Angus Road: Le PM confirme que c’est bien Govinden qui a payé BASE

Avec le soutien de

Plus de trois mois après les premières questions de Roshi Bhadain sur ses achats immobiliers, le Premier ministre a enfin commencé à répondre en prenant le soin d’interdire à l’express l’accès à sa conférence de presse. Du coup, plusieurs interrogations restent en suspens. Voici les thématiques du scandale Angus Road avec les réponses que Pravind Jugnauth a tenté d’apporter hier et les questions qui restent en suspens.

Paiement de Rs 20 M par Loganaden Govinden

Pravind Jugnauth confirme que c’est bien Alan Govinden qui a payé les Rs 20 millions en 2001 pour une portion mais qu’au final le contrat a été rédigé au nom de ses filles en 2008. Sauf que selon lui, Govinden a payé Bel Air Sugar Estate (BASE) pour s’octroyer le terrain avant de changer d’avis et c’est là que Pravind Jugnauth a décidé de l’acheter. Du coup, il a payé Govinden. Avant cela, il a reconnu dans un acte notarié une dette de Rs 20 millions auprès de Govinden. Pravind Jugnauth a brandi (sans les circuler) les virements bancaires de ses remboursements à Govinden jusqu’en septembre 2013. Le problème pour Pravind Jugnauth, c’est qu’il jure devant notaire que c’est lui qui a payé le vendeur (BASE).

Il faut aussi conclure que Loganaden Govinden est un altruiste hors pair puisqu’il paie Rs 20 millions en 2001 pour un terrain qu’il n’achète finalement pas et qu’il accepte de récupérer la totalité de son investissement 12 ans plus tard. Pravind Jugnauth ne dit pas s’il a payé des intérêts sur le «loan» de Govinden.

Sous-évaluation et évasion fiscale

D’après le scénario expliqué ci-dessus par Pravind Jugnauth, le terrain, qui valait Rs 20 millions en 2001, n’a connu aucune appréciation de sa valeur au moment de l’enregistrement de la vente en 2008. La taxe payée sur ce deal a donc été calculée sur un terrain valant Rs 20 millions.

Le terrain payé cash

Selon Pravind Jugnauth, les reçus circulés par Arvin Boolell sont tout simplement des faux. Lors d’un des paiements allégués, il n’était pas à Maurice. Le Premier ministre dit noter que les numéros des reçus sont successifs, et que les documents ne portent pas le tampon de BASE. «Pa ti éna lot client ki mwa?» s’étonne-t-il. Pravind Jugnauth affirme avoir payé en 1999 et 2000 et non en 2002 (année de l’émission des reçus).

La Mutual Legal Assistance stoppée par Yerrigadoo

«Mo pas Attorney General mwa. Ou bizin dimann Attorney General ouswa l’ICAC.» Pravind Jugnauth affirme qu’il n’a jamais vu le dossier qui était au bureau de Ravi Yerrigadoo qui a écrit une lettre dès janvier 2015 pour mettre fin à l’échange d’informations entre la Grande-Bretagne et l’ICAC.

L’enquête de l’ICAC

Pravind Jugnauth affirme s’être rendu à l’ICAC mardi dernier de son propre chef pour fournir toutes les explications qu’il a révélées à la conférence de presse, hier.

Le rôle des dénonciateurs : tous des comploteurs

L’express a été refoulé à l’entrée du PMO, bien que nous avions au moins une dizaine de questions liées à Angus Road et qui ont été envoyées au PMO d’octobre à ce jour. Pravind Jugnauth annonce des procès et, principalement, contre Arvin Boolell et l’express. Le Premier ministre parle d’un complot orchestré par Roshi Bhadain, Arvin Boolell et «des journalistes».

Publicité
Publicité

Du jamais-vu dans l'histoire politico-criminelle et financière du pays : le Premier ministre en fonction fait face à une enquête de l'ICAC. Ne vous embarrassez plus à essayer de comprendre en cherchant tous les articles. Le scandale est simple et ici vous retrouverez tout en un clic.

D'autres articles »
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x