Rachat des actions: quelle conséquence pour MK ?

Avec le soutien de
Air Mauritius souhaite racheter les parts d’Air France.

Air Mauritius souhaite racheter les parts d’Air France.

Déjà des nuages à l’horizon pour la compagnie d’aviation qui fait désormais partie d’un mastodonte nommé Airport Holdings Ltd ? Après le retrait d’Air India et de Rogers de son actionnariat, la nouvelle mégacompagnie veut racheter les parts détenues par Air France. Bonne ou mauvaise idée, l’avenir nous le dira…

Le 7 octobre, le journal en ligne uniindia.com titre que le conseil d’administration d’Air India a donné son feu vert pour céder ses actions dans Air Mauritius (MK). Cela alors que la compagnie aérienne indienne a été rachetée par le groupe Tata, après un appel d’offres. Rogers, l’autre actionnaire majeur, a décidé d’emboîter le pas à Air India. La nouvelle mégastructure Airport Holdings Ltd (AHL), qui regroupe 14 entités, s’est tournée également vers Air France pour le rachat de ses actions. Une réponse de la compagnie aérienne française est attendue. Avec cette démarche d’AHL, quelle conséquence pour MK ?

Raj Ramlagun, ancien cadre et actionnaire chez MK, explique que vu que la compagnie aérienne sera complètement nationalisée, il se demande si cela ne traduit pas le courant actuel où il y a un ras-le-bol général avec la culture de gouvernance ? «L’option d’achat des parts par l’État ne va-t-elle pas aggraver la situation ? Au niveau de l’État, il n’y a pas de gens qui savent faire la différence entre ce qui leur appartient ou pas.» L’actionnaire ironise en affirmant qu’étatiser davantage MK aurait des avantages pour les employés, notamment une sécurité d’emploi. «Les employés dans les corps para-étatiques ou fonctionnaires n’ont pas eu leur feuille de route. Ils seront couverts par le PRB. Mais pouvons-nous nous permettre la même culture, bonne ou mauvaise ? L’État est en train de prendre toutes ses dettes. Avonsnous une autre option ? Quelle est la meilleure option ? Il faudrait recapitaliser cette compagnie. On est en train de mettre la charrue avant les bœufs. Il fallait d’abord procéder au delisting, ensuite passer aux achats des différentes actions et finalement l’option de la création d’Airport Holdings Ltd. On ne peut mettre les gens devant les faits accomplis. Il y a un manquement à la gouvernance.»

Partenaires perdus

Fabrice David, député travailliste qui s’occupe du dossier MK au parti, estime qu’avec le rachat, la compagnie aérienne va perdre des actionnaires qui étaient aussi des partenaires de l’aviation. «Air France et Air India étaient des actionnaires fondateurs de notre compagnie nationale. Je pense que pour Air India, c’était un changement attendu, dans la mesure où la compagnie aérienne a été rachetée par Tata. Elle veut peut-être repartir sur de nouvelles bases plus saines. Elle est lourdement endettée.» Le député fait ressortir qu’Air India a grandement participé au développement d’Air Mauritius pendant plusieurs décennies. «Nous perdons un actionnaire important. Air France n’a pas encore pris sa décision. La France est l’un de nos premiers marchés touristiques. Air France est un actionnaire, également un partenaire stratégique, très important pour MK.» Du coup, la question qu’il se pose est : «Si Air France se retire, est-ce que cela ne va pas avoir une conséquence sur le flux de touristes de la France vers Maurice ?

Autre interrogation c’est qu’avec les actions rachetées de «plusieurs actionnaires historiques» par la nouvelle structure Airport Holdings Ltd, quelles seront les conséquences sur le changement de partenariat sur la cote de MK en Bourse ? «Cela ne va-t-il pas déstabiliser la valeur boursière en cours ?» Concernant les petits actionnaires, Fabrice David se demande si le changement de partenariat ne va pas impacter le climat de confiance entre les grands et les petits actionnaires. «Les petits actionnaires sont très nombreux et il faut trouver un terrain d’entente.»

Quoi qu’il en soit, Airport Holdings Ltd semble vouloir racheter le maximum d’actions.

Raj Ramlugun veut rencontrer le PM

Raj Ramlugun, secrétaire de l’Association des petits actionnaires, a adressé une lettre au Premier ministre (PM), Pravind Jugnauth, lundi, pour demander à le rencontrer. Dans sa missive, Raj Ramlugun dit reconnaître les efforts du gouvernement pour sauver la compagnie mais qu’il serait malhonnête de ne pas reconnaître les réalisations d’Air Mauritius au fil des ans, depuis sa création notamment, grâce à la contribution des employés. Raj Ramlugun soutient qu’il ne faut pas fermer les yeux sur les faiblesses et échecs systémiques de MK et trouver un alibi facile dans le Covid-19 pour tout dénier et refuser de tirer les bonnes leçons du passé. La décision d’injecter Rs 12 milliards ne pourrait porter des fruits durables que si l’entreprise elle-même survit et se développe au-delà de la crise du Covid. Raj Ramlugun a dû envoyer une copie de son mail à Nayen Kumar Ballah, pour le transmettre au PM car il aurait reçu des notifications l’informant que son mail n’a pas été livré au PMO.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x