Maurice compte sur l’Inde pour une sortie de la liste grise du GAFI

Avec le soutien de
Pravind Jugnauth et le ministre Subrahmaniam Jaishankar lors d’un tête-à-tête hier matin.

Pravind Jugnauth et le ministre Subrahmaniam Jaishankar lors d’un tête-à-tête hier matin.

Des lignes de crédit ont été accordées par l’Inde à Maurice pour le développement dans divers secteurs. La sortie de l’île de la liste grise du GAFI a aussi été abordée par Pravind Jugnauth et Subrahmaniam Jaishankar.

Le Premier ministre (PM) Pravind Jugnauth recherche le soutien de l’Inde pour aider Maurice à sortir prématurément de la liste grise du Groupe d’action financière(GAFI). L’appel a été lancé au chef de la diplomatie indienne, Subrahmaniam Jaishankar, hier. Une nouvelle offensive diplomatique après celle accompagnant Maurice à compléter sa décolonisation pour récupérer à terme l’archipel des Chagos.

Pravind Jugnauth s’adressait hier à la presse après un tête-à-tête avec le ministre indien des Affaires étrangères et la cérémonie de signature du Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Agreement (CECPA) entre les deux pays ainsi qu’une série d’autres accords. Ainsi, le gouvernement, dit-il, s’est engagé à améliorer les manquements identifiés dans l’arsenal légal pour contrer les cas de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. «Il est évident qu’une sortie rapide de la liste grise permettra de restaurer l’image de notre juridiction comme étant une qui soit crédible et de réputation.» D’où la main tendue au gouvernement Modi pour aider le pays à cet effet.

Auparavant, Pravind Jugnauth s’est réjoui de la signature de l’accord CECPA qui viendra tracer les nouveaux contours des relations économiques et commerciales entre Maurice et l’Inde. Il estime que les dispositions découlant de cet accord auront des effets positifs sur le commerce de biens et de services tout en dopant le flux d’investissements entre les deux pays. L’accord, dit-il, positionne Maurice comme un hub économique stratégique que l’Inde pourra éventuellement utiliser comme passerelle pour investir en Afrique. «L’avènement du CEPCA est venu coïncider avec l’accord d’Africa Continental Trade Area qui touche un marché de 1,3 milliard de consommateurs», a indiqué le Premier ministre.

De son côté, Subrahmaniam Jaishankar a soutenu que le CECPA viendra booster l’économie postpandémique en ouvrant de nouvelles perspectives à l’exportation entre les deux pays d’une palette de produits. Outre le textile et les boissons alcoolisées, telles le rhum et le vin, il a cité des fruits tropicaux, le thon, des appareils médicaux et des produits du secteur de la confection, entre autres.

 Des compliments à volonté 

On ne sait pas si le dossier Agalega a été évoqué lors de ce tête-à-tête. Officiellement aucune mention n’en a été faite dans les discours officiels.

En revanche la gestion de la pandémie par le Premier ministre et le statut de Covid-Safe de Maurice ont été salués par le ministre de la Grande péninsule. D’ailleurs, il a remis symboliquement au PM une nouvelle cargaison de 100 000 doses acheminées samedi dernier et a annoncé que son gouvernement facilitera l’approvisionnement commercial de 200 000 autres doses prochainement.

Sur la question de la souveraineté de Maurice sur les Chagos, aucune divergence de vues, Pravind Jugnauth recherchant une nouvelle fois le soutien du gouvernement indien tout en le félicitant du combat qu’il mène déjà aux côtés de Maurice pour que le pays obtienne gain de cause. Et Pravind Jugnauth d’ajouter que ce processus de décolonisation de Maurice n’aura aucune implication sur l’opération de défense à Diego Garcia. Ce qui a fait dire à Subrahmaniam Jaishankar que la sécurité de Maurice concerne aussi celle de l’Inde et il a assuré le soutien de son gouvernement à la cause chagossienne.

Comme on pouvait s’y attendre, le Premier ministre n’a pas manqué de féliciter l’Inde, à travers son ministre, pour son élection comme membre non-permanent au conseil de sécurité des Nations unies depuis le 1er janvier. Cependant, il affirme que Maurice soutiendra, le moment venu, sa candidature comme membre permanent.

Les accords signés :

Outre le CECPA, les autres accords signés entre les deux parties portent sur:

Surveillance nationale

Une ligne de crédit de USD 100 millions pour l’achat d’un Dornier, des hélicoptères, un bateau et un radar. Ce crédit est assorti d’une subvention de USD 5 millions. Objectif : permettre à Maurice d’acheter des équipements liés à la défense nationale.

Ferme solaire à Tamarind Falls

Un contrat liant Bharat Heavy Electricals Ltd et le Central Electricity Board (Green) Co Ltd. Cela concerne la phase 2 du projet de ferme photovoltaïque à Tamarind Falls, Henrietta. Il sera financé par une ligne de crédit du gouvernement indien, via l’Exim Bank

Construction d’une unité de transplantation rénale

Une enveloppe d’USD 10 millions pour la construction d’une unité de transplantation rénale à l’hôpital Jawaharlal Nehru. Il s’agit d’un projet conjoint entre l’Inde et Maurice. Un comité avec les représentants des deux parties sera constitué pour assurer le suivi du projet.

Protection des consommateurs

Signature d’un Memorandum of Understanding portant sur la protection des consommateurs et la métrologie légale. Il s’agit d’assurer que les outils et autres instruments de mesure (par exemple les balances pour connaître le poids exact des produits) soient fiables et aux normes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x