Agression sauvage d’un passant: le propriétaire des rottweilers jamais inquiété

Avec le soutien de

Un quadragénaire ne sait pas s’il retrouvera l’usage de son bras après avoir été mordu par deux chiens, à rue Mère Barthélémy. Les voisins affirment qu’il y a eu plusieurs plaintes contre ces animaux en vain. Le propriétaire est, quant à lui, «introuvable»

Ce n’est pas la première fois que les deux rottweilers appartenant à un commerçant habitant Port-Louis sont impliqués dans un incident. Hier, le député de la circonscription, Osman Mahomed, a partagé une vidéo sur sa page Facebook dans laquelle on voit les deux chiens impliqués dans l’attaque sauvage d’un homme de 43 ans, dimanche, à 1 heure du matin. Dans la vidéo, les deux molosses s’acharnent contre une voiture stationnée à quelques mètres du domicile de leur propriétaire. L’incident a eu lieu avant l’agression de l’auditeur.

Des voisins interrogés relatent, sous couvert de l’anonymat, que des plaintes ont souvent été faites à l’encontre du propriétaire, même à la police, concernant les deux rottweilers mais que jusqu’ici, aucune action n’a été prise. «Se bann dimounn ki ena koneksion. Zot fer dimounn per. Sa de lisien-la toule aswar zot deor e souvan ena problem. Zot ray loto, zot sot lor dimounn, zot al fer malprop devan laport dimounn.» D’ailleurs, lorsque la mère du propriétaire a conversé avec un proche de l’auditeur dimanche, elle a elle-même avoué que les chiens sont sortis pour faire leurs besoins. Elle insistait sur le fait que l’incident ne concernait pas les deux rottweilers de chez elle et qu’elle n’a rien entendu au moment où la victime subissait les morsures des molosses. «Nou pa finn tan nanye.»

Un autre voisin explique que depuis que la vidéo de l’attaque est devenue virale sur les réseaux sociaux, les deux rottweilers ont été transférés chez un proche du propriétaire, qui habite à Pointe-aux Sables. Qui plus est, hier matin, selon un témoin, le propriétaire, âgé de 40 ans, n’est pas sorti lorsque des policiers sont venus frapper à sa porte pour l’interroger suivant la plainte de la victime. «Son véhicule était pourtant là.»

En effet, des policiers des Line Barracks accompagnés d’officiers la de Animal Welfare Unit ont effectué une descente à la rue Mère Barthélémy, dans la capitale, hier après-midi, pour les besoins de l’enquête. Cependant, aucune trace du propriétaire des molosses, un commerçant de la région. Les rottweilers avaient aussi disparu. L’aide des éléments du Field Intelligence Office de Port-Louis Sud a aussi été sollicité.

Osman Mahomed trouve bizarre que la police n’ait pas agi jusqu’à présent à ce sujet et se demande pourquoi les actions à l’en- contre du propriétaire se font attendre. «Il est important que la police accorde plus de considération à ce quartier.» Entre-temps, le parlementaire dit avoir contacté la MSAW pour que l’organisme intervienne avant que les rottweilers ne fassent d’autres victimes.

La police se défend

Comment expliquer que le propriétaire ait pu agir en toute impunité malgré les incidents rapportés ? L’inspecteur Shiva Coothen dit ne pas être au courant des plaintes faites dans le passé. En ce qui concerne les faits de ce week-end, il explique qu’une enquête de la police a été ouverte et que des actions nécessaires seront prises. Quant au sort des deux rottweilers, ce sera au ministère de l’Agro-industrie de s’en charger de concert avec la MSAW.

L’inspecteur Shiva Coothen rappelle aux propriétaires de chiens de race qu’ils n’ont pas le droit de les laisser sans surveillance, peu importe l’heure. La clause 32 de l’Animal Welfare Act de 2013 est claire à ce sujet, surtout en ce qui concerne les chiens agressifs ou dangereux (cette loi identifie le rottweiler comme étant un chien dangereux). S’il est jugé coupable, le propriétaire peut être emprisonné pour une période ne dépassant pas six mois et il est passible d’une amende maximum de Rs 10 000.

Retour sur les faits: «je ne sais pas si je récupérerai l’usage de ma main droite»

Les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche. L’auditeur, qui habite la région, se dirigeait vers le commerce appartenant au propriétaire, qui se trouve rue d’Artois, pour acheter une boisson. «Je savais qu’il restait ouvert jusqu’à fort tard.» Dans la rue perpendiculaire, la rue Mère Barthélémy, les deux chiens sont sortis de nulle part avant de se diriger agressivement vers lui. «Mo fini kone zafer pa bon kan mo tan zot pe grogne e grinse», relate la victime de son lit d’hôpital. «Ed mwa! Ed mwa!» a imploré le quadragénaire pendant les longues minutes durant lesquelles il subissait les morsures des rottweilers mais ses appels à l’aide sont restés sans réponse. «Personn pann vini.» Un automobiliste est pourtant passé lorsque l’auditeur se tordait de douleur mais il ne s’est pas arrêté.

Le Portlouisien n’a eu d’autre choix que de s’efforcer à se relever avant de se diriger péniblement vers l’hôpital Jeetoo où il a subirait des interventions chirurgicales. À hier, il ne savait pas encore s’il subira une amputation ou pas. «Je ne sais pas si je récupérerai l’usage de ma main droite.» Les images de l’agression sauvage ainsi que la souffrance endurée par la victime ont été capturées par au moins deux caméras CCTV. D’ailleurs, elles ont suscité l’indignation des internautes qui réclament des actions contre le propriétaire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x