Wakashio: Mitsui OSK Lines démonte la thèse d’Internet pour s’approcher de Maurice

Avec le soutien de
Les membres d’équipage des navires Mitsui OSK Lines, dont le Wakashio, ont accès illimité et gratuit à internet par satellite, à bord et en mer.

Les membres d’équipage des navires Mitsui OSK Lines, dont le Wakashio, ont accès illimité et gratuit à internet par satellite, à bord et en mer.

«Notre flotte dispose de la connexion Internet la plus mise à jour fournie par Inmarsat et elle n’est pas non plus facturée à l’équipage, et cela depuis l’année derrière.» C’est ce qu’affirme le porte-parole de Mitsui OSK Lines (MOL) dans une déclaration à Forbes, le 10 octobre et repris par le journal spécialisé en ligne, hellenicshippingnews.com.

L’opérateur du MV Wakashio a révélé que les membres d’équipage des navires MOL ont un accès illimité et gratuit à l'Internet par satellite, à bord et en mer. Cela signifie qu’il n’était pas nécessaire de rechercher une connectivité Internet sur la côte ou encore des signaux téléphoniques.

De plus, il s’avère que la connexion Internet est facilement disponible même à 12 milles nautiques au large, distance qui représente les voies de navigation fréquentées par la plupart des navires.

Selon ForbesInmarsat est le premier fournisseur Internet par satellite maritime au monde et dispose d’une couverture mondiale grâce à son vaste réseau de satellites Internet. D’ailleurs, c’est la compagnie de satellites qui a capté le dernier signal du MH370 de Malaysian Airlines qui a disparu en mer dans le Sud de l’océan Indien en 2014.

L’auteur, Nishan Degnarain, indique que la couverture Internet aurait donc été étendue sur tout l’océan Indien, compte tenu de son réseau de 13 satellites Internet géostationnaires.

Restrictions liées au Covid-19

Depuis que les restrictions liées au Covid-19 ont été imposées à l'industrie maritime, la connectivité Internet a été un problème clé pour les gens de mer. L'une des principales revendications formulées par les organisations de navigateurs et des syndicats, a été une plus grande connectivité Internet pendant la période de la pandémie au vu des nombreux marins bloqués à bord des navires et du sentiment d’isolement.

Rechercher une connexion wifi a été la deuxième version des autorités maritimes panaméennes. Elles ont affirmé que le capitaine du vraquier Sunil Kumar Nandeshwar a ordonné un changement de trajectoire pour «rechercher l’Internet ou un signal téléphonique».

La première version était que le capitaine et le First Officer Hitihamillage Subodha Janendra Tilakaratna ont navigué dans des mauvaises conditions météorologiques. Sauf que cette version a été également démontée car le temps était clément pour toute navigation. Une tierce version du Panama est que le capitaine aurait utilisé une mauvaise carte de navigation.

Publicité
Publicité

Le 26 juillet, les habitants de Pointe d’Esny se réveillent avec une triste image: l’épave du MV Wakashio drossée sur les récifs. Le navire japonais battant pavillon panaméen s’est échoué la nuit précédente. 12 jours après, il déverse son contenu dans nos lagons, causant une marée noire. Sans perdre de temps, les Mauriciens, main dans la main, s’activent pour limiter les dégâts. Retour sur la pire catastrophe écologique du pays…

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x