Réunification de l’opposition: l’attribution des postes demeure la pierre d’achoppement

Avec le soutien de

Certes, ce fut une rencontre cordiale entre Xavier Duval et Arvin Boolell, comme nous l’avait souligné ce dernier. Mais malgré cela, les négociations n’ont pas avancé, comme souhaité de part et d’autre. Après avoir contacté plusieurs parlementaires dans la journée d’hier, il semblerait que les négociations pour retourner les postes de leader de l’opposition et de whip au Parti travailliste (PTr) buttent sur des macadams. Si le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) et le Mouvement militant mauricien (MMM) n’ont aucune objection à ce qu’Arvin Boolell redevienne leader de l’opposition parlementaire, ils ne souhaitent pas que le poste de whip revienne aux Rouges. Le PMSD et le MMM souhaitent que chacun des trois partis prenne un poste de responsabilité.

On se souvient que le président du PTr, Patrick Assirvaden, avait toujours émis le souhait qu’avant toute discussion d’une éventuelle alliance entre les trois principaux partis de l’opposition, il fallait d’abord que le PTr récupère les postes de leader de l’opposition et de whip, comme c’était le cas auparavant. Shakeel Mohamed occupait alors celui de whip. Interrogé hier, Patrick Assirvaden dira que Paul Bérenger a tout à fait raison, quand il dit que «nothing is agreed until everything is agreed». Comme le leader du MMM, il estime «qu’on est encore loin du everything agreed».

Il se refuse à commenter l’attribution des postes de responsabilité dans l’opposition. En revanche, il fait comprendre que les discussions pour une alliance ne se font pas en un ou deux jours. Un des gros morceaux avant une concrétisation est le programme qui, selon lui, est le plus important avant de parler d’alliance. Patrick Assirvaden pense, comme Arvin Boolell, qu’une réunion du bureau politique du parti est nécessaire pour discuter de cette affaire de postes de responsabilité et d’une éventuelle alliance. Il dit travailler sur la tenue de cette réunion qui pourrait se faire d’ici la fin du mois.

Interrogé, Shakeel Mohamed, whip de l’opposition avant que le poste ne soit attribué à Patrice Armance du PMSD, soutient que «si le monde devait être un meilleur endroit pour vivre, l’opposition ne devrait pas penser qu’à ça (attribution des postes)». Des discussions sur ces postes sont futiles, ajoute-t-il, et il n’y a aucune urgence. «Il y a beaucoup plus de choses sur lesquelles discuter que l’attribution de ces postes.» Après la rencontre Xavier-Luc Duval-Arvin Boolell, tout laisse croire que, sans l’intervention de Navin Ramgoolam, une alliance PTr-MMM-PMSD aurait du mal à se concrétiser.

Presque un an après la scission entre le PTr et le MMM-PMSD, plusieurs parlementaires rouges ne souhaitent pas une grande alliance coûte que coûte, ou pour reprendre une expression chère à Paul Bérenger, «pas à n’importe quel prix». Par ailleurs, il nous revient que le BP du MMM réuni lundi après-midi n’a pas fait grand cas de la rencontre Duval-Boolell. Depuis le jeudi 13 janvier, le BP du MMM était au courant de cette rencontre entre le leader de l’opposition et le chef de file du PTr au Parlement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x