La pharmacienne Archana Chummun aurait empoché Rs 3,9 millions des Rs 309 millions de Bo-Digital

Avec le soutien de
Archana Chummun aurait joué un rôle clé dans l’opération mise au point durant le confinement l’année dernière.

Archana Chummun aurait joué un rôle clé dans l’opération mise au point durant le confinement l’année dernière.

Les enquêtes s’enchaînent, de nouvelles têtes émergent et le mécanisme mis au point pour blanchir l’argent syphonné des contribuables commence à être mis au jour.

Elle a été convoquée tôt hier matin under warning pour répondre aux questions des enquêteurs de l’ICAC. Archana Chummun était accompagnée de son homme de loi, Me Joy Beeharry. Elle a été interrogée sur ses relations avec la compagnie Bo-Digital après que les enquêteurs de l’ICAC ont perquisitionné son domicile lundi. Ces derniers ont voulu comprendre le rôle qu’elle a joué dans l’acquisition des contrats pour l’achat des équipements médicaux par Bo-Digital dont le directeur, Deepak Bonomally, a aussi été arrêté par l’ICAC. Archana Chummun a indiqué avoir obtenu des consulting fees pour avoir conseillé Bo-Digital sur ces achats, mais ses arguments n’ont pas convaincu. L’ICAC soupçonne que son rôle de consultante n’était qu’une couverture pour justifier ces paiements.

La pharmacienne a été arrêtée pour blanchiment d’argent sous l’article 3b de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act“(b) receives, is in possession of, conceals, disguises, transfers, converts, disposes of, removes from or brings into Mauritius any property which is, or in whole or in part directly or indirectly represents, the proceeds of any crime”. Elle a comparu en cour de Rose-Hill sous cette charge provisoire. Elle a recouvré la liberté contre une caution de Rs 100 000 et une reconnaissance de dette de Rs 800 000. Elle devra aussi se présenter tous les lundis au poste de police d’Albion.

L’enquête sous les Emergency Procurements par l’ICAC ouvre une boîte de pandore à mesure qu’elle avance, les arrestations se succèdent et de nouvelles têtes sortent de l’ombre. C’est le money trail effectué sur les sommes d’argent circulées entre les sociétés de Deepak Bonomally et Vinay Appanna de mars à juin 2020 qui a permis à l’ICAC de comprendre le mécanisme derrière cette vaste opération de blanchiment d’argent allégué. Dans le cas de la pharmacienne, son rôle de consultante a permis le transfert de Rs 3,9 millions des Rs 309 millions payées à Bo-Digital.

Publicité
Publicité

Depuis la mort de Soopramanien Kistnen, les événements se sont enchaînés. Yogida Sawmynaden, l’ancien ministre du Commerce dont le nom a été cité à plusieurs reprises, a démissionné, de même que le no. 1 de la STC. Pendant ce temps, chaque nouvelle comparution pendant l’enquête judiciaire vient avec son lot de rebondissements. Retrouvez tous les articles relatifs dans notre dossier.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x