Ambiance au Parlement: «I am the loudspeaker, why are you shouting ?»

Avec le soutien de
L’ambiance était électrique, hier, à l’Assemblée nationale.

L’ambiance était électrique, hier, à l’Assemblée nationale.

C’est dans un silence de cathédrale que Pravind Jugnauth a commencé à répondre à la PNQ. Il avait, à ce moment-là, toute l’attention de ses ministres et députés et celle de l’opposition. Dès qu’il «révèle» que les enquêtes de l’ICAC le concernant Angus Road avaient été «discontinued», le soulagement dans les rangs de la majorité devient audible. Le bourdonnement de «hmmm» dans le camp gouvernemental n’est interrompu que par un «ah bein !» de Tania Diolle. À partir de là, tout va crescendo.

«Peut-on se faire arrêter pour un paiement excédentaire en cash en violation de la FIAMLA ?» demande Arvin Boolell. «Oui», répond Pravind Jugnauth et les «hmmm» changent de camp. Pravind Jugnauth hausse le ton : «Arvin Boolell était ministre de Ramgoolam. Leur ICAC n’a pas trouvé de preuves !» La tension laisse la place à l’hilarité pendant quelques secondes quand le Premier ministre se trompe en disant : «Go and ask Navin Kumar Ramgoolam.» «Twa ki Kumar. Li non», lance Patrick Assirvaden. Dans la foulée le speaker refuse une question d’Arvin Boolell sur le contrat du directeur de l’ICAC. Le leader de l’opposition tente de répliquer, mais Sooroojdev Phokeer monte le son : «I am the loudspeaker, why are you shouting ?»

Face à un Arvin Boolell qui n’arrive pas à poursuivre sa ligne de questions, une voix masculine s’élève des rangs de la majorité : «Kestion fini? Al pran leson ar Duval. To rant dan tou piez twa!» Tout part en vrille quand Shakeel Mohamed tente de poser une deuxième question relative à la lettre de Ravi Yerrigadoo qui demande aux autorités britanniques d’arrêter leur enquête. «Cela n’a rien à voir avec le sujet de la PNQ», martèle Phokeer. «Mais le Premier ministre vient de répondre sur ce sujet. C’est ma deuxième question !» Sooroojdev Phokeer ne veut rien entendre et il expulse Shakeel Mohamed. 

Séance suspendue, mais l’action continue. Quand le speaker marche vers la sortie, Shakeel Mohamed lui lance au visage «You are walking contempt! A walking disaster» Sooroojdev Phokeer se retourne. Ses muscles du visage vibrent. Il grince visiblement des dents. Il s’apprête à répondre, mais se retient et lève l’index vers le ciel comme pour dire «atann to pou koné». Effectivement, à son retour, le speaker suspend Shakeel Mohamed pour quatre séances.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x