Angus Road Gate: Pravind Jugnauth poursuit Roshi Bhadain plus de 12 mois après les faits imputés

Avec le soutien de
Le Premier ministre, qui se dit de bonne moralité, estime avoir été diffamé par Roshi Bhadain.

Le Premier ministre, qui se dit de bonne moralité, estime avoir été diffamé par Roshi Bhadain.

La plainte a été rédigée par l’avouée Shamila Sonah-Ori et l’avocat Ravindra Chetty, Senior Counsel (SC), et Roshi Bhadain est convoqué en Cour suprême, le 11 novembre. Soit trois jours après la convocation de Pravind Jugnauth en cour de district de Port-Louis pour répondre d’une accusation de parjure. 

Le Premier ministre reproche à Roshi Bhadain de l’avoir diffamé, le 7 août 2020, lors d’un meeting à Rose-Belle lorsque le leader du Reform Party a parlé de l’affaire d’achat d’une propriété de 7 000 m2 à Angus Road. Et d’avoir réitéré ces propos en diverses occasions entre le 24 août 2020 et le 9 août 2021 sur Top FM et au cours des meetings publics. Dans la plainte, Roshi Bhadain est accusé d’avoir tenu ces propos concernant l’acquisition de la propriété, tout en sachant que ces mêmes propos sont faux, ou les a tenus par négligence et imprudence. 

Il est surtout reproché à l’exministre de la Bonne gouvernance de s’être posé la question «Ou lamin prop?» et d’avoir accusé le Premier ministre d’avoir demandé au ministre Seeruttun de déposer plainte contre Roshi Bhadain dans le but de faire arrêter ce dernier. Et aussi d’avoir insinué que Pravind Jugnauth a acquis une propriété sans en avoir réglé le montant dû. 

Le Premier ministre s’est senti encore plus meurtri lorsque Roshi Bhadain a affirmé que c’est une tierce personne en Angleterre, qui a payé pour cette acquisition à une autre personne se trouvant également en Angleterre, d’autant plus que Roshi Bhadain a laissé entendre que cette acquisition a été faite à tort au nom des enfants, mineures à l’époque, de Pravind et Kobita Jugnauth. Et qu’en s’interrogeant pourquoi cette acquisition s’est faite de cette manière (en Angleterre), Roshi Bhadain a insinué que cette tierce personne (NdlR, Alan Govinden) en aurait tiré bénéfice. 

Dans la plainte, Pravind Jugnauth, qui se dit être un homme d’honneur, de bonne moralité, jouit d’une bonne réputation et est respecté à Maurice comme à l’étranger, allègue que les propos de Roshi Bhadain lui ont causé un tort immense. Et que suite à cela, il a dû faire face à des interrogations et commentaires venant de ses collègues politiciens, de l’opposition et du public en général. Il demande donc à la Cour de condamner Roshi Bhadain à lui verser Rs 50 millions de dommages. 

Il est aussi indiqué dans cette même plainte que toutes les preuves en possession de Pravind Jugnauth seront déposées à l’audience (NdlR, et non en réponse aux Demands for particulars) et si Bhadain veut prendre connaissance de ces preuves, il pourrait le faire au bureau de l’avouée. Si Roshi Bhadain le fait, il devra attester que les documents sont des originaux, des copies certifiées conformes aux originaux ou des documents dument servis, adressés ou livrés. 

Une bataille légale et politique, qui entre dans sa phase décisive, dit un avocat.

 

Le procès qu’intente le PM est du pain béni pour le leader du Reform Party 

Dès la réception de cette plainte, Roshi Bhadain a rencontré la presse hier. Pour lui, ce procès permettra à la population de connaître la vérité sur l’affaire Angus Road et Heineman, entre autres. «Ce qu’au Parlement n’a pu obtenir l’opposition à ce sujet à cause du Loudspeaker ; ce que l’ICAC n’a pas pu faire et les réponses que les journalistes n’ont pas obtenues, a dit Bhadain, eh bien, ce procès le permettra.» C’est pour cela que le leader du Reform Party est non seulement serein mais heureux que le Premier ministre, a-t-il ajouté, lui donne l’opportunité de prouver ce qu’il a déjà affirmé à propos d’Angus Road. Commentant le temps pris par Pravind Jugnauth pour le poursuivre, Me Roshi Bhadain dira : «S’il a pris 14 mois pour me poursuivre, je me demande comment le pays est dirigé !» Il annonce par la même occasion qu’il déposera un «counter claim» de Rs 100 millions contre le Premier ministre bientôt. Il a rappelé les persécutions dont il dit être l’objet de la part de la MRA, de l’ICAC, du Bar Council et surtout d’un complot ourdi, selon lui, par un magnat des jeux avec l’aide de récidivistes. «J’ai même en ma possession un document audio qui démontre comment cette affaire a été fabriquée.» Il ajoutera que ce sont ces mêmes policiers qu’il qualifie de «Tontons Macoutes» qui veulent dévier l’enquête sur la mort de Kistnen qui sont à la manoeuvre dans ce complot. À une question d’un journaliste, Roshi Bhadain dit ne pas savoir si les mêmes moyens seront mobilisés pour la présence de Pravind Jugnauth le 8 novembre prochain en cour de district que ceux déployés pour la comparution de Yogida Sawmynaden pour l’affaire de «constituency clerk». Il rappelle que la police qui avait déclaré avoir déjà entamé une enquête sur cette affaire ne semble avoir rien accompli jusqu’à présent.

Publicité
Publicité

Du jamais-vu dans l'histoire politico-criminelle et financière du pays : le Premier ministre en fonction fait face à une enquête de l'ICAC. Ne vous embarrassez plus à essayer de comprendre en cherchant tous les articles. Le scandale est simple et ici vous retrouverez tout en un clic.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x