UBS: bilan catastrophique

Avec le soutien de
En raison de sa politique de diversification, le groupe UBS parvient à atténuer l’impact de la concurrence et de la pandémie de Covid-19 sur des opérations.

En raison de sa politique de diversification, le groupe UBS parvient à atténuer l’impact de la concurrence et de la pandémie de Covid-19 sur des opérations.

Le groupe United Bus Service (UBS) est un acteur des transports publics depuis 66 ans. Comme toutes les sociétés de transport par autobus, UBS Investment Ltd a fait l’amère expérience d’une rude concurrence qui se reflète dans son dernier bilan financier au 30 juin. L’impact de cette concurrence se retrouve dans ses comptes, dont les valeurs sont cotées sur le Development and Enterprise Market (DEM) et qui ont été soumis au Stock Exchange of Mauritius à la fin de septembre.

Les revenus opérationnels du transporteur ont ainsi accusé une chute de 19,6 % passant de
Rs 704,8 millions en 2019 à Rs 566 millions en 2020. La société a assisté impuissante à une réduction considérable de ses bénéfices opérationnels de 61,1 %, qui ont basculé des Rs 82,4 millions réalisées au 30 juin 2019 à Rs 32,1 millions au 30 juin 2020. Le même phénomène a été répercuté au niveau des bénéfices avant impôt où les résultats chutent de Rs 84,7 millions à
Rs 46,3 millions. Pas étonnant dans ces conditions que les bénéfices prennent un sale coup. De
Rs 72 millions réalisées en 2019 à Rs 37,8 millions en 2020, donc une baisse de 47,5 %. Dans les milieux proches du groupe, on estime à environ Rs 6 millions par mois les pertes encourues par le segment transport du groupe.

Pour Muhammad Haji Adam, directeur financier du groupe, la concurrence ne vient pas uniquement des autres compagnies d’autobus, ses compétiteurs naturels, mais également des taxis reconnus par les autorités et des voitures engagées dans le transport illégal des passagers. Et, bien sûr, du dernier venu sur la place, qui n’est autre que Metro Express, qui a marqué l’entrée du pays dans le transport de masse. Ce dernier va encore plus impacter ses opérations quand la ligne ferroviaire reliant Port-Louis à Curepipe sera pleinement opérationnelle.

La concurrence des taxis dont l’immatriculation est connue des autorités et celles des taxis «marron» devient vraiment déloyale, lorsque ces derniers n’hésitent pas à inciter les passagers qui attendent à un arrêt d’autobus à prendre place dans leur véhicule. «Pour qu’un chauffeur puisse arriver à temps à l’entrepôt pour assurer le départ du premier autobus vers 5 heures», explique Muhammad Haji Adam, «il lui faut se réveiller vers 3 heures et demie. Il est regrettable que tous les efforts fournis ne rapportent pas les résultats attendus en raison de cette concurrence déloyale.» Les responsables du groupe UBS font partie des investisseurs mauriciens qui n’ont pas hésité à diversifier leurs activités dans des segments affiliés à leur principale source de revenus.

C’est dans cet esprit que l’Associated Commercial Co Ltd (ACC Ltd), Mauritius Secondary Industries Ltd et Orland Ltd (Citadelle Mall) ont vu le jour. Créée en 1954, ACC Ltd est spécialisée dans la vente de nouveaux autobus, pneus et de pièces de rechange. Mauritius Secondary Industries Ltd voit le jour en 1961 et elle est engagée dans la location de bâtiments, tant commerciaux qu’industriels, et le rechapage des pneus. Orland Ltd, quant à elle, est une entité propre au groupe UBS Ltd et évolue dans le développement immobilier. Le groupe se situe à la 85e place dans la dernière édition de Top 100 Companies, une publication du groupe La Sentinelle. Sur le plan de la profitabilité, le groupe UBS a toujours été au rendez-vous si on se base sur les données fournies par Top 100 Companies. Ses profits sont passés de Rs 104,3 millions en 2017
à Rs 114,1 millions en 2018 et 2019 respectivement. Les valeurs de cette société sont également cotées sur le DEM.

Ses comptes déposés le 30 septembre démontrent plus de stabilité que ceux d’UBS. Ses revenus sont restés inchangés pour 2019 et 2020, soit Rs 11 793 912. Ce qui est fort compréhensible vu que les recettes proviennent surtout de la location de bâtiments. Les bénéfices opérationnels ont accusé une hausse de 23,6 %, passant de Rs 3,3 millions en 2019 à Rs 4,1 millions en 2020. Les profits de Mauritius Secondary Industries Ltd sont passés de Rs 3,4 millions en 2019 à Rs 3,3 millions en 2020, soit une baisse de Rs 118 269 (3,4 %). Celle-ci a été principalement occasionnée par une hausse du montant que la société a dû verser aux autorités fiscales sous forme d’impôt. Le montant de ses obligations fiscales est ainsi passé de Rs 536 302 en 2019 à Rs 778 065 en 2020, une hausse de 45,1 %.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x