieu, l’on fait ressortir qu’il y avait des «exigences» de l’Inde concernant l’achat du Dhruv Mk-III. En effet, un second Dhruv Mk-I «on lease» devait rejoindre la flotte si le gouvernement mauricien acceptait de passer une commande pour deux appareils. Or, le contrat a été signé pour un seul appareil uniquement. Du coup, les pilotes sont dans l’incertitude quant à l’hélicoptère en location, s’il arrivera bientôt.

Le Dhruv fait partie du folklore mauricien depuis la première acquisition de l’hélicoptère, en 2009, au coût d’environ 9,75 millions de dollars américains, financé entièrement par une ligne de crédit. Lors d’une visite d’État du Premier ministre de l’époque, Navin Ramgoolam, en octobre 2005, le gouvernement de l’Inde a accepté d’accorder une ligne de crédit de 100 millions de dollars américains avec une composante de don de 25 millions de dollars US. Par conséquent, un protocole d’accord intergouvernemental a été signé, le 27 février 2009, entre le gouvernement indien et le gouvernement mauricien pour la livraison de l’hélicoptère Dhruv à la police, par HAL.

À noter qu’en sus du Group Captain, Manish Sinha, et d’un autre pilote indien, deux Mauriciens ont été formés pour faire voler le Dhruv.

Recrutement de pilotes et de techniciens recommandé

«On aura plus d’hélicoptères que de pilotes.» C’est un peu le ressenti du côté de l’escouade héliportée de la police. Cette unité dispose d’une équipe de neuf pilotes, sept Mauriciens et deux Indiens. Ces pilotes estiment qu’il faut procéder à un recrutement, avec le nombre d’appareils dont va disposer la PHS. Selon eux, il faudrait idéalement 18-20 pilotes, soit deux pilotes pour chaque appareil. Le dernier recrutement est celui de la «Woman Cadet Officer» Souvarnaa Ramjee-Essoo. Autre grief des pilotes : l’absence de promotion et d’une rémunération appropriée vu la «haute responsabilité» sur leurs épaules. Davantage de techniciens sont également recommandés à la PHS

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x