PTr-MMM-PMSD: les dirigeants feront l’impasse sur leurs différends

Avec le soutien de
Les trois chefs de parti et le leader de l’opposition, réunis hier, à Ébène.

Les trois chefs de parti et le leader de l’opposition, réunis hier, à Ébène.  

L’alliance rouge-mauve-bleu semble bien disposée à trouver un consensus sur un programme commun. C’est alors qu’elle abordera des sujets plus épineux comme le partage de responsabilités.

La première rencontre entre Navin Ramgoolam, Paul Bérenger, Xavier-Luc Duval et Arvin Boolell, qui s’est tenue à Ébène hier, leur a permis de trouver un accord afin de mettre de côté leurs différences d’opinions sur certains sujets. Ainsi, comme chacun des partis a sa propre opinion sur le recensement de la population, le redécoupage des circonscriptions, ou encore la réforme électorale, les dirigeants du Parti travailliste (PTr), du Mouvement militant mauricien (MMM) et du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) se sont donc mis d’accord pour éviter que de tels sujets ne deviennent des obstacles à la concrétisation d’une alliance, souhaitée par tous, hier.

Lors de cette réunion, qui a duré environ une heure, il a été décidé que chaque parti apportera sa contribution à la rédaction d’un programme gouvernemental commun. C’est la raison pour laquelle ils ont décidé que les points sur lesquels il y a des divergences d’opinions ne seraient pas discutés, du moins pour le moment. Ainsi, aucune discussion sur le leadership de cette éventuelle alliance ou encore sur les postes à responsabilités n’a eu lieu. Il nous revient que ces questions seront abordées après qu’un consensus aura été trouvé sur un manifeste électoral.

Si la prochaine rencontre a été fixée au lundi 19 octobre, dans les milieux des trois partis politiques, on affirme qu’il sera difficile de trouver un programme commun en si peu de jours. Les dirigeants devraient plutôt prendre note des progrès réalisés et fixer d’autres rencontres avant d’aboutir à un manifeste électoral final, acceptable à tous. Autres sujets discutés : l’incertitude relative aux élections municipales et villageoises.

À hier soir, les parlementaires et les membres du bureau politique (BP) des trois partis n’étaient pas au courant des détails discutés dans la matinée. Le BP du MMM, réuni hier après-midi, n’a pas abordé ce sujet. Quant au PTr et au PMSD, c’est dans le courant de la semaine que leurs membres auront une idée de ces discussions. En attendant ce manifeste électoral commun, nous vous livrons les propositions du MMM et de l’alliance PTr-PMSD aux dernières élections générales.

Programme électoral : les différences entre le mmm et l’ex-alliance ptr-pmsd en 2019

Après la rencontre, Xavier-Luc Duval a déclaré qu’il n’y a pas de problème majeur pour un accord sur un manifeste électoral commun. En 2019, le MMM avait préparé son programme électoral seul alors que l’alliance PTr-PMSD était déjà d’accord pour un programme com- mun. Sur le cannabis, le parti de Paul Bérenger avait proposé de mettre sur pied un select committee pour se pencher sur l’usage médical et récréatif de cette drogue. Le PTr et le PMSD n’étaient pas non plus contre l’utilisation de cannabis à usage médical.

La réforme électorale est également un sujet qui intéresse les trois partis. Une chose est certaine. Le PMSD est catégoriquement contre l’abolition du système best-loser. Le MMM est pour l’introduction d’une dose de proportionnelle, qui engloberait le système best-loser, avec un changement «pour assurer que le Parlement soit plus représentatif de la diversité des opinions dans le pays». Plusieurs élus du PTr sont également contre l’abolition du système best-loser sans une alternative valable pour le remplacer.

Sur le dossier de la fraude et de la corruption, il semblerait que le PTr est d’accord avec le MMM pour l’introduction d’une Fiscal Responsibility Act. Lors d’une déclaration à Kewal Nagar le 20 septembre, l’ancien Premier ministre avait d’ailleurs souligné que c’est une idée de Paul Bérenger. De plus, l’alliance PTrPMSD avait proposé une Economic Offenders’ Act pour ceux qui dilapident les revenus de l’État alors que les Mauves voulaient donner plus de pouvoir au bureau de l’Audit pour sévir contre le gaspillage des fonds publics. Par ailleurs, pour la relance économique, le MMM et l’alliance PTr-PMSD avaient identifié des secteurs comme l’économie bleue, par exemple. Si les Mauves étaient pour la construction de fermes aquacoles écologiques, l’alliance Ramgoolam-Duval était plutôt pour la fermeture de celles qui opèrent actuellement pour ensuite faire une étude afin de connaître l’impact de cette activité sur l’industrie touristique. L’alliance rouge-bleu était pour la création de fermes aquacoles utilisant l’eau de mer à l’intérieur des terres. De plus, si cette alliance avait identifié de nouveaux créneaux pour la relance économique, le MMM avait proposé un plan pour consolider et dynamiser les piliers de l’économie existante.
 

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x