Boolell: «Le PM a induit le Parlement en erreur»

Avec le soutien de

Un peu plus d’une heure après la Private Notice Question (PNQ) du mardi 17 novembre qui a mené à la suspension de Shakeel Mohamed et de l’expulsion de Patrick Assirvaden par le speaker, Soorojdev Phokeer, le leader de l’opposition a rencontré la presse à son bureau. Analysant les réponses du Premier ministre, Pravind Jugnauth sur l’affaire Angus Road évoquée dans sa PNQ, Arvin Boolell a affirmé que le chef du gouvernement a induit le Parlement en erreur. «Il a menti. Sous l'article 47 (3)  de la Prevention of Corruption Act, il n’y a aucune raison pour que l’ICAC arrête d’enquêter sur l’Angusgate. C’est le Directeur des poursuites publiques qui décide s’il faut arrêter une enquête», martèle-t-il. 

Le leader de l’opposition a aussi rappelé que c’est sous ce gouvernement que l’Attorney General a écrit au Serious Fraud Office de Grande-Bretagne pour mettre un terme au mutual legal assistance dans cette affaire. «Pour quelle raison est-ce que je n’ai pas eu de réponses à cette question ?» s’est demandé Arvin Boolell.

Le leader de l’opposition a même déclaré qu’il assume tous ses propos. «Premier minis p dire ki bann resi pa otentifié alor ki zot pe sirkilé dan piblik. Le Premier ministre n’a pas pu venir dire que le paiement n’a pas été fait en espèces et hors de la vue du notaire. Il a menti. C’est indigne pour un Premier ministre», a poursuivi Arvin Boolell. Il est persuadé que si c’était un simple citoyen à la place de Pravind Jugnauth, il aurait déjà été arrêté.

Arvin Boolell est arrivé à la conclusion que l’heure de descendre dans la rue est arrivée, mais dans les paramètres de la loi. «Je fais un appel aux citoyens. Si vous aimez votre pays, peu importe votre allégeance politique, il faut descendre dans la rue. Le moment est arrivé.»

Le leader de l’opposition a également commenté les sanctions prises contre Shakeel Mohamed et Patrick Assirvaden. «C’est un scénario écrit depuis la semaine dernière. Le speaker, avec le soutien du gouvernement, est en train d’asphyxier la démocratie parlementaire. Il était venu nous voir la semaine dernière et nous a parlé d’un ton menaçant. Il nous a dit que, si nous continuons, il va passer à l’action en nous expulsant. Les sanctions contre Shakeel Mohamed et Patrick Assirvaden sont injustifiées», avant d’ajouter que le Parleemnt a été bafoué. 

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x