Arrêt des vols vers Maurice: des travailleurs malgaches dans le brouillard

Avec le soutien de
(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

De nombreux travailleurs malgaches verront leur contrat arriver à terme dans quelques jours. Si ces derniers se réjouissaient de passer les fêtes de fin d’année avec leurs proches, il se pourrait que ce ne soit envisageable, une suspension des vols entre la Grande île et Maurice étant prévue à partir du 27 novembre.

Inquiets, stressés, perturbés, les qualificatifs ne manquent pour décrire ce que ressentent de nombreux Malgaches à Maurice, à l’instar de Michel, employé d’une usine à Solitude et bientôt au chômage. «Mon contrat se termine fin novembre. J’ai décidé de rentrer au pays. Mais je ne sais si j’aurai un vol pour retrouver les miens.»

La compagnie le loge jusqu’à la fin du mois, mais après cela, il ne sait à quoi s’attendre. «Peut-être que nous serons conduits vers une autre usine et que nous aurons un contrat en attendant que les choses se décantent.» Toutefois, ses compatriotes et lui espèrent toucher leur compensation. «On nous a dit que nous devons attendre la fin de notre contrat pour pouvoir toucher notre argent.»

Justement, Jane Ragoo, secrétaire de la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé, dénonce cette situation. «Pas plus tard que ce matin (NdlR, hier matin), deux travailleurs m’ont expliqué leur situation, indiquant qu’ils devaient rentrer dans leur pays ce samedi mais qu’ils n’ont pu prendre leur billet d’avion, leur passeport étant entre les mains de leur employeur et n’ayant perçu leur compensation. Nous avons référé leur cas au ministère du Travail.»

Jane Ragoo prévoit d’autres cas similaires dans les jours à venir. «C’est une aubaine pour l’employeur qui se séparera de son personnel au plus vite. De fait, un travailleur n’aura le temps de réclamer son salaire unpaid ou son overtime.»

Leevy Frivet, consultant en relation industrielle, prévoit une augmentation quant au coût du rapatriement des Malgaches vers la Grande île. «Pour le moment, il est dit que les frontières des deux îles seront fermées entre elles à partir du 27 novembre. Mais, à aucun moment, il n’est stipulé qu’un Malgache ne peut rentrer dans son pays. Peut-être que les travailleurs devront passer par La Réunion pour regagner leur île. Cela augmentera le coût du billet.»

L’autre point soulevé par le consultant, c’est que c’est à l’employeur, en principe, de payer le billet retour de son employé. «Ce sera un coût additionnel pour l’employeur, qui pourrait même convaincre le travailleur de rester encore quelque temps. Si une entreprise laisse partir 100 à 400 personnes, acceptera-telle de payer tous ces tests ?» Il souligne que certains dont le contrat devait arriver à terme en décembre seraient même contraints de quitter le pays ce mois-ci. Cette fermeture s’an- nonce très compliquée pour les Malgaches.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x