«Recount» des votes de 2019: des anomalies exposées en cour dès janvier 2020

Avec le soutien de

Si la non-opposition de la commission électorale à un nouveau décompte des voix dans la circonscription n°19, a été forcée par les anomalies arithmétiques relevées par les avocats de la pétitionnaire Jenny Adebiro, ce n’est pas la première fois que les chiffres officiels des élections de 2019 se retrouvent dans la controverse.

Le principe qui a forcé la commission électorale à s’avouer vaincue face à la demande de Jenny Adebiro en Cour suprême, mercredi, c’est que la candidate battue du Mouvement militant mauricien a démontré que certaines salles de classe où se faisait le décompte ont compté plus de bulletins que le nombre qui leur avait été alloué.

Or ce n’est pas l’unique cas. Dès le 15 janvier 2020, Roshi Bhadain avait démontré que les circonscriptions 3, 5 et 18 (Port-Louis Maritime / Port-Louis Est, Pamplemousses / Triolet et Rivière-des-Anguilles / Souillac) avaient validé plus de votes que le nombre de votants par trois fois. Pour arriver à cette conclusion, le leader du Reform Party avait totalisé le nombre de voix obtenues par chaque candidat. Chiffre qu’il a divisé par 3 (puisque chaque votant désigne trois candidats). Il a ensuite comparé le résultat obtenu au nombre de votants officiellement déclarés par la commission électorale le jour du scrutin.

Résultat: dans les circonscriptions 3, 5 et 18, il n’y avait pas de votes invalides (ce qui en soi est exceptionnel), mais le nombre de votes comptabilisés dépassait la formule (nombre de votants X 3), ce qui voudrait dire qu’il y avait plus de bulletins que de votants annoncés par la commission électorale.

La commission électorale n’a jamais répondu à ces arguments de Roshi Bhadain. Après avoir publié de nouveaux chiffres sur le nombre de votants (les nouveaux chiffres mettaient un terme aux anomalies relevées par Bhadain), elle avait choisi de livrer bataille sur la forme du procès en arguant que la formule de Judicial Review qu’avait choisie Roshi Bhadain n’était pas appropriée. C’est sur ce point précis que le leader du Reform Party a perdu deux fois en cour, et il n’a pas fait appel au Privy Council.

Au-delà du fait d’avoir quasiment obtenu un recount dans la circonscription no 19, les calculs d’Adebiro font réapparaître le spectre d’anomalies comptables sur au moins trois autres circonscriptions.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x